Page 268

256

AUX ANTILLES

ne l'est pas : c'est un fait. Que peut-elle opposer aux grands noms européens, aux superbes intelligences de notre race? Peu de chose. Que serait-elle devenue livrée à elle-même, sans l'aide, sans le secours de ces blancs abhorrés? Rien. Les hordes barbares de l'Afrique Centrale en sont un témoignage. Ces hommes, ces esclaves, que les blancs transportaient du Soudan aux Antilles, que faisaient-ils, sinon changer de maître, simplement passer d'une domination atroce, à une autre plus éclairée? Il faut bien qu'elle l'ait été, puisqu'en définitive elle aboutit à leur libération. Ces quelques métis envieux, qu'ils regardent du côté de l'Afrique où vivent encore leurs frères ; ils seraient tels si « ces boucaniers, ces flibustiers » n'avaient pas existé. Sans les puissants navires aux immenses voiles gonflées qui les entraînaient par delà l'océan, seraient-ce dans leurs pirogues chancelantes qu'ils auraient pu quitter les rivages du Congo? Qui pourrait reprocher à ces blancs créoles, haïs aujourd'hui, dont on bafoue les aïeux,de se retourner dans un mouvement d'humeur, et de dire avec un juste orgueil : « Vous insultez nos ancêtres. Leur peine, leur audace pourtant vous ont donné un monde l. » 1. Et la réponse paraît bien modérée à l'article odieux que je viens de citer.

Aux Antilles : hommes et choses  

Auteur : Robert Huchard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antille...

Aux Antilles : hommes et choses  

Auteur : Robert Huchard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antille...

Profile for scduag
Advertisement