Page 260

248

AUX ANTILLES

Parmi elle se recrutent les chefs du parti évictionniste, du parti hostile aux blancs, qui malgré certains démentis, existe incontestablement, puissant dans les deux colonies, redoutable surtout à la Martinique. Ce parti, il est déjà quelque chose, il aspire maintenant à tout devenir ; demain, sans doute, il sera le maître. C'est pourquoi il en faut parler plus longuement. Dans ces haines de races, ou plutôt d'une race contre une autre, l'amour-propre blessé joue le plus grand rôle, peut-être le seul. On l'avoue rarement, il en est ainsi cependant. Ce que certains mulâtres ne pardonneront jamais aux blancs, c'est de les tenir à distance, de repousser avec eux toute alliance, de ne point les agréer dans leurs familles.— Une circonstance assez fortuite, raconte je crois Sainte-Beuve, décida à la fois des opinions, et de la carrière de Barnave. A Grenoble, un jour, accompagnant sa mère au théâtre, celle-ci s'installa dans une loge réservée à l'un des complaisants du duc de Tonnerre. Sur l'ordre du gouverneur, elle en fut expulsée. Barnave, dès qu'il y vit jour, fit serment de relever la caste à laquelle il appartenait de l'état d'humiliation auquel elle semblait condamnée. L'enfant outragé dans la personne de sa mère fît l'orateur de la Consti-

Aux Antilles : hommes et choses  

Auteur : Robert Huchard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antille...

Aux Antilles : hommes et choses  

Auteur : Robert Huchard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antille...

Profile for scduag
Advertisement