Page 25

DE PAUILLAC A TRINIDAD

13

obtenir enfin d'Isabelle les trois brigantins avec lesquels il réalisera son œuvre immortelle. Alors commencent les difficultés de l'exécution. Avec une intrépidité froide, Colomb les surmonte. On violente les matelots pour les obliger à partir. Ce vaste océan, que tant de navires sillonnent aujourd'hui, apparaît comme un désert dont on ignore l'étendue, dont on ne soupçonne pas les limites. Quel effroi à la pensée seulele s'enfoncer dans cet inconnu ! Et cependant lomb appareille. Bravement, ses trois vaisseaux naviguent à pleines voiles sur cette mer inoxplorée. Chaque jour voit naître une lutte nouvelle. L'équipage s'effraye : il le rassure. L'aiguille aimantée décline : qu'importe, on passe outre. Le vent emplit les voiles, cela suffit, on navigue toujours. — Cependant, comme au premier jour, la solitude des mers reste absolue. Le but rêvé, ce continent attendu n'apparaît point. Des herbes flottantes passent, des bancs d'algues, de fucus glissent, des troupes d'oiseaux traversent l'espace. C'est tout. L'obstiné rêveur s'entête, persiste. La révolte ébranle ses équipages, soulève ses matelots. Colomb est menacé de mort. Etreint d'angoisse mortelle, craignant moins la perte de sa vie que la ruine de sa sublime entre-

Aux Antilles : hommes et choses  

Auteur : Robert Huchard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antille...

Aux Antilles : hommes et choses  

Auteur : Robert Huchard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antille...

Profile for scduag
Advertisement