Page 21

DE PAUILLAC A TRINIDAD

9

plaisirs du voyage, et des plus vifs, que cette soudaineté de relations qu'amène une vie commune. Jamais peut-être, comme sur le pont d'un navire,on ne se trouve en contact immédiat,journalier, avec des gens si divers, d'une mentalité si différente, d'occupations si multiples et variées. Aussi ce repos, cet oubli, cet évanouissement de toutes choses que l'on ressent dès les premiers jours, en pleine mer, fait-il place à tout un échange d'idées, de préoccupations, de projets, de résolutions. Déjà cela annonce la terre. Chacun parle de ce qu'il y va faire, de ce qu'il espère trouver dans les pays lointains où il se rend. On voit bien maintenant que cet état calme, insouciant de la première heure n'était que transitoire, que tous ces passagers sont des hommes agissants, passionnés, souffrants, que le repos de l'immensité des mers n'est qu'un leurre, et que ce vaisseau, en les traversant comme une flèche, ne fait qu'emporter la vie fébrile et tourmentée d'un continent pour la verser sur un autre.

Lundi 5 mars.

Comme l'observation confirme ce que j'écrivais hier ! Qu'elle apparaît curieuse à étudier la com-

Aux Antilles : hommes et choses  

Auteur : Robert Huchard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antille...

Aux Antilles : hommes et choses  

Auteur : Robert Huchard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antille...

Profile for scduag
Advertisement