Page 164

152

AUX ANTILLES

mes roues à pneumatiques, mais, vous comprenez, je n'en use d'ordinaire que pour les dames. — On n'est pas plus galant, répliquai-je. Mais de quelle marque est cette voiture, une de DionBouton, je crois? — Oh ! démarque aujourd'hui elle n'en a plus.Constamment j'ai fait remplacer dans mes usines les pièces brisées par les cahots. Toutes furent ainsi changées deux ou trois fois. — Il est regrettable qu'on n'en puisse faire autant pour les membres de vos voyageurs, m'écriaije. » Et M. Z... se prit à rire. Ainsi devisant, nous traversions maint village. Dans les faubourgs, à la porte de leurs cases, dans les bourgades, au seuil de leurs maisons, des indigènes, nègres ou mulâtres, aux bonnes faces réjouies criaient allègrement: « Le voilà, le voilà, vive notre député ! » D'autres, au contraire, faisaient la moue, nous regardaient d'un air sournois, et comme si nous leur eussions jeté des maléfices, rentraient précipitamment dans leurs demeures. « Des amis, des ennemis politiques, me dit mon compagnon en me les montrant. Avezvous remarqué les premiers ; que dites-vous de leur peau ? Sont-ce des blancs, ces gaillards-là ? Eh bien, voilà notre parti, cher monsieur, le parti des békés, celui qui rêve l'asservissement de la

Aux Antilles : hommes et choses  

Auteur : Robert Huchard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antille...

Aux Antilles : hommes et choses  

Auteur : Robert Huchard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antille...

Profile for scduag
Advertisement