Page 149

LA MARTINIQUE

137

parents créoles ont émigré, habitent Nantes, Bordeaux aujourd'hui. Eux vivants, l'entreprise prospère, se soutient. De temps à autre ils y envoient leurs fils ; par ceux-ci ils la surveillent encore. Après leur mort, qu'adviendra-t-il ? Indifférentes, les nouvelles générations n'auront point pour ces propriétés l'attachement du souvenir. Elles trouveront dans cette île une situation intolérable ; elles vendront leurs champs et, sans esprit de retour, quitteront la Martinique. » « Sans l'appui de lapopulation noire, il est vrai, le métis serait peu de chose, poursuit mon interlocuteur. Aussi rien ne lui coûte pour l'entraîner dans son orbite. Promesses, menaces, éveil de craintes chimériques tel par exemple que le rétablissement de l'esclavage, tout cela on le prodigue à tour de rôle. Souvent on réussit. » «Et le métis,en adoptant cette conduite,n'obéit point à ses affections. Haïssant le blanc, il n'aime pas le nègre, loin de là. Ce dernier lui rappelle trop une origine détestée, dont il tire, croit-il, sa seule infériorité. Issu d'un blanc et d'une négresse d'ordinaire, le mulâtre, dit-on, porte au cœur la haine de la race à laquelle appartient son père, le mépris de celle dont est issue sa mère. »

Aux Antilles : hommes et choses  

Auteur : Robert Huchard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antille...

Aux Antilles : hommes et choses  

Auteur : Robert Huchard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antille...

Profile for scduag
Advertisement