Page 142

130

AUX ANTILLES

pas un souffle. —Un instant j'ai l'idée de descendre, d'interroger, de m'enquérir. Puis le respect humain me retient. Si je me trompais... Quels quolibets, quelle raillerie pour l'Européen frais débarqué, peureux sans nul doute. Et bientôt,tout à fait rassuré, je ris moi-même de ma première supposition. Or, ce matin j'apprends qu'hier, à onze heures du soir exactement, trois secousses furent ressenties. Ce danger, toujours imminent, calme sans doute les passions des hommes. Menacés du même péril, comme ils doivent se sentir frères S — Vous le croyez ? Quelle erreur ! Renan écrit dans un de ses ouvrages, que si,doués de prescience, les hommes, quelques heures avant le cataclysme, connaissaient la fin du monde, on assisterait à une débauche inouïe, à un débordement d'amour. Prestigieux enchanteur, de combien d'illusions vous nous berciez ! Que n'alliez-vous à Fort-deFrance en pleine période électorale. Votre avis en eût été modifié du tout au tout. — La terre tremble : c'est pour la ville bâtie à quelques centimètres au-dessus des eaux la menace perpétuelle d'une destruction totale. Le moindre raz de marée l'emporterait tout entière. — Qu'importe ! M. X..., mulâtre, se présente contre

Aux Antilles : hommes et choses  

Auteur : Robert Huchard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antille...

Aux Antilles : hommes et choses  

Auteur : Robert Huchard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antille...

Profile for scduag
Advertisement