Page 137

LA DOMINIQUE

125

que cette île appartint longtemps à la France, que son influence s'y retrouve encore. Il y a même des détails curieux dans l'histoire de Dominique. Le 3 novembre 1493 Colomb la découvre. Les Caraïbes l'habitaient. Deux siècles plus tard elle est encore en la possession de ces cannibales. Ils avaient pour vous autres Français la plus flatteuse inclination, estimant votre chair comme la plus délicate ; celle des Espagnols comme plus coriace. De la nôtre ils ne disaient rien. Vous étiez sur leur table un mets de choix : crevette, cervelle ou ris de veau. Leur langue aussi était curieuse, ils en parlaient deux : les hommes une, les femmes l'autre. » — « Voilà un moyen pour éviter la discorde dans les ménages qu'à mon retour je soumettrai à mes concitoyens, interrompis-je.» — « Quant à nous, Anglais et Français, reprit le procureur du roi, nous rivalisons toujours de prévenance pour ces sauvages. Au traité d'Aix-la-Chapelle en 1748 nous convenons de laisser la possession de Dominique aux Caraïbes ; mais à peine le traité signé (ô perfidie d'Albion, voilà bien de tes coups !) vous vous en emparez. Alors « ces astucieux Anglais » n'ont plus aucune retenue ; ils débarquent à Dominique, en prennent possession. En 1763 le traité de Paris la leur donne. Enfin le 12 avril 1783, dans la merdes Caraïbes, à hauteur

Aux Antilles : hommes et choses  

Auteur : Robert Huchard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antille...

Aux Antilles : hommes et choses  

Auteur : Robert Huchard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antille...

Profile for scduag
Advertisement