Page 133

LA DOMINIQUE

121

server longuement pour en apercevoir quelquesuns qui passent, furtivement, dérobant entre les rameaux le battement précipité de leurs ailes? C'est une impression saisissante, et qui me restera, que cette absence d'êtres animés, que cette morne solitude au milieu de cette exubérante végétation; c'est une antithèse singulière que cette mort dans cette vie. Pourtant, au grand galop, voici une bande de bruyants animaux qui traversent le sentier... des sangliers... non des cochons,... des cochons! je ne me trompe pas; mon boy me le confirme d'ailleurs. Échappés et redevenus sauvages, ces animaux pullulent ici. Ils y forment la seule variété connue de sangliers. J'ai honte vraiment. Venir de si loin pour trouver pareil spectacle. Tartarin qui jadis cherchant un lion en Algérie trouviez un âne, vous voilà dépassé, méridional illustre! Et je n'ai même pas la consolation de courir quelque danger d'une autre espèce. L'animal le plus effrayant est le boa constrictor. Le nom seul en paraît redoutable : rassurez-vous. Ce serpent est d'un caractère paisible. Jamais il n'attaqua personne. Mon boy ajoute même ce mot délicieux que sans doute il apprit à l'école : « The mildness of the climate has an

Aux Antilles : hommes et choses  

Auteur : Robert Huchard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antille...

Aux Antilles : hommes et choses  

Auteur : Robert Huchard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antille...

Profile for scduag
Advertisement