Page 127

LA DOMINIQUE

115

que jamais ne revêtit à mes yeux aucune contrée d'Europe. L'âme sentait la terreur et le bouleversement sous cette splendeur tranquille. Ces silhouettes effroyables, déchiquetées, chavirées, démentaient cette quiétude. On voyait bien que cela n'avait pas toujours été ainsi, que cela ne serait pas toujours, que des bouches d'enfer, vomissantes autrefois, se rouvriraient quelque part, et que cette verdure souveraine, qui semblait éternelle, cachait aussi une éternelle menace. Derrière soi, la mer, l'immense mer que l'on voyait resplendir avec la bourgade de Roseau, minuscule sur le rivage, ajoutait, elle aussi, à cette même impression. Sa présence semblait dire : « Les hommes ne sont que campés sur ces bords, un hasard seul les y amena, un autre les en fera disparaître. Il s'agit ici d'un peu de terre soulevée jadis, par accident, hors des flots, que de toutes parts des profondeurs immenses environnent. Un jour quelque autre commotion fera rentrer, sous les mers, les sommets de ces pics gigantesques que l'on appelle des îles, engloutissant les hommes audacieux qui vinrent les habiter, et avec eux le décor admirable que d'autres regards ne contempleront plus jamais. » Et ma pensée allait au delà de ce spectacle. Cette île m'apparaissait maintenant comme l'i-

Aux Antilles : hommes et choses  

Auteur : Robert Huchard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antille...

Aux Antilles : hommes et choses  

Auteur : Robert Huchard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antille...

Profile for scduag
Advertisement