Page 111

LA DOMINIQUE

99

portun par mes tableaux. Mais enfin qu'y puis-je faire ? et que suis-je venu voir ici, sinon des paysages ? J'en vois, et d'admirables. Quel intraitable Aristarque m'obligerait à parler d'autre chose ? A neuf heures ce matin, après une nuit reposante, je monte à cheval. Un négrillon m'accompagne qui, pieds nus, trotte allègrement à mes côtés. Nous déjeunerons dans la montagne à Sulphur Spring. Qui m'aime, me suive ; en route ! Au début de l'excursion, rien que de très ordinaire. Je note ces poteaux et ces fils télégraphiques qui relient Roseau au plus prochain village. Leur présence est irritante à la fin. Impossible de regarder le ciel sans voir s'y profiler ces abominables godets de porcelaine. Enfin voici trois cahutes, fort importantes sans doute, puisqu'on crut devoir les relier par fil spécial à la capitale. En quête de villégiature, peut-être le gouverneur de l'île ou quelque autre grand personnage y vient-il habiter. Leur extérieur modeste ne doit point faire écarter à priori cette idée. L'antithèse semble de règle ici. Mon boarding house n'en est-il pas la preuve ? Pendant une heure, au trot de mon cheval, mon hoy nègre à mes côtés, je suis la vallée de Roseau, dans un chemin encaissé, entre deux haies d'ar-

Aux Antilles : hommes et choses  

Auteur : Robert Huchard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antille...

Aux Antilles : hommes et choses  

Auteur : Robert Huchard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antille...

Profile for scduag
Advertisement