Page 81

LES

AMÉRIQUES

75

les Hollandais voisins et décida d'entreprendre des t r a v a u x méthodiques et de draîner les marécages. E n 1773, Poivre envoyait des plantes à épices. La population s'était augmentée un peu. On crut pouvoir espérer un bel avenir. La question de main-d'œuvre était toujours la grosse affaire. On tenta avec une nouvelle vigueur de transporter des noirs, qui aux Antilles avaient donné de si excellents résultats. Une compagnie, fondée en 1777, se chargeait de la colonisation de la région de Cayenne moyennant le privilège du commerce de la g o m m e au Sénégal et de la traite des noirs. Louis X V I à ce m o m e n t inaugurait une politique libérale et entrait dans la voie du libre trafic des colonies; mais la traite paraissait d'un tel intérêt pour la Guyane que l'on fit une exception au profit de cette compagnie. Or, elle fit bien le commerce de la g o m m e au Sénégal, mais ne réalisa rien à Cayenne. Elle fut remplacée en 1788 par la Compagnie du Sénégal qui jouissait du même m o n o pole et s'engageait à transporter un minimum de 400 noirs par an en Guyane. Mais la Révolution survint, la Colonie n'en souffrit pas sérieusement : lorsque le décret d'émancipation des noirs fut promulgué, on s'en tira en mettant en réquisition les anciens esclaves. Victor Hugues y vint ensuite c o m m e agent dés Consuls et fit réintroduire des noirs en grand n o m b r e ; la traite devait être tolérée à la Guyane plus longtemps que dans n'importe laquelle de nos possessions, — jusqu'en 1830. Une brève occupation portugaise marqua les dernières années de l'Empire, mais ne paraît pas avoir nui au développement de la colonie. La Restauration sut résister aux revendications du Portugal et conserva la Guyane, plus par souci de dignité que par considération de l'intérêt — assez faible — qu'on attribuait à cette côte. Pourtant on y fit encore une tentative intéressante. La m a i n - d ' œ u v r e était toujours la question qui primait t o u t ; l'interdiction de la traite empêchait maintenant de recruter des noirs, du moins officiellement. On songea aux

Histoire des colonies françaises  

Auteur : Victor Piquet / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Histoire des colonies françaises  

Auteur : Victor Piquet / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Profile for scduag
Advertisement