Page 57

LES

AMÉRIQUES

51

cours que nous devions apporter aux colons anglo-américains revendiquant leur liberté. L'Angleterre possédait alors en Amérique du Nord treize colonies échelonnées du nord au sud du continent. A p p a u vrie après la guerre de Sept A n s , elle les mécontenta en leur imposant des taxes sur les marchandises importées. Les États firent alors paraître une Déclaration des Droits, puis, en 1776, une Déclaration d'Indépendance. Une partie des troupes anglaises dut capituler à Saragota. Ce succès des Insurgents eut un immense retentissement. Leur révolte avait été populaire en France dès le premier j o u r : les Français, de plus en plus gagnés par le m o u v e m e n t philosophique, ne pouvaient considérer qu'avec sympathie ce jeune peuple revendiquant son indépendance, et en m ê m e temps ils n'étaient pas fâchés de voir l'Angleterre aux prises avec des difficultés. L'aide de la France s'était cependant limitée jusque-là à des prêts d'argent et à des cessions de matériel de guerre; de jeunes nobles, parmi lesquels Lafayette, étaient en outre allés mettre leur épée au service de la cause américaine. Après Saragota, B e n jamin Franklin obtint la conclusion d'un traité de c o m merce et d'alliance (1778). D'autre part, l'Angleterre avait mécontenté les Puissances européennes en s'arrogeant le droit de visite : la France les groupa sous la direction de la Russie, dans une ligue de neutralité armée. Puis, devant la situation critique des forces américaines, elle en vint à l'envoi de troupes, que c o m m a n d a R o c h a m b e a u . E n même temps, la marine française reconstituée connaissait dans toutes les mers des succès. La principale armée anglaise dut capituler. Ce n'était qu'une revanche morale. Elle aurait pu être suivie d'une autre, du moins en Louisiane : les Espagnols, assez embarrassés du cadeau qu'on leur avait fait, n'avaient envoyé d'abord q u ' u n Gouverneur, et les trente-six années de leur domination furent en somme légères à la Louisiane, dont les colons, restant Français de cœur, ne furent pas inquiétés, et qui continua à se développer. La population passa alors de 12.000 à 50.000 âmes.

Histoire des colonies françaises  

Auteur : Victor Piquet / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Histoire des colonies françaises  

Auteur : Victor Piquet / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Profile for scduag
Advertisement