Page 351

LES GRANDS T R A V A U X

A

L'ÉTRANGER

345

tempérées, et la zone forestière du Nord où l'on exploite spécialement un arbre de ces régions propre à divers usages, le quebracho. Les recettes brutes de la Compagnie, remarquablement administrée et dirigée, ont passé de 12 millions de piastres papier en 1908-1909 à 22 millions en 1918-1919. La Compagnie générale de chemins de fer dans la Province de Buenos-Aires a été constituée à Paris en 1905. Dans l'espace de cinq années elle a construit un réseau ferré de 1.267 kilomètres qu'elle exploite actuellement. Cette compagnie dessert une région agricole très riche, dont les produits peuvent être transportés facilement aux trois grands ports de Rosario, Buenos-Aires et La Piata. En particulier elle approvisionne la ville de Buenos-Aires, dont la population atteint maintenant 2.200.000 âmes. C'est à cette heureuse situation qu'elle doit des recettes particulièrement élevées, qui ont atteint, en 1928-1929, 18.000.000 de piastres. La Compagnie des chemins de fer de Rosario â Puerlo-Belgrano a été constituée à Paris en 1906; la ligne principale a été livrée à l'exploitation en 1910; elle coupe du Nord au Sud une partie de la province de Santa-Fé et toute la province de Buenos-Aires, et mesure 793 kilomètres. Elle est à voie de 1 m. 676 comme celles des compagnies anglaises établies dans la même région. Elle a été ultérieurement reliée au port de Bahia-Blanca. L'exploitation, favorisée par un matériel puissant a donné, en 1928-1929, 6.700.000 piastres de recettes brutes. En Chine, en dehors même du chemin de fer du Yunnan, les capitaux français et les ingénieurs français ont pris une part importante à l'exécution des grands travaux par les Européens. En matière de voies ferrées, nous avons obtenu d'abord, de moitié avec les Belges, la concession de la grande ligne de Pékin à Han-Kéou. L'affaire a été favorisée par des capitaux francobelges et la construction exécutée par des ingénieurs français et belges. L'exploitation a donné rapidement des résultats tels que le gouvernement chinois s'est empressé de racheter la concession, dès la dixième année. C'est également une société franco-belge qui a construit la ligne de Honan-Fou à Kaï-fong-fou, englobée actuellement dans la grande ligne de Si-ngan-fou à la mer. Enfin, une dernière ligne (à voie de 1 mètre), qui relie Taïyeun-fou, capitale de la province du Chan Si, à la grande ligne Pékin Han-Kéou, a été entièrement exécutée par des ingénieurs français, avec des capitaux français. La concession, obtenue par la Banque Russo-Chinoise en 1902 a été rétrocédée à la « Compagnie française de construction et d'exploitation de chemins de fer

Histoire des colonies françaises  

Auteur : Victor Piquet / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Histoire des colonies françaises  

Auteur : Victor Piquet / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Profile for scduag
Advertisement