Page 350

344

L'EMPIRE COLONIAL D E

LA F R A N C E

MODERNE

fique effort d'expansion dont l'opinion française ne se rend peutêtre pas suffisamment compte aujourd'hui. De 1890 à 1905 surtout, les Français ont été à la tête de toutes les grandes entreprises de chemins de fer : soit dans les pays neufs et en particulier en Amérique du Sud, soit dans les pays d'Europe demeurés en retard comme la Turquie, soit enfin en Chine. Ils n'ont pas cessé de tenir une très grande place dans la construction des ports. Cette heureuse manifestation de notre activité a tenu pour une part à ce que la France disposait de capitaux considérables, qu'elle employait volontiers à l'étranger; mais pour une part aussi à la valeur incontestée de nos ingénieurs qui partout s'est affirmée. 1° Les chemins de fer. Il a été parlé déjà des lignes de Djibouti à Addis-Abbeba et du Yunnan, remarquables en ce qu'elles partent de colonies françaises pour s'avancer en territoire étranger. Toutes deux appartiennent à des sociétés françaises. L'Amérique du Sud et spécialement la République Argentine, à l'époque de son développement intensif, ont offert un champ magnifique à l'activité des Européens. Nous n'avons pas construit en Argentine moins de trois réseaux, qui sont également la propriété de sociétés anonymes françaises. La plus ancienne et la plus importante est la Compagnie française des chemins de fer de la Province de Santa-Fé. La construction des premières lignes du réseau remonte à l'année 1883, et fut entreprise à la suite d'un accord passé entre le gouvernement provincial de Santa-Fé et la Maison John Meiggs et fils de Londres. En 1888, la province de Santa-Fé concéda à la Société française de Fives-Lille l'achèvement de lignes en construction et leur exploitation pendant cinquante-cinq ans; 500 kilomètres de voie nouvelle devaient être construits d'autre part. La Société de Fives-Lille cédait peu après ses droits à la « Compagnie française des chemins de fer de la province de Santa-Fé », qui se constituait. A la fin de l'année 1892 l'ensemble du réseau prévu, comptant 1.311 kilomètres, était livré à l'exploitation. En 1900, la Compagnie de Santa-Fé cessait d'être soumise à l'autorité provinciale et devenait, à la suite d'accords laborieux, propriétaire de son réseau, dont elle poursuivait le développement. Les lignes exploitées atteignaient, en 1914, 1.900 kilomètres; les travaux d'extension ont pu être repris en 1925 et actuellement il est exploité 2.055 kilomètres. Le réseau dessert deux régions très différentes et toutes deux intéressantes : la zone Sud consacrée aux cultures des régions

Histoire des colonies françaises  

Auteur : Victor Piquet / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Histoire des colonies françaises  

Auteur : Victor Piquet / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Profile for scduag
Advertisement