Page 31

LES CONCEPTIONS

COLONIALES

DE

LA MONARCHIE

25

Ils demandaient que les colonies fussent « réputées p r o vinces de France, soustraites au pouvoir arbitraire du Département de la Marine, assimilées aux autres provinces, participantes c o m m e elles à tous les avantages qu'elles doivent attendre de lois constitutionnelles et convenablement représentées aux Etats Généraux ». C'est là une idée qui a hanté le peuple français depuis lors et qui s'est fait jour à toutes les époques de révolutions, en 1848, c o m m e en 1870, et l'a conduit souvent à des mesures précipitées assez fâcheuses. Les Cahiers ensuite réclamaient l'abolition de l'esclavage, liée généralement dans l'esprit des Députés à l'abolition de la servitude en France. Les Assemblées révolutionnaires discutèrent beaucoup des questions coloniales; la Constituante créa même un « Conseil Colonial » et songea à créer un ministère des Colonies. Elle paraissait surtout apprécier les Colonies c o m m e débouchés pour les produits nationaux. On constate non sans surprise qu'elle hésita sur la question de l'esclavage et n'aboutit même pas à en condamner le principe. C'est que cette question avait un côté pratique extrêmement délicat : toute la prospérité des plantations coloniales paraissait mise en cause. Quant à ce qui restait du pacte colonial, on ne s'en préoccupa bientôt plus. Sans que rien n'ait été v o t é , les colonies s'étaient mises à s'approvisionner à leur gré. D'autre part le 3 avril 1790, le commerce des Indes fut déclaré libre et ouvert à t o u s ; les droits d'entrée et de sortie qui gênaient le c o m m e r c e d'Amérique furent supprimés. La Législative ne régla pas davantage la question de l'esclavage. C'est la Convention qui, en 1794, décréta par acclamations l'abolition de l'esclavage . La Convention se montra foncièrement a s s i m i l a t r i c e : « Ces Colonies, avait-elle 1

1. La Convention avait admis trois députés de Saint-Domingue: un blanc, un mulâtre et un noir; Camboulas déclarait qu'après les aristocraties nobiliaire et sacerdotale disparaissait l'aristocratie « cutanée ». Le lendemain l'assemblée abolissait l'esclavage.

Histoire des colonies françaises  

Auteur : Victor Piquet / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Histoire des colonies françaises  

Auteur : Victor Piquet / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Profile for scduag
Advertisement