Page 309

LES TERRITOIRES

SOUS

MANDAT

303

commun avec la côte, mais elles diffèrent profondément l'une de l'autre et leurs intérêts sont divergents. Ce n'est pas t o u t : Alexandrette, qui est un port, et très voisin de la Turquie, a toujours manifesté un certain particularisme; on en fit un sandjak rattaché à Alep, mais doté de son autonomie administrative. La région de Lattaquié enfin, habitée par des populations très particulières, fut détachée du sandjak de Tripoli pour former l'Etat indépendant des Alaouites. Le Liban avait v u , dès le 1 septembre 1920, proclamer son indépendance. A la vérité, le Liban chrétien ne cessait depuis bien longtemps, de revendiquer son autonomie. La Conférence de Constantinople en 1861, en avait fait une province distincte qui devait être administrée par un chrétien, assisté d'un Conseil, et relevant directement du sultan. La révolution jeune turque de 1908 avait réagi contre ce séparatisme; il n'est donc pas étonnant que le Liban ait revendiqué une indépendance reconnue dès longtemps. Le nouvel Etat, qui prit le n o m de Grand Liban eut pour capitale Beyrouth, dont le vilayet fut dissous, et qui, à la vérité, est une ville moitié chrétienne, moitié musulmane. Il s'étendait d'ailleurs depuis Baalbek et Tripoli au Nord, jusqu'à la frontière de la zone anglaise, et n'offrait pas, dans sa composition, l'unité et la netteté que l'on serait tenté d'imaginer. er

Telles sont les données sur lesquelles l'organisation administrative, qui a été maintes fois remaniée, devait s'appuyer. Elle avait à prendre pour base la déclaration de Mandat du 24 juillet 1922 rédigée par la Société des Nations, en vue de définir le Mandat. Cet acte donne pour o b j e t au mandat, d'élaborer un statut organique, préparé d'accord avec les autorités indigènes et de « favoriser les autonomies locales ». Dans la Syrie divisée c o m m e elle l'était, une première difficulté surgissait : on avait dès le premier abord créé, dans un pays qui n'est ni bien grand, ni bien peuplé, quatre ou cinq petits Etats : mais ces Etats ne pouvaient être absolument étrangers l'un à l'autre. Quoiqu'on en dise,

Histoire des colonies françaises  

Auteur : Victor Piquet / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Histoire des colonies françaises  

Auteur : Victor Piquet / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Profile for scduag
Advertisement