Page 29

LES CONCEPTIONS

COLONIALES

DE

LA MONARCHIE

23

de Barbarie, qui commerçait sur les côtes de l'Afrique du Nord. Les actionnaires cédaient leurs droits au roi qui reprenait l'actif et le passif des entreprises. E t en effet on dut constater que les économistes avaient raison : le commerce des Indes orientales, aussitôt libre, tripla d'importance et acquit une régularité qu'il n'avait jamais connue. L e régime du pacte colonial enfin allait s'atténuer peu à peu. E n 1767 déjà, deux entrepôts pour denrées étrangères, deux « ports francs » avaient été créés pour SaintDomingue et Sainte-Lucie. Le gouvernement de Louis XVI alla beaucoup plus loin : en 1784 le libre c o m m e r c e des étrangers avec les colonies était autorisé, au moins pour un certain nombre de denrées, et Louis XVI avait promis à Turgot d'entrer davantage encore dans cette voie. Les colonies qui nous restaient furent en somme, sous le règne de Louis XVI, prospères. Le gouvernement s'en préoccupait à tous égards et les faisait mettre méthodiquement en état de défense. Le commerce était des plus actifs : en 1786, plus de 1.200 navires faisaient avec les colonies un commerce de 300 millions de livres, contre 25 millions en 1716 pour des possessions plus étendues; il est vrai que les seules Antilles figuraient dans ce total pour une grosse part. A u surplus l'exotisme était à la m o d e et, si les philosophes se montrent en général hostiles à la colonisation, du moins en discute-t-on; et quelques hommes c o m m e Malouet, ancien gouverneur de la Guyane et de Saint-Domingue, et divers publicistes peuvent soutenir la thèse favorable. Cet état d'esprit devait se manifester dans la guerre de l'Indépendance américaine, en nous fournissant une première occasion de revanche contre l'Angleterre. La paix de Versailles qui reconnaissait la liberté de treize Etats unis, nous valait quelques avantages , mais 1

1. La France et l'Angleterre se restituaient ce qu'elles avaient conquis dans les Indes Orientales et occidentales. La France recevait en outre l'île de Tabago; elle rentrait en possession des comptoirs du Sénégal, perdus au traité de Paris, gardait en toute propriété Saint-Pierre et Miquelon et obtenait des avantages nouveaux en matière de pêche sur la côte de Terre-Neuve.

Histoire des colonies françaises  

Auteur : Victor Piquet / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Histoire des colonies françaises  

Auteur : Victor Piquet / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Profile for scduag
Advertisement