Page 282

276

L'EMPIRE

COLONIAL

D E LA FRANCE

MODERNE

Paul Bert, à son arrivée en A n n a m , fit au peuple des déclarations généreuses, qui n'étaient que l'expression de la politique traditionnelle et naturelle de la France, et qui eurent le plus heureux effet, puis il entreprit d'organiser le pays. Il institua au Tonkin, pour rapprocher l'autorité du peuple un conseil de notables, consultatif; il fonda l ' A c a démie Tonkinoise, pour recruter des mandarins et former des lettrés; il instaura l'enseignement du guoc-ngu et du français. Il créa enfin des Chambres de commerce, un comité permanent agricole, industriel et commercial. Les Messageries fluviales assurèrent les transports sur le fleuve R o u g e . Malheureusement Paul Bert mourut à la tâche, fin 1886, et son œuvre, battue en brèche par les mandarins, demeura sans lendemain. Il aurait fallu pouvoir lui trouver un successeur digne de lui et doué du m ê m e esprit généreux et actif. La plupart de ses idées cependant, devaient être réalisées plus tard. Alors (1887) fut tenté le premier essai d'union indo-chin o i s e : la Cochinchine et le Cambodge relevaient déjà du Ministère de la Marine et des colonies. L ' A n n a m et le T o n kin furent détachés du Ministère des Affaires Etrangères et rattachés au m ê m e Ministère, pour former l'Indo-Chine française. Elle avait à sa tête un gouverneur général, assisté d'un secrétaire général et d'un conseil supérieur. Le gouverneur général avait sous son autorité directe le T o n k i n ; des résidents généraux étaient placés au Cambodge et en A n n a m , pays de protectorat; la Cochinchine avait un lieutenant-gouverneur. Chaque pays disposait d'un budget autonome, tandis qu'un budget c o m m u n s'appliquait aux dépensse militaires, aux douanes, aux P. T . T . Cette réforme centralisatrice fut âprement discutée alors, surtout par la Cochinchine qui était plus riche, plus d é v e loppée et dont les colons jouissaient de plus grandes libertés. Elle ne survécut pas au ministère qui l'avait instituée; il ne resta que l'apparence d'un gouvernement général et le budget de la Cochinchine continua à être gaspillé par le conseil colonial.

Histoire des colonies françaises  

Auteur : Victor Piquet / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Histoire des colonies françaises  

Auteur : Victor Piquet / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Profile for scduag
Advertisement