Page 275

LE MONDE

269

JAUNE

Mais la France entrait dans cette ère de renaissance c o l o niale qu'inaugurait le personnel politique parvenu aux affaires au début de 1879. Gambetta était ministre des Affaires Etrangères. Il répondit fermement à la Chine; la garnison d'Hanoï fut renforcée; o n décida de pratiquer une politique plus énergique, de surveiller les Pavillons noirs qui ne cessaient leurs méfaits au Tonkin, de reprendre en mains les douanes, sans toutefois faire de conquête. Malheureusement c'était se leurrer, surtout avec les faibles forces qui se trouvaient sur place. L e capitaine de vaisseau Rivière, h o m m e de beaucoup de finesse et d'une grande intelligence avait pris le c o m m a n d e m e n t . Il fut tout de suite en désaccord avec les mandarins; c o m m e c e u x ci renforçaient la garnison de la citadelle, Rivière en d e manda l'accès et fut bientôt conduit à s'en emparer. Le gouverneur de la Cochinchine, L e Myre de Villers, se trouvait devant une initiative qu'il n'avait pas souhaitée, mais était prêt à profiter des avantages acquis. L e gouvernement hésita d'abord, et refusa les renforts demandés. Mais la Chine armait et entrait en campagne sans déclarer la guerre. A v e c quelques centaines d'hommes q u ' o n lui avait envoyés, Rivière dut à son tour, pour assurer ses communications avec la mer, occuper le delta. Il tint bientôt toute une région minière « dont on avait grande envie disait-il, mais q u ' o n hésitait à prendre ». Il se trouva malheureusement en face des troupes de Pavillons noirs parfaitement armées et fut blessé. De nouveau il devenait urgent de choisir une politique. Jules Ferry était au pouvoir depuis peu et se montrait décidé à agir. Il allait pendant deux ans, avec une inlassable énergie et un ardent patriotisme, soutenir la guerre sur terre et sur mer, et mener sans répit une lutte diplomatique, et en France même, une lutte parlementaire. Il demanda des crédits « pour nous établir solidement au Tonkin, et pour affermir aux y e u x de tous notre résolution de nous y maintenir ». Les crédits furent votés à la nouvelle de la mort de Rivière, à l'unanimité. Trois mille hommes furent alors envoyés. Le D H a r m a n , r

Histoire des colonies françaises  

Auteur : Victor Piquet / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Histoire des colonies françaises  

Auteur : Victor Piquet / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Profile for scduag
Advertisement