Page 252

246

L'EMPIRE

COLONIAL

DE LA FRANCE MODERNE.

m a t u m . N'ayant pas obtenu satisfaction, l'escadre s'empara de T a m a t a v e . Jules Ferry était alors partisan d'entreprendre la conquête, mais les Chambres ne le suivirent pas. Nous maintînmes néanmoins nos positions, et, en 1885, le Gouvernement hova devenu plus conciliant, traita. Mais, cédant à l'erreur c o m m u n e , nous reconnaissions la reine des H o v a s c o m m e reine de toute l'île — pensant y trouver un avantage — alors que cette politique nous faisait perdre au contraire de fermes appuis; en retour, la reine acceptait un résident français, chargé de contrôler ses relations extérieures. C'était le protectorat sans le m o t . E n outre la baie de Diego, Nossi-Bé et Sainte-Marie étaient cédés à la France et érigés en un Gouvernement. Le Myre de Villers, qui s'était distingué en Indo-Chine par son énergie, fut n o m m é résident. Malheureusement ce ne fut pas la solution. L'attitude du Gouvernement hova continua à être telle vis-à-vis de nos nationaux qu'il fallut se résigner à le châtier. On organisa une expédition (1895). Celle-ci a laissé de mauvais souvenirs. Sa préparation, qu'avait revendiquée le Ministère de la Guerre, témoigna d'une singulière m é c o n naissance des conditions de la guerre coloniale. Les expériences, à Madagascar m ê m e , n'avaient pourtant pas manqué : l'histoire de nos tentatives sur ces côtes depuis le xvi e siècle n'est qu'une suite de désastres, où colons ou contingents sont décimés par le climat; et il suffît de pénétrer une fois dans la plaine en arrière de Majunga pour être fixé. Le corps expéditionnaire, comportant surtout des jeunes soldats blancs, souffrit horriblement. E t l'on n'avançait p a s : débarqués à Majunga en février 1895, nous n'étions pas parvenus en août, c'est-à-dire aux approches de l'été austral, sur le plateau où s'élève Tananarive. Une colonne légère en entreprit enfin l'escalade et atteignit la capitale qui se rendit au premier coup de canon. Les opérations n'eurent pas à être poussées plus loin. Il convient de nommer ici un fonctionnaire civil, qui connaissait le pays et qui, placé auprès du chef de l'expédition, ne cessa de lui donner

Histoire des colonies françaises  

Auteur : Victor Piquet / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Histoire des colonies françaises  

Auteur : Victor Piquet / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Profile for scduag
Advertisement