Page 240

234

L'EMPIRE COLONIAL D E

LA F R A N C E

MODERNE

inondée aux hautes eaux, et qui o c c u p e toute la largeur de l'Afrique équatoriale. A u nord de la forêt, au-dessus du quatrième parallèle, c'est la savane, ce sont les grandes plaines herbeuses qui s'étendent jusqu'au dixième degré; enfin des sables et plus au nord la région quasi-désertique. Un système montagneux de faible relief et formé d'affleurements primaires sépare le bassin du Gongo de celui du T c h a d . Nos possessions offrent d o n c un ensemble sans unité, c o m m e il en devait être forcément étant donné qu'il s'étend, en forme allongée, sous des latitudes très différentes. Nous n'allions d'ailleurs reconnaître ce pays et l'occuper que très progressivement. Dès 1885, Brazza abordait l'exécution du plan conçu par le Comité de l'Afrique française : j o n c t i o n sur le Tchad de nos possessions du Congo, du Soudan, et de l'Afrique du Nord. L a marche vers le Nord fut entreprise à la fois par l'Oubanghi et ses affluents et par la Sangha. E n 1893, une première mission (Maistre) poussait vers le Chari, reconnaissait le Baguirmi et rentrait par la Benoué et le Niger; mais la Compagnie anglaise du Niger surveillait jalousement ses débouchés vers le Nord. Crampel, d'autre part, remontait vers le Gribingui, cherchant à gagner l'Algérie. Il était massacré dans le Dar K o u t i par des h o m m e s du cheikh Senoussi: c'était notre premier contact avec ce chef musulman, qui régnait alors sur la L y b i e . Sur ces entrefaites la question du Congo Belge entrait dans une phase définitive. Le roi des Belges, qui ne parvenait pas à résoudre seul les difficultés rencontrées dans son entreprise, p r o v o q u a un nouveau congrès à Bruxelles en 1889, d o n t l'objet officiel était la répression de l'esclavage. E n réalité l'Etat indépendant, d o n t les finances étaient embarrassées, voulait se faire reconnaître le droit de prélever des droits de douane, contrairement à la convention de Berlin. Il y fut autorisé, mais c o m m e ses ressources ne suffisaient pas, Léopold II emprunta 25 millions à la Belgique

Histoire des colonies françaises  

Auteur : Victor Piquet / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Histoire des colonies françaises  

Auteur : Victor Piquet / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Profile for scduag
Advertisement