Page 237

LE M O N D E

NOIR

231

En 1875, un jeune Italien naturalisé français, Savorgnan de Brazza, explora à fonds, par goût personnel semble-t-il, la vallée de l'Ogoué, où il croyait trouver une route de pénétration vers l'intérieur. Il voyageait seul, t o u t pacifiquement, de sorte qu'il arrivait souvent par son prestige personnel et sa générosité à se concilier les indigènes. Son exploration aboutit à constater que l'Ogooué n'était pas la voie de pénétration cherchée. Brazza gagna alors le basssin de l'Alima et, sans l'hostilité des populations, il eût atteint le grand fleuve qui lui était signalé vers le sud-est, et devancé sur le Congo Stanley. Celui-ci, disposant de moyens autrement importants, avait descendu le cours du Congo et ce v o y a g e avait naturellement fait sensation. Dès ce m o m e n t des Sociétés se formèrent en v u e de l'exploitation de cette région, mais le gouvernement français était encore dans cette période d'extrême réserve qui suivit 1870. C'est de toute autre façon qu'allait s'ouvrir la question du Congo. En effet, sur l'initiative du roi des Belges Léopold II, venait de prendre corps un grand projet qui devait donner naissance à l'Etat indépendant du Congo. Léopold II avait réuni en 1876 une conférence internationale où figuraient des géographes et des hommes politiques de toutes les grandes Puissances et qui aboutit à la création de l'Association internationale africaine, d o n t l'objet était en apparence purement philanthropique. Comme Stanley revenait de son v o y a g e et quoiqu'il fût anglais; le roi des Belges réussit à l'attacher au service de l'Association à laquelle l'explorateur apporta le fruit de ses découvertes. Léopold II offrit également une mission à Brazza qui en entrevit parfaitement le b u t et la refusa, conservant à la France, quoiqu'elle ne fût que sa patrie d'adoption, le résultat de ses travaux. Nanti d'une mission du gouvernement français, d'apparence scientifique et payée par le ministère de l'Instruction publique, Brazza reprit son œuvre où il l'avait laissée. La voie Ogooué-Alima déjà explorée par lui devait le c o n -

Histoire des colonies françaises  

Auteur : Victor Piquet / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Histoire des colonies françaises  

Auteur : Victor Piquet / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Profile for scduag
Advertisement