Page 200

194

L'EMPIRE COLONIAL D E

LA F R A N C E

MODERNE

de s'ouvrir de plus en plus de n o u v e a u x marchés; mais il estimait aussi que « la prédominance économique suit la prédominance politique » et que l'on ne saurait se contenter de l'installation de c o m p t o i r s . C'est alors que se réunit la conférence de Berlin, en 1884. Jules Ferry s'était heurté un peu partout à l'Angleterre; il avait dû renoncer à l ' E g y p t e au profit de cette dernière; il s'était aliéné l'Italie par l'expédition de Tunisie; il s'était heurté au roi des Belges en Afrique équatoriale. Les c o m plications internationales, qui pointaient à l'horizon du fait des partages inéluctables, firent accepter au ministre français l'idée d'une conférence, lancée par le Chancelier d'Allemagne; le prince de Bismarck avait en effet pris ombrage de la politique d'exclusivisme colonial, pratiquée par l'Angleterre, et était disposé à soutenir la France; il avait d'ailleurs le désir de lancer lui-même, sans occuper de territoires, des sociétés commerciales, et l'Angleterre ne considérait pas ces projets d'un œil favorable. Les deux h o m m e s d ' E t a t furent d o n c d'accord pour ouvrir une c o n férence, à laquelle prirent part les Etats de l'Europe — à l'exception de la Suisse et des Etats Balkaniques — et les Etats-Unis d'Amérique. Elle aboutit à la convention de Berlin du 26 février 1885. Celle-ci institue en Afrique, c o m m e le désiraient la France et l'Allemagne, le principe de la « porte ouverte », et l'égalité commerciale entre Européens; elle proclame la liberté de navigation sur le C o n g o , le Niger et leurs affluents, suivant les principes adoptés au congrès de Vienne pour les fleuves d'Europe internationalisés; elle décide enfin que toute o c c u pation de territoire, pour être valable, devra être effective et notifiée aux Etats participants. Cet acte fondamental, fut accompagné d'une série de conventions entre la France, l'Allemagne et l'Angleterre, destinées à déterminer ce que l'on appela les « sphères d'influence », notion assez dangereuse, d o n t l'Angleterre devait à plusieurs reprises tirer profit à notre détriment. Un autre accord créait l'Etat indépendant du Congo, p r o priété du roi des Belges.

Histoire des colonies françaises  

Auteur : Victor Piquet / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Histoire des colonies françaises  

Auteur : Victor Piquet / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Profile for scduag
Advertisement