Page 20

14

L'EMPIRE COLONIAL DE L'ANCIEN

RÉGIME

raient les instructions pour les capitaines; il avait m ê m e constitué une sorte de musée de curiosités et productions coloniales, qu'il fit un jour visiter à François I ... « Il fallait un h o m m e de belle envergure pour mener à bien une telle tâche, car les difficultés en dehors même des risques de mer et de la part énorme d'inconnu qui subsistait, étaient nombreuses... « La piraterie surtout exposait les armateurs à de rudes mécomptes et les flottes de Jean A n g o durent livrer de fréquents combats contre les Portugais et les Espagnols. La liberté de Jean A n g o , m ê m e dans ce rôle purement défensif était à chaque instant entravée : il avait obtenu du roi en 1531 des lettres de marque qui lui donnaient le droit d'armer ses navires en guerre, et ce droit, à la suite de réclamations du Portugal et de l'Espagne lui fut à plusieurs reprises contesté. » er

Presque tous les grands voyages d'alors, dont quelquesuns forment de véritables explorations, sont d'initiative individuelle, et si quelques-uns de ces hardis navigateurs ont des lettres patentes du roi, c o m m e Jacques Cartier et Roberval, c'est qu'ils ont su l'intéresser à leurs vues. Les entreprises de colonisation surtout sont d'initiative privée : celle par exemple de Coligny à R i o . Si d'ailleurs la plus grande partie des voyages de cette époque n'ont pour o b j e t que le commerce, — pêche des morues ou recherche de l'or en Occident, commerce des richesses de l'Inde en Orient, — ils ne sont nullement à dédaigner car ils devaient conduire à la fondation des colonies, par une insensible transformation des idées. La royauté devait bientôt s'intéresser à ces entreprises. Elle n'est en effet nullement restée étrangère à l'idée coloniale. Mais, absorbée par la politique continentale, conduite à y consacrer toutes les ressources du pays, elle resta presque toujours privée de moyens pour une action lointaine. T r o p rarement elle put prendre des initiatives en matière coloniale; plus rarement encore envoyer au loin les secours nécessaires. Ce sont donc nos explorateurs et nos colons qui, trop souvent livrés à eux-mêmes, constituèrent

Histoire des colonies françaises  

Auteur : Victor Piquet / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Histoire des colonies françaises  

Auteur : Victor Piquet / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Profile for scduag
Advertisement