Page 188

182

LE X I X

E

SIÈCLE

LA MÉDITERRANÉE

péennes rencontrent toutes aujourd'hui p o u r l'exécution des grands travaux publics aux Colonies; il convient de remarquer seulement que les chemins de fer égyptiens c o n cédés à l'Angleterre avaient été exécutés de la m ê m e façon, sans que l'opinion anglaise s'émût. Bref la Compagnie fut sommée de renoncer à la corvée et de rétrocéder le canal au Gouvernement égyptien. Napoléon III pris c o m m e arbitre entre celui-ci et la Compagnie donna raison à l ' E g y p t e (hostile aux t r a v a u x ) , et l'on p u t croire que le p r o j e t avait v é c u . L'Angleterre exulta. Mais elle avait c o m p t é sans l'énergie de F. de Lesseps et de ses ingénieurs, qui mirent au service de l'animateur de l'entreprise leur science et leur énergie. La Société renonça à l'emploi des fellahs, ce qui faisait t o m b e r le motif de la querelle : des excavateurs mécaniques remplacèrent les terrassiers. On peut même penser que la malignité de ceux qui voulaient empêcher l'aboutissement du projet fut providentielle et se retourna contre eux, car il n'est pas certain q u ' a v e c le seul travail humain cette entreprise gigantesque, aurait pu être menée à bien; en tous cas, elle n'aurait pu l'être dans le m ê m e t e m p s . Enfin deux ingénieurs des travaux, jeunes gens frais émoulus de l'Ecole p o l y t e c h nique française, n'hésitèrent pas à prendre en adjudication les 85 derniers kilomètres à creuser entre le lac Timsah et la Mer R o u g e , dont aucune société n'avait voulu se charger, et surent mener le travail à bien. (On devait revoir quelque chose d'analogue au canal de P a n a m a ) . Tandis que les travaux se poursuivaient heureusement, les formalités s'accomplissaient enfin : la P o r t e finit par accorder l'autorisation officielle d'exécuter les travaux, et une dernière convention entre le Gouvernement égyptien et la Compagnie mit en c o m m u n entre ces deux parties, la propriété du « Canal maritime de Port-Saïd à Ismaïlia » (1869). On connaît le faste qui présida à l'inauguration du Canal, à laquelle assista l'impératrice des Français. Le canal avait coûté environ 500 millions de francs (or) souscrits pour la plus grande partie par la France. L e p r o -

Histoire des colonies françaises  

Auteur : Victor Piquet / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Histoire des colonies françaises  

Auteur : Victor Piquet / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Profile for scduag
Advertisement