Page 165

LE L E V A N T

ET

L'ÉGYPTE

159

On sait combien cette décision eut par la suite d'heureuses conséquences : ce fut le début d'une sorte de Protectorat de la France sur les chrétiens de la Méditerranée orientale : les capitulations de 1528, 1536 et 1569 donnaient aux Français le droit de commencer librement dans les Etats du Sultan de Constantinople et d'y entretenir des établissements et des consuls. Henri IV continua cette politique; il envoya à Constantinople Savary de Brèves qui fit reconnaître officiellement à la France la protection et la garde des Lieux Saints, et qui obtint la confirmation et l'extension de ses privilèges c o m merciaux : les étrangers qui n'étaient pas en paix avec la Porte (sauf les Anglais et les Vénitiens) ne pouvaient c o m mercer en Turquie que sous le pavillon français et sous la protection de la France; défense était faite aux corsaires barbaresques de s'attaquer aux Français. On vit en Orient de plus en plus de navires français et le Levant paraissait réellement aux mains de la France. Henri IV puis Richelieu arrivaient en outre, par des accords avec le pape, à substituer des missionnaires français aux missionnaires italiens. Le commerce avait largement profité de cette situation, et souffrait seulement de l'audace des corsaires. Louis X I V fit beaucoup pour le protéger, et en même temps améliora notre représentation consulaire. Nos agents consulaires n'étaient pas alors ce qu'ils sont aujourd'hui; les consulats étaient des charges vénales et, au début du x v i i siècle, leurs titulaires ne songeaient plus qu'à en tirer profit; on était même arrivé à les mettre en société. Colbert et Ponchartrain firent des consuls des fonctionnaires. Nos relations avec la Turquie, par contre, furent moins bonnes, Louis X I V ayant rompu avec la politique de ses prédécesseurs en se laissant entraîner par la papauté, en 1604, à une sorte de croisade en Europe centrale. La France perdit ses privilèges en Orient. Néanmoins elle exerçait, depuis 1643, une sorte de protection purement religieuse sur les Maronites du Liban qui envoyèrent même une ambassade à Versailles; ce fut pour les Maronites (chrétiens) le début e

Histoire des colonies françaises  

Auteur : Victor Piquet / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Histoire des colonies françaises  

Auteur : Victor Piquet / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Profile for scduag
Advertisement