Page 137

L'AFRIQUE

DU

NORD

131

L'expédition fut très sérieusement préparée; d e u x fortes colonnes furent mises en m o u v e m e n t , partant l'une de l'Algérie, l'autre de la côte orientale. Leur succès fut c o m plet; le bey ne soutint d'ailleurs pas les Khoumirs. Un autre corps de débarquement enfin s'empara de Bizerte et menaça Tunis. Bref le bey signait sans plus tergiverser le traité dit du Bardo qui consacre un Protectorat de fait. Or, le Gouvernement français fut aussitôt l'objet à la Chambre d'attaques véritablement injustifiables. C o m m e on avait très vite — trop vite — rapatrié la plus grande partie des troupes, une vive effervescence se manifesta à Kairouan et sur le littoral oriental; il fallut bombarder Sfax (juillet 1881). Mais les troubles continuèrent dans l'intérieur, sillonné de bandes nombreuses qui recevaient le m o t d'ordre de la Tripolitaine; nos troupes n'avaient pas toujours le dessus. E n France, par malchance o n était à la veille des élections législatives, et le gouvernement hésitait à e n v o y e r les renforts nécessaires. Dans le pays, des « meetings d'indignation » se tenaient, où l'expédition de Tunisie était qualifiée de « désastre national ». Aussitôt après les élections, en septembre, on envoya les effectifs nécessaires et l'ordre fut très vite rétabli au cours de l'hiver 1881-1882. La pacification de l'extrême sud se poursuivit les années suivantes. Mais l'attitude de l'opinion française ne s'était pas m o d i fiée. Les dernières opérations militaires, c o m m e les premières, avaient été assez anodines, la soumission définitive des tribus avait été facilement obtenue. O n n'en continuait pas moins à parler en des discours passionnés de « notre colonie d'Algérie aux trois quarts perdue »; le ministre de la Guerre qui avait préparé l'expédition de façon fort convenable fut condamné c o m m e un coupable, et à la rentrée des chambres, le ministère J . Ferry dut se retirer. A la séance du 5 novembre 1881, J . Ferry avait refait l'historique de la question et justifié notre intervention. « L a question tunisienne — disait-il — est aussi vieille

Histoire des colonies françaises  

Auteur : Victor Piquet / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Histoire des colonies françaises  

Auteur : Victor Piquet / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Profile for scduag
Advertisement