Page 110

104

L'EMPIRE COLONIAL

DE L'ANCIEN

RÉGIME

Leur influence croissait rapidement, par le seul fait qu'il n'avaient plus de rivaux, et malgré l'antipathie qu'ils inspiraient aux indigènes. Ils commencèrent par occuper le Carnatic et dès lors toute la côte occidentale leur appartint sauf quelques points où demeuraient encore les Hollandais; bientôt ils débordèrent de Calcutta à Bénarès, de Mazulipatam à Haïderabad, et de Madras à Bengalore. Lauriston évita tout incident, mais conçut d'autres p r o jets. Dans un mémoire très étudié, il proposait de s'installer à Manille, que l'on se ferait céder par les Espagnols, à B o r néo, au Tonkin, dans l'Annam. Une partie de ces projets devait être réalisée un jour. Cependant, les affaires de la Compagnie n'allaient pas du tout. Elle était en partie ruinée et le m o u v e m e n t des idées devenait de plus en plus favorable au commerce libre. Après d'assez longs débats, ses privilèges furent suspendus, en 1769, et elle entra en liquidation. L e roi, après le traité de 1763, lui avait déjà racheté le port de Lorient et les Iles (Mascareignes). Il reprit les établissements de l'Inde, et l'administration purement royale s'y installa. En 1778, pendant la guerre d'Amérique, nos possessions retombèrent au pouvoir des Anglais. Cette fois la France parut décidée à faire un vigoureux effort, qui aurait dû lui permettre de reconquérir le terrain perdu. Des accords furent passés avec certains princes hindous qui s'accommodaient mal de l'Angleterre. Une flotte prit la mer sous les ordres de Suffren et un important corps expéditionnaire fut préparé, que devait commander Bussy. Malheureusement tout contribua à faire échec à cette tentative. Bussy fut retenu des mois par la maladie à l'Ile de France; les troupes elles-mêmes furent très éprouvées. Bussy ne put gagner que fin 1782 Ceylan que Suffren avait enlevée aux Anglais. Notre principal allié indigène était m o r t dans l'intervalle. L'affaire était manquée. Suffren ne put qu'éloigner la flotte anglaise, et la paix de 1783 intervint. Nous conservions nos établissements et rentrions en possession de quelques districts perdus en 1763. Bussy, l'ancien protecteur du Decan, mourut peu après

Histoire des colonies françaises  

Auteur : Victor Piquet / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Histoire des colonies françaises  

Auteur : Victor Piquet / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Profile for scduag
Advertisement