Page 1

MANIOC.org

Réseau des bibliothèques

Ville de Pointe-à-Pitre


MANIOC.org Réseau des bibliothèques

Ville de Pointe-à-Pitre


MANIOC.org Réseau des bibliothèques

Ville de Pointe-à-Pitre


MANIOC.org Réseau des bibliothèques Ville de Pointe-à-Pitre


MANIOC.org Réseau des bibliothèques

Ville de Pointe-à-Pitre


ANNUAIRE DE LA

GUYANE FRANÇAISE ET DU

TERRITOIRE DE L'ININI

1936 Imprimerie Emilio GRATIEN CAYENNE


Imp. - Papeterie. EMILIO GRATIEN - CAYENNE (Guyane Franรงaise) -

1936


CALENDRIER


— 4 — COEFFICIENTS DE LA MARÉE EN CENTIÈMES

Les plus fortes marées correspondent aux coefficients maximum et les plus faibles aux coefficients minimum. ÉCLIPSES

EN

1936

Il y aura en 1936, deux éclipses de soleil, la p r e mière le 19 juin éclipse totale, visible à Paris. La deuxième, le 13 et 14 décembre, éclipse annulaire, invisible à Paris. Il y aura en 1936, deux éclipses de lune, la première le 8 janvier éclipse totale, visible à Paris. La deuxième, le 4 juillet éclipse partielle, invisible à Paris.


-

5

-


6


7


8


—9—


— 10 —


— 11 —


— 12 —


— 13


14


— 15 —


16


— 17 —

Introduction à l'Histoire et à la Géographie de la Guyane Française Généralités sur l'Amérique La Guyane française appartient à l'Amérique et par sa géographie, comme partie intégrante de ce nouveau continent, et par son histoire, qui est une dépendance de celle de la grande Découverte de Colomb. Jusqu'aux approches du 15 siècle, les Européens ne connaissaient du globe qu'un seul continent, réunissant l'Europe, l'Asie et l'Afrique, d'ailleurs d'une façon bien imparfaite. C'est la révélation, en 1409, des manuscrits de l'astronome grec Ptolémée qui conduisit à la découverte du Nouveau Monde, par la recherche d'une roule vers l'Inde, présumée plus courte par l'Ouest que par l'Est. PTOLÉMÉE(l) ne dressa pas lui-même la carte dont il avait réuni les éléments. — dit M. Camena d'Almeida. dans son livre classique LA TERRE, Géographie générale (2). Ce travail fut fait après lui, d'après sa méthode et ses donnees, par AGOTHÉDÉMON et nous est parvenu conjointement avec l'œuvre de Ptolémée... « En 1409, Emmanuel Chrysoloras publia à Florence une traduction latine, dédiée au pape Alexandre VI; et les éditions latines se succédèrent dès lors rapidement, accompagnées des caries d'Agathodémon. L'Occident apprit ainsi la valeur des procédés mathématiques de la cartographie grecque et l'utilité d'un système rationnel de projection, avec méridiens et parallèles. « Là ne se borne pas l'influence de l'œuvre de Ptolémée. Par l'exagération des longitudes, dans la partie orientale de la terre habitée, Ptolémée rape

(1)Ptolémée l'astronome vivaitauIIesiecle. (2) Edition Armand Colin, Paris, 1918, page 5.


— 18 — prochaît outre mesure les pays o r i e n t a u x de l'Asie des côtes occidentales de l ' E u r o p e . « La t e r r e étant supposée sphérique, il suffisait d o n c , en p a r t a n t de l ' E u r o p e , de s ' a v a n c e r de 180 e n v i r o n vers l'ouest, p o u r a t t e i n d r e l'Inde au delà du G a n g e . . . D a n s l'intervalle, on avait, p a r MARCO POLO, la n o t i o n de l'existence de Zipangu(1), qu'on disait riche en m i n e s d'or ; et l'on avait d é c o u v e r s les Açores ; c'étaient a u t a n t d'étapes possibles, s a n t p a r l e r des îles m y t h i q u e s q u e l'on imaginait e n plus, c o m m e Antilia et l'ile de saint Brandan ( 2 ) . « Aussi, à p a r t i r du m o m e n t où ils r e t r o u v è rent les Açores, les Portugais, a u x q u e l s la r e c h e r c h e d e la route de l'lnde par les côtes d'Afrique avait coûté b i e n des sacrifices et q u i , à p a r t i r de l ' E q u a teur, avaient vu c o n t r e t o u t e a t t e n t e le littoral se p r o l o n g e r indéfiniment vers le sud, t e n t è r e n t - i l s des e x p é d i t i o n s vers l'ouest de l'Atlantique : telles furent celles de DIEGO DE T E I V E (1452). de dom F E R NANDO de BEJA (1457), de JOAO VOGADO (1462). « A l p h o n s e V s'adressa à l ' a s t r o n o m e florentin TOSCANELLI, p o u r savoir si la rouie par l'ouest pouvait c o n d u i r e au but, et la réponse fut affirmative : Toscanelli, imbu des idées de P t o l é m é e et r e n c h é r i s s a n t e n c o r e s u r elles, écrivit au c h a n o i n e FERNAO MARTINES (1474) q u e la distance du Portugal à l ' l n d e est plus courte à l'ouest q u e par l'Est. « Les 180 degrés de longitude, q u e Ptolémée s u p p o s a i t e n t r e l'Asie et l ' E u r o p e (d'Ouest en Est), étaient r a m e n é s à 130 p a r Toscanelli, à 120 p a r Martin Bëhaim, d a n s son fameux globe de 1492, 1e plus ancien des globes qui n o u s soient p a r v e n u s . « P a r m i les m a r c h a n d s , m a r i n s et pilotes des diverses n a t i o n s , dont Lisbonne était le rendez-vous, (1) Ou CIPANGO, d'après la carte de Martin Behaim (1492). (2) Açores, Antilia, Saint Brandan, toujours dans la direction de l'ouest. A signaler également les îles CANARIES, une réalité celles-là, où un Français Jean de Béthencourt, fut le premier,à s'établir, en 1102 Ç'eSt le début de cette Marche vers l'Ouest, qui a duré un siècle,.


— 19 — il y eut u n h o m m e sur qui ces idées p r o d u i s i r e n t u n e vive i m p r e s s i o n et qui s'en i n s p i r a , p o u r c o n c e v o i r un p l a n h a r d i de d é c o u v e r t e : ce fut le Génois Cristoforo C o l o m b o ou C h r i s t o p h e C o l o m b , qui avait eu c o n n a i s s a n c e de la lettre de Toscanelli. (1) Telles furent, d ' a p r è s n o t r e professeur de g é o graphie à la F a c u l t é des lettres de B o r d e a u x , les c i r c o n s t a n c e s qui ont p r é c é d é et p r é p a r é le voyage r é v é l a t e u r de C o l o m b . L a l i t t é r a t u r e de celle d é c o u v e r t e , qui devait t r a n s f o r m e r les c o n n a i s s a n c e s g é o g r a p h i q u e s du m o n d e , est a b o n d a n t e et d i v e r s e . C'est d a n s l'ouvrage r e m a r q u a b l e d'ANTONIO HERRERA a les Exploits des Castillans, à la découverte du nouveau monde , »dont la t r a d u c t i o n française fut faite p a r de la COSTE, qu'il n o u s parait préférable de lire le récit c o m p l e t de la m e r v e i l leuse a v e n t u r e du n a v i g a t e u r i t a l i e n . Le d o c t e u r Charcot lui a tout r é c e m m e n t consacré u n petit livre édité p a r F l a m m a r i o n , sous le titre « Christophe Colomb », qui est loin d'être aussi i n t é r e s s a n t , m a l g r é t o u t e la publicité qui lui a été faite d a n s la presse p a r i s i e n n e . Mais c'est d a n s Pantagruel de Rabelais, que se trouve le récit le plus original de l ' é v é n e m e n t , d é guisé sous la f o r m e a l l é g o r i q u e . Le voici, d a n s la l a n g u e du c u r é d e M e u d o n ; L'avis du pilote Jamet Brayer et de Xénomanès aussi fut, vu que l'oracle de la dive Bacbuc était près le Catay (2), en Indie Supérieure, ne prendre la route ordinaire des Portugalois, lesquels passant la ceinture ardente (3) et le cap de Bona-Spéranza, sur la pointe méridionale d'Afrique oultre équinoctiale (4) et perdant la vue et guide de l'asseuil septentrional font navigation énorme ; ains, suivre au plus près le parallèle de la dite Indie et gyrer autour d'icelui pôle par Occident (5), de manière que, tournoyant sous septentrion, (1) CAMEN'A d'ALMEIDA, opère citato,20, 21 et 22. (2) Ancienne désignation de la Chine. l'Equateur. (4) au dela de la région éqùindxiale. (5) Tourner autour de ce pôle par l'ouest.


— 20

l'eussent en pareille élévation comme il est au port de Olone, sans plus en approcher, de p e u r d'entrer et être retenus en la mer glaciale, et suivant ce canonique détour, par m ê m e parallèle, l'eussent à dextre vers le levant qui au despartement leur était à senestre (1). Ce que leur vint à profit i n c r o y a b l e ; car, sans naufrage, sans danger, sans perte de leurs gens, en grande sérénité (excepté un jour, p r è s l'île des Macréons), tirent le voyage en Indie supérieure, en moins de q u a t r e mois ; lequel à peine feraient les Portugalois en trois ans, avec que mille fascheries et dangers innumérables. Voilà p i t t o r e s q u e m e n t e s q u i s s é p a r R a b e l a i s le voyage de Christophe Colomb, qui laissa subsister, d a n s le m o n d e d ' a l o r s , 1'erreur qu'il était parvenu simplement dans l ' l n d e , p a r c e t t e r o u t e d e l ' O u e s t . Car, o n n ' a v a i t p a s e n c o r e r e l e v é les c o n t o u r s d u c o n t i n e n t a b o r d é p a r le n a v i g a t e u r g é n o i s , q u i l u i m ê m e i g n o r a i t l ' é t e n d u e et l ' i m p o r t a n c e d e s a p r o p r e d é c o u v e r t e . C e n o u v e a u c o n t i n e n t fut d'abord a p p e l é les Indes occidentales ; et l e s n a t u r e l s d u pays furent d é n o m m é s Indiens. (1) de façon à avoir à droite ce qui, à leur départ, était à gauche.


-

MEMENTO

21

-

HISTORIQUE

DE LA GUYANE F R A N Ç A I S E La l i t t é r a t u r e h i s t o r i c o - g é o g r a p h i q u e de ce pays est e x t r ê m e m e n t riche de d o c u m e n t s , plus e n q u a n t i t é q u ' e n q u a l i t é , sous f o r m e de notices et d'histoires p r i n c i p a l e m e n t , d o n t on serait bien e m b a r r a s s é de dire quelle est la plus originale ou la meilleure, tous ces écrits étant, p o u r la p l u p a r t du m o i n s , des c o m p i l a t i o n s . Et le n o m b r e est e n c o r e plus g r a n d des mémoires, éludes et rapports, manuscrits ou i m p r i m é s , sur la flore et la faune, n o t a m ment s u r les bois, les essences forestières, les p r o d u i t s divers de ces essences — t i n c t o r i a u x , textiles, o l é a gineux, t a n n a n t s , latex et g o m m e s , — et s u r l'or du sous-sol g u v a n a i s . Victor de NOUVION, en a p p e n d i c e à s o n o u vrage c é l è b r e « Extraits des Auteurs et des Voyageurs »(1) qui ont écrit s u r la G u y a n e , a é n u m é r é 240 i m p r i m e s et m a n u s c r i t s d i v e r s , d a n s u n e bibliog r a p h i e de 33 p a g e s , qui s'arrête à 1844, date de l'édition. P o u r le p r é s e n t A n n u a i r e de la G u y a n e , édité s p é c i a l e m e n t p o u r le T r i c e n t e n a i r e , il n o u s a p a r u plus p r a t i q u e et plus utile de rédiger, à l'usage de nos visiteurs de la croisière officielle de d é c e m b r e , un s i m p l e m é m e n t o , divisé en 2 p a r t i e s , c o n t e n a n t des n o t i o n s r é s u m é e s , claires et précises, s u r l'histoire et la g é o g r a p h i e de n o t r e colonie, s a n s a u c u n e p r é t e n t i o n de rivaliser avec les b r i l l a n t s et s a v a n t s a u t e u r s de notices et d'histoires, c o n n u s ou i n c o n nus, m o r t s ou v i v a n t s . Il n o u s a r r i v e r a d'ailleurs d'en citer q u e l q u e s - u n s , au c o u r s de n o t r e m é m e n t o . Il en est un s u r t o u t q u e n o u s a v o n s voulu n o u s i m p o s e r p o u r guide, — avec toute la p r u d e n c e n é cessaire — ; car il est à la fois u n e a u t o r i t é , en m a t i è r e (1) Edité a l'Imprimerie de Béthune et Plon, rue de Vaugirard, 36, à Paris, en 1844.


-

22

-

h i s t o r i q u e et g é o g r a p h i q u e , et u n incorrigible s e c taire, au p o i n t de v u e social et p o l i t i q u e : c'est COUDREAU, H e n r i C o u d r e a u , a n c i e n élève de l'Ecole des Chartes de Cluny, e n v o y é en G u y a n e , e n 1881, c o m m e professeur d'Histoire et de G é o g r a p h i e , au Collège laïque de C a y e n n e , qui venait d'être fondé et ouvert, — C o u d r e a u qui d e v i n t peu a p r è s l ' e x p l o r a t e u r de la G u y a n e et d u Brésil, p l u s i e u r s fois l a u r é a t de la Société de Géographie de P a r i s , et d o n t les 2 p r i n c i p a u x o u v r a g e s — Chez nos Indiens et Voyages à travers les Guyanes et l'Amazonie (1) constituent des d o c u m e n t s de v a l e u r . N o u s a v o n s mis é g a l e m e n t à c o n t r i b u t i o n 2 a u t r e s a u t e u r s , d o n t l'un n o u s est déjà fort c o n n u e n G u y a n e , Victor de N o u v i o n , d o n t n o u s v e n o n s d e citer l'ouvrage, et l'autre, M. Léon D e s c h a m p s , p r o fesseur d'Histoire et G é o g r a p h i e au Lycée du M a n s , qui fit p a r a î t r e en 1891, chez P l o n et N o u r r i t à P a r i s , u n e Histoire de la Question coloniale en France, où a b o n d e n t des a p e r ç u s j u d i c i e u x s u r les vieilles colonies françaises. Coudreau, dans son livre sur les Guyanes et l'Amazonie, a divisé l'histoire de la colonisation française e n G u y a n e en sept époques: la p r e m i è r e , qu'il caractérise p a r « la recherche cosmopolite de l'El Dorado » ; la d e u x i è m e , p e n d a n t laquelle la colonie subit le régime de l'administration féodale, des seigneurs a v e n t u r i e r s et des c o m p a g n i e s ; la t r o i sième, caractérisée p a r l'administration directe de la couronne, d o m i n é e p a r l'influence de Colbert, qui se fit s u r t o u t sentir p a r le d é v e l o p p e m e n t du c o m m e r c e et de l ' a g r i c u l t u r e ; la 4 , la 5 et la 6 , c a r a c t é r i s é e s au point de v u e politique p a r : la Révolution, la première émancipation des esclaves, le rétablissement de l'esclavage, puis la 2 abolition de l'esclavage en 1848; enfin, la s e p t i è m e é p o q u e , celle actuelle, qui va de 1848 à n o s j o u r s , et qui est c a e

e

e

(1) Edité chez Challamel, rue Jacob, à Paris, en 1886.

e


-

23

-

ractérisée p r i n c i p a l e m e n t p a r deux événements notoires: la d é c o u v e r t e de l'or et la c r é a t i o n de la transportation pénitentiaire. Cette division, qui a le m é r i t e d'être logique et rationnelle, est ce q u e n o u s p r e n d r o n s d ' a b o r d d a n s l'ouvrage de C o u d r e a u et q u e n o u s s u i v r o n s . Il n e faut j a m a i s tout a c c e p t e r de cet écrivain, v o y a g e u r et h i s t o r i e n , m a l g r é l'attrait de sa t o n n e i m p e c c a b l e et m ê m e b r i l l a n t e ; car, il a d e s e x a g é r a t i o n s , d e s lubies et m ê m e des p h o b i e s r e g r e t t a b l e s . Victor de N o u v i o n et L é o n D e s c h a m p s n o u s s e r o n t d ' u n c o m m e r c e plus a g r é a b l e et d'un s e c o u r s plus u t i l e .

Première époque. Il ne m a n q u e p a s de lieux communs, p o u r cette p r e m i è r e p é r i o d e de l'histoire de la G u y a n e , d a n s toutes les notices c o n n u e s de n o u s , — à c o m m e n c e r p a r c e l l e , à c a r a c t è r e officiel, i n s é r é e d e p u i s 1821, p e n d a n t p l u s d ' u n siècle, d a n s l'Annuaire administratif de la c o l o n i e , et q u i est d u e à la p l u m e d'un a n c i e n c o l o n de C a y e n n e , M. M e t t e r a u d , d e s c e n d a n t p a r sa m è r e de l'ancien chef I n d i e n C é p é r o u , qui a d o n n é s o n n o m à la colline d o m i n a n t la ville chef-lieu. Cette p r e m i è r e p é r i o d e , — qui va de la d é c o u verte d e s côtes de la G u y a n e , p a r Vincent Yanez P i n s o n , e n 1498, j u s q u ' a u d é b u t d u 17 siècle, C o u d r e a u l'intitule « R e c h e r c h e c o s m o p o l i t e de l'El D o r a d o ». e

D è s l'origine, c e t t e terre fut un p a y s d e c h i m è r e s et d e v a n i t é . Le littoral était à p e i n e r e c o n n u q u e , sur la foi d e narrations fabuleuses, des aventuriers de toutes provenances s e l a n ç a i e n t d a n s l'intérieur d e s t e r r e s . Ils allaient c o n q u é r i r le f a m e u x El Dorado, o ù l ' o r r e m plaçait la pierre. Manoa del Dorado était une ville bâtie sur les bords du lac Parimé, que l'on devait atteindre en remontant l'un d e s fleuves d e la c o n t r é e . Il va s a n s dire q u e ni la ville ni l e l a c n'ont j a m a i s e x i s t é .


24

-

-

A ce r é s u m é , tout-à-l'ait exact d ' a i l l e u r s , il c o n v i e n t d'ajouter q u e les p r i n c i p a u x v o y a g e u r s q u i ont p a r c o u r u les côtes et u n e p a r t i e de l ' i n t é r i e u r des G u y a n e s , à ce p r e m i e r stade qui suivit la d é c o u v e r t e , furent les Anglais W a l l e r Raleigh, q u i m o u r u t s u r l'échafaud. p o u r a v o i r d o n n é de ses voyages u n récit fantaisiste, L a u r e n t K e y m i s , R o b e r t H a r c o u r t , etc. Les archives n a t i o n a l e s révèlent un récit de Voyage à la Guyane d'un sieur de PEZIEU, édité e n 1613. T o u t cela n'a q u ' u n c a r a c t è r e p u r e m e n t documentaire. E n r é s u m é : ce qui d o m i n e , d a n s les faits et gestes, c o m m e d a n s les écrits de cette p r e m i è r e é p o q u e , c'est l'esprit d'aventure et la folie de l ' o r . . .

Deuxième époque. Colonisation raison.

féodale,

dit C o u d r e a u ,

non

sans

La d e u x i è m e é p o q u e est c e l l e d e s s e i g n e u r s r u i n é s , c a p i t a i n e s d ' a v e n t u r e , r i c h e s d ' a u d a c e , légers d e s c i e n c e , de s c r u p u l e s et d'argent. Le p r e m i e r d e c e s c a p i t a i n e s p o r t e u n n o m d'opérac o m i q u e : Adalbert de la R a v a r d i é r e !

Comme avec irrévérence Parle des Dieux ce maraud (MOLIÈRE : Amphitryon

!

1,2).

Voilà et voici c o m m e n t C o u d r e a u p a r l e de l'un des p r e m i e r s g r a n d s seigneurs français, v e n u s p o u r établir u n e colonie sur le c o n t i n e n t s u d - a m é r i c a i n , a p r è s la tentative d é s a s t r e u s e de Villegagnon, qui avait réussi en 1555, un établissement é p h é m è r e , s u r les b o r d s de la rivère de J a n v i e r , en face de l'emp l a c e m e n t actuel de la capitale b r é s i l i e n n e Rio de Janeiro. Le futur soigneur suzerain de la France Equinoxiale s'établit à la montagne des Tigres, dans l'île appelée depuis ile de Cayenne... Du monticule on découvre l'île entière; aux alentours la terre est


-

25

fertile: non loin de là, des rivières serpentent dans tous les sens pour ouvrir l'intérieur. Malheureusement, «au pied de la belle montagne vivait un chef Caraïbe, le terrible A r r o u a i c a r y , avec qui les nouveaux venus ne surent pas vivre en bonne intelligence. Le cadet de Gascogne s'avisa de traiter en manant le guerrier sans blason, et un jour — la chronologie ne nous fournit à ce sujet aucun renseignement précis — tous les blancs furent masacrés. C'était à peu prés en 1604.

Les e x p é d i t i o n s de s e i g n e u r s et de m a r c h a n d s se s u c c è d e n t à des i n t e r v a l l e s d i v e r s : en 1626, d e s m a r c h a n d s de R o u e n e n v o y è r e n t u n e colonie d e 26 h o m m e s s'installer s u r les b o r d s d u fleuve S i n n a mary, u n e a u t r e de m ê m e i m p o r t a n c e , sur les b o r d s de la petite rivière de C o u n a m a m a , t o u t e s d e u x sous la c o n d u i t e de d e u x sergents d ' a r m e s . Les annales h i s t o r i q u e s de la colonie signalent s e u l e ment l e u r existence en 1630 et en 1633, au m o m e n t où u n c o n v o i d ' é m i g r a n t s est v e n u les r e n f o r c e r ; mais elles sont m u e t t e s s u r l e u r sort, a p r è s cette d a t e . Fondation de Cayenne. — On r e l a t e e n c o r e e n 1634, l'établissement d'un c a p i t a i n e L e g r a n d d a n s l'île de C a y e n n e . Enfin 1643 m a r q u e r a u n e d a t e i m p o r t a n t e de l'histoire de cette c o l o n i e : la f o n d a tion de la ville chef-lieu p a r le s i e u r Poncet de Brétigny. En 1943, o n p o u r r a d o n c fêter aussi le T r i c e n tenaire de C a y e n n e . C'est u n e n o u v e l l e C o m p a g n i e de R o u e n q u i avait envoyé P o n c e t de Brétigny a v e c u n e colonie de 300 h o m m e s , engagés p o u r 3 ans, et q u ' o n a depuis d é n o m m é s les trente-six mois. « Les a v e n t u r i e r s d'Europe, qui s'engageaient alors à 36 m o i s de travail d a n s les colonies, n e savaient g u è r e ce qui les a t t e n d a i t . U n e fois a r r i v é à destination, rengagé était un esclave blanc, p l u s maltraité q u e ne l'eût été l'esclave n è g r e , c a r le d e r n i e r était esclave à vie, le p r e m i e r p o u r 3 a n s seulement. Le m a î t r e nourrissait et logeait l'engagé, mais il p o u v a i t le céder p e n d a n t le c o u r s de l ' e n g a g e m e n t . Le p r i x c o u r a n t était de t r e n t e é c u s . » Les c o l o n s b l a n c s et les fils d'affranchis et


-

26

-

d'anciens esclaves n o i r s a u r a i e n t d o n c , selon l'histoire, u n e origine c o m m u n e , au p o i n t de v u e social. 11 y e n a qui o n t oublié c e l a . . . Suivons C o u d r e a u , qui s'est s a n s d o u t e docum e n t é d a n s le livre de Boyer du Petit P u y , en ce qui c o n c e r n e l'expédition de Brétigny e n G u y a n e : « P o n c e t a b o r d a d a n s l'ile alors déserte où s'éleva d e p u i s C a y e n n e . Il y r e n c o n t r a d e u x ou trois êtres à peu p r è s n u s , m o u r a n t de faim, p a r l a n t la langue des Galibis, dont ils avaient p r i s les m œ u r s . Ces m a l h e u r e u x lui d e m a n d è r e n t p r o t e c t i o n c o n t r e les I n d i e n s , qui les avaient r é d u i t s en s e r vitude. . . « P o n c e t n e se laissa point i m p r e s s i o n n e r p a r ce funeste p r é s a g e . Il fit le t o u r de sa petite ile et ayant d é c o u v e r t sur la côte n o r d - o u e s t u n m o n t i c u l e d'une belle a p p a r e n c e , il e n fit l'acquisition au chef indien Cépérou, qui y était é t a b l i . . . L'endroit était bien choisi ; et c'était de b o n n e d i p l o m a t i e q u e de d é p e n s e r q u e l q u e s bibelots, p o u r se concilier l'amitié d'un chef indigène, plutot q u e de le d é p o s s é d e r de vive force, ce q u e plus d ' u n c a p i t a i n e à la place de P o n c e t n ' a u r a i t p a s m a n q u é de faire i n c o n t i n e n t . Sur le m o n t C é p é r o u s'éleva u n village, qui fut a p p e l é C a y e n n e , d u n o m d ' u n a u t r e chef Indien. T o u t allait b i e n j u s q u e - l à . M a l h e u r e u s e m e n t le sieur de Brétigny, qui avait c o m m e n c é c o m m e Titus, devait finir c o m m e N é r o n . L'ivresse du pouvoir absolu, l'isolement, la fièvre peut-être ou l'ennui détraquèrent la cervelle du fondateur.. Cet affreux tyran ne devait pas t a r d e r à exaspérer ;on petit peuple. La guerre civile éclata dans la lilliputienne cité du Cépérou et les Indiens firent une levée de boucliers, en faveur des adversaires du tyran. Poncet fut tué par les siens, qui eurent la main plus prompte que les Galibis. Ces égorgements constituent le baptême de Cayenne. dont l'énerguméne Poncet doit être considéré comme le fondateur, le parrain, le premier administrateur. Les restes de l'expédition de Poncet se rendirent enfin tellement odieux aux indigènes, que le ban de guerre fut publié, chez toutes les nations indiennes, de l'Oyapock au Sinnamary et qu'une


— 27

armée de confédérés caraïbes vint mettre le siège devant le village de Cayenne, qui fut détruit. Vingt cinq hommes seulement é c h a p pèrent au d é s a s t r e , en se retranchant fortement au sommet du Cépérou. En 1645, ces m a l h e u r e u x r e ç u r e n t de F r a n c e un renfort de 40 hommes, envoyés par les associés de Rouen. Les nouveaux venus, effrayés de la triste situation de la c o l o nie, reprirent aussitôt la mer. Seize seulement, au cœur doublé de chêne et d'airain, furent assez héroïques de rester. Ils furent m a s sacrés, avec les 25 autres de l'expédition Poncet, par les Galibis, qui commençaient décidément à prendre les blancs en h a i n e .

Ce p r e m i e r échec de la c o l o n i s a t i o n française à C a y e n n e , qui avait c o û t é la vie à p l u s de 400 h o m mes, fut suivi d'un a u t r e , q u e l q u e s a n n é e s a p r è s , plus i m p o r t a n t : 800 c o l o n s , a m e n é s p a r les 12 seigneurs associés, sous le n o m de C o m p a g n i e d e la F r a n c e E q u i n o x i a l e , e n 1654, furent d é c i m é s p a r la p a r e s s e , la famine et p a r les I n d i e n s révoltés de leurs p r o c é d é s à l e u r é g a r d . E n 1655. les H o l l a n d a i s de S u r i n a m e , s o u s la conduite du b o u r g e o i s Sprenger, vint p r e n d r e p o s session de la c o l o n i e et s'y é t a b l i r e n t j u s q u ' e n 1663, d a t e à laquelle M. de la B a r r e , e n v o y é de F r a n c e p a r u n e nouvelle société, vint les c h a s s e r . Un troisième désastre à e n r e g i s t r e r : les 1.000 colons, qui avaient été a m e n é s p a r M. de la B a r r e , e u r e n t le m ê m e sort q u e l e u r s p r é d é c e s s e u r s et p é r i r e n t de la m ê m e façon, à l'exception du chef, q u i p u t sauver sa vie, e n fuyant. Le m ê m e chevalier de la B a r r e e s s u y a un a u t r e échec aussi r e t e n t i s s a n t , peu de t e m p s a p r è s , en 1664, avec u n n o u v e a u convoi de 1000 h o m m e s , qui s'éteignirent, du p r e m i e r j u s q u ' a u d e r n i e r , e n 3 a n n é e s de famine ou sous les d e n t s des c a r n a s siers, tigres et j a g u a r s , d o n t l'ile de C a y e n n e était alors infestée. Les Anglais, s o u s la c o n d u i t e d u chevalier H a r t m a n , v i n r e n t s ' e m p a r e r de la ville naissante et ne l ' é v a c u è r e n t q u ' a p r è s l'avoir totalement ravagée. Ainsi se t e r m i n a la d e u x i è m e p é r i o d e de la colonisation g u y a n a i s e , qui est a p p e l é e a j u s t e titre par C o u d r e a u la période féodale, absolument imp r o d u c t i v e , au p o i n t de vue du c o m m e r c e , de l'in-


-

28

-

dustrie et de l'agriculture. P é r i o d e d'intrigues, d ' a v e n t u r e s , de luttes et d ' e s c a r m o u c h e s , e n t r e les colons et les n a t u r e l s du pays. Le système d'administration p a r les associations de g r a n d s seigneurs ayant ainsi fait faillite, Colbert, p r e m i e r m i n i s t r e de L o u i s XIV et digne élève et successeur de Richelieu, décida le Roi à confier d é s o r m a i s l'administration d e s colonies de la c o u r o n n e à de g r a n d e s c o m p a g n i e s privilégiées, sous la s u r v e i l l a n c e de l'Etat, n o t a m m e n t , p o u r les Antilles, la G u y a n e et l'Amérique du n o r d , à la Compagnie des I n d e s Occidentales, fondée en m a i 1664. C'était e n s o m m e p o u r s u i v r e le p r o g r a m m e de Richelieu.

Troisième époque Elle d é b u t a sous le g o u v e r n e m e n t du c h a v a l i e r de Lézy, frère du chevalier de la B a r r e et q u i , e n l'absence de celui-ci, en croisière a u x Antilles, a s s u m a i t l'administration de la colonie, à p e i n e relevée de ses r u i n e s et rebâtie en p a r t i e . C'est de celle é p o q u e q u e d a t e le système d e s concessions, soit en ville, soit d a n s les e n v i r o n s et m ê m e d a n s ce qu'on appelait alors la terre ferme, p a r r a p p o r t à C a y e n n e , c o n s i d é r é e c o m m e une île, — c'est-à-dire au delà des rivières d u Mahury et d u T o u r - d e - l ' I l e . C'est en effet, d a n s l'île d e C a y e n n e d'abord, puis d a n s la région du Mahury, du Tour de l'île, de l'Oyac et de la Comté q u e les c o l o n s s'établirent. Dans les titres de c o n c e s s i o n s ainsi délivrés aux c o l o n s , il était fait r é s e r v e , p o u r le cas où il s'y t r o u v e r a i t des m i n e s d'or ou d ' a r g e n t , d o n t la j o u i s s a n c e des 2 tiers était a s s u r é e aux c o n c e s s i o n n a i r e s , l'autre tiers étant laissé à la C o m p a g n i e (ou au Roi) p e n d a n t les 10 p r e m i è r e s a n n é e s et la totalité, a p r è s ces dix a n n é e s .


— 29 — D o n c , à cette é p o q u e - - e n t r e 1660et 1670, et m ê m e 1680, le p r e s s e n t i m e n t d e l'existence de l'or persistait à C a y e n n e , chez les colons, c o m m e d a n s l'esprit d e s administrateurs. Exploration de l'intérieur du pays par les Jésuites. - C'est au d é b u t de cette t r o i s i è m e p é r i o d e de la c o l o n i s a t i o n , sous le g o u v e r n e m e n t m ê m e de M. de Lézy, en l'année 1674, q u ' e u t lieu l'exploration de l'intérieur de la G u y a n e p a r les p è r e s Jésuites Grillet et Béchamel, qui eut u n assez g r a n d retentissement, m a i s dont on a exagéré l ' i m p o r t a n c e et la p o r t é e . P o u r m i e u x c o m p r e n d r e cet é v é n e m e n t et l'apprécier, il c o n v i e n t de r a p p e l e r les c i r c o n s t a n c e s au milieu desquelles il s'est p r o d u i t . Et d a n s cet o r dre d'idées, n o u s savons, p o u r avoir suivi avec une c e r t a i n e attention la relation h i s t o r i q u e des faits de cette é p o q u e , relatés d a n s l e u r o r d r e c h r o nologique : q u ' e n 1639, — plus d'un q u a r t de siècle avant les p è r e s Jésuites français Grillet et B é c h a mel, le p è r e Jésuite espagnol C h r i s t o p h e d'Acugna avait fait u n voyage très i n t é r e s s a n t sur le fleuve drs A m a z o n e s , qu'il p a r c o u r u t d'un bout a l'autre, p e n d a n t de longs m o i s , d e p u i s le P é r o u j u s q u ' a u Para, à l ' e m b o u c h u r e ; et qu'il en rédigea u n e r e l a tion e n espagnol, qui fut t r a d u i t e p o u r la p r e m i è r e fois en français, p a r M. de G o m h e r v i l l e , de l'Académie française, qui m o u r u t en 1674 : ce qui situe a p p r o x i m a t i v e m e n t la date de cette t r a d u c t i o n , — entre 1640 et 1674. Or, cette relation de voyage du p è r e d'Acugna — dont n o u s a v o n s un e x e m p l a i r e s o u s les yeux — m e n t i o n n e p r e s q u e à c h a q u e page, avec u n e p r o lixité et u n e n t h o u s i a s m e e x t r a o r d i n a i r e s , l'existence de l'or, u n peu p a r t o u t , d a n s le bassin du fleuve des A m a z o n e s ; à telles enseignes, q u ' e n fin de lecture, o n a d a n s les yeux le mirage de l'or Le voyage du Jésuite espagnol, effectué sur ordre du roi d'Espagne Philippe IV, fut certainement con-


— 30 — nu de tous les m e m b r e s de la compagnie de Jésus, aussi bien en France qu'en Espagne; et il n'est pas téméraire de penser : que la relation de ce voyage fut elle-même connue, tout au moins des supérieurs français de cette compagnie ; et que ce sont cet événement — le voyage du père d'Acugna — et ce document — la relation — qui auraient suggéré aux pères Jésuites de France le projet d'une exploration de l'intérieur de la Guyane Française, dont les limites arrivaient j u s qu'au bassin du fleuve des Amazones. Et de là à leur attribuer I arrière-pensée, toute naturelle, de trouver aussi de l'or, dans cette exploration, il n'y a qu'un p a s . . . Cette supposition n'a rien de sacrilège, a l'égard de la religion. Quoiqu'il en soit, nos religieux explorateurs partirent de la rade de Cayenne le 25 Janvier 1674. Ce fut un véritable événement pour les habitants de la ville. Voici comment le père Grillet raconte ce départ : « M. le chevalier de Lèzy, notre gouverneur, eut la bonté de nous conduire avec nos pères jusqu'au canot, où nous nous embarquâmes après-midi, ayant notre pêcheur pour gouverner le canot et trois Indiens galibis, pour ramer avec nos serviteurs. » La présence du gouverneur indique assez la considération dont les Jésuites étaient l'objet, en même temps que l'intérêt que le gouvernement attachait à celte mission. Le voyage cura exactement cinq mois : du 25 Janvier au 26 Juin 1674. M. Alfred de Saint Quentin, Commandant du Génie, en 4850, à Cayenne, dans ses Recherches manuscrites s u r la Guyane, l'apprécie dans les termes suivants : Le voyage des 2 Pères fit mieux connaître le pays et les nombreuses peuplades qui le couvraient à l'intérieur. Ces missionnaires remontèrent l'Oyac, pénétrèrent à plus de 80 lieues des côtes, en dépassant les sources de l'Oyapoc et revinrent par l'Approuague, ayant ainsi exécuté l'exploration la plus étendue qu'on ait jamais faite dans notre Guyane. , A la suite de cette course, le commerce des habitants avec les Indiens prit du développement.


-

31

-

Il y a une erreur manifeste dans ces lignes de M. de Saint-Quentin : la randonnée des Pères Jésuites s'est arrêtée à la Roche Plate, un point connu sur le Camopi, affluent rive gauche, - - à plus d'un demidegré de latitude au Nord de la source du fleuve Oyapoc. Mais cela n'enlève rien à l'opinion de l'honorable colon Cayennais, ancien Officier supérieur du Génie, qui peut servir de base à un jugement impartial. Cependant, tout le monde n'est pas de l'avis de M. Saint-Quentin, sur l'intérêt que présente ce récit de voyage du Père Grillet. Coudreau, — citons-le toujours, — qui n'est ordinairement pas défavorable aux Jésuites, l'apprécie en en ces termes : L'Approuague fut remonté et l'Oyapock descendu ; mais les observations scientifiques furent nulles et les conversions furent bien rares chez les tribus Indiennes de l'intéterieur, tribus encore anthropophages pour la plupart. Le fait indéniable et qui importe, c'est que ce voyage eut lieu. Mais ce qui prouve que les P è r e s (dont le P . Gridet) ne furent pas les premiers explorateurs de l'intérieur du pays, c'est qu'au cours de leur voyage, on l e u r désigna, dans la région d'Arataye-Approuague, les tombes de 3 Anglais, qui avaient péri là, on ne savait au juste depuis quelle époque. Trois malheureux précurseurs, appartenant à cette nation amie, que nous trouvons à cette époque à côté de nos nationaux, — que ce soit à St-Christophe ou dans d'autres îles, ou encore à Cayenne. Mais eux, toujours en avant 1 Les meilleurs pionniers de la colonisation européenne en Amérique... Cayenne partagea en 1674, dit la vieille notice historique le l'Annuaire Administratif, avec les autres colonies françaises, l'avantage de passer sous la protection immédiate du Roi, qui s u p p r i m a cette année la Compagnie des Indes. En 1676, les H o l l a n d a i s d e S u r i n a m e , d a n s l ' e s p é r a n c e d e d é c o u v r i r d e s m i n e s d'or, v i n r e n t s u r p r e n dre C a y e n n e avec 11 v a i s s e a u x e t , d é b a r q u é s s a n s p r é s q u e c o u p férir, ils s ' é t a b l i r e n t d a n s l'île et forti-


— 32 — fièrent la Montagne du Ce pérou, d'où, quelques mois plus tard, l'Amiral français d'Estrées les délogea, après un violent engagement, où l'artillerie et l'infanterie françaises firent merveille. On dut rendre toutefois hommage à la bravoure des soldats hollandais et à leur vaillante défense. La colonie rentra en la possession du Grand Roi, qui fit battre une monnaie, à l'occasion de ce fait d ' a r m e s . C'est à cette époque que, sous l'impulsion du grand Ministre colonial Colbert, I Ile de Cayenne commença à se transformer en un vaste champ de cultures, où les colons, cessant d'être soldais et de taire la g u e r r e , plantèrent à l'aide des bras esclaves d'Afrique, dont l'introduction venait de commencer, le roucouyer, le cotonnier, la canne à sucre, l'indigotier et plus tard le caféyer, puis le cacaoyer, la plupart de ces plantes à denrées coloniales étant indigènes, et par conséquent sur leur terre de prédilection. La Notice historique, que nous avons déjà citée, nous apprend qu'on avait trouvé, dans les archives du notariat de cette époque, « la vente passée par un ha« bitant à M . de Férolles. Gouverneur de la colonie, « de 2 nègres, 2 négresses et 3 vaches, 1 génisse et 2 « veaux, pour la somme de 1.700 francs (mille sept « cents). » En 1686, la population très restreinte de la colonie naissante, s'augmenta b r u s q u e m e n t d'un apport d'une centaine d'hommes, — flibustiers, enrichis et fatigués par le rude métier de corsaires, qui vinrent s'établir a Cayenne ; pour repartir peu après, encore à la course des galions d'Espagne et au pillage des Iles espagnoles de la Mer du Nord comme de la Mer du Sud (Océans Atlantique et Pacifique), sous la conduite du redoutable Ducasse, le célèbre é c u m e u r de m e r . (1688). Ils allèrent tout d'abord attaquer Suriname, dont les fortifications solides et bien armées, lapidèrent et mirent en déroute la flotte des corsaires.


- 33 Penauds, honteux et confus,dit Coudreau, et par dessus le marché ruinés, ils se dirigèrent sur les Antilles, où ils se fixèrent... Il r e s tait encore 400 français, une garnison de 200 hommes et 1.500 nègres esclaves. Le travail reprit avec plus d'énergie que jamais et, en 1690, Cayenne bâtit sa première Eglise, sans doute pour demander à l'Eternel de ne pas damne: les flibustiers de 1688. Un événement beaucoup plus considérable s'accomplit pendant ce t e m p s . . . P;ir bonheur, la Guyane Française était alors gouvernée par M. de Férolles. l'un des cinq ou six grands A d m i nistrateurs dont se glorifie cette colonie. Férolles fit faire, à travers bois, un chemin q u i , pariant de Cayenne, devait aboutir à l ' A m a z o n e , mais qui ne p u t être continué a u - d e l à de l'Oyapock. C'est La plus importante tentative de pénétration de l'intérieur qui eût été faite j u s q u ' à ce jour, et qui ait jamais été faite depuis. La manifestation suffit à amener les Portugais à signer ie Traité de 1700, par lequel ils nous reconnaissaient au sud nos a n ciennes limites. Mais bientôt Férolles fut rappelé et ne put c o n t i nuer son oeuvre. Une population portugaise s'était établie sur notre t e r r i t o i r e ; les Indiens do la région avaient été emmenés en masse par nos adversaires sur la rive gauche de l'Amazone où, sous le nom de Tapouyes. ils fuient catéchisés, initiés à la langue et à la civilisation portugaise, et constituèrent en face de nous une sérieuse a v a n t - g a r d e . Il eût fallu échelonner j u s q u ' à l'Amazone une série de postes de colons français et lancer les Jésuites jusqu'au Rio-Negro. p o u r organiser des réductions. Férolles savait tout cela et voulait agir. Il fut rappelé. Lui parti, la ténacité des Portugais et l'incurie du gouvernement de Versailles firent le reste.

Les plantations de l'Ile de Cayenne, les vastespropriétés rurales ou habitations, dans le langage créole du pays, établies sur les bords des rivières environnant Cayenne, se développaient alors d'une façon prodigieuse. Celle de M. de tiennes, l'une des plus anciennes, dénommée « La Comté », comportait d'après son titre royal de concession, cent pas de terrain tout le long de la Rivière Oyac, du côté des Amazones, c'est-à-dire rive droite de l'Oyac et du Mahury, qui en est la suite. C'est là, dit la Notice historique, l'origine du nom que porte le quartier que nous appelons La Comté » et qui, flans le principe, se nommait La Comté de Gennes ou d'Oyac. De 1700 à 1773, la Guyane ou plutôt la colonie de Cayenne est en pleine prospérité agricole, grâce à f a c tion et à l'activité des Jésuites. La révocation ou suppression de l'Ordre des J é suites, p a r la Bulle du Pape Clément XIV, « la disper-


— 34 « sion de ces religieux, la saisie et la vente de leurs « biens anéantirent en peu de temps le travail de près « d'un siècle. » Les Indiens, réunis en peuplades, comme on disait alors, dans les missions de :l'Oyapock, de Kourou, de Sinnamary, C o u n a m a m a , notamment par les soins des P è r e s Creuilly, Lombard, Fauque, se dispersèrent de tous côtés, retournant à la vie sauvage et nomade, pour disparaître peu à peu dans les profondeurs des bois. Expéditionde Kourou. — P o u r r é p a r e r la perte du Canada, on conçut alors le dessein de développer la colonisation blanche à la Guyane. C'est ainsi qu'une expédition en bloc de 12.000 hommes, pour lu plupart des artisans et des comédiens, fort peu des paysans, fui décidée et embarquée à destination de Kourou, à l'embouchure d'un fleuve à proximité de Cavenne, où un rêveur avait trouvé un emplacement privilégié pour recevoir ces milliers de c o l o r s . Ils étaient en grande majorité composés d'Alsaciens et de Lorrains. De ces 12.000 individus de race blanche, jetés ainsi sur les plages et les berges de Kourou, sans aucune précaution, sans logement et presque sans approvisionnement, «. il ne revint en Europe, dit la « notice de M. Metteraud, que 2.000, dont la consti« tion avait pu résister à l'intempérie du climat et à « toutes les misères réunies. » L'expédition de Kourou. dit Coudreau, est un épisode anachronique de la colonisation féodale. On peut la considérer comme le cinquième grand désastre des seigneurs quêtant fiefs. Les seigneur c e t t e fois, s'appellent Choiseul. Praslin et T u r g o t . Choiseul, dans l'intention de refaire sa fortune, S P fit donner par Louis XV, le territoire entre Kourou et Maroni, afin de le distribuer en fiefs aux cadets de sa famille, qui deviendraient ses vassaux. Le Chevalier Turgot, frère du futur grand ministre, fut mis à la tète de l'affairé avec un respectable majorat. On recruta, principalement en Alsace et en Lorraine, 15.000 malheureux, dont les uns devaient devenir seigneurs vassaux, mais le plus grand nombre rester serf .

Teis furent les dessous de l'expédition de Kourou, qui fut elle-même la cause initiale de la mauvaise réputation qu'on a faite depuis on France et en Europe à la Guyane, à Cayenne.


— 35

-

En 1766, u n s nouvelle petile tentative de colonisation blanche à Tonnégrande. de 80 soldats, qui moururent au bout d'un an. C'est le Baron de Bessner, ingénieur allemand, qui l'avait organisée. Il en mit une autre sur pied, au Gap Cachipour, entre l'Oyapoc et l ' A m a z o n e . Mêmes espérances fantastiques, même déconfiture. Après la mort de Bessner, en 1785, deux nouveaux essais malheureux d'établissement, l'un en 1788 à l'Approuague, par le sieur Comte de Villebois ; l'autre au Ouanary, clans l'Oyapoc, en 1791, par la Compagnie du Sénégal. C'est à cette époque, un peu avant la Révolution, entre 1785 et 1789, que le Naturaliste du Roi, J e a n Baptiste Leblond visita, explora la Guyane, en remontant ses fleuves, en étudiant sa faune, sa flore, sa géologie, et qu'il dressa la fameuse carte géologicominéralogique de cette contrée, dont u n vieil exemplaire se trouve à la Bibliothèque, et qui fit l'objet d'un rapport de L. Bassières, Conservateur de la B i bliothèque et du Musée, en 1923. A la veille de la Révolution française, la colonie comptait 2 . 0 0 0 Français d'origine, 2 . 0 0 0 mulâtres libres ou affranchis, 2.000 Indiens plus ou moins civilisés, 12.000 esclaves n è g r e s . Son commerce était alors de 2 millions d e livres. Et C a y e n n e , dit C o u d r e a u , q u i ni la déportation, ni la transportation, dite, ni flétrie, ni r u i n é e .

ne c o n n a i s s a i t encore n'était e n c o r e ni m a u -

Quatrième époque La Révolution — La Convention décréta l'Emancipation des esclaves, qui fut promulguée et proclamée à Cayenne le 25 Prairial, An II (14 juin 1794). C'est Jeannet-Oudin, un neveu de Danton, qui fut chargé d'appliquer à la Guyane l'acte d'abolition et d'en suivre les conséquences. Naturellement, les affranchis, libérés de la servitude, se libérèrent du travail : il fallait s'y attendre.


— 36 « En fidèle agent de la Convention, dit Coudreau, qui aime les expressions à l'emporte-pièce, il imposa aux nouveaux citoyens la fraternité par la guillotine : il fit exécuter, comme coupables de contrerévolution, comme suppôt de Pitt et Cobourg, les Yolofs et les Croubari, qui avaient brûlé les ateliers et massacré les maîtres ». C'est à ce moment-là, ou fort peu de temps après» que la réaction de Thermidor décréta la déportation de nombreux Conventionnels (12 Germinal et 1er Prairial, 1er Avril et 20 mai 1795) : Coliot d'Herbois, Billaud-Varennes, Barrère et Vadier et tant d ' a u t r e s . Il y n toute une littérature sur cette première déportation et sur celle dite du 18 Fructidor ; on en peut consulter la bibliographie, dans l'Appendice du livre déjà cité de Victor Nouvion : « Extraits des Auteurs et Voyageurs qui ont écrit sur la Guyane ». Ils étaient plus de six cents, débarqnés à Cayenne, expédiés ensuite à Sinnamary et à Counamama. « « « « « «

R é p a r t i s dans les b o i s et les s a v a n e s , s u r les b o r d s d e s c r i q u e s et d e s p r i p r i s , s a n s i n s t r u m e n t s de travail, s a n s abri, c o m m e d e v u l g a i r e s c o l o n s d'une n o u v e l l e e x p é d i t i o n d e Kourou, ces malheureux, habitués à une vie agréable, presq u e t o u s d é p u t é s , j o u r n a l i s t e s , é c r i v a i n s , ne t a r d è r e n t pas à mourir.

Les récits, pour la plupart exagérés, publiés par les déportés sur la Guyane, ont fait plus de tort à la réputation de notre colonie que ne l'avait fait l'expédition de Kourou, de beaucoup plus désastreuse cependant que les deux déportations politiques. Victor de N o u v i o n , — l'un d e s écrivains qui ont le plus connu la Guyane et dit d'elle le plus de bien, dans un exposé lumineux, sous forme d'« Introduction », dans son ouvrage déjà cité « Extraits des Auteurs et Voyageurs qui ont écrit s ;r la Guyane », — a limité dans les termes et proportions qui suivent, le désastre de la déportation dite de Sinnamary : Quant au d é s a s t r e d e S i n n a m a r y , q u i a t o u t d'abord é t é a c c e p t é c o m m e u n e n o u v e l l e et terrible p r e u v e d e l'insalubrité d e


— 37

la Guyane, il importe, non plus d'en apprécier les causes, — les auteurs que nous citons plus loin ne laisseront aucune incertitude à cet égard, — mais bien d'en préciser l'étendue J.-J. Aimé, à la suite de la relation de sa « Déportation », d o n n e la liste nominative de 329 députés et fait connaître ceux qui ont succombé aux maux de l'exil. Voici le relevé exact de cette liste : Sur ces 329 déportés, 8 sont morts d u r a n t la traversée, p a r suite de privations, de mauvais traitements ou de maladies contractées p e n d a n t une longue et cruelle détention: 321 arrivèrent à la Guyane, dans un état de santé dont on se fera u n e idée, quand on saura q u e des 93 déportés qui se trouvaient à bord de « La Charente » au moment où elle jeta l'ancre devant Cayenne, 55 furent débarqués d'urgence pour cause de maladie. Le tableau suivant répartit ces 321 déportés p a r professions et d o n n e le nombre et la proportion des m o r t s : Nobles ou de professions libérales 45, morts 34 Prêtres et gens d'Eglise 255, morts 145 Hommes de métiers 21, morts 5 Ainsi, s u r ces 321 déportés, 21 seulement avaient été accoutumés à se livrer à des travaux manuels ; tandis q u e les autres avaient été élevés soit dans la mollesse et les recherches du luxe, soit dans les pratiques de la vie contemplative ou des fonctions ecclésiastiques. . . . Si quelque chose doit é t o n n e r après cela, n'est-ce pas que la moitié de ces infortunés aient pu résister si longtemps à un sort si misérable?

Cinquième époque. Rétablissement de l'esclavage. — C'est par Arrêté du 16 Frimaire, an XI, du Gouverneur Victor H u g u e s , pris en vertu du Décret du 30 Floréal, an X, que l'esclavage fut rétabli à Cayenne et dans toute la c o l o nie: ce qui permit la reprise et le développement de l'exploitation des anciennes propriétés agricoles. Mais cette renaissance de l'agriculture et du c o m merce des d e n r é e coloniales, qui en sont les produits d'exportation, n e profita qu'aux Portugais qui, v e n u s du Para avec des flottilles de g u e r r e , s'emparèrent


-

38 -

de la Colonie en 1809, après une capitulation presque honteuse de Victor Hugues. L'administration du pays par nos voisins du Sud dura jusqu'à fin 1817, en vertu du Traité d'Utrecht, qui stipula la restitution de la Guyane à la France. Essais d'immigration. — Vient ensuite une série d'essais infructueux d'immigration, le Traité de Paris de 1814 ayant interdit la traite des noirs: un convoi de 300 Chinois et Malais, dont les 3/4 s'évadèrent durant la t r a v e r s é e ; un autre composé de settlers, pris aux Etats-Unis d'Amérique du Nord. Ces deux entreprises échouèrent comme les précédentes et pour les mêmes raisons: l'incurie administrative. Lnussadelphie, — du nom du Gouverneur, Baron de Laussat, — établie par les settlers américains sur la rivière P a s ssoura, dans la rivière Kourou, n'eut qu'une existence d'une a n n é e . On rapatria ceux que la mort avait épargnés. C'est à cette époque de l'histoire de la Guyane que se place la magnifique tentative de colonisation de Maria, par la mère Javouhey, supérieure des sœurs de Saint-Joseph de Cluny. Parmi les belles pages, que lui a consacrées n o t r e vénéré maître et confrère Georges Goyau, de l'Académie française, dans son ouvrage, « Un grand Homme, Mère Javouhey, apôtre des noirs », en voici quelquesunes qui nous intéressent particulièrement, au point de vue historique: Mère Javouhey, le 10 août, arrivait à Cayenne. Elle trouvait comme gouverneur le baron de Freycinet, qui avait connu de prés, à l'Ile de Bourbon, les sœurs de Cluny et qui savait combien le ministre les protégeait. Il la reçut fort bien. Elle trouvait le pays charmant, les gens très bons; elle profitait de la popularité dont jouissaient là-bas depuis six ans, les œuvres scolaires des sœurs de Cluny. Un prêtre corse, qui savait à peine le français, se trouvait à Cayenne : mère Javohuey l'emmenait avec elle. Elle arrivait à la Mana au moment où tes colons francs-comtois s'éloignaient: le ministre avait entendu leurs plaintes et les faisait rapatrier. Elle leur achetait, compatissante, ce qui pouvait leur rester de leurs récoltes et de leurs meubles. Sur ce sol où tout rappelait leur faillite, elle allait faire œuvre d'organisatrice.


-

39

-

Avant que ne s'achevât l'année 1828, tout commençait à fonctionner régulièrement. La maison qu'on destinait à mère Javouhey et qui ressemblait à une guinguette du faubourg Saint-Marceau, prenait meilleure figure. Tout près d'une chapelle improvisée, quatre fois plus belle que celle de Cayenne. quinze maisons, meublées simplement sous la direction de Louis Javouhey, neveu de la mère, s'élevait un vaste bâtiment à deux étages, de cent vingt pieds do long, susceptible de recevoir, quand les besoins l'exigeraient, un nouveau flot de religieuses. La Colonie possédait son école, où l'on faisait classe pour les petits enfants, classe pour 1es sœurs converses, et puis deux heures par jour, classe pour les jeunes colons, pour les Frères, comme mère Javouhey les appelait. Elle possédait son hôpital, où deux sœurs étaient employées, elle possédait ses ateliers, ses scieries, où l'on allait débiter les bois superbes de toutes couleurs, qu'offraient les forêts vierges du voisinage; elle p o s sédait ses cultures de bananes, de manioc, sous la direction de Pierre Javouhey, le frère, venu tout de suite rejoindre la mère: et dans les prairies paissaient déjà deux cents tètes de bétail, q u ' o n espérait porter à mille.

Cinq à six a n n é e s avaient suffi pour jeter les bases d'une petite colonie, qui devait suivre sa destinée, pour devenir ce qu'elle est aujourd'hui : la deuxième ville de la colonie, après un siècle de développement, toujours avec le concours, sinon la protection, des s œ u r s de St Joseph, qui ont continué l'exploitation de leurs champs de cannes à sucre et persisté dans la fabrication de leur délicieuse liqueur : le rhum de Mana. P e n d a n t q u e la m è r e J a v o u e y bâtissait Mana et créait ses c h a m p s de c u l t u r e de d e n r é e s v i v r i è r e s et de c a n n e s à s u c r e , les p l a n t e u r s de l'Ile de Cayenne et de la région d u T o u r de l'Ile et de la Comté développaient la c u l t u r e du c a c a o , du café, du r o u c o u , du colon et des riches aromates de l'lnde, poivre, girofle, cannelle, non seulement s u r les terres h a u t e s de cette partie très m o n t a g n e u s e de la colonie, mais encore d a n s les terres basses d u littoral, gagnées sur les palétuviers et la m e r , n o t a m m e n t sur les bords du canal Torcy, où de savants travaux h y d r a u l i q u e s , préconisés jadis par l'ingénieur suisse Guisan — drainage irrigation, digues, écluses — préservaient les p r o p r i é t é s d'habitation et leurs c h a m p s de l'inondation maritime. C'est à cette


-

40

-

époque et à la veille d e l'Emancipation q u e le c o m m e r c e d'exportation atteignit son m a x i m u m ; et c'est le sucre qui l'alimentait principalement. Voici c o m m e n t Victor de Nouvion, q u e n o u s avons cité c o m m e l'auteur ayant le mieux connu le pays et qui en a dit le plus de bien, résumait, en la déplorant, la situation de ces planteurs de la G u y a n e en 1844 : Eh ! quoi la Guyane. dans son immense circonscription, r e n ferme d e s plaines et d e s m o n t a g n e s , d e s v a l l é e s et des collines, des ruisseaux, des lacs et des fleuves. On y t r o u v e toutes les natures de terrain,depuis les terrains argileux, ferrugineux, sablonneux même, j u s q u ' à ceux que recouvre un terreau de 5 à 6 mètres d'épaisseur et toutes les expositions sous d e s t e m p é r a t u r e s variées. Les denrées de l'Inde et de la Chine, du Sénégal et de la G u i n é e , de l'Arabie et des Moluques y poussent comme dans leur sol n a t a l . Et l'on s'obstinera à prétendre q u ' e l l e ne pourra plus offrir a u c u n moyen de prospérité à ses vingt mille habitants, du moment où elle ne placera plus, sur le marché de la métropole. 1 million deux cent mille kilogrammes de sucre, à un prix capable de couvrir les frais exagérés de c u l t u r e et de fabrication I Sans doute, avec son organisation présente, avec ses vingt m i l l e h a b i t a n t s , é p a r p i l l é s sur un e s p a c e d e 1.800 l i e u e s c a r r é e s , et q u i . p o u r f a b r i q u e r d u s u c r e , qu'ils v e n d e n t à d e s c o n d i t i o n s o n é r e u s e s , o u du r o u c o u qu'ils n e v e n d e n t pas, négligent d é p l a n t e r d e s v i v r e s et r e ç o i v e n t d e France, à des conditions exorbitantes, tous les mets de l e u r t a b l e ; s a n s d o u t e , e n s'obstinant à suivre un r é g i m e q u i l'a c o n d u i t e à sa r u i n e et qui n e lui offre a u c u n e p e r s p e c t i v e d ' a m é l i o r a t i o n , la c o l o n i e de la G u y a n e t o u c h e à sa dern i è r e h e u r e . Mais, n'est-ce p a s déjà un m i r a c l e qu'elle ait p u v i v r e jusqu'ici ? On n e sait pas assez, e n F r a n c e , à q u e l p o i n t en s o n t l e s c h o s e s , d a n s n o s c o l o n i e s , à la G u y a n e s u r t o u t . Q u e l q u e s uns d e s f r a g m e n t s q u e n o u s r a p p o r l o n s plus loin e n d o n n e r o n t u n e i d é e , — c e p a s s a g e entre a u t r e s : A la Guyane, il n'y a ni c h a r r u e s , ni b r o u e t t e s , ni pelles, ni f o u r c h e s , ni c i v i è r e s , ni c h a r r e t t e s , ni b ê t e s d e s o m me, ni b ê t e s d e trait, e x c e p t é p o u r l e s m o u l i n s d e q u e l q u e s s u c r e r i e s . Il n'y a ni r o u t e s , ni ponts, ni b a c s . On y t r a v a i l l e la terre a v e c la h o u e ; les h o m m e s y p o r t e n t les f a r d e a u x s u r la tête, m ô m e a u x p l u s g r a n d e s d i s t a n c e s . D a n s une foule d e l o c a l i t é s , d a n s l e s e n v i r o n s d e S i n n a m a r y , par e x e m p l e , faut e d e route, d e c h a r r i o t s , de b r o u e t t e s , o n n e peut t r a n s p o r t e r sur l e s h a b i t a t i o n s une p i è c e d e v i n , u n baril d e farine ; e t l'on s ' é t o n n e q u e d e p a r e i l s c u l t i v a t e u r s n e s ' e n r i c h i s s e n t p a s d a n s un p a r e i l p a y s ! Il e n était ainsi e n 1822, il e n e s t e n c o r e ainsi e n 1844.


— 41 — Sixième époque Abolition de l'esclavage. — Telle était la s i t u a tion é c o n o m i q u e de la colonie, l o r s q u e la R é p u b l i que de 48 d é c r é t a définitivement l'abolition de l'Esclavage d a n s les colonies françaises, p a r d é c r e t d u 27 a v r i l . Elle fut p r o c l a m é e s o l e n n e l l e m e n t à Cay e n n e le 10 août de la m ê m e a n n é e . Les c u r i e u x et les a m a t e u r s de littérature p e u vent lire, avec le plus g r a n d intérêt, les belles pages qu'a c o n s a c r é e s à cet é v é n e m e n t le p r o c u r e u r g é néral Vidal de L i n g e n d e s , b l a n c créole g u y a n a i s , qui devait être l'année s u i v a n t e c a n d i d a t m a l h e u reux à la d é p u t a t i o n de la G u y a n e , - - a v e c cette c i r c o n s t a n c e e x t r a o r d i n a i r e q u e l'élu de la p o p u l a tion, à cette élection de juillet 1849, fut u n h o m m e de couleur, n é à la G u a d e l o u p e , substitut à C a y e n ne d u m ê m e p r o c u r e u r g é n é r a l , qui t r i o m p h a p a r plus de de 2.800 suffrages, c o n t r e m o i n s de 200 à son c o n c u r r e n t , s u r 3.000 v o t a n t s ! C'est ce m u l â t r e G u a d e l o u p é e n — Dorville Jouanet — qui fut le p r e m i e r d é p u t é de c o u l e u r de la Guyane française. Le m o r c e a u de l i t t é r a t u r e de M. Vidal de L i n gendes se t r o u v e i n s é r é à la feuille de la Guyane de 1848. De 1848 à 1854, quatre événements mémorables, l'affranchissement des esclaves y c o m p r i s , se p r o d u i sent successivement, qui c a r a c t é r i s e n t cette sixième époque de l'histoire de la G u y a n e : la création presque simultanée des banques coloniales, d o n t celle de la G u y a n e , et de la transportation des c o n d a m n é s aux travaux forcés; puis, la découverte de l'or, officiellement proclamée. La s e p t i è m e é p o q u e de la division établie p a r Coudreau r e n t r e d o n c d a n s la sixième é p o q u e et se confond avec e l l e . P o u r i n d e m n i s e r les colons, a n c i e n s esclavagistes que la m e s u r e législative et politique avait


-

42

-

frappés d a n s l e u r f o r t u n e , d a n s l e u r s biens et d a n s l e u r s m o y e n s d'existence, le g o u v e r n e m e n t avait fait voter p a r le P a r l e m e n t ce q u e l'on a a p p e l é l'indemnité coloniale, à r é p a r t i r e n t r e les a n c i e n s p r o p r i é t a i r e s d'esclaves, au p r o r o t a du n o m b r e d e c h a c u n , et tout de suite, s a n s d é s a m p a r e r , p o u r les e m p ê c h e r de d i s p o s e r follement des s o m m e s ainsi attribuées, c o m m e aussi et s u r t o u t p o u r p e r m e t t r e la r e p r i s e de l'agriculture et de ses i n d u s t r i e s p a r les p l a n t e u r s r u i n é s , la sollicitude g o u v e r n e m e n tale de la 2e R é p u b l i q u e créait les banques coloniaales, avec u n p r é l è v e m e n t fait d'autorité s u r cette i n d e m m i t é c o l o n i a l e , p o u r constituer u n capital-actions à ces n o u v e l l e s institutions de c r é d i t . Et comme cette création coïncida avec le vote et rétablissement de la Transportation à la Guyane, on peut dire qu'elle fut doublement heureuse, en atténuant en quelque sorte le tort moral considérable, causé à la population française de notre vieille colonie. Depuis, cet établissement de crédit devait être le plus puissant facteur du relèvement économique de ce p a y s . C'est la B a n q u e de la Guyane qui empêcha notre ruine totale, après l'abolition de l'esclavage ; c'est elle qui permit de financer les diverses immigrations réglementées et libres, par lesquelles la colonie tenta de se sauver et réussit dans une certaine mes u r e . Et c'est elle encore qui permit le développement de l'industrie aurifère d'abord, puis de toutes les autres, qui se sont successivement c r é é e s , exploitation du balata, du bois et de l'essence de rose ; et de nos jours, de la canne à sucre, des essences forestières et enfin, tout récemment, de la banane. C'est elle enfin, qui a pris l'initiative de soutenir les premiers pas du syndicat bananier. Voilà notre vieil établissement de crédit actuellement âgé de 80 ans ! Ne doit-il pas être à l'honneur, à l'occasion des fêtes du Tricentenaire ?


-

43

-

Ni l'abolition de l'esclavage, ni la Transportation, ni la découverte de l'or n'ont tué la Guyane, comme on l'avait si souvent écrit et proclamé. Coudreau, qu'il ne faut jamais se lasser de citer, avait, en 1886, d a n s son ouvrage déjà mentionné « Voyages à travers les Guyanes et l'Amazonie » prophétisé la ruine de la colonie, par l'or, au bout d'une dizaine d'années environ : Quand le dernier placer sera épuisé, écrivait-il, que la dernière bâtée sera lavée, que la gangue sera vide, q u ' a r r i v e r a - t - i l t La colonie se trouvera avec moins de bras, moins de c o u r a g e , moins de crédit et moins de capitaux qu'en 1864 et même qu'en 1608. L'époque de l'or d'alluvion touche à sa fin ; dans dix ans, elle aura complètement disparu : après cette maldonne de quarante ans, quel jeu va jouer la colonie ? Quand l'or aura disparu, la colonie ne sera plus qu'une veine ombre, un fantôme de colonie, une possession sur le papier.

La Guyane vit encore, heureusement ; et elle vit bien, toujours et principalement de l'or, — qui n'a point disparu encore, de l'or d'alluvion ; c a r s e s n o m b r e u x et r i c h e s filons s o n t e n c o r e en réserve, en sommeil. E t l'avenir, loin de s'assombrir, paraît, au contraire, s'éclaircir. La mise en valeur de la colonie, selon le p r o gramme judicieusement tracé p a r M. Albert Sarraut, ancien ministre des colonies, a été amorcée et elle se poursuit dans d'assez bonnes conditions. Comme Plutarque, Coudreau avait donc menti !

L'histoire administrative et politique de cette dernière période contemporaine peut facilement se r é s u mer en quelques lignes. Elle est, à peu de choses près, la même que pour les autres vieilles colonies. P o u r en donner u n e idée, ayons recours à l'ouvrage de M. Léon Deschamps, déjà cité a u début de ce mémento : L'Administration des colonies, ramenée au despotisme centralisateur de l'ancien régime en 1802, n'en est pas encore — cela est triste à dire — complètement affranchie chez nous, à l'heure a c tuelle. Malgré l'exemple des assemblées révolutionnaires, qui ont appliqué le principe de l ' a s s i m i l a t i o n politique et économique, tous nos gouvernements ont maintenu dans les colonies un régime


44

d'exception, de centralisation à outrance Le décret ^plutôt le senatusconsulte) du 3 mai 1854 (art. 18, est toujours en vigueur : il établit, dans trois colonies privilégiées, (Martinique, Guadeloupe, Réunion) le régime de la loi. partout ailleurs le régime du simple décret (opère citato, page 374. Toutefois, des améliorations importantes ont été apportées, d u r a n t les époques de liberté. La représentation des colonies dans le Parlement, reconnue en droit et en fait p a r la Révolution, abolie en 1800, refusée par la Restauration et la monarchie de juillet, accordée par la Constitution de 48, abolie de nouveau par décret du 2 février 1852, demandée en vain par M. de Lareinty en 1865, et par M. Jules Simon, en 1869, n'a été consacrée que par la Constitution de 1875.

Un décret du 15 octobre 1879 a organisé les municipalités de la Guyane; un autre du 23 décembre 1878 a créé le Conseil général de la colonie, à peu près avec les mêmes attributions des Conseils généraux des Antilles, de la Réunion et de la Métropole ; enfin, la loi du 5 avril 1884, sur les municipalités métropolitaines, a été déclarée applicable aux colonies et appliquée à la Guyane, avec quelques restrictions. La législation métropolitaine — civile, commerciale, criminelle — est applicable et en vigueur dans la colonie, ainsi que la loi du 29 juillet 1881 sur la presse. La Guyane, comme les Antilles françaises, réclame son assimilation aux départements français. La question est à l'étude. Un d e r n i e r é v é n e m e n t d ' o r d r e législatif et a d ministratif à e n r e g i s t r e r : c'est la c r é a t i o n d u Territoire de l'Inini, d a n s la G u y a n e française, p a r le d é c r e t du 6 j u i n 1930, qui établit u n e a d m i n i s t r a t i o n d i r e c t e , d a n s tout l ' i n t é r i e u r de la c o l o n i e , la b a n d e littorale, avec les limites respectives d e s c o m m u n e s , restant|soumise à l a n c i e n n e o r g a n i s a t i o n , a u x points de v u e administratif, politique et financier. Un nouveau d é c r e t d u 14 o c t o b r e 1935, vient de modifier les limites de ce T e r r i t o i r e , e n empiét a n t d ' u n e p a r t s u r le t e r r i t o i r e de la c o m m u n e de T o n n é g r a n d e , et en c é d a n t du t e r r a i n , d ' a u t r e part, aux c o m m u n e s de S i n n a m a r y et K o u r o u .


45

-

Le T e r r i t o i r e ainsi créé est a d m i n i s t r é p a r le g o u v e r n e u r de la G u y a n e , assisté d'un Conseil d ' a d ministration. Il a s o n budget p r o p r e . L . B.


46

-

MEMENTO

GÉOGRAPHIQUE

DE LA G U Y A N E F R A N Ç A I S E |.

POSITION

GÉOGRAPHIQUE

ET CARTOGRAPHIE

REGIONALE

Longitude. — P a r sa situation sur le c o n t i n e n t S u d - A m é r i c a i n , la G u y a n e F r a n ç a i s e a p p a r t i e n t a u 2 0 fuseau du système u n i v e r s e l ; elle s'étend, s u r la côte A t l a n t i q u e de ce c o n t i n e n t , e n t r e 54 à l'Est, j u s t e à l ' e m b o u c h u r e d u fleuve Oyapock et 56° 20 m i n u t e s e n v i r o n au Nord-Ouest, à c o m p t e r du Méridien de Paris. P o u r d é t e r m i n e r cette position, d'après le Méridien de Greenwich, o r d i n a i r e m e n t a d o p t é c o m m e m é r i d i e n d'origine p o u r les calculs a s t r o n o m i q u e s , il suffit, p a r u n e s i m p l e s o u s t r a c t i o n , de rectifier les chiffres ci-dessus, q u i d e v i e n n e n t dès l o r s les s u i v a n t s , e n t e n a n t c o m p t e de la différence e n t r e les d e u x m é r i d i e n s , q u i est de 9 m i n u t e s , 20 s e c o n d e s . 9 dixièmes : 53 degrés, 50 m i n u t e s , 30 s e c o n d e s , 51 dixièmes de s e c o n d e et 56 degrés, 10 m i n u t e s , 39 s e c o n d e s , 51 d i x i è m e s de seconde. 4 h e u r e s d'horloge de différence e x a c t e m e n t e n t r e P a r i s , au fuseau 0 ou 24, et C a v e n n e , au fuseau 20. Q u a n d il est m i n u i t à P a r i s , il n'est e n c o r e ici q u e 8 h e u r e s du soir, soit 20 h e u r e s . Latitude. — En latitude, la G u y a n e se t r o u v e e n t r e les 2 et 6 d e g r é s ou p a r a l l è l e s de l ' h é m i s p h è r e s e p t e n t r i o n a l ou du N o r d . Limites. — Les limites de la colonie avec le Brésil, au Sud, d ' u n e p a r t , et la G u y a n e N é e r l a n daise, ou colonie de S u r i n a m e , au N o r d et à l'Ouest, r e s t è r e n t longtemps i n d é t e r m i n é e s , p a r suite de contestations i n t e r n a t i o n a l e s , lesquelles furent r é glées p a r s e n t e n c e s a r b i t r a l e s . Le T s a r d e Russie, p r i s c o m m e a r b i t r e p a r la H o l l a n d e et la F r a n c e , m e

e

e

e


47

par u n e s e n t e n c e de Mai 1891, a limité la G u y a n e F r a n ç a i s e , à l'Ouest et au N o r d - O u e s t , p a r le fleuve Maroni, de son e m b o u c h u r e à sa s o u r c e , d a n s l'Awa, alors q u e la F r a n c e r e v e n d i q u a i t le T a p a n a h o n y . Une d e u x i è m e s e n t e n c e a r b i t r a l e du P r é s i d e n t de la République h e l v é t i q u e du 1er d é c e m b r e 1900, a t t r i b u a n t au Brésil tout le T e r r i t o i r e a n c i e n n e ment c o n t e s t é , limita la G u y a n e , au Sud, à la rivière O y a p o c et à la c h a î n e des Monts Tumuc-Humac. Cartographie. —Il n'existe p a s de c a r t e exacte de la colonie, a u c u n relevé t o p o g r a p h i q u e d ' e n s e m b l e n'ayant été fait. L a c a r t e c o n s i d é r é e a c t u e l l e m e n t c o m m e officielle, éditée e n 1917, p a r le service géographique des colonies, est u n e c o m p i l a t i o n , incomplète d'ailleurs, d e s t r a v a u x exécutés, d ' a p r è s des relevés partiels de régions d é t e r m i n é e s , p a r des g é o m è t r e s , tels q u e Pichevin, le capitaine du g é nie Refroigney, avec des références a u x t r a v a u x anciens des J. B. Leblond, Crevaux, Coudreau, e t c . S o u v e n t il fut q u e s t i o n , au Conseil g é n é r a l , d e faire d r e s s e r la c a r t e de la G u y a n e p a r la voie a é r i e n n e . Un crédit assez i m p o r t a n t a été voté e n 1920 à cet effet et u n e partie de la s o m m e v e r s é e à la Compagnie des t r a n s p o r t s a é r i e n s g u y a n a i s , qui est t o m b é e ensuite en faillite ou e n déconfiture. Des officiers s p é c i a u x du service g é o g r a p h i q u e viennent d'arriver d a n s la colonie, p o u r le c o m p t e d u Territoire de l'Inini, qui vont i n c e s s a m m e n t entrep r e n d r e ce travail de c a r t o g r a p h i e , a t t e n d u d e p u i s si longtemps et d o n t l'utilité est i n c o n t e s t a b l e . Superficie. — On s'accorde d ' u n e façon g é n é rale à d o n n e r à la G u y a n e F r a n ç a i s e u n e s u p e r f i cie de 80.000 k i l o m è t r e s c a r r é s . Elle a la forme t r i a n g u l a i r e , le s o m m e t étant s u p p o s é a u S u d , aux Monts T u m u c - H u m a c ; et les t r o i s côtés f o r m é s p a r les fleuves M a r o n i et O y a p o c et p a r la côte, s u r l'Atlantique, au N o r d et à l'Est.


— 48

2. — L E V O Y A G E DE F R A N C E A C A Y E N N E LA

MER

- LES

COTES

A p r è s a v o i r lu l'histoire de sa colonisation, p a r c o u r u des yeux sa c a r t o g r a p h i e d a n s les livres et atlas, et s'être r e n d u c o m p t e à peu p r è s de sa position d a n s le m o n d e , il faut m a i n t e n a n t aller fair e c o n n a i s s a n c e avec cette t e r r e m y s t é r i e u s e , au n o m t a p a g e u r — C a y e n n e , -- si l'on veut en a v o i r u n e i m p r e s s i o n p e r s o n n e l l e et nette, au lieu de s'en t e n i r a u x fables, a u x b o n i m e n t s des fantaisistes et des d é n i g r e u r s p r o f e s s i o n n e l s . Le voyage, autrefois, de F r a n c e a u x Antilles c o m m e à l'Amérique du N o r d et du Sud, s'effectuait p a r les n a v i r e s à voiles, — galions, galiotes, patac h e s , frégates, bricks et goélettes, — et la d u r é e en était i m p r é v i s i b l e , — de 30 ou 45 j o u r s à trois m o i s , — é t a n t s o u s la d é p e n d a n c e d ' a b o r d des v e n t s et des c o u r a n t s m a r i n s , puis de la distance à parcourir. C'est ainsi, à la voile et a u g o u v e r n a i l t e n u à la m a i n , q u e les Conquistadores, si c h e r s au p o è t e J o s é - M a r i a d e H é r é d i a , sont allés à la d é c o u v e r t e , à la c o n q u ê t e du N o u v e a u - m o n d e : Et les vents alizés inclinaient leurs antennes Aux bords mystérieux du Monde Occidental

L a p r e m i è r e p a r t i c u l a r i t é , en a b o r d a n t les c ô tes a m é r i c a i n e s , de l ' A m a z o n e à l ' O r é n o q u e , qui s'offrit à l'observation des n a v i g a t e u r s et des v o y a g e u r s , c'est q u e « le n a v i r e a r r i v e à t e r r e a v a n t le pilote » : p i t t o r e s q u e e x p r e s s i o n , employée p o u r la p r e m i è r e fois p a r l'officier de m a r i n e G a l l a r d de T e r r a u b e , e n l'an VIII, p o u r c a r a c t é r i s e r les b a s fonds de cette vaste région, à de très g r a n d e s dist a n c e s des rivages m a r i t i m e s . C'est là u n e des causes des difficultés et du d a n g e r de la navigation d a n s ces p a r a g e s , s u r t o u t p a r voiliers, d o n t la d i r e c t i o n n'est pas aussi facile q u e celle d e s b a t e a u x à v a p e u r m o d e r n e s .


-

49 —

La route maritime, suivie autrefois p a r les navires à voile de France à la Guyane, était une ligue i m a g i n a i r e , partant d'un port de la métropole, p a s s a n t par les Canaries, les îles du Cap- Vert, d'où les vents alizés régnant p r e s q u e toute l'armée dans ces p a r a g e s , de l'Est à l'Ouest, les portaient naturellement vers îa côte Occidentale d ' A m é r i q u e du S u d . Les capitaines de navires prenaient soin de se diriger d'abord vers l'embouchure du fleuve des Amazones, afin de relever le Cap du Nord, qui leur servait de point de r e p è r e , en n e perdant p r e s q u e pas le littoral, p o u r aller ensuite relever le Cap d'Orange, d'où ils se r e n d a i e n t facilement au port de Cayenne, à l'aide des instructions nautiques, alors bien sommaires, qu'ils avaient pu se procurer p o u r le voyage. Aujourd'hui, les vapeurs n'ayant aucune préoccupation du vent, l'ont route p r e s q u e directe, quand ils ne font pas escales ailleurs ou, avec escales, en venant d ' a b o r d à l'île de Trinité, ou Trinidad. à P o r t of Spain, p o u r suivre ensuite la côte vers le Sud. Le vapeur «Loire», de la compagnie nantaise de navigation, qui servait autrefois au transport des forçats, venait directement de F r a n c e aux îles du Salut en 15 j o u r s et d'Alger à Cayenne en 13 j o u i s . Le voyage o r d i n a i r e des fonctionnaires et des particuliers, p a r les b â t e a u x de la Compagnie Générale T r a n s a t l a n t i q u e , dure 20 jours de F r a n c e à Cayenne. La m e r est p r e s q u e toujours houleuse, sur toutes les cotes de la Guyane, saut' a u x mois de Juin et Juillet. Les naufrages n'y sont pas r a r e s . Les côtes sont balisées. Les p h a r e s suivants sont régulièrement e n t r e t e n u s par le service des p o r t s et rades, d é p e n d a n t du service des T r a v a u x Publics : 1°) à l e m b o u c h u r e d u Maroni, phare de ja pointe de Galibis ( d u côté de la G u y a n e Hollandaise, rive g a u c h e ) : pharc des Hottes ou de la Pointe française ( rive daoite :


— 50 — 2°) à l ' e m b o u c h u r e de M a n a phare de la pointe Isère, 3° ) à l ' e m b o u c h u r e de S i n n a m a r y : de 10 mille de p o r t é e , 4° ) aux îles du Salut : p h a r e de l'Ile Royale de 12 m i l l e de p o a t é e , 5 ° ) sur le r o c h e r de l'enfant p e r d u : p h a r e de 12 milles, 6° ) à l'entrée d'Oyapoc : p h a r e de la M o n t a n g u e d ' A r g e n t ; 8 milles #

3

A S P E C T G É N É R A L DU P A Y S A VOL

D'OISEAU

Vue à vol d'oiseau d a n s s o n e n s e m b l e , n o t r e G u y a n e , de l'Atlantique a u x T u m u c - H u m a c et de l'Oyapoc au M a r o n i , p r é s e n t e la forme d'un vaste c œ u r et u n e configuration t r i p a r t i t e , se d é c o m p o s a n t d ' a b o r d , en une zone littorale basse, en p a r t i e n o y é e a u x h e u r e s de la m a r é e , puis en deux étages de chaînes de montagnes, dirigées de l'Est à l'ouest d'une façon g é n é r a l e , de h a u t e u r différente, d o n t u n e série de contreforts au milieu et u n véritable m û r d o m i n a n t tout le reste, et c o n s t i t u é p a r les Monts Tumuc-Humac. Un réseau fluvial prodigieus e m e n t varié s i m u l e les t e n t a c u l e s d ' u n e p i e u v r e . Sa c a r a c t é r i s t i q u e r é s i d e d a n s les b a r r a g e s r o c h e u x qui en c o u p e n t les c o u r s , p a r a u t a n t de biefs, qui e n r e n d e n t la navigation difficile et m ê m e d a n g e r e u s e à c e r t a i n s p o i n t s . Ces b a r r a g e s o n t été dénomm é s sauts et p e u v e n t p r é s e n t e r des dénivellations allant de 0 . 5 0 c e n t i m è t r e s j u s q u ' à 7 ou 8 m è t r e s . Ce qui oblige les v o y a g e u r s à d é c h a r g e r souvent les e m b a r c a t i o n s et à effectuer le p o r t a g e des bagages à dos d h o m m e s s u r les b e r g e s . Fleuves et rivières. — Les 2 plus g r a n d s fleuves sont l'Oyapoc et le Maroni, celui-ci le plus i m p o r t a n t p a r la l o n g u e u r . V i e n n e n t ensuite, en r e m o n t a n t du Sud au N o r d : l'Approuague, le Kaw, d é n o m m é


- 51 — rivière par les habitants, mais qui est un véritable petit fleuve, recevant plusieurs affluents, dans l'un desquels on a trouvé du diamant, il y a quelques a n n é e s de cela ; la rivière de Cayenne, également u n fleuve ; le Macouria, le Kourou, le Sinnamary, d o n t le bassin est c o n s i d é r é c o m m e le plus r i c h e en m i n e s d ' o r ; l'Iracoubo ; la Mana, qui rivalise avec S i n n a m a r y , p a r la richesse de ses t e r r e s a l l u v i o n n a i r e s en métal p r é c i e u x ; enfin le Maroni. Montagnes. — Elles sont i n n o m b r a b l e s à l'int é r i e u r , des les p r e m i e r s b a r r a g e s r o c h e u x des fleuves et rivières, où c o m m e n c e n t de véritables chaînes, granitiques p o u r la p l u p a r t , — très r a i e s , sur le littoral, d a n s ce q u ' o n appelle les terres basses. On relève s u r la côte, du S u d - E s t au NordOuest, les petites m o n t a g n e s d o n t les n o m s suivent et d o n t la h a u t e u r ne dépasse p a s 150 m è t r e s : la m o n t a g n e Brière, à la p o i n t e du m ê m e n o m , a u confluent de l'Ovapoc avec son affluent de g a u c h e l'Ouanary ; la montagne d'Argent, une réunion de 7 collines à l'entrée du fleuve, sur un petit p r o m o n t o i r e , où elle a l'air d ' u n e sentinelle avancée, placée là p o u r signaler autrefois les caravelles portugaises, q u i v e n a i e n t de t e m p s à autre tenter des coups de m a i n s contre la c o l o n i e française ; la m o n t a g n e Coumarouma, où u n e légende locale a placé le t r é s o r des Jésuites, d u n e t r e n t a i n e de m i l l i o n s d'or, enfoui d a n s u n c a v e a u à 10 métrés de profondeur ; le m o n t Carimaré, e n t r e l ' A p p r o u a g u e et l'Oyapoc, la petite c h a î n e des m o n t s d'Ouanary, d a n s les m ê m e s p a r a g e s ; la longue chaîne g r a n i t i q u e des m o n t a g n e s de Kaw à Roura, c o m p r e n a n t au N o r d la m o n t a g n e CrèveCœur, très r u d e à m o n t e r , où se t o u v a i e n t les é t a b l i s s e m e n t s du personnel de l'ancienne p r o p r i é t é d o m a n i a l e La Gabrielle, ou l'on cultivait p o u r le Roi les épices et les a r o m a t e s de l ' I n d e , particulièrement le giroflier, p r o d u i s a n t les clous de girofle, si r é p u t é s autrefois et dont la colonie exportait plusieurs centaines de t o n n e s en 1820.


— 52 —

Dans l'ile de Cayenne, qui fut le berceau de la colonisation, existent une quantité de monticules, dont la montagne des Tigres, la plus élevée dit-on, a servi de lieu d'habitation au sieur Adalbert de la Ravardière, en 1604 : près et aux alentours de Cayenne-ville, il y à : le mont Tabo ou Tabot ou encore Montabo, le Bourda, la montagne St-Martin, le Câbassou, les monts de Baduel, les montagnes de Matoury et dominant le bassin du Tour de l'Ile, la chaîne des Monts Serpent ; les 2 mornes de Macouria, à Macouria; les monts de la Condamine, des Pères Jé suites. à Kourou,Pariacabo, où se trouve un établissement agricole pénitentiaire; entre Kourou et Sinnamary, la mon tagne da Diable; a près Sinnamary, le mon t Corrossony, qui est un simple soulèvement; en allant encore vers le Nord-Ouest les monts d'Iracoubo, la montagne de Fer. Il faudrait plusieurs pages, pour énumérer les soulèvements de l'intérieur, aux noms plus ou moins bizarres et à la situation topographique tout à tait imprécise et même fantaisiste.

4. — CLIMATOLOGIE : l'AIR, L'EAU, LA TERRE Le climat de la Guyane a mauvaise réputation, depuis l'expédition de Kourou et les déportations politiques de Sinnamary. Victor de Nouvion le défond dans les termes suivants; «Le climat de la Guyane n'a pas exercé, sur les mortalités de Kourou et Sinnamary, plus d'influence que n en auraient exercé les intempéries de tout autre point du globe, désert et inculte, où l'on aurait jeté les malheureux qu'on transporta sur ces plage... Tel est le jugement unanime de ceux qui ont été amenés à faire à ce sujet des recherches approfondies... «La Guyane n'est pas le seul de nos établisse-


— 53 — ments coloniaux qui ait vu tragiquement échouer de folles entreprises. Quarante ans environ avant l'expédition de Kourou, les bords du Mississipi étaient devenus le tombeau de plusieurs milliers d'insensés, que des expériences extravagantes, excitées par une imposture politique, y faisaient accourir de tous les points. Au bout de 5 ans, dit Raynal, il ne restait presque aucun de ces malheureux' qui s'étaient si légèrement expatriés. Leur nombre a été estimé à 40.100. A Kourou, 10.000 périrent en un an : la proportion est i n f é r i e u r e . . . . La Louisiane est connue pour un délicieux pays.» La pleine de la Mitidja, en Algérie, dans le département d'Alger, ont été le tombeau de plusieurs milliers de colons français, décimés par le paludisme et la fièvre typhoïde, sans que ces hécatombes aient jeté la moindre suspicion sur le climat de notre belle colonie Nord-africaine ; et là où les colons autrefois, sur les premières propriétés agricoles, mouraient comme des mouches, s'élèvent aujourd'hui de nombreux et charmants villages très sains, et surtout 2 belles villes modernes : Blida et Boufarick. L'air. — Malgré l'élévation de la température et sa constance, surtout en été, entre 25 et 38° au maximum, l'air est à Cayenne et sur les bords de la mer aussi pur que dans les provinces méridionales de la France, s'il faut en croire une notice statistique publiée à Paris par le ministre de la marine et des colonies, à l'Imprimerie Royale, en 1837. La température la plus basse qu'on ait observée, à l'intérieur sur les hauts plateaux et pendant la saison des pluies, la plus fraîche de l'année, de décembre à juillet, c'est 16 degrés, qui donnent l'impression d'un froid très humide. Les vents dominants sont ceux venant de l'Est, qui durent les trois quarts ou même les quatre cin-


— 54 — quièmes de l'année ; le vent du Nord, intermittent en période des pluies, qui constitue l'hivernage local, passe pour causer aux gens du pays un certain malaise, des courbatures, le rhumatisme, pour ceux qui y sont sujets et la fièvre. L'eau. — L'eau courante, d'une façon générale, provenant des petits ruisseaux et des sources, nombreux dans ce pays, passe pour être excellente, légère, agréable au goût, limpide. Il n'en est pas de même des puits, creusés à main d'hommes, dont l'eau est souvent chargée d'impuretés provenant de la nature des terrains et des couches aquifères souterraines. Il pleut énormément dans la Guyane, principalement à l'intérieur, où les inondations ne sont pes rares en hivernage, entre décembre et mai. Le pluviomètre, d'après des relevés faits à l'hôpital militaire, pendant de longues années, donne un maximum de 3 mètres 50. Les orages, rares sur le littoral, sont assez fréquents dans l'intérieur, au mois de septembre surtout. La foudre tombe rarement à Cayenne. Les autres phénomènes atmosphériques et météorologiques sont presque inconnus dans la région. La terre — Quant à la terre, elle est prodigieusement riche en humus, surtout dans la zone littorale, dans les terres basses; mais on lui reproche de manquer de chaux, d'une façon générale. En tous cas, elle produit jusqu'à trois récoltes de certains arbres et arbustes, de certaines denrées ce loniales, telles que le maïs par exemple ; mais ordinairement les arbres fruitiers portent 2 fois l'an. Rares sont ceux qui ne donnent qu'une récolte annuelle.


-

55 -

5. — LA GÉOLOGIE ET LA MINÉRALOGIE DE LA GUYANE A u c u n e des r é g i o n s de ce pays n ' a y a n t j a m a i s fait l'objet d'études t o p o g r a p h i q u e s sérieuses, il était impossible, d a n s ces c o n d i t i o n s , d'établir u n e carie géologique. T o u t ce qu'on a p u faire, c'est de d o n n e r un a p e r ç u de la n a t u r e des t e r r e s de c e r t a i n s bassins, s a n s p o u v o i r d é t e r m i n e r à quelles c o u c h e s géologiques ces t e r r e s a p p a r t i e n n e n t . J . - B . L E B L O N D , n a t u r a l i s t e , qui a fait u n e carte de la c o l o n i e , q u il a d é n o m m é g é o l o g i c o - m i n é r a l o g i q u e , a plutôt signalé les affleurements m i n é r a u x , à l ' i n t é r i e u r c o m m e s u r les rivières. Et les références de cette carte au petit ouvrage du m ê m e a u t e u r Description abrégée de la Guyane, f o r m e n t plutôt u n e sorte de catalogue ou i n v e n t a i r e m i n é r a logique de c e r t a i n e s régions du pays, p a r c o u r u e s p a r le n a t u r a l i s t e . Ces références consistent d a n s des lettres majuscules de l ' a l p h a b e t , inscrites sur la carte, à c e r t a i n s p o i n t s d é t e r m i n é s , lesquelles lettres se r e t r o u v e n t d a n s l'ouvrage p a r o r d r e a l p h a b é t i que, avec des e x p l i c a t i o n s a p p r o p r i é e s . Voici q u e l ques-unes de ces explications relatives aux m i n é raux trouvés d a n s cetaines rivières : Rivière des Rubis, o ù l'on t r o u v e d a n s le sable d e s fragm e n t s d e zircon, d'améthyste et de topaze, d u titane ferrugineux et d'autres s u b s t a n c e s m i n é r a l e s . — Cailloux r o u l é s blancs, a y a n t la b e l l e eau d e la t o p a z e l o r s q u ' i l s s o n t t a i l l é s : on les t r o u v e d a n s toute la rivière d e S i n n a m a r y et sur les côtes maritimes des environs. Grenat, m a n a k a n i t e et autres s u b s t a n c e s m i n é r a l e s , qui s e trouvent d a n s le s a b l e de la plupart d e s rivières, p r i n c i p a l e ment d a n s c e l l e s d e Sinnamary, C o u r i è g e ( u n affluent d u S i n namary) et d e Mana. — Mine de fer o x y d é brun rougeâtre, e t c .

Un gisement de m a n g a n è s e , qu'il dit très considérable, a été t r o u v é et r e p é r é s u r sa carte p a r J.-B. L e b l o n d , s u r u n petit affluent rive droite de S i n n a m a r y . P l u s i e u r s p r o s p e c t i o n s , faites s u r les


— 56 — i n d i c a t i o n s de cette cartet à l'endroit désigné, n ' o n t d o n n é a u c u n r é s u l t a t : on n'a p a s r e t r o u v é le gisem e n t de m a n g a n è s e . Sa mise au j o u r c o n s t i t u e r a i t u n e fortune p o u r le p a y s . On peut voir avec intérêt, au Musée de C a y e n n e , de n o m b r e u x é c h a n t i l l o n s de p i e r r e s , m é t a u x , m i n e r a i s , qui p o u r r a i e n t s e r v i r à établir la m i n é r a l o g i e r é g i o n a l e ; m a i s c'est u n travail de longue haleine, qui n ' a e n c o r e tenté a u c u n savant.

6. —

LA F L O R E E T LA

FAUNE

P r e s q u e t o u t e s les familles du règne végétal et du r è g n e a n i m a l se t r o u v e n t r e p r é s e n t é e s d a n s ce p a y s , m e r v e i l l e u s e m e n t d o u é p a r la n a t u r e . La Flore. — Elle a été p a r t i c u l i è r e m e n t é t u diée d ' a b o r d par le n a t u r a l i s t e Fusée-Aublet, qui publia en 1775, à Londres et à P a r i s , en 4 v o l u m e s in q u a r t o l'ouvrage si r é p u t é et si s o u v e n t cité « Histoire des plantes de la Guyane française, rangées selon la méthode sexuelle ». Trois p r e m i e r s vol u m e s s o n t c o n s a c r é s a u texte, écrit e n latin et e n français, et le d e r n i e r aux planches et figures, g r a vées s u r b o i s . Le livre se t r o u v e à la b i b l i o t h è q u e de C a y e n n e . On a é g a l e m e n t de Fusée-Aublet le récit d ' u n voyage effectué e n 1774 s u r la r i v i è r e L a C o m t é et s o n affluent de g a u c h e , la rivière d e s Galibis, p o u r aller ensuite p a r t e r r e r e j o i n d r e le fleuve S i n n a mary. L ' A l m a n a c h officiel et administratif de la G u y a ne de 1827 — lequel Almanach devait p l u s t a r d se t r a n s f o r m e r en Annuaire — a publié u n i n v e n t a i r e d e s p l a n t e s utiles d e la colonie, fait p a r le C h e v a lier Cadet de Gassicourt, o ù l'on peut t r o u v e r d e s d o n n é e s et des r e n s e i g n e m e n t s i n t é r e s s a n t s . Le D r Sagot, en 1860, a p u b l i é des é t u d e s s u r


— 57

les plantes de la Guyane, qu'il a r é u n i e s en v o l u m e . L'ouvrage est é g a l e m e n t à la B i b l i o t h è q u e . E u g è n e Bassières, i n g é n i e u r a g r o n o m e , alors chef du service d ' a g r i c u l t u r e de la colonie, d a n s sa Notice destinée à l'Exposition de P a r i s de 1900, a consacré de. n o m b r e u s e s pages à la classification des familles de n o s p l a n t e s ; mais c'est d a n s l'ouvrage du D o c t e u r Gabriel Devez « Les plantes utiles et les bois industriels de la Guyane, » édité à Paris en 1932, qu'il faut se d o c u m e n t e r s u r la flore utile et les essences forestières. L'ouvrage est en vente à la l i b r a i r i e E m i l i o Gratien, r u e de la Liberté, à Cayenne. La Faune. — Il n'est p a s à n o t r e c o n n a i s s a n c e que les a n i m a u x , si n o m b r e u x et d o n t q u e l q u e s uns sont spéciaux à ce pays, aient été l'objet d'études scientifiques. Mais on en lira l'inventaire, d a n s la m ê m e notice déjà citée d ' E u g è n e B a s s i è r e s . L'élevage du bétail en Guyane. À p r o p o s d'animaux, il n e n o u s s e m b l e pas s a n s i n t é r ê t de r a p peler que de tout t e m p s on a fait r e s s o r t i r les possibilités e x t r a o r d i n a i r e s de la colonie d a n s l'élevage du bétail, a cause de ses n o m b r e u s e s s a v a n e s . L ' o r d o n n a t e u r de Lacroix, q u i fut e n service à Cayenne, en 1774, a rédigé un m a n u s c r i t , sous forme de Mémoire, a d r e s s é au Ministre de la marine et des c o l o n i e s , où il d o n n e des a p e r ç u s t r è s intéressants s u r cette q u e s t i o n . E n voici q u e l q u e s extraits : Il s e m b l e q u e la n a t u r e ait e n c o r e établi la G u y a n e pour être d'une a u t r e m a n i è r e la n o u r r i t u r e (1) des îles du Vent. Cette p r o v i n c e e s t r e m p l i e , d a n s toute s o n é t e n d u e , surtout d a n s la p a r t i e d e l'ouest, d e prairies o u s a v a n e s naturelles, c o u p é e s «le r i v i è r e s o u r u i s s e a u x , et p a r s e m é e s de bouquets d e b o i s , o ù le bétail s e retire d a n s la g r a n d e chaleur. M. Maillart(2), qui a s e n t i tout l'avantage d o n t c e s s a vanes p o u v a i e n t être p o u r é t a b l i r d e n o m b r e u x t r o u p e a u x (1) Il a voulu dire le fournisseur

de la nourriture.

(2) Qui a donné son nom à l'une des savanes de Macouria.


-

58

-

de bêtes à cornes, a employé avec le plus grand succès, les fonds dûs au Roi par les habitants, à mesure qu'ils rentraient, à jeter dans ces prairies ou savanes des bestiaux. Cette entreprise a eu tout le succès imaginable ; les bestiaux sont de toute beauté et la viande qu'ils donnent est aussi belle que celle de France. De quinze à seize cents bêtes à cornes qui ont été introduites dans cette colonie, depuis 1769, le nombre en est aujourd'hui tellement augmenté qu'il y en a déjà plus de sept mille. En introduisant un millier, on peut espérer que cette colonie sera, sous peu d'années, en état d'en fournir aux îles du Vent, soit pour la boucherie, soit pour les moulins à sucre (1). On arrêtera par ce moyen une des grandes causes du commerce étranger dans nos colonies; l'argent des Antilles ne sortira pas de la main des Français: et ces îles contribueront de leur côté au prompt rétablissement de la Guyane. L e p r o b l è m e ainsi p o s é est t o u j o u r s resté le m ê m e . L'élevage d u bétail, sérieusement préconisé et financé, serait u n puissant facteur d u relèvement é c o n o m i q u e de n o t r e colonie.

7. —

LE SOUS-SOL L'OR ET L'AVENIR

MINIER

DE LA COLONIE Dès la découverte du Nouveau Monde et dès la reconnaissance des côtes de là Guyane, une légende s'était accréditée, attribuant l'existence de l'or natif à profusion, dans cette région du continent Sud-américain . Dès le XVI siècle, Martinet et Walter Raleigh, qui sont regardés comme les premiers visiteurs de la Guyane, ne s'y rendirent qu'avec l'idée d'y trouver la ville de Manoa, capitale de l'ancien empire des Incas, El Dorado, que l'opinion publique signalait comme le retrait du dernier des Montezuma. Martinez, en mourant à la Havane, soutenait même avoir pénétré jusqu'au merveilleux lac de Parime, où il avait receuilli ses plus précieux m é t a u x ; il perdait, e

(1) Comme bêtes de somme ou de trait.


— 59 — sans s'en douter, p a r un pareil testament, l'infortuné Rateigh (1) « En 1790, on avait trouvé, à u n e demi-lieue d e Cayenne (2) mêlé à du sable noir, un sable doré qui, après avoir été lavé et mis dans le creuset, laissa des paillettes d'or Le colonel Ogier de Gomband a rencontré dans l'intérieur, en 1803, u n Indien portant au cou un morceau d'or pur, de 3 ou 4 l i v r e s . . . (3) Des études et recherches effectuées depuis 4 0 ans, dans les manuscrits et les livres de toutes sortes, il reste l'impression très nette, pour l'auteur de ces lignes, q u e la découverte de l'or et son exploitation ne datent pas de 1854 ou 1855, comme voudraient l'établir les divers écrits publiés sur la matière. C'est la révélation d'une découverte sensationnelle, faite à l'Approuague par un colon français, M. Félix Couy, sur l'indication de l'Indien portugais Paoline, q u e l'histoire locale a notée et fixée comme le point de d é part de l'industrie aurifère. De 1855 à nos j o u r s , l'or n ' a cessé de fournir à ce pays la plus constante de ses ressources. La colonie r e n f e r m e des gisements aurifères, dont l'étendue et la richesse ne peuvent être déterminées, mais qui sont certainement considérables. Ces c h a m p s d'or, depuis 80 a n s , produisent actuellement de 1.200 à 1500 kilogrammes p a r an, d'après les statistiques douanières, c'est-à-dire sans compter les quantités qui s'évadent en fraude à l'extérieur. Cette production, dans les bonnes années d'autrefois, s'élevait à 4 . 0 0 0 kilogrammes. Les prospections des régions encore inconnues n e se faisant plus, il y a plusieurs années depuis qu'on (1) Lequel mourut sur l'échafaud, d'ordre d u Roi d'Angleterre, pour n'avoir pas tenu les promesses qu'il avait faites dans le récit de s o n premier voyage en Amérique. (2) Aux pieds de la colline de Montabo, près Cayenne, où existe a c tuellement u n e carrière de roches, exploitée par le service des travaux publics. (3) La Guyane Française ; son exploitation aurifère, article publié dans le Courrier de l'Europe, à Londres, le 24 novembre 1860.


60

ne fait plus de découvertes de champs d'or nouveaux. Mais le sous-sol n'a pas dit son dernier m o t . Nous pensons, avec beaucoup d'autres de nos concitoyens, que l'avenir de la colonie est p r i n c i p a l e m e n t lié au développemnt de l'industrie aurifère.

L. B.


— 61 —

LA QUESTION DE L'IMMIGRATION Quand on étudie l'évolution des pays neufs et principalement des colonies on constate que ce sont ceux qui ont attiré chez eux des travailleurs, qui ont facilité par tous les moyens l'installation des petits colons qui ont le mieux réussi. Ce sont, en effet, les premiers immigrants arrivés aux Etats-Unis, au Canada, en Argentine, en Australie qui ont (tonné le départ au développement économique, industriel et agricole de ces immenses territoires. Dans une époque plus près de nous, ce sont les petits agriculteurs venus de France, d'Espagne et d'Italie qui ont fait de l'Algérie la plus riche colonie française et à l ' h e u r e actuelle ce sont encore eux qui transforment les terres stériles du Maroc et de la Tunisie en riches vignobles et cultures maraîchères. Ce sont, de pauvres Polonais, Allemands et Italiens que le Brésil a attiré chez lui avec beaucoup de frais qui ont doté les Etats de Rio de Janeiro, de Sâo-Paulo, de Pernambouc de riches plantations. Tous ces pays ont compris que pour mettre leurs richesses naturelles en valeur il faillit des bras pour débrousser, pour planter, creuser des canaux, construire des r o u t e s ; en un mot, qu'il fallait d'abord peupler le pays si on voulait exploiter efficacement les dous que la Nature lui a si généreusement octroyés. En Guyane toute grande entreprise, tout capitaliste le mieux intentionné se heurté inévitablement à la question insoluble de la main-d'œuvre introuvable: — C'est très bien de dire pour que la Guyane revive il faudrait y faire de grandes cultures, y exploiter intensément ses richesses aurifères, ses forêts immenses. Mais supposons qu'un j o u r quelques grosses sociétés se créent pour transformer la brousse en plantations pour établir de grandes exploitations forestières, pour créer de mines importantes. — Où trouvera-t-on la main-d'œuvre nécessaire à toutes ces exploitations? —


62

Le bagne? — J e pense qu'en Guyane tout le monde à part peut-être ceux qui en vivent — a son opinion faite sur la valeur de cette immigration forcée. Certes, éventuellement, ces sociétés pourraient faire venir de la main-d'œuvre du dehors, mais alors que d e frais supplémentaires, que d'immobilisations nouvelles devant lesquels les capitalistes les mieux intentionnés reculeront fatalement. Non, ce qu'il faut c'est établir un courant d'immigration. C'est d'attirer ici les petits cultivateurs, les petits artisans en leur promettant et surtout en leur accordant toutes facilités d'installation, en leur donnant en main non seulement de quoi a s s u r e r leur existence mais aussi de quoi leur p e r m e t t r e d'obtenir p a r leur travail une certaine aisance, un bien-être qu'ils n'avaient pas avant, en leur accordant de petites concessions judicieusement choisies et préparées avec une coquette habitation pour que dès leur arrivée ici ils aient l'impression de ne pas avoir quitté inutilement leur p a y s , leur famille, leurs amis, leurs c o u t u m e s ; qu'ils conçoivent dès leur installation qu'ici ils sont dans un pays j e u n e où l'avenir est ouvert devant eux. Sans qu'il soit nécessaire de faire u n e campagne d'immigration comme par exemple Je Brésil l'a faite dans le t e m p s , sans devoir dépenser des millions en publicité, sans mettre sur pied une organisation monstre on peut faire connaître aux habitants des pays environnants — Martinique, Guadeloupe, St-Lucie, Haïti, etc. — que la Guyane est ouverte à tout homme énergique et travailleur, q u e ceux qui sont prêts à venir tenter courageusement l e u r chance dans ce pays y seront n o n seulement bien accueillis, mais encore et surtout q u ' o n les aidera non pas par de vaines paroles, de promesses creuses, mais bien par des actes, des faits. Qu'on n e dise pas qu'en attirant ici de pauvres diables qui chez eux sont incapables de gagner leur vie on ne verra d é b a r q u e r q u e des fainéants, des propres à r i e n . Cela n'est pas vrai, car celui qui dépense ses derniers sous pour payer sa traversée et


63

celle de sa famille, qui quitte malgré tout le certain — si peut intéressant qu'il soit — pour l'incertain prouve déjà qu'il a en lui une bonne dose d'énergie, d'audace et de volonté et aussi un certain degré d'ambition, qu'il possède le désir d'améliorer sa situation. Celui qui ose risquer prouve qu'il y a en lui du ressort, qu'il est un H o m m e et la Guyane a besoin d'hommes, de beaucoup d'hommes. Parmi ces immigrants il y aura fatalement quelques indésirables, ils ne seront que la petite minorité et, en tout cas, pas à comparer avec la racaille que le bagne déverse ici. En créant des centres d'immigration bien établis et organisés on augmentera non seulement la population mais on favorisera, on développera le commerce et l'industrie locale, car avec un plus grand bien-être que ces immigrants obtiendront par leur travail viendront des nouveaux besoins dont tout le monde profitera. En 1894, G. Verschuur écrivait: « En ce qui concerne la Guyane Française, tout reste à faire pour le transformer en un pays qui rapporte. — Tant que l'immigration ne s'y portera pas, tant que les colons entreprenants n'attaqueront pas cette terre éminemment fertile, tant que la brousse ne sera pas convertie en cultures bien comprises, ce beau pays de Guyane ne se développera jamais et jouira d'une mauvaise réputation qu'il ne mérite cependant d'aucune façon ». (1) Ce qui était vrai il y a plus de q u a r a n t e ans l'est encore à l'heure actuelle. Aussi longtemps que la Guyane restera sans colon il n'y a rien à faire, rien à e n t r e p r e n d r e : Des hommes d ' a b o r d . . . le reste viendra ensuite. G. S. (1) G. Verschuur — Voyage aux trois Guyanes et aux Antilles — Hachette et Cie.

Ed.


— 64 —

L'Instruction Publique en Guyane E n G u y a n e , les enfants r e ç o i v e n t l'instruction au Collège de Cayenne et d a n s les Ecoles p r i m a i res élémentaires.

Collège de Cayenne Le Collège est u n é t a b l i s s e m e n t mixte ne recev a n t q u e d e s élèves e x t e r n e s et e x t e r n e s surveillés ; il c o m p r e n d : a) le cycle des é t u d e s d ' e n s e i g n e m e n t secondaire, b) u n C o u r s N o r m a l d ' i n s t i t u t e u r s et d ' i n s t i t u trices. Le p e r s o n n e l se c o m p o s e d'un d i r e c t e u r d é t a ché du c a d r e m é t r o p o l i t a i n et d e 10 professeurs. Au 31 juillet 1935 l'effectif c o m p r e n a i t 15 filles et 88 g a r ç o n s a s t r e i n t s à la r é t r i b u t i o n collégiale fixée à 300 francs p o u r le p r e m i e r cycle et 600 francs p o u r le s e c o n d c y c l e . Le Collège p r é p a r e au Brevet de Capacité Colonial c o r r e s p o n d a n t au bacc a l a u r é a t de l'enseignement s e c o n d a i r e , le dit b r e vet p e u t être échange c o n t r e le d i p l ô m e de b a c h e lier a p r è s avis d ' u n e Faculté m é t r o p o l i t a i n e . Le Cours N o r m a l a n n e x é au Collège p r é p a r e au Brevet s u p é r i e u r . Ce c o u r s est a c t u e l l e m e n t suivi par 19 élèves. L ' o u v e r t u r e d'une section d ' e n s e i g n e m e n t prim a i r e s u p é r i e u r a n n e x é e a u Collège est actuellement à l'étude.

E n s e i g n e m e n t Primaire L ' e n s e i g n e m e n t p r i m a i r e est d o n n é à C a y e n n e : 1°. — d a n s une école do g a r ç o n s à laquelle est annexé un Cours complémentaire.


— 65 — 2°. — d a n s u n e école de filles à laquelle est également a n n e x é un C o u r s C o m p l é m e n t a i r e 3°. — d a n s u n e école m a t e r n e l l e . 23 écoles d a n s les c o m m u n e s r u r a l e s dispensent l ' e n s e i g n e m e n t p r i m a i r e aux j e u n e s enfants. Au 31 juillet 1935 la p o p u l a t i o n scolaire des écoles p r i m a i r e s p u b l i q u e s du chef-lieu était de 1.435 élèves ; l'effectif des écoles r u r a l e s était d e 878 é l è v e s . L ' e n s e i g n e m e n t est a s s u r é p a r des m a î t r e s et maîtresses p o u r v u s du Brevet s u p é r i e u r et d u C e r tificat d'aptitude p é d a g o g i q u e . Les p r o g r a m m e s sont c e u x fixés p a r l'arrêté ministériel de 1923 ; toutefois, q u e l q u e s modifications y o n t été a p p o r t é e s en vue de les a d a p t e r a u x besoins locaux.

Ecoles de l'administration pénitentiaire Sur le t e r r i t o i r e p é n i t e n t i a i r e , e n g l o b a n t la c o m m u n e de S a i n t - L a u r e n t et les c e n t r e s de St-Jean et des Iles du Salut, il existe des écoles p r i m a i r e s é l é m e n t a i r e s placées sous le c o n t r ô l e du d i r e c t e u r de l ' A d m i n i s t r a t i o n P é n i t e n t i a i r e . Au 31 juillet 1935 l'effectif de ces écoles était de 210 é l è v e s .

Cours d'adultes Les c o u r s d ' a d u l t e s c o m p r e n n e n t tout le p r o g r a m m e de r e n s e i g n e m e n t p r i m a i r e et reçoivent des enfants a y a n t d é p a s s é l'âge scolaire. Ces c o u r s sont a s s u r é s à C a y e n n e et d a n s les c o m m u n e s r u r a l e s p a r d e s i n s t i t u t e u r s et des i n s titutrices.

**


66—

Mutualité scolaire Depuis 1910 f o n c t i o n n e à C a y e n n e u n e Société scolaire de S e c o u r s Mutuels qui a r e n d u d ' a p p r é ciables services a u x j e u n e s s o c i é t a i r e s . Le m u t u a l i s t e a s t r e i n t à v e r s e r la m i n i m e c o t i sation a n n u e l l e de 5 frcs 70 reçoit en r e t o u r , q u a n d il est m a l a d e , des s o i n s médicaux gratuits et u n e i n d e m n i t é m e n s u e l l e de 30 francs. E n cas de décès d ' u n sociétaire, la famille reçoit 100 francs p o u r frais f u n é r a i r e s .

Cours post-scolaires L a C h a m b r e de C o m m e r c e à institué des c o u r s d e dessin i n d u s t r i e l qui sont a c t u e l l e m e n t suivis p a r des o u v r i e r s et a p p r e n t i s d e la ville. Des c e r tificats de capacité l e u r sont délivrés à la fin de la s c o l a r i t é . Des c o u r s de s t é n o g r a p h i e f o n c t i o n n e n t é g a l e m e n t s o u s les a u s p i c e s de la C h a m b r e de C o m m e r c e et sont suivis p a r u n g r a n d n o m b r e d ' é l è v e s . * * *

Ecoles privées I n d é p e n d a m m e n t des écoles officielles il existe en o u t r e q u e l q u e s écoles p r i v é e s laïques et c o n g r é ganistes soumises au c o n t r ô l e du Chef du Service de l'Instruction Publique.


67

-

SERVICE de L'AGRICULTURE et d'ELEVAGE Créé p a r a r r ê t é du G o u v e r n e u r en date du 5 juillet 1906. le service de l'agriculture a c o n n u b i e n des vicissitudes. S u p p r i m é et rétabli t o u r a t o u r , il ne f o n c t i o n n e n o r m a l e m e n t q u e d e p u i s d e u x a n s . Dirigé p a r u n i n g é n i e u r adjoint d'agriculture le service est e n t r é a c t u e l l e m e n t d a n s u n e p h a s e de réalisation. P r o m o t e u r du m o u v e m e n t b a n a n i e r qui s e m ble se d é v e l o p p e r n o r m a l e m e n t , le service de l'agriculture n'a p a s m a n q u é d ' a p p o r t e r aux p l a n t e u r s toute l'aide q u e ceux-ci étaient en droit d ' e s p é r e r . Les p r e m i è r e s e x p o r t a t i o n s se feront au c o u r s de l'année 1936, et a m é l i o r e r o n t d ' u n e m a n i è r e s é rieuse, n o t r e b a l a n c e c o m m e r c i a l e . Les a u t r e s cultures fruitières ont été é g a l e m e n t e n c o u r a g é e s , p a r ticulièrement celle de l ' a n a n a s et de l ' o r a n g e r . Le Jardin b o t a n i q u e est en p l e i n e réorganisation. Le b u t à a t t e i n d r e est de le t r a n s f o r m e r e n jardin d ' a g r é m e n t et p a r c z o o l o g i q u e , les c u l t u r e s devant plutôt être g r o u p é e s s u r l'ancien j a r d i n de Baduel. La question d'élevage, si i n t é r e s s a n t e p o u r le pays, a été é g a l e m e n t é t u d i é p a r le s e r v i c e . Un nouveau règlement s u r les flattes et m é n a g e r i e s , entrera e n v i g u e u r d'ici p e u . il a été c o n ç u de m a nière à e n c o u r a g e r et à d é v e l o p p e r les initiatives des é l e v e u r s . Le service d ' a g r i c u l t u r e et d'élevage est d o n c appelé d é s o r m a i s à j o u e r u n g r a n d rôle dans l'économie de ce pays qui fut autrefois u n e d e nos riches colonies agricoles.


68

SIGNES

ABRÉVIATIFS

SIGNES POUR LES

DÉCORATIONS

O R D R E DE LA L É G I O N D ' H O N N E U R (G C. ) G r a n d ' c r o i x (G O. $) Grand-officier (C. ) C o m m a n d e u r (O. ) Officier Chevalier MÉDAILLE

MILITAIRE

Médaille militaire (C.d.G.) Croix de g u e r r e P A L M E S ACADÉMIQUES O. i} Officier de 1 i n s t r u c t i o n p u b l i q u e y Officier d ' a c a d é m i e MÉRITE

AGRICOLE

O. Q Officier du m é r i t e agricole © Chevalier du Mérite agricole O R D R E NATIONAL D E (M. B.) (M. A.) (M. O.) (M.H.)

Médaille Médaille Médaille Mention

LA

de b r o n z e d'argent d'or honorable

MUTUALITÉ


— 69—

GOUVERNEMENT D E LA GUYANE FRANÇAISE DE MASSOX DE S A I N T - F E U X Max Charles,

Gouverneur de 2 classe des colonies, G o u v e r n e u r d e la G u y a n e t r a n ç a i s e et du T e r r i t o i r e d e l'Inini. e

CABINET D U GOUVERNEUR

( A r r ê t é du 30 n o v e m b r e 1934) 1

er

SECTION

Réception, ouverture, distribution de la correspondance générale. — Centralisation de la signature du Gouverneur. Enregistrement et Conservation de la correspondance intérieure et extérieure des arrêtés, décisions et circulaires Relations entre les administrations et services. — Chiffres. — Visa et légalisations de signatures. — Journal officiel. — Annuaire de la G u y a n e . — Récompenses et distinctions honorifiques. - Affaires diplomatiques. - Audiences - Secours. 2

e

SECTION

Secrétariat du Conseil privé et greffe du Contentieux administratif. 3

conseil du

SECTION

e

Réception, ouverture, enregistrement de la correspondance à la signature du g o u v e r n e u r . — Affaires diveres — Tribunal maritime spécial. — Autorisation de résidence des libérés. 4

e

SECTION

Administration du personnel des cadres métropolitains, coloniaux et locaux (sauf les questions financières qui ressortent des attributions du bureau des finances). - Surveillance et contrôle de ce personnel. — Conservation des dossiers individuels. — N o t e du personnel militaire.

M. M M

me lle

M

me

NOLÉON Albert, 0. Q, chef d e c a b i n e t . K A L Y M a r i e , d a c t y l o de 1 r e classe. G A U T H E R A T Mathilde, dactylo de 3 e classe. L A V A U D E m i l i e , dactylo de 5 classe. e


-

70

-

M R O M A I N Solange, dactylo auxiliaire M. GEOFFROY Gérard, surveillant chef, détaché au cabinet. M M . JULIEN Télésphore, planton auxiliaire. me

CANGAPÏN Henri,

«

«


—71 —

CHEFS d'ADMINISTRATION et de SERVICE MM. ChAUVET Georges, C d. G., p r o c u r e u r de la R é p u b l i q u e , chef du service j u d i c i a i r e . VALENTJeau-Louis, d i r e c t e u r de l'Administration P é n i t e n t i a i r e . QUÉNARD Louis, trésorier p a y e u r . STÉYENEL, m é d e c i n l i e u t e n a n t colonel, chef d u service de s a n t é . PIOGER L é o n , 0 . i}, chef du service de l'Instruction p u b l i q u e . BERNUS H e n r i , chef du service de l'enregistrem e n t , d o m a i n e s , t i m b r e s et h y p o t h è q u e s . B O F F , O.$*, chef de bataillon, c o m m a n d a n t d ' a r m e s de la Guyane F r a n ç a i s e . M I R A N D E - I R É , lieutenant, c o m m a n d a n t le détache-

mont de gendarmerie.

M GOURTAY Pierre Marie, évêque, vicaire a p o s tolique. BARBARROUX René, vérificateur p r i n c i p a l , chef du service des d o u a n e s . DARNAULT Paul Henri, ingénieur principal, chef du service d e s t r a v a u x publics. Le BOMIN Charles, contrôleur adjoint, chef du service des postes et t é l é p h o n e s ADAM Désiré, chef du service de l ' a g r i c u l t u r e GRÉBERT, chef du service des E a u x et F o r ê t s . S A I N T - P R I X , chef du service V é t é r i n a i r e . N directeur de l'hospice civil. BAYONNE, t y p o g r a p h e h o r s classe chef d u service de l'Imprimerie d u gouvernement. gr


72 —

CONSEIL PRIVÉ Ce conseil, institué p a r o r d o n n a n c e du 27 août 1828, modifié p a r d é c r e t du 3 1 o c t o b r e 1897, se compose ; Du g o u v e r n e u r , président ; Du chef d e service j u d i c i a i r e ; Du d i r e c t e u r d e l'Administration pénitentiaire ou s o n délégué ; Du d i r e c t e u r de la b a n q u e de la G u y a n e ; De d e u x conseillers privés ; Du s e c r é t a i r e - a r c h i v i s t e . Conseillers MM

privés :

BEAUROY R o l a n d CASTEX L o u i s

Conseillers privés suppléants M M . Tècle E u g è n e BOUYGUES J e a n - B a p t i s t e

:

CONSEIL du CONTENTIEUX Le conseil, j u g e m e n t e n contentieux, s'adjoint deux magistrats et un c o m m i s s a i r e d u g o u v e r n e m e n t Magistrats désignés pour 19S6 MM.

HERVÉ, JEANNE R o s e

MM.

POUGEOL HENRIC

Suppléants

Commissaire du gouvernement M . QUINTRIE H e n r i , sous-chef d e b u r e a u des secrétariats g é n é r a u x Greffe du Conseil du contentieux Le s e c r é t a i r e archiviste, greffier

M.

R E P R E S E N T A T I O N COLONIALE Gaston M O N N E R V I L L E , député


-

73

-

CONSEIL GENERAL Le conseil g é n é r a l organisé p a r le décret du 23 d é c e m b r e 1878 p r o m u l g u é d a n s la colonie le 30 janvier 1879 était c o m p o s é de 16 m e m b r e s élus, il est a u j o u r d ' h u i c o m p o s é de 8 m e m b r e s c o n f o r m é ment au d é c r e t d u 20 m a i 1930 Les m e m b r e s du conseil g é n é r a l s o n t n o m m é s pour six a n s . Ils sont r e n o u v e l é s p a r moitié tous les trois a n s et i n d é f i n i m e n t reéligibles. B U R E A U DU C O N S E I L MM.

Albert DARNAL, président S i m o n MASSÉ, v i c e - p r é s i d e n t THÉODORE LOUIS, secrétaire

Jean-Baptiste YERNET, questeur CONSEILLERS G É N É R A U X

COMMISSION COLONIALE MM

Gustave CHARLERY, président Albert DARNAL, *fe secrétaire Octave B E L L E V U E , m e m b r e


— 74 —

B U R E A U X DU G O U V E R N E M E N T MM. VENARD Georges, chef de bureau hors classe, des Secrétariats généraux NIELLY Lucien, chef de bureau de 2 classe des Secrétariats Généraux, e

QUIXTRIE LAMOTHE Henri, sous-chef de bureau

de l

r e

classe des Secrétariats Généraux, COMMIS PRINCIPAUX

MM.

DESVIEUX Albert, ^ QUÉVT Lucien, ^ LOUROU Léon PROSPÉRI Antoine PÉRIN Georges, (#) COMMIS DE 1

re

MM.

CLASSE

MAESTRACCI T h o m a s , ACHILLE Modeste, GAILLARD André GUÉNIN Clément COMMIS DE 3

M.

CLÉRY Eugène,

M.

CHATENAY Henri

m e

CLASSE

COMMIS AUXILIAIRE

DACTYLOGRAPHES

M

m e s

Alice dactylographe principale, HERMINE Désirée, dactylographe de 2 classe SACCHARIN Sara, dactylographe de 4 classe GIPPET

m e

M

lle

m e

DACTYLOGRAPHES AUXILIAIRES

M

lles

DAMIANTHE

Jeanne

BAZILE-OCTUVON Andrée OSSIAN Prudence SIRET

Léone

EUPHROSINE J e a n n e


— 75

M

lle

URSULET Andrée COGNET George JOFFROY Léonie, PLANTONS

M M . TONCO Théodule, planton de l r e c l a s s e . I H L E R de St-Hilaire Frédéric » » LUCAIN Gélabert » M I D A Bertrand, concierge. lle

ATTRIBUTIONS DES BUREAUX DU GOUVERNEMENT

PREMIER BUREAU (Administration générale et communale). R é c e p t i o n et e n r e g i s t r e m e n t d e s p i è c e s à l'arrivée. Expédition et t r a n s m i s s i o n d e s p i è c e s d a n s l e s s e r v i c e s . A r c h i ves. Conseil g é n é r a l et c o m m i s s i o n c o l o n i a l e . Affaires r é servés. Assistance publique. Hospitalisation. Commission de surveillance a d m i n i s t r a t i v e d e l ' H ô p i t a l - H o s p i c e c i v i l . Orphelinat. M a t e r n i t é . A l i é n é s . C o n t a g i e u x . A s s i s t a n c e m é d i c a l e gratuite. D i s p e n s a i r e s . H y g i è n e . E x e r c i c e d e la M é d e c i n e et d e la P h a r m a c i e et d e l'art dentaire. E t a b l i s s e m e n t s d e s p e c t a c l e s . C e r c l e s . J e u x et L o t e r i e s . Contrôle d e s films c i n é m a t o g r a p h i q u e s . A s s o c i a t i o n s et réunions. Sociétés diverses. B r e v e t s d ' i n v e n t i o n . M a c h i n e s et b a t e a u x à v a p e u r . Etab l i s s e m e n t s d a n g e r e u x , i n c o m m o d e s et i n s a l u b r e s . E x p r o priation p o u r c a u s e d'utilité p u b l i q u e P r i s o n s . Billets de v i s i t e . C o m m i s s i o n d e s u r v e i l l a n c e des p r i s o n s . L i b é r a t i o n c o n d i t i o n n e l l e . Permis de conduire les véhicules automobiles. Permis de port d ' a r m e s . Q u e s t i o n s d o u a n i è r e s , p o s t a l e s , d o m a n i a l e s , d'enregistrement et d e T i m b r e . D o m a i n e s p r i v é s d e la c o l o n i e ( P o u pon, Grand B e a u r e g a r d ) E l e c t i o n s ( m u n i c i p a l e s , c a n t o n a l e s et législatives). E t u d e et r è g l e m e n t d e t o u t e s l e s affaires c o m m u n a l e s . Administration f i n a n c i è r e d e s c o m m u n e s et d e s é t a b l i s s e ments d e b i e n f a i s a n c e ( b u d g e t s et c o m p t e s ) . C o n t r ô l e d e la comptabilité c o m m u n a l e . Caisse d ' é p a r g n e . Part r e v e n a n t aux c o m m u n e s sur l'octroi d e m e r et sur le p r o d u i t d u


— 76 — budget (Répartition). Impôts communaux. (Prestation. Taxes s u r les a l a m b i c s . D r o i t s d ' a c c o s t a g e , etc.) C o n c e s s i o n dans les bourgs. S e c o u r s aux familles n o m b r e u s e s , n é c e s s i t e u s e s et aux p e r s o n n e s â g é e s et infirmes. Affaires c o m m e r c i a l e s , i n d u s t r i e l l e s , a g r i c o l e s M o u v e m e n t d e s i m p o r t a t i o n s et d e s e x p o r t a t i o n s . C h a m b r e d e c o m m e r c e . Office d u c o m m e r c e e x t é r i e u r Offices c o m m e r c i a u x , B a n q u e d e la Guyana. Caisse d'épargne, Caisse agricole C h a m b r e d'agriculture, c o n c o u r s a g r i c o l e s , c o n c e s s i o n s a g r i c o l e s . P r i m e s à la c u l t u r e . E l e v a g e s . F o i r e s E x p o s i t i o n s T o u r i s m e et p r o p a g a n d e . F ê t e s et r é j o u i s s a n c e s . Presse. Publications. Informations diverses. I m m i g r a t i o n . Etrangers. P a s s e p o r t s . P i è c e s d ' i d e n t i t é . Naturalisation, Statistiques d é m o g r a p h i q u e s et é c o n o m i q u e s . R e c e n s e m e n t de la p o p u l a t i o n . Conseil de révision. Recensement des classes. Insoumis. E m p l o i s r é s e r v é s . R a p p e l d ' a n c i e n n e t é d e s e r v i c e s militaires a t t r i b u é s a u x titulaires d'un e m p l o i civil. T r i b u n a l d e s P e n s i o n s . C o r r e s p o n d a n c e a v e c l e c e n t r e d e r é f o r m e . Le b u r e a u d e r e c r u t e m e n t et la s u p p l é a n c e légale d e l'Intend a n c e . M o b i l i s a t i o n . C o r r e s p o n d a n c e a v e c !e C o m i t é c o l o nial d e s A n c i e n s C o m b a t t a n t s et a v e c l e s G r o u p e m e n t s ou S o c i é t é s m i l i t a i r e s ( U n i o n d e s A n c i e n s C o m b a t t a n t s , La S o l i d a r i t é militaire, etc.) S e r v i c e d e l'Education p h y s i q u e et d e la préparation m i l i t a i r e . B o y s - S c o u t s . S o i n s m é d i c a u x et p h a r m a c e u t i q u e s a u x b é n é f i c i a i r e s d e la l o i de 1919.

M M . Q U I N T R I E - L A M O T H E H e n r i , sous-chef d e b u r e a u des S e c r é t a r i a t s g é n é r a u x , chef d u 1 bureau. D E S V I E U X Albert, c o m m i s p r i n c i p a l . MAESTRACCI T h o m a s , c o m m i s de l c l a s s e . M SACCHARIN S a r a , d a c t y l o g r a p h e de 4 classe, r e m p l i s s a n t les fonctions d e c o m m i s . M Gippet Alice, d a c t y l o g r a p h e p r i n c i p a l e ; H E R M I N E Désirée, d a c t y l o g r a p h e d e 2 c l . M » JOFFROY Léonie, d a c t y l o g r a p h e a u x i l i a i r e . EUPHROSINE J e a n n e , dactylo, auxiliaire. COGNET Georges, — — e r

r e

l l e

e

M E S

e

LLE


77 —

D E U X I È M E BUREAU ( F i n a n c e s ) . R é c e p t i o n et e n r e g i s t r e m e n t d e s p i è c e s à l'arrivée E x p é dition et t r a n s m i s s i o n d e s p i è c e s et d o s s i e r s d a n s l e s s e r v i ces. A r c h i v e s du C o n s e i l Général et d e la C o m m i s s i o n c o l o niale. Affaires r é s e r v é e s . Solde et a c c e s s o i r e s d e s o l d e . T e n u e d e s c o n t r ô l e s , des livrets d e s o l d e ( l i q u i d a t i o n et m a n d a t e m e n t |. P a s s a g e s . R é q u i s i t i o n . F e u i l l e s d e r o u t e . O r d r e s d'embarquement. O r d o n n a n c e m e n t . Livre-journal d e s m a n d a t s délivrés. Carnets et b o r d e r e a u x d ' é m i s s i o n . Vérification d e s b o r d e reaux s o m m a i r e s d ' é m i s s i o n d e p a i e m e n t . Livre d e c o m p t e s de d é p e n s e s . Provisions. Transmissions. Correspondants administratifs. S e r v i c e s c o l o n i a u x . Curatelle. S u c c e s s i o n s v a c a n t e s . Contributions e t r e v e n u s p u b l i c s . B u d g e t s et c o m p t e s du s e r v i c e l o c a l . C o m p t a b i l i t é d u service l o c a l . S e r v i c e d e s e m p r u n t s . B u d g e t s et c o m p t e s d ' e m p r u n t . Comptabilité d u s e r v i c e d e l ' e m p r u n t . Service des recettes. Emission des ordres de recettes. Etats d e s titres. Vérification d e l'état c o m p a r a t i f d e s recettes. Centralisation d e s r e c e t t e s . J o u r n a l d e s r e c e t t e s . S e r v i c e d e s p e n s i o n s . P e n s i o n s civiles et militaires. Caisse i n t e r c o l o n i a l e d e s retraites Caisse l o c a l e d e s retraites.

MM. VENARD Georges, chef de b u r e a u h o r s classe, des s e c r é t a r i a t s g é n é r a u x chef du 2 b u r e a u . Q U É V Y Lucien, c o m m i s p r i n c i p a l . LOUROU Léon, c o m m i s p r i n c i p a l . PROSPÉRI A n t o i n e , « « P É R I N Georges « « ACHILLE Modeste, c o m m i s de l classe. GAILLARD A n d r é , « « GUÉNIN Clément. « « M D A M I A N T H E J e a n n e , auxiliaire. BAZILE-OCTUVON A n d r é e , « e

r e

LLEE

OSSIAN P r u d e n c e , SIRET

Léone

«

«


- 78

-

T R O I S I È M E BUREAU (Matériel). L i q u i d a t i e n et m a n d a t e m e n t d e s d é p e n s e s d e m a t é r i e l . T r a v a u x et a p p r o v i s i o n n e m e n t s . C o m p t a b i l i t é d e s d é p e n s e s e n g a g é e s . C o m m a n d e d e v i v r e s , m a t i è r e s et fournitures néc e s s a i r e s aux s e r v i c e s p u b l i e s . C o m p t a b i l i t é - m a t i è r e s . Adjudications, baux, marchés. R é g l e m e n t a t i o n s u r les s e r v i c e s d e s t r a n s p o r t s fluviaux, m a r i t i m e s et t e r r e s t r e s . B a c s et p a s s a g e s . C o m m i s s i o n s d e r e c e t t e s et d e p a i e m e n t . I n v e n t a i r e s et r e c o l e m e n t d u m a t é r i e l d e s s e r v i c e s publics. A b o n n e m e n t s a u x p é r i o d i q u e s , j o u r n a u x et a u t r e s publications. Subventions diverses. C o m m a n d e s en F r a n c e sur l e s f o n d s d u b u d g e t local et d u b u d g e t d'Emprunt, et p o u r c o m p t e s d e s c o m m u n e s . S e r v i c e s r é g i s par é c o n o m i e . Magasin d u s e r v i c e l o c a l . E m i s s i o n d e s titres de r e c e t t e .

M M . N I E L L Y L u c i e n , chef de b u r e a u de 2 classe des S e c r é t a r i a t s G é n é r a u x , chef du 3 b u r e a u . CLÉRY E u g è n e , c o m m i s auxiliaire de 3 c l a s s e . CHATENAY H e n r i , a u x i l i a i r e . M URSULET A n d r é e « e

e

e

lle


— 79 — MUNICIPALITÉS Après la s u p p r e s s i o n des m u n i c i p a l i t é s élues de la G u y a n e p a r le d é c r e t d u 12 d é c e m b r e 1889, la c o m m u n e d e Ç a y e n n e était la seule q u i fût restée régie p a r le d é c r e t du 15 o c t o b r e 1879 et les q u e l ques dispositions d e la loi du 5 avril 1884 e n v i gueur d a n s la c o l o n i e . Un décret d u 17 d é c e m b r e 1892, p r o m u l g u é à la G u y a n e le 24 du m ê m e m o i s , a rétabli les c o m m u n e s de plein exercice, m a i s e n réservant a u G o u v e r n e u r le soin de d é t e r m i n e r , l a commune de C a y e n n e exceptée, le m o d e d e n o m i nation d e s divers emplois d e s c o m m u n e s r u r a l e s . C A Y E N N E (27

Conseillers

ADMINISTRATION

Municipaux)

MUNICIPALE

MM. Monnerville Gaston, Maire D a r n a l Albert *fë 1er adjoint Charlery Gustave ^ 2 adjoint e

Secrétaire de Mairie M. R a m é e Ste-Marie Conseillers MM. Monnerville G a s t o n . Charlery Gustave Bellevue Octave Quintrie-Lamothe Alexandre Monplaisir T h é o d o r e Jean-François Martin Mirza Victor Bonneton Aimée Lédi A l e x a n d r e Virgile Hippolyte Victoire L é o n c e Polycarpe P a u l - E m i l e Tiburce E m i l e

municipaux S a i m b e r t Albert L o w i n s k i Louis A d e n e t Estève T a r i n s k i Auguste Saindreau S -Rose Charlery R a p h a ë l Théolade Rodolphe Vérin E u d o x i e Zénobie Raoul Darnal Albert Ruffinel J u d e s L a r a n c e Emile Kong Joseph T r o m p e t t e Abel te


80

— MUNICIPAL

PERSONNEL

Mairie MM. T i b o d o Albert, c o m m i s de Mairie, chef d u bur e a u de l'Etat-Civil G o v i n d i n Augustin, c o m m i s de M a i n e , c o m p table T r o u d a r d Alexis, c o m m i s de Mairie M R é g i n a Lutétia, d a c t y l o g r a p h e lle

Voirie MM. Millienne Georges, agent voyer, chef du service des t r a v a u x Lucile St-Hilaire, c o m m i s p r i n c i p a l des travaux . Weishaupt André, garde magasin, comptable. R é m i l i e n J o s e p h , surveillant de t r a v a u x . Recette

municipale

MM. F o r t i n J u l e s , r e c e v e u r m u n i c i p a l Noleau U r b a i n , p o r t e u r de c o n t r a i n t e s . M Valette Maud, caissière Félicité Michelle, e m p l o y é e Mme Eutrope Hermina, employée. M. Richel P o l y d o r e , agent de p e r c e p t i o n des recettes a u x m a r c h é s , halles, e t c . l l e s

Usine

électrique

MM. Léoville P a u l , d i r e c t e u r A r d o u R e n é , m é c a n i c i e n chef. Charron Alphonse, mécanicien F a u b e r t Charles » Lee-A-Wing Edouard, électricien. M Armande-Lapierre Armande, caissière. lle

Service

d'hygiène

municipal

MM. le D r Gippet E t i e n n e , m é d e c i n - d i r e c t e u r

Vitaline Ubald, agent Vérin Victor »


— 81 —

Service médical M. le Dr Rivièrez Maurice Cimetière

M. Gaillot E d m a , conservateur

APPROUAGUE (12 Conseillers) Administration

municipale

MM. L a m o n g e Jules, m a i r e B e r c h o t R o b e r t i n . 1er adjoint Kérel Maximilien, 2 adjoint e

Secrétaire

de

Mairie

M. P o l i a r d

Conseillers municipaux MM. Ride! P h i l i p p e Saint-Hélène Gabriel Lentin Marcel Berchot R o b e r t i n Gourgues H u b e r t Kérel Maximilien

Sébast J o a c h i m S m o c k Camille Firmano Clodomir Néron Clémencin L a m o n g e Jules D e s b o r d e s Victor

KAW (10 conseillers)

Administration municipale MM. Monforgueil Etienne» Maire D o m p u t Désir, 1er adjoint

Basilice

Antoine, 2

Secrétaire

e

adjoitit de

Mairie

L'agent de police r e m p l i t crétaire d e Mairie Conseillers

MM. Montorgueil E t i e n n e Gober Léon Basilice A n t o i n e Bernude A l p h o n s e Bureau Alexis

les fonctions de Se-

municipaux

Léandre Pondut Domput Beauloi Domput

St-Just Gaston Désir Ernest David


— 82 —

MACOURIA (12 conseillers) Aministration municipale

MM. R o b o R e n o t t e , m a i r e Gaillot. Dorville, 1 e r adjoint S é r a p h i n F é r é o l , 2e adjoint

Secrétaire de Mairie

L'agent de police r e m p l i t les fonctions de Sec r é t a i r e de Mairie

MM.

Conseillers municipaux

Robo Reno'le G o m m e Michel Séraphin F é r é o l F u l c o n i s Félix Boulin Victor Matillon Aristide

Paillé Emile Klébcr Lysis

Rumindas Félix

Sam-souci Norville Nabo A o a l b e r t Gaillot Dorville

MATOURY (10 conseillers) Administration municipale MM. P a l m o t Georges, maire Martyr F r é d é r i c , 1er adjoint

Valère Félix, 2e adjoint Secrétaire

de

Mairie

L'agent de police r e m p l i t les fonctions de Sec r é t a i r e d e Mairie Conseillers

MM. P a l m o t Georges A fric L é o n Valère Félix Bafau E d o u a r d Airic Camé lien

municipaux

Adonis Josemh Desflot E m i l e Morgan L é o n Martyr Frédéric Valère .Jean

KOUROU ( 1 2

conseiller?)

A dministration municipale MM. C a n u t Serjus, m a i r e N o m a H e r m é n é g i l d e , 1 e r adjoint


-

83

-

Àbel Azor, 2e adjoint

Secrétaire de Mairie

M. Horth P a u l

Conseillers municipaux

MM. Azor Abel Ringuet Théodule Marcelin E m m a n u e l Roger Elphège Amet E d o u a r d Maraca S i - H u b e r t Modika J o s e p h Papo Jean-Baptiste Mingère Jilius Canut Serjus Noma H e r m é n é g i l d e B o n a v e n t u r e Maurice

IRACOUBO (12 conseillers) Administration municipale Sulbert J o s e p h , m a i r e R o n d a - S y l v a J u s t i n , 1er adjoint S i - J u l i e n F r é d é r i c , 2e adjoint

Secrétaire de Mairie

L'agent de police remplit les fonctions de Secrétaire de Mairie

Conseillers municipaux

MM.

Ronda-Sylva Justin Castor Alfred Othily Altilius St-Julien F r é d é r i c Sulbert J o s e p h Sophie Gaston

Phèdre Damas Golitin Serjus Johan Henri Zopie Charles Clémence Rémy Amaranthe Germain

MONTSINERY (10 conseillers) Administration municipale MM. T h é o d o r e Louis, Maire Luc P e l a u , 1er adjoint Juniel J o s e p h , 2e adjoint

Secrétaire de Mairie

L'agent de police r e m p l i t les fonctions de Secrétaire de Mairie


Conseillers MM. T h é o d o r e Louis Sépho St-Philippe Julien Joseph Coësi A d r i e n Benzeval N o ë l .

84

municipaux Gordius Théodore Pelau Luc Bruno Fernand Jacquemon Firmin Tarcy Maurice

OYAPOC (12 Administration

conseillers) municipale

MM. Gaslon A r t h u r - E u g è n e , m a i r e Elfort N i c o l a s , 1er adjoint S é b é l o u é C a m é l i e n , 2e adjoint Secrétaire de Mairie M. M a n d é Dorneville O. $ g-, C. d. G., Conseillers munipaux MM. Gaston E u g è n e - A r t h u r Gucye Devis Elfort Nicolas Guinguinguoin Léonel Sébéloué Camélien Duchène Nicolas Pascal Athénodore D u c h è n e Virgile Yseros Victor P r é p o n t Just Deltoy J u i n Gabriel J e a n - B a p t i s t e REMIRE (12 Administration

conseillers) municipale

MM. Gildon Cyprien, m a i r e Dinga Raoul, 1er adjoint N 2e adjoint Secrétaire de Mairie M. B i e n v e n u Conseillers MM. Gildon Cyprien Méthon St-Ange Lixef; Sylvestre Dinga Raoul

municipaux

Caristan Félix G o m a n Maximilien Halmus Frédéric August Jusi


—85— Lafrontière Julien N

Adami R o b e r t Ignace Lucien

ROURA (10 conseillers Administration municipale MM. Aron A d r a s t e , m a i r e L a d o u c e u r J o u a n e t , 1er adjoint P o l o n y L é o n e l , 2e adjoint Secrétaire de Mairie L'agent de police r e m p l i t les fonctions de Secrétaire de Mairie Conseillers municipaux MM. Thésée Emilien Yago Sextius Polony Léonel F l o r i n Moise Yago E d g a r d Thélassar Félix Simonard R a o u l Aron Adraste Labrador S a t u r n i n Ladouceur Jouanet TONNEGRANDE Administration

(10

conseillers)

municipale

MM. Madère Victor, m a i r e S p i n c e r Gabriel, 1er adjoint Madère Narcisse, 2e adjoint Secrétaire de Mairie L'agent de police r e m p l i t les fonctions de Secrétaire de M a i r i e . Conseillers MM. Spincer G a b r i e l Lancet E d o u a r d Bichonnet T h i b e r t Madère Narcisse Moogin E u g è n e

municipaux M a d è r e Victor Barthélémy Emile Bélina Tiburce Couty N a z a i r e Molinier Rollus


— 86 — conseillers)

SINNAMARY (12 Administration

municipale

L é t a r d Gustave, m a i r e Vernet J e a n - B a p t i s t e , 1er adjoint L a r a n c e N o n i u s , 2e adjoint Le Secrétaire

de

Mairie

M. Clet J e a n Baptiste Conseillers

MM. L é t a r d Gustave Magdeleine Victor Sophie R o l a n d Souvenir Frédéric Torvic Anthère Vernet Jean-Baptiste MANA (12 A dministration

municipaux

Cosset Simplice Clet Eléonel Larance Nonius Bango P i e r r e Souris S a i n t - L a u r e n t Clet Norville conseillers) municipale

MM. Massé Simon, m a i r e Black Wilfrid, 1er adjoint Gazel A r m a n d , 2e adjoint Secrétaire de Mairie M. Cléry E d g a r d Conseillers

MM. Massé Simon A v a n n e Victor Black Wilfrid Banvin E d m a r Eloi Octave E d w i d g e Camille

municipaux

Gazel A r m a n d N a d i r é Eliézer Badamonlhe Joseph Jadfard Roger N é m o r Elie T h a m a r Aimé


— 87 — ADMINISTRATION

DE LA JUSTICE

TRIBUNAL SUPERIEUR

D'APPEL

MM. C H A U V E T Georges, (C.d.G.) p r o c u r e u r de la Rép u b l i q u e , chef du Service J u d i c i a i r e . JAUBERT P a u l , président T r i b u n a l s u p é r i e u r d'appel. HERVÉ Emile. juge. L E ROUGE de GUERDAVID Gaston & , j u g e . PINDARD L u c , Greffier en chef. M ROSEMON Louise, d a c t y l o g r a p h e . M SAINT-HILAIRE Gabrielle, auxiliaire me

1le

TRIBUNAL DE 1 I N S T A N C E r e

MM. MATHURIN Gaultier, p r é s i d e n t . RASSENDREN J u l e s , j u g e POUGEOL Louis, j u g e s u p p l é a n t . LE CAMUS J o s e p h , j u g e s u p p l é a n t , substitut d u

procureur de la R é p u b l i q u e . MABA H e r v é , j u g e d ' i n s t r u c t i o n . H E N R I C Marcel, substitut du p r o c u r e u r d e la République. JOSEPH Boniface, greffier du T r i b u n a l de Cayenne. LAURENCE Marcellus, c o m m i s greffier de l classe M I C H E L Clair, secrétaire de p a r q u e t de 5 classe B A Z I L E OCTUVON R a y m o n d , c o m m i s greffier de 4 classe. S A I N T - L O U I S Victor, c o m m i s greffier de 6 classe HONORIEN A d o l p h e , a u x i l i a i r e . re

e

e

e


— 88 — J U S T I C E DE PAIX A C O M P É T E N C E É T E N D U E DE ST-LAURENT-DU-MARONI MM.

juge L u c , c o m m i s greffier de 2 classe. Hérold, s e c r é t a i r e d e p a r q u e t d e 4 cl. Aristide, greffier.

JEANNE ROSE, BELLAY VÉLAYE JALTON

e

e

JUGES D E PAIX MM.

d e L A C A R D E Eugelbert, juge d e paix Sinnamary DELANNON Raoul, suppléant G E R M A I N Louis, j u g e d e paix à M a n a . B A R B E Jules, suppléant S A I N T - L O U I S Georges, greffier-notaire BORDES Jules, s u p p l é a n t à A p p r o u a g u e N suppléant à Oyapoc GABALI

AVOCATS-AVOUÉS

MM. S A C C H A R I N Philippe, a v o c a t - a v o u é . avocat-avoué. D A R N A L Albert, ^ S I R D E R B é h a r y Laul, | | a v o u é . THÉOLADE Rodolphe, avocat. POLYCARPE Vermont, avocat. T H A M A R Maurice, avocat. Z É N O B I E Elie, a v o c a t .

MM.

PRÉVÔT. VAUTOR

NOTAIRES Ernest Achille, O. Q

à


—89— C O U R T I E R D E COMMERCE E T MARITIME BERLAND

Jean-Marie,

>fe

HUISSIERS CAYENNE

Ferdinand. CHASSOL Paulin.

SATINÉ


— 90 — LISTE des a s s e s s e u r s pour l'année judiciaire 4936. TITULAIRES Adenet Eslève, 54 a n s , b i j o u t i e r . A n d r i v o n E m m a n u e l , 55 a n s , p r o p r i é t a i r e . B a c u l a r d Hippolyte, 56 a n s , p h a r m a c i e n . Cognet A n t o n i n . 57 a n s , r e t r a i t é . C h a m b a u d S a m u e l , 44 a n s , i n s t i t u t e u r . Dinga Raoul, 35 ans, c o m m e r ç a n t . Galliot Dorville, 54 a n s . p r o p r i é t a i r e . Joseph E d o u a r d , 41 a n s , bijoutier. Lédi A l e x a n d r e , 68 a n s , r e t r a i t é . L a r c h e r Isaïe, 55 a n s , c o m m e r ç a n t . Lowinski Louis, 62 a n s , c o m m e r ç a n t . L é o - A g n o u Victor, 44 a n s , c o m m e r ç a n t . Lucile Saint-Hilaire, 58 a n s , e m p l o y é d e mairie Q u i n t r i e - L a m o t h e A l e x a n d r e , 35 a n s , commerçant. Ruffinel J u d e s , 39 a n s . e n t r e p r e n e u r . R e n a u v a T h é o d o r e , 58 a n s , r e t r a i t é . S a r r a g o t F e r n a n d , 62 a n s , e n t r e p r e n e u r . Sophie Ulrich, 54 a n s , i n s t i t u t e u r . Tarinski Auguste, 43 a n s , c h a r r o n . Vincent J e a n , 53 a n s , r e t r a i t é . SUPPLÉANTS Clé Charles, 34 a n s , c o m m e r ç a n t . D u s s e r r e T e l m o n t Victor, 45 a n s , contre-maître a u j a r d i n d'essai. C a n u t Serjono, 55 a n s , c h a r p e n t i e r . Glennie Victor, 44 a n s , industriel. Iqui J o s e p h , 57 a n s , r e t r a i t é . L a r a n c e Emile, 32 a n s , e n t r e p r e n e u r . T i b u r c e Emile, 55 a n s , m a î t r e - c o r d o n n i e r . Marbot Gustave, 63 a n s , m é c a n i c i e n . T a n o n R a o u l , 32 a n s e m p l o y é de c o m m e r c e . I c h o u n g T h o é G e r m a i n , 37 a n s . mécanicien.


— 91 — SERVICE D E L'INSTRUCTION P U B L I Q U E C O L L È G E D E CAYENNE PIOGER L é o n , d i r e c t e u r de Collège, chef d e service de l'instruction p u b l i q u e H E R M I N E Gaëtan, O. Ô , s e c r é t a i r e du Collège d e Cayenne. S O P H I E Ulrich, O. 0 , surveillant g é n é r a l .

PROFESSEURS Marie-Louise. DERBÈS Carmen. De G A N T E S J e a n n e LUCAS Marguerite. MM. D I M B O U R A n t o i n e . KAPEL Paul. LAURIN Pierre. PUYO R o g e r . S A I N T E - C L A I R E R a c h e l , institutrice d é t a c h é e au Cours normal. M

M

l l e

lles

:

BARBIER

R E P E T I T E U R S E T SURVEILLANTS MM. C H A M B A U D S a m u e l , i n s t i t u t e u r d é t a c h é . GAUMONT E d o u a r d , r é p é t i t e u r . OTHILY L U C ,

M

m e

GAUMONT

Josèphe,

«

«

ÉCOLES COMMUNALES P U B L I Q U E S CAYENNE G A R Ç O N S

MM.

ECOLE ELEMENTAIRE Théodule, 0 . directeur B A R T H É L E M I René, p , adjoint. CLÉOMÈNE Julien, « D É D É Auguste, « H O R T H Auguste, « LABORIEUX


-

92 -

MM. JACARIA Hilaire, y , JOSÉPHINE Max, LONY Jacques, LOUIS-SERVAIS Georges, LÉONCO D o r v i l e , PATIENT Jules, REMOUX Edouard, STANISLAS F r a n ç o i s , BELLONY E m m a n u e l , ZÉNON Emile,

M

FORTUNÉ Alice,

m e s

« « « « « « « « « «

adjointe

GOUDET Irène, THIEBLEMONT Elisa

« «

MANA

MM.

L A D O U É Z O Théodore, directeur. C A M A N Edouard, adjoint.

MM.

V E R D E R O S A Constantin, M A S S É Daniel, adjoint.

S I N N A M A R Y

directeur.

I R A C O U B O

M. N M A L M A N O U R Y

M.

LOUIS-SILVESTRE

Ferdinand, instituteur

C O R O S S O N Y

M . Luc Yves, instituteur K O U R O U

M. L U C I L E Roland, instituteur. M O N T J O L Y

M.

Paul, instituteur. APPROUAGE (Régina) Raoul, instituteur.

SARCELLE LONY

M.

F I L L E S C A Y E N N E

M

m e s

ÉCOLE ÉLÉMENTAIRE directrice. adjointe.

S T A N I S L A S Alexandrine. Q., B A Z I L E - O C T U V O N Rolande,


— 93 — M

m e

CHANCE G e o r g i n a ,

» »

LAGRANDEUR Lisia,

»

ST-LOUIS, Aimée THALY Charlotte, VOISIN Edith,

» » »

TOULOUSE F i r m a ,

»

CLÉRY B e r t h a , D O R É Nelly, ROBO L y d i e , PATIENT Solange, LUBIN Marie-Louise,

» » » » »

É C O L E

M

m e s

adjointes

FRANÇOIS Eva, GILDON Marie,

M A T E R N E L L E

HORTH J o s é p h i n e , Q, d i r e c t r i c e . VERBOIS Alicia adjointe NIÉNAT J o s é p h i n e HONORÉ A n n e t t e DAMIANTHE Julia

» » »

S I N N A M A R Y

M

m e s

S T E - C L A I R E M a r t h e , directrice B E R L A N D C l a u d i n e , adjointe HILARIC Jeanne

»

I R A C O U B O

BARTHELEMI Léone, institutrice.

M

m e

M

lle

MAZA Angèle, institutrice.

M

lle

CLÉRY Edith, i n s t i t u t r i c e .

MANA KOUROU

(Ecole

mixte)

K O U R O U

M

LUCILE Alfrédine, institutrice. M A C O U R I A ( b o u r g Ecole mixte) T H A L Y P a u l i n e , institutrice macouria (7 k Ecole mixte) CABÉRIA Cornélie, institutrice

M

VOLMAR Léodate, institutrice

M

me

M

l l e

e

me

m

MONTJOLY

me


-

94

-

(Ecole mixte) Rachel, institutrice o y a p o c (Ecole mixte) BACCARAT Victoria, institutrice m o n t s i n é r y (Ecole mixte) BEAUSITE A u x e n c e , i n s t i t u t r i c e T O N N É G R A N D E (Ecole mixte) LÉANDRE P a u l i n e , institutrice a p p r o u a o u e (Régina) BASILE-OCTUVON Mirette, institutrice g u i s a n b o u r g (Ecole mixte) LouiSON I r i d i s , institutrice m a t o u r y (Ecole mixte) FRÉDÉRIC Angèle, institutrice r é m i r e

M

me

M

l l e

M

l l e

M

lle

M

lle

M

M E

M

me

ROUMI

M A L M A N O U R Y

M'

LE

M

l l e

DÉDÉ Nelly, i n s t i t u t r i c e t r o u - p o i s s o n (Ecole mixte) G O I N E T Eunice, institutrice.

Conseil de l'Enseignement Primaire Le chef du Service de l ' I n s t r u c t i o n P u b l i q u e est assisté d ' u n conseil d e l ' e n s e i g n e m e n t primaire c o m p o s é ainsi qu'il suit : 1°. — Le chef d u service d e l'instruction p u blique, président 2°. — L e chef d u service d e s a n t é ; 3°. — Un c o n s e i l l e r à l a Cour d'Appel désigné p o u r trois a n s p a r le G o u v e r n e u r ; 4°. — Deux c o n s e i l l e r s g é n é r a u x désignés par le Conseil g é n é r a l ; 5°. — Le chef du service d e s t r a v a u x publics ; 6°. — L e Maire d e C a y e n n e ; 7 ° . — U n p r o f e s s e u r d u collège, p o u r v u du certificat d ' a p t i t u d e au professorat des écoles normales ;


— 95

-

8 . — La directrice de l'école des filles de C a y e n n e 9°. — L e d i r e c t e u r de l'école de g a r ç o n s de Cayenne ; l0°. — Un i n s t i t u t e u r et u n e institutrice élus p a r les instituteurs et les institutrices, titulaires p a r m i leurs collègues d i r e c t e u r s et directrices d'école, ou chargé d'école à u n e c l a s s e . Cet i n s t i t u t e u r et cette institutrice s o n t élus p o u r t r o i s a n s et s o n t rééligibles Les p o u v o i r s des conseillers g é n é r a u x cessent avec l e u r q u a l i t é de conseiller g é n é r a l . A u c u n m e m b r e n e p e u t se faire r e m p l a c e r . e

Liste des boursiers de la Guyane Française M

lle

BRUÈRE-DAWSON

A n d r é e , F a c u l t é de T o u -

louse M.

JEAN-MARIE René, école N o r m a l e de Versailles M. PLÉNET A r m a n d , Institut Agricole d'Algérie (Maison Carrée) M. VAUTOR R e n é , Lycée S t - L o u i s (Mathémat i q u e s spéciales) M. V O I S I N E m m a n u e l , F a c u l t é des L e t t r e s de M o n t p e l l i e r (Cité U n i v e r s i t a i r e ) .

É C O L E S LIBRES CONGRÉGANISTES S œ u r J o s e p h du S a i n t - E s p r i t S u p é r i e u r e p r i n c i p a l e des Sœurs d e S t - J o s e p h de Cluny. C A Y E N N E (26 Religieuses.) Œ u v r e s : E x t e r n a t , Ecole l i b r e , O r p h e l i n a t , Ouvroir. m a n a (11 Religieuses.) Œ u v r e s : Ecole, P h a r m a c i e , Distillerie, C u l t u r e . A C A R O U A N Y ( 3 Religieuses.) Œuvre: Léproserie.


— 96 — E N R E G I S T R E M E N T , DOMAINES E T T I M B R E (Arrêté d u 17 avril 1899.; L'arrêté d u 24 d é c e m b r e 1908, fixe l e s a t t r i b u t i o n s d e s bureaux de l'Enregistrement.

M.

Henri: Receveur Contrôleur de 2 classe d e l ' E n r e g i s t r e m e n t , chef d u service 1er Bureau me

BERNUS

Hypothèques. — Enregistrement. — Domaines. — Curatelle a u x s u c c e s s i o n s v a c a n t e s

2me

Bureau

E n r e g i s t r e m e n t — A c t e s j u d i c i a i r e s — T i m b r e et Contributions directes

MM .

M

m e s

M

lles

M.

R e c e v e u r C o n t r ô l e u r de 2 classe. DONGAR, Surnuméraire. B O R Y A u g u s t e , vérificateur des p o i d s & m e s u r e s CHÉRICA Eugène, contributions V e u v e LAFFONT, d o m a i n e E. Z É N O B I E , caisse VALETTE, dactylographe AXICET, curatelle B E R L A N D F r a n c i n e , actes j u d i c i a i r e s E . BAQUIÉ planton, Conseil de curatelle me

MATHIS,

MM. U n c o n s e i l l e r à la Cour, p r é s i d e n t Le p r o c u r e u r de la R é p u b l i q u e o u l'un d e s e s substituts L e c h e f du 1 b u r e a u x du S e c r é t a r i a t g é n é r a l , délégué er

du Secrétaire général.


97

DOUANES E T CONTRIBUTIONS INDIRECTES MM.

MM.

Commis principaux de 1re classe BERGER Jean R I M A N E Félicien R O S N E L Claude, c o m m i s p r i n c i p a l de 2 classe V E R N E T L U C , c o m m i s p r i n c i p a l de 3 classe P É R I N Marie, d a m e employée p r i n c i p . de 3 clas. e

M.

e

M.

M

me

MM. M

ME

M

B e n é , vérificateur p r i n c i p a l de 3e classe, chef de service B O U C H E R L o u i s , c o n t r ô l e u r h o r s classe e n c o n g é C A P R I C E Albert, » » R O S E M O N E m i l e , c o m m i s p r i n c i p a l d e 3e classe F O T I U S L é o n , c o m m i s de 2e classe F R A N C I S Jules, c o m m i s p r i n c i p a l h o r s classe BARBARROUX

L L E S

e

Commis de 3e classe V E R D E R O S A Joseph, S T A N I S L A S Albany S O P H I E Stella J e n n y , d a c t y l o g r a p h e S A C C H A R I N Noëla, d a m e e m p l o y é e d e 3 classe H I L A R I C Georges, d a m e e m p l o y é e de 4 classe Auxiliaires CHAUVET Jeanne G I L B E R T Pierre Eugénie C H A U V I E R Yvonne B A R T H É L E M I Hélène e

e

M M

mes

L L E S

VERTAL

Emilie

Brigadiers de 1 classe L A B O N X E Stanislas, B O U R D I N Victor, J E A N - E L I E Camille T H É B Y N E E d g a r d , b r i g a d i e r de 2 c l a s s e . MONTPÉRAT T h é o d o r i c , s o u s - b r i g a d i e r de l cl. re

MM.

M. M.

e

re


— 98 — MM.

Préposés Gabriel

BEAUDI

de 1

re

classe

MONTPÉRAT Amélius AIMAN Edouard JOSEPH P a t e r n e R O S E Octave HAASS A n d r é DIMANCHE Maurice BABOUL Gabriel DOROTHÉE Lucien LINDOR Albert T A X I L E Marius DUCHESNE Auguste

MoNÉE Gustave L E D O U X Marcel

CLÉ H e r m é n é g i l d e ROSETTE Polydore EURYALE L é o n GOUDET Daniel POTEAU H u b e r t

Félix

LOUPEC

RAPHAEL

Emile

ELISSÉE LUC

Préposés

de 2 classe e

MM. TOUMANÉ U r b a i n TARTRE B a p h a ë l GARCIN

Ulysse

ÀUPRA E m m a n u e l LEANDRE

Gustave

CATAYÉE Joseph FARLOT Evilmard FARLOT Ejulibert ROBERT

Paul

JOSEPH

Ernest

Préposés

de 3

MM. B U R E A U L é o n BAZILE-OCTUYON Félix F É L I C I T É Carlot TAMBA Camille

e

classe


— 99 — Préposés

de 4 classe e

M M . VERTAL R a p h a ë l NOJEAN E r n e s t MONTPÉRAT G u i l l a u m e

Préposés M M . Covis R e n é

de 5

e

classe

DONZENAC L o u i s REINETTE Dominique

M. M.

APPOLINAIRE Gustave, p r é p o s é d e 6 classe ABRAHAM L o u i s , h o m m e d ' é q u i p e , p l a n t o n des C. I . Préposés auxiliaires e

M M . DORÉ Lionel S A I N T - C Y R Ste C l a i r e RABOUL G u s t a v e JUNIEL Hector RARBE Maurice BOUVARD Yvonnec FALAYE F o r t u n é LAMASTRE A d o l p h e MÉDUS Prosper

VISITEUSES M

M E S

TROCHIMARA E l i s a b e t h ROUYER E m m a

AUVAL Médélise SAINTE R O S E DAGAVILLE F e r n a n d e COMPAS L a u r e n c e DOROTHÉE Valentine

CONTRIBUTIONS

INDIRECTES

M M . T H É N È N E C l e r m o n t , vérificateur de 1 classe M A N D É P h o c y d o r , c o m m i s p r i n c i p a l de 2 classe re

e


— 100 — Commis

principaux

de 3'

classe

MM.

BRACHET Gustave NOLEAU Gabriel TRIBORD R a y m o n d B E N O I T Gilbert CONSTAMPONT E m i l i o

M. M.

L E M K I Stanislas, c o m m i s p r i n c i p a l d e 4 classe PRÉPONT G a b r i e l , c o m m i s de 1 classe

VIRTOS Victor E

re

Commis MM.

PANELA Adrien CASTOR Célestin CLÉRY Victor D E L B É Denis KONSTHAN Georges

M

SAINT-PHLOUR Noémie

M E

auxiliaires

POSTES, TELEGRAPHES E T TELEPHONES MM.

Charles, ( G . d. G ) , c o n t r ô l e u r - a d j o i n t , chef d e Service T H É M I R E A r s è n e , c o n t r ô l e u r d e l classe, receveur-comptable G O U D E T Victor, c o m m i s de 2 classe Veuve L A U P Ê N I E Léa, d a m e e m p l o y é e h o r s cl., r e c e v e u s e d e s postes, M A R C É P a s c a l i n e , d a m e e m p l o y é e 2 classe, receveuse PRÉVÔT F e r n a n d e , d a m e e m p l o y é e d e 1 classe T H É M I R E Georges, d a m e e m p l o y é e d e 2 classe L E BOMIN

re

e

M

M E S

e

M

lles

re

e

Dames

M M

lles

me

employées

de 3

e

classe

PRUD'HOMME Camille, r e c e v e u s e (colis postaux) R O L L U S Joséphine JEANNENEZ

Emmeline


— 101 Dames

employées de 4 classe Mme Veuve BILON J o s é p h i n e M ANTIER Marcelle MARTINET Marie-Louise e

lles

M

Ile

I r m i s , d a m e e m p l o y é e 5 classe e

RÉFUGIO

Dames employées de 6 classe D É S I R C a r m e n , stagiaire T H A M A R Marie-Louise, stagiaire R E N A U V A Camille, auxiliaire V e u v e D U C L O Z A N Liliane, dactylo auxiliaire e

M

lles

M

me

MM.

Georges, ( C . d . G . ) , m é c a n i c i e n d e classe H e r m a n n , a i d e - m é c a n i c i e n auxiliaire

LEGRAND

1

re

RAVIN

NABO Eudore,

»

»

D E N E E F A l b e r t , agent téléphoniste auxiliaire L A U P É N I E R a y m o n d , agent t é l é p h . auxiliaire A F R I C H e n r i , facteur d e 2 classe SÉRAPHIN Casimir facteur d e 3 classe T I M M A R A Y A H Gaston, facteur auxiliaire J A N É L U S Sully, » » BRIQUET Thémire, » » MANSEL S a m u e l , p l a n t o n c o n c i e r g e a u x i l i a i r e . I Q U I J e a n , m a n œ u v r e (colis p o s t a u x ) e

E

S A I N T - L A U R E N T

M. M

lle

M

Charles, c o m m i s p r i n c i p a l 2 classe, r e c e v e u r , chef d e la section de T. S. F . J E A N - L O U I S Adelina, d a m e e m p l o y é e de l cl. O R S I N I A n n a , auxiliaire L A T É R A L G e r m a i n e , auxiliaire L U C A I N E l i o d o r e , facteur d e l classe e

FÉLICIE

lles

M.

r e

r e

M A N A

M M.

NADIRÉ

M.

STANIS

lle

KERMEL

Régina, d a m e e m p l o y é e Julio, facteur d e l classe re

I R A C O U B O

Servius, facteur de l

re

classe


-

102 K O U R O U

M

lle

GUILLAUME A n d r é e , auxiliaire S I N N A M A R Y

M

M E

Veuve

P R É V O T E u g é n i e , receveuse Arthur, facteur auxiliaire

M.

AYMON

M.

GOLITIN

M.

VALDEC

T O N A T E

E d g a r d , facteur auxiliaire R É M I R E

3

e

Victor, (§), classe

(G. d .

G.)

facteur chef de

O Y A P O C

MM.

Charles, c o m m i s d e l classe, chef de la station de T. S. F. L A N T I N Charles, facteur auxiliaire r e

ROBINSON

A P P R O U A G U E - R É G I N A

M.

CÉDIA MAZY

Salvador, c o m m i s de 3° classe Carolus, facteur d e l classe r e

COURRIER FRANÇAIS D é p a r t d e S a i n t - N a z a i r e t o u s les 30 j o u r s . D é p a r t d e C a y e n n e tous les 30 j o u r s .

Communications

postales

Par air Le service postal p a r avion est assuré toutes les directions u n e fois p a r s e m a i n e .

dans

Par Mer De Cayenne a u x fies du Salut, M a n a , SaintL a u r e n t du Maroni et r e t o u r p a r v a p e u r deux fois par mois. De C a y e n n e à Régina ( A p p r o u a g u e ) St-Georges ( O y a p o c ) et r e t o u r p a r v a p e u r d e u x lois p a r mois.


103

De C a y e n n e aux Iles du Salut, K o u r o u , Sinnamary et r e t o u r p a r v a p e u r d e u x fois p a r m o i s . Par Rivière De C a y e n n e à T o n n é g r a n d e d e u x fois p a r s e maine. De Cayenne à K a w d e u x fois p a r m o i s . De S t - L a u r e n t d u M a r o n i à M a n a et de St-Laurent du Maroni à la F o r e s t i è r e u n e fois p a r s e m a i n e Par service Automobile De C a y e n n e à Macouria, Kourou, M a l m a n o u r y , S i n n a m a r y : I r a c o u b o et r e t o u r d e u x fois p a r semaine. De C a y e n n e à Matoury, R é m i r e et Montjoly deux lois p a r s e m a i n e . P o u r t o u t e s les a u t r e s d e s t i n a t i o n s les c o m m u nications p o s t a l e s o n t lieu p a r c h a l o u p e s ou v o i liers à des d a t e s irrégulières m a i s à la m o y e n n e de deux fois p a r m o i s . TRAVAUX MM.

PUBLICS

P a u l H e n r i , i n g é n i e u r p r i n c i p a l de classe, chef de service, e n congé M O D O C K A d h é m a r , i n g é n i e u r d e 3 classe, R O M A I N R o b e r t , i n g é n i e u r adjoint de 3 c l a s s e . B L A N C H E G a b r i e l , chef des t r a v a u x c o n t r a c t u e l FELDMANN Othon, » » » E F F I L I E R A n t o i n e , c o m m i s p r i n c i p . de 2 classe CONSTANT E d w a r d , commis de l classe P R É V Ô T Jules, c o m m i s de 3e classe B I L O N P i e r r e , c o m m i s de 4 classe stagiare C A S T O R J o s e p h , c o m m i s de 4e classe C L O T I L D E D u m e r v i l l e , c o m m i s auxiliaire HENRION Edouard, comptable M A M B I É Georges, m a g a s i n i e r de l classe DARNAULT

4

e

e

e

e

r e

E

re


— 104 — MM. GLÉ A n d r é , a i d e - m a g a s i n i e r MARIEMA E m m a n u e l , surveillant d e s t r a v a u x LANTIN E u c h e r , surveillant p r i n c i p . de l classe DUFOURG C o n r a d , surveillant d e 2 classe SIRDER L é o n , » » » CHAMPAGNE Victor, surveillant d e 2e classe CHAUVIER Robert, surveillant de 6 classe stagiaire AMUSANT Louis Philippe, p l a n t o n auxiliaire du B u r e a u d e s Mines VEY D o m i n i q u e , p l a n t o n auxiliaire a u x T . P . D E L È M E Etienne, planton concierge et garde magasin des T . P . R O S S E L L I Camille, g a r d i e n d e s m a t i è r e s inflammables C U G N E A U E m m a n u e l , auxiliaire M M A R I E - O L I V E Eldée, auxiliaire M A R B O T Gustave, chef d ' é q u i p e r e

e

e

lle

PORT E T R A D E MM.

R e n é s o u s - l i e u t e n a n t d e p o r t , chef du B u r e a u d e l'Inscription m a r i t i m e . GODET Victor, auxiliaire FÉLICIEN B e r n a r d , pilote d e l classe SÉJEAN Louis, pilote c o n t r a c t u e l ANASTASE Nicolas, pilote c o n t r a c t u e l LÉTON E m i l e , pilote, p a t r o n du r e m o r q u e u r « Guizan » re CASTEL H e n r i , c a n o t i e r de 1 classe P I N V I L L E J o s e p h , c a n o t i e r de 2 classe MOULIN

r e

e

Canotiers MM.

provisoires

Gabriel Raphaël CLAVEAU Grégoire J E A N - B A P T I S T E Evariste GILBERT E d g a r d DONDOU

DANIEL


105

P H A R E S , F E U X E T BALISES MM. THIÉBLEMONT Marceau, chef m é c a n i c i e n c o n tractuel S A Ï B O U J o s e p h , g a r d i e n de p h a r e (Pointe Isère) L É T A R D Gustave, » » (Sinnamary) LAMA Julien, » » (Iracoubo) C A B É R I A A d r i e n , g u e t t e u r de vigie M A C A X T A Y R a p h a ë l , g u e t t e u r de vigie POLICE D E CAYENNE Police

Générale

E d m o n d , commissaire de police L A V A U D J e a n , adjoint au c o m m i s s a i r e de police Luc E u g è n e , b r i g a d i e r de 2 classe M E L T É O R Albert, b r i g a d i e r de 3 classe Agents de 1 classe MM. S É P H O E u d é ï c e F R A N Ç O I S Albert L A N C Y Victorin

MM.

JEANNENEZ

e

e

re

DE

NEEF

E m m a n u e l , agent auxiliaire Police

MM.

Municipale

E d m o n d , c o m m i s s a i r e d e police Louis, a d j u d a n t SARMEZAN P r o s p e r , b r i g a d i e r S I G E R Antoine, b r i g a d i e r Agents de 1 classe MM. A M P I G N Y L o u i s DIMANCHE Théodule CATHERINE Pierre M. P A T I E N T Murius, agent stagiaire Agents auxiliaires MM. N O N O N E H e r m é n é g i l d e MARMOT Valenlin CAUSSADE Joseph P R I A N Biaise JEANNENEZ FURET

re


Agents MM.

RÉGIS

106

-

auxiliaires

Léon

DÉSIR Camille PAUILLAC R i g o b e r t FIRZÉ

Zulima A l e x a n d r e , p l a n t o n cycliste Uldaire, p l a n t o n

M.

PHILIPPE

M.

VIRTO

GARDES RURAUX MM. S A M I N A D I N J o s e p h , A p p r o u a g u e B E N T H Simplice, I r a c o u b o H E N R I C K Albert, K a w A M A R A N T H E M a r i u s , Macouria S A U V E T Georges, Matoury J E A N - L O U I S Augustin. Montsinéry F R É D É R I C G é r a r d , Oyapoc T U R A N T Silvestre, » BIENVENU Paul, Rémire P E R R I N E Joseph, » CHALU Emilien, Roura H E N R I S T A L Raphaël, Sinnamary C A V A L I E R Rosal, T o n n é g r a n d e PRISON DE CAYENNE MM.

Amélius, d i r e c t e u r - G é r a n t , g a r d i e n classe B E R G R A V E Constant, g a r d i e n d e l classe R U F F I N E L E u g è n e , g a r d i e n d e 2 classe I N N O C E N T Louis, g a r d i e n auxiliaire P A N E L L E Adèle, g a r d i e n n e d e 3 classe

NABO

l

de

r e

r e

E

M

lle

E

Commission de surveillance de la prison MM. Le Chef du Service J u d i c i a i r e Le Maire de C a y e n n e . D A R N A L , conseiller g é n é r a l N . . . conseiller m u n i c i p a l N . . . Un m a g i s t r a t (désigné p a r le chef du service j u d i c i a i r e


-

107

-

M M . N . P r é s i d e n t du T r i b u n a l Le chef d u 1 b u r e a u d u g o u v e r n e m a n t Le D i r e c t e u r d e la P r i s o n e r

SERVICE

d e la

COLONISATION

MM. Désiré ADAM, i n g é n i e u r adjoint d e 3 classe, chef d u service D E GRESLAN, adjoint au chef du service Mme Marie-Joseph DUFOURNIER, d a c t y l o g r a p h e a u x . M I r è n e SOUQUI, d a c t y l o g r a p h e auxiliaire MM. Paulin STÉPHANT, c o m p t a b l e auxiliaire T e l m o n Victor D U S E R R E , agent auxiliaire c h a r gé du J a r d i n d'Essais VÉTÉRINAIRE M. H e n r i SAINT-PRIX, v é t é r i n a i r e adjoint d e 3 cl. des colonies E

lle

e

SERVICE

SANITAIRE

( D é c r e t d u 31 m a r s 1897) M.

$ s médecin lieutenant-colonel des t r o u p e s c o l o n i a l e s , d i r e c t e u r d e la s a n t é .

TOURNIER O.

H O P I T A L HOSPICE CIVIL L ' h ô p i t a l - h o s p i c e civil est u n é t a b l i s s e m e n t e n tretenu p a r la col, oùsonts o i g n é s , les m a l a d e s indigents, les vieillards, les infirmes et les i n c u r a bles d e s c o m m u n e s , c o n t r e remboursement. Le Service local y envoie les i m m i g r a n t s m a l a d e s , d é p o u r vus de r e s s o u r c e s e t y e n t r e t i e n t en p a r t i e les aliénés et l e s enfants assistés. Les particuliers p e u v e n t s'y faire t r a i t e r à l e u r s frais. Un a r r ê t é d u 27 février 1909, p o r t e r è g l e m e n t intérieur de cet é t a b l i s s e m e n t


— 108 —

Personnel MM.

Etienne, docteur en médecine, RIVIÉREZ Maurice, d o c t e u r e n m é d e c i n e N directeur T A L É S R a o u l , é c o n o m e c o m p t a b l e d e 2 classe A R R A S Charles, p h a r m a c i e n de 5 classe M A R I E - R O S E , é c r i v a i n , auxiliaire F I S S I E R Félix, i n f i r m i e r - m a j o r a u x i l i a i r e GRISXOIR Anna, sage-femme de l classe V I R G I L E Emilie, s u r v e i l l a n t e de 1 classe M E R C É S Elisca, » » » » GIPPET

e

e

M

M E

M

L L E

M

M C

re

re

Jeanne » » 2 » M D U C H A N G F Herminie » » 3 » M « B A R T H É L E M I Mathilde, » a u x i l i a i r e M COUPRA Providence » » M R H É N T Françoise » » M M . P I E R R E - A L E X A N D R E R e n é , cuisinier-chef M É D I U S Philistal, p l a n t o n . M

LLE

e

HULMAN

e

1 , E

M

LLE

ME

La c o m m i s s i o n d e surveillance se c o m p o s e d e : M M . Le m a i r e d e C a y e n n e ; Deux conseillers g é n é r a u x , à la désignation du Conseil g é n é r a l ; Le chef du service d e s a n t é ; Le chef d u 1 b u r e a u d e s b u r e a u x d u G o u v e r nement; D e u x h a b i t a n t s n o t a b l e s désignés p a r le Gouverneur; L e m é d e c i n - d i r e c t e u r de l ' é t a b l i s s e m e n t ; M M . G R A T I E N E m i l i o , Qi m e m b r e P A G É S Y Charles, Z É P H I R Victor, m e m b r e adjoint ; D E S V I E U X , commis principal des bureaux du gouvernement ER


— 109 LEPROSERIE DE

MM. N HERMET

L'ACAROUANY

, médecin directeur Maurice, agent c o m p t a b l e Infirmières

M

m e s

DESCHAMPS DEMEUZOIS DELMER

M.

sœur Bernard s œ u r Marcellin s œ u r St-Claire

GARDE SANITAIRE Félix, g a r d e sanitaire d e 1ère classe

MIRANDA

IMPRIMERIE DU G O U V E R N E M E N T

Personnel MM.

Camille, agent h o r s classe, chef d e service FRANÇOIS L u c i e n , agent h o r s cl., sous chef

RAYONNE

Compositeurs-typographes

MM. À L F R É P h i l é m o n , agent h o r s classe re QUINTIUS J o s e p h , a g e n t de 1 classe JÉRÔME Edgard, » » TIMMARAYAH Alphonse, agent de 2 classe V É R I D I Q U E André, agent de 3 classe RHÉMY E m m a n u e l , » » V É R O Victor, agent d e 5 classe e S I R D E R Léo, agent de 7 classe MAZA Félix, apprenti D U R B A N T Arsène, » A D E L S O N Riffard, » MIRZA. A l b e r t , » e

e

e

Pressiers

MM.

Gustave, agent d e 4 classe S T A N I S L A S A l e x a n d r e , agent de 6 classe MONDÉSIR Charles, a p p r e n t i RÉQUIER Johanny, » BARTHÉLÉMY

e

e


MM.

110 —

Relieurs E d o u a r d , agent h o r s classe H É L È N E P a u l , a g e n t d e 2 classe e C É L E S T I N R e n é , agent de 3 classe F L O R A N Charles, agent d e 4 classe e M A C A N T A Y Max, agent d e 7 classe A D E N E T Adolphe, a p p r e n t i V I T A L I N E Lucien, » AYMON

E

e

D É L É G U É DU SERVICE LOCAL ( a r r ê t é du

M.

10 j a n v i e r 1922)

Félicien, c o m m i s p r i n c i p a l de 1re classe, chef d u b u r e a u d e s d o u a n e s à S t - L a u r e n t , d é légué et agent spécial du service local, chargé de la tutelle a d m i n i s t r a t i v e des t r i b u s indigènes de la région.

RIMANE

CONSEIL COLONIAL d'HYGIENE MM. 0 .

conseiller g é n é r a l conseiller p r i v é . Le Maire d e la ville de C a y e n n e Le chef du service de Santé Le Médecin c h a r g é d e l'Institut d ' H y g i è n e et de P r o p h y l a x i e BELLEVUE,

BEAUROY,

Le D

r

RIVIÉREZ

pharmacien Le chef d u service d e s T r a v a u x p u b l i c s Le V é t é r i n a i r e du g o u v e r n e m e n t . PAGÉSY.

COMMISSION d e la L E P R E MM. Le Maire d e C a y e n n e ou à défaut u n d e ses adjoints Un Magistrat d u p a r q u e t Un conseiller g é n é r a l Un chef d u b u r e a u d e s b u r e a u x du gouverment Un délégué d e la c o m m i s s i o n d ' H y g i è n e .


— 111 — COMMISSION P E R M A N E N T E de la L E P R E MM. Le chef du service de S a n t é D e u x m e m b r e s du conseil g é n é r a l Le M é d e c i n - d i r e c t e u r d e l'Institut d'Hygiène et de P r o p h y l a x i e , s e c r é t a i r e Les Médecins civils et militaires en service e n

Guyane.

MEMRRES DES COMMISSIONS SANITAIRES

1

Circonscription

re

Cayenne, Matoury, Roura, Tonnégrande Montsinéry, Macouria, Iles-du Salut Le Maire d'une des c o m m u n e s c o m p r i s e s d a n s la l circonscription, Le d i r e c t e u r du service m u n i c i p a l d'Hygiène de la ville de C a y e n n e , Un p h a r m a c i e n m a j o r d e s T r o u p e s c o l o n i a l e s , Le v é t é r i n a i r e du g o u v e r n e m e n t , Un conducteur des Travaux publics r e

2

e

Circonscription . — Kourou

Le Maire de la c o m m u n e , L'instituteur, d i r e c t e u r de l'Ecole des G a r ç o n s Le chef du c a m p de K o u r o u Le c o m m i s des T . P . et Mines c h a r g é de la circonscription

3

e

Circonscription

Sinnamary

Iracoubo

Le Maire de S i n n a m a r y ou d ' I r a c o u b o selon le cas, Le chef de P o s t e des D o u a n e s à S i n n a m a r y , Le c o m m i s des T . P . c h a r g é de la c i r c o n s c r i p tion, L'instituteur, d i r e c t e u r de l'Ecole des g a r ç o n s L'infirmier aide m é d e c i n


4

e

112 —

Circonscription . — Mana

Le Maire, Le m é d e c i n de l'Assistance médicale de la commune, Le c o m m i s d e s T. P. c h a r g é de la c i r c o n s c r i p tion. L'instituteur, d i r e c t e u r d e l'Ecole des g a r ç o n s Le chef de poste de D o u a n e s

5

Circonscription

e

St-Laurent

et St-Jean

du

Maroni

Le c o m m a n d a n t , Maire de S t - L a u r e n t , Le chef d u service m é d i c a l de l'A. P . , Le P r o c u r e u r de la R é p u b l i q u e , Le d é l é g u é d u service local L'agent-voyer de la c o m m u n e

6 Oyapoc

e

Circonscription —

Kaw

Approuague

Le Maire de la c o m m u n e o ù f o n c t i o n n e la Commission, Le chef de Bureau ou d e poste des D o u a n e s , Le c o m m i s des T . P . c h a r g é d e la c i r c o n s c r i p tion, L'instituteur, d i r e c t e u r de l'Ecole des g a r ç o n s L'infirmier a i d e - m é d e c i n MÉDECIN DU SERVICE LOCAL M. le docteur GIPPET E t i e n n e , m é d e c i n civil, chargé de la visite d e s f o n c t i o n n a i r e s et de la p r i s o n . ASSISTANCE PUBLIQUE Un décret en date d u 26 a o û t 1881 a c r é é un b u r e a u de bienfaisance d a n s la c o m m u n e d e Cayenn e et a a u t o r i s é l'établissement éventuel d e s b u r e a u x de bienfaisance d a n s c h a c u n e des autres c o m m u n e s de la c o l o n i e .


— 113 — Un a r r ê t é d u 7 février 1882 a réglé le fonctionn e m e n t de la c o m m i s s i o n a d m i n i s t r a t i v e d e s b u reaux d e b i e n f a i s a n c e . Un a r r ê t é du 11 m a i 1889 a p r o m u l g u é d a n s la colonie le décret du 5 août 1879 relatif à la n o m i n a t i o n d e s m e m b r e s des c o m m i s s i o n s a d m i n i s tratives d e s h ô p i t a u x , h o s p i c e s et b u r e a u x de b i e n faisance. Membres de la Commission administrative du bureau de bienfaisance de Cayenne MM. le Maire m e m b r e de droit, p r é s i d e n t S.

SAINDRKAU

J . RUFFINEL

|

J. M . BERLAND M. M A R C H A N D Z . BENJAMIN

conseillers m u n i c i p a u x notables

CHAMBRE

D'AGRICULTURE

(Arrêtés d e s 21 a o û t 1896 et 2 2 novembre 1901)

M. M

me

VALETTE E m m a n u e l , président Veuve G O S S E L I N , O.!), v i c e - p r é s i d e n t e

MM. D E V E Z Gabrie1, $ S O.Q GRATIEN E m i l i o , P S A I X T - P H L O U R Maurice SAINT-LOUIS, L O X Y S a i n t - A l b i n , cl PRÉVÔT Georges

,O.ci

Le chef d u service d e la c o l o n i s a t i o n Le chef d u service v é t é r i n a i r e N... N... Membres de droit Le d é p u t é de la G u y a n e Le d i r e c t e u r de la B a n q u e

Secrétaire M

lle

SACCHARIN, S a r a h


— 114 — CHAMBRE D E COMMERCE L a C h a m b r e de C o m m e r c e de la G u y a n e F r a n çaise a été créée p a r a r r ê t é du g o u v e r n e u r d e la Colonie du 9 m a i 1881 modifié p a r l'arrêté du 20 n o v e m b r e 1934 Bureau MM, J . M . B E R L À N D . $ S C d G, P r é s i d e n t A . B O N N E T O N et V . R O L L U S V i c e - P r é s i d e n t s

R. M. HILAIRE, S e c r é t a i r e - T r é s o r i e r Membres MM. O. Ch. E. R.

BELLEVUE CLÉ GRATIEN 0 THËOLADE Membres à : St-Laurent

MM. L. C A S T E X ife A. FANIER .J. S A I N T - C L A I R E V . ZÉPHIR Correspondants du Maroni

MM. M. G O U G I S MM. P h . L E O - A G N O U P . ORSINI .J. P . R E N A U D A. TANON à Maria : M. TORVIC à Sinnamary : R . DELANNON à Kourou A. S A N I T E à Régina : R . HITÏER à Si-Georges de l ' O y a p o c : A . H I L A I R E , E. M i r o u x

L . BASSIKRES

S , S e c r é t a i r e Administratif

Membres

de

droits

MM. Le D é p u t é de la G u y a n e Le Directeur de la B a n q u e de la G u y a n e INSPECTION DES PHARMACIES M M . Le chef du service d e S a n t é Le p h a r m a c i e n - m a j o r de l'Hôpital colonial Le m é d e c i n - d i r e c t e u r d e l'Institut d'Hygiène COMMISSION DES M E R C U R I A L E S MM. R É B A R D , conseiller g é n é r a l BONNETON,

»

»


— 115 — COMMISSION D E S MORUES MM. 0 . B E L L E VUE,conseiller g é n é r a l BEAUROY, conseiller p r i v é Le Maire de la ville de C a y e n n e Le chef du service d e Santé Le Médecin c h a r g é d e l'Institut d'Hygiène e t de P r o p h y l a x i e Le D RIVIÉREZ PAGES Y , p h a r m a c i e n r

Le chef d u service d e s T r a v a u x publics Le Vétérinaire du g o u v e r n e m e n t . BIBLIOTHÈQUE ET MUSÉE

La Bibliothèque est o u v e r t e au public : T o u s les j o u r s m ê m e fériés, le l u n d i excepté, de 17 à 20 h e u r e s — T o u s les d i m a n c h e s , d e 8 h e u r e s à 11 h e u r e s , m ê m e l o r s q u e ce d i m a n c h e coïncidera avecu n j o u r férié. Bibliothécaire : M V Q U I N T R I E L A M O T H E G a brielle. m e

ve

Le m u s é e local est o u v e r t tous les jeudis, d i m a n c h e s d e 7 h e u r e s et d e m i e à 11 h e u r e s et les j o u r s d u c o u r r i e r t o u t e la j o u r n é e . C o n s e r v a t e u r : M. le D

R

DEVEZ

$,

O.i*, O.M

CAISSE D ' E P A R G N E La c r é a t i o n a élé a u t o r i s é e p a r décret du 7 d é c e m b r e 1867, p r o m u l g u é p a r a r r ê t é du 27 février 1868, n° 127, d u G o u v e r n e u r . L a Caisse est a d m i n i s t r é e g r a t u i t e m e n t p a r u n Conseil, c o m p o s é d u Maire de la Ville, p r é s i d e n t , et de 9 d i r e c t e u r s Le p e r s o n n e l est c o m p o s é d ' u n c a i s s i e r - c o m p table et d ' u n e sous caissière M M

LLE

caissier-comptable sous-caissière

WEISCHAUPT,


— 116 — Conseil

des

Directeurs

M M . le Maire, p r é s i d e n t FANIER, vice-président SAINTE-CLAIRE, secrétaire général J . - B . BOUYGUES, m e m b r e délégué du Conseil p r i v é . G. CHARLERY, $ S m e m b r e délégué du Conseil municipal O.

BELLEVUE

»

»

»

M.

JEAN-FRANÇOIS

»

»

»

A. LECANTE, m e m b r e M.

ACHILLE,

»

D.

LÉONÇO,

»

A.

REMY

L.

VERNET,

J.

L.

HÉDER,

C . CLÈ,

J.

BERGER,

Ed. LYNION,

P.

KAPEL,

Directeurs MM.

Directeurs MM

R.

BARTHÉLÉMY,

J.-M. R.

BERLAND,

ROBO

titulaires MM.

Ed.

HENRION, RIMANE,

suppléants


— 117 — BANQUE de la GUYANE Direction M.

L A M E R Louis,

C.

d. G., d i r e c t e u r .

Administrateurs MM.

MM.

BEAUROY R o l a n d , ; CASTEX Louis, F A N I E R A l e x a n d r e ; Z È P H I R Victor.

^ ,

Administrateurs suppléants C L É Charles : B O N N E T O N A i m é

Censeurs MM. Q U I N T R I E - L A M O T T E H e n r i , sous-chef d e b u r e a u des s e c r é t a r i a t s g é n é r a u x d e s colonies, cens e u r légal. P R É V Ô T E r n e s t , n o t a i r e , c e n s e u r électif T R É H I N E Mathurin, censeur suppléant Commissaire du Gouvernement M. Q U É N A R D Louis, C. d. G., t r é s o r i e r - p a y e u r de la G u y a n e française Personnel MM.

de la Banque

H . d e St-QUENTIN mes

M

L E S

Guyane

L A M E R Louis, C . d. G., d i r e c t e u r FLORIDE Hermann, sous-directeur B R I A I S E r n e s t , caissier L H U E R R E Louis, chef c o m p t a b l e H A R M O I S J u l e s , adjoint a u c h e f - c o m p t a b l e N O T Léon

M

de la

employé »

Vve L . S A N I T E , d a m e e m p l o y é e

BORY BEAUSITE ROLLUS Agnès CLÉRY POLYCARPE MARILUS

» » » » » »

MM. P O L O N Y J e a n , p l a n t o n EUTROPE Raymond, planton-chauffeur


— 118 —

Succursale de Saint-Laurent-du-Maroni Paul, chef de la S u c c u r s a l e Vve VOLMAR L é o n , caissière

M.

M

BARTHÉLEMI

M E

R. A Z U R , employé BARTHÉLEMI LUC » S A D A S Michel, p l a n t o n

MM.

TRÉSOR M M . Q U É N A R D Louis, C . d. G., t r é s o r i e r - p a y e u r C H Â T E A U E d g a r d , p a y e u r de 2 m e classe CIPRTANI J e a n , c o m m i s p r i n c i p a l de 2e classe, 1er fondé d e p o u v o i r s A L E X A N D R E R a y m o n d , c o m m i s p r i n c i p a l de 2e classe TASSÉA P i e r r e , c o m m i s p r i n c i p a l de 3e classe, 2e fondé de p o u v o i r s B A Y L A C Raoul, commis p r i n c i p a l de 3e classe, caissier M E S N I L Roger, c o m m i s p r i n c i p a l d e 4e classe R E B E L A l e x a n d r e , c o m m i s principal de 4e c l . FAURE Paul, PATERNE Léon,

» »

» »

PINDARD Georges, c o m m i s de I r e classe.

Auxiliaires M

M

m

e

s

L L T S

A R R O W E n é i d e , aide c o m p t a b l e E L O S E L Nelly W E I S H A U P T Renée, expéditionnaire R A N D E L Mireille

L O D A Adèle, e x p é d i t i o n n a i r e B E L L I N A Yvette, d a c t y l o g r a p h e M M . V A L È R E Lucien, e x p é d i t i o n n a i r e BIERGE Louis

MIRCOVITCHT Timohire, planton concierge TIMARAYAH Armand S A I N T - L A U R E N T

M M . V I L O , c o m m i s p r i n c i p a l d e 1re classe p r é p o s é du T r é s o r

» »


— 119 — AGENTS D E LA

PERCEPTION

M M . A L E X A N D R E R a y m o n d , c o m m i s p r i n c i p a l de 2e classe du T r é s o r , p e r c e p t e u r de la r e c e t t e m u n i c i p a l e des 1re et 2 e c i r c o n s c r i p t i o n s B U R O T H - D A P Louis, c o m m i s caissier MITH Guy, c o m m i s W A C A P O U Victor, c o m m i s C O N S T A N T I N Martial, c o m m i s G A S Q U E T A m é d é e , p o r t e u r de c o n t r a i n t e s auxiliaire D a n s les c o m m u n e s r u r a l e s , les fonctions d e p o r t e u r s de c o n t r a i n t e s sont r e m p l i e s p a r les a g e n t s de p o l i c e . OFFICE D U

TOURISME

L ' « U n i o n G u y a n a i s e de P r o p a g a n d e » est u n office de t o u r i s m e et de r e n s e i g n e m e n t s d o n t les a t t r i b u t i o n s sont d é t e r m i n é e s c o m m e s u i t : 1°) t r a i t e r au m o y e n de conférences faites à C a y e n n e ou d a n s les c o m m u n e s et d'articles i n s é r é s dans la p r e s s e m é t r o p o l i t a i n e ou locale, des sujets d'histoire, d e géographie, de l i t t é r a t u r e , d ' e t h n o l o gie, des sciences n a t u r e l l e s , etc., se r a p p o r t a n t e n g é n é r a l a u x possessions coloniales de la F r a n c e et p l u s p a r t i c u l i è r e m e n t à la G u y a n e ; 2°) r é u n i r toute d o c u m e n t a t i o n (livres, statiatiq u e s , p h o t o g r a p h i e s , films, e t c . ) a p p e l é e à i n t é r e s ser ou à favoriser le t o u r i s m e local et d ' e n t r e r en contact avec les o r g a n i s m e s t o u r i s t i q u e s m é t r o p o litains ou é t r a n g e r s ; 3°) c o n c e n t r e r tous r e n s e i g n e m e n t s d ' o r d r e é c o n o m i q u e p o u v a n t c o n t r i b u e r au d é v e l o p p e m e n t g é n é r a l du p a y s ; 4°) a s s u r e r l'organisation et le f o n c t i o n n e m e n t d'un magasin d'exposition et de v e n t é , d e s t i n é à faire c o n n a î t r e les r e s s o u r c e s d e la colonie ;


— 120 — 5° P r o c é d e r à la r e c h e r c h e des sites et m o n u m e n t s h i s t o r i q u e s , de p r o p o s e r l e u r c l a s s e m e n t et les m o y e n s p r o p r e s à e n a s s u r e r la c o n s e r v a t i o n . Sont m e m b r e s titulaires de droit de l'office : Le P r é s i d e n t du Conseil g é n é r a l ; Le Maire d e la ville de C a y e n n e : Le P r é s i d e n t d e la C h a m b r e d e C o m m e r c e ; Le P r é s i d e n t de la C h a m b r e d ' A g r i c u l t u r e ; Le P r é s i d e n t d e la Société « Les Amis d u Livre »; Le Chef du service d e s T r a v a u x p u b l i c s ; L e Chef d u service d ' E n s e i g n e m e n t . Les autres membres sont : M M . REAUROY R o l a n d , négociant BOUYGUES J . - B . , ^ ,

contrôleur des

Douanes

en r e t r a i t e CASTEX Louis, industriel D E V E Z Gabriel, O.P, 0 . 3 , docteur en médecine. F A N I E R A l e x a n d r e , d i r e c t e u r d e la C d e N a vigation F . T a n o n K A P E L Paul, professeur au Collège L U B I X S a m u e l , professeur d e m u s i q u e , RAMRAUD Frédéric, négociant SACCHARIN Philippe, a v o c a t - a v o u é SOPHIE Ulrich, i n s t i t u t e u r GAILLARD A n d r é , c o m m i s de l classe d e s b u r e a u x du G o u v e r n e m e n t Secrétaire-administratif GIPPET Alice, d a c t y l o g r a p h e h o r s classe I E

re

M

m e

AGENT-VOYER M.

M I L L I E N N E Georges


— 121 — SERVICE

DU

CULTE

C A Y E N N E : préfecture apostolique depuis l'année 1731 a été érigée en Vicariat en l'année 1933 par le verain Pontife, le pape Pie XI. S o u -

Monseigneur P . G O U R T A Y , né dans le diocèse de Quimper, nommé premier évêque de Cayenne, a été sacré à Quimper le 25 mars 1933 et a pris possession du Vicariat apostolique le 2 6 Septembre 1933. L'Eglise Saint-Sauveur de Cayenne, devenue Cathédrale a été consacrée le 9 novembre 1934. *—

C L E R G É DE LA G U Y A N E A Cayenne: A St-Laurent A Rémire

: p. E S N A U L T ; p. L E C O P

: p. M O E L O

A Sinnamary: A Mana:

R.R,P.P. F O R T , H U S S E A U , B A R B O T I N .

p. L E R O Y

p, MAGRAS

A Oyapoc : p. BESSAC A Approuague:

p. D I D I E R

A Tonale : p. P U E L

A Iracoubo:

p. N

A P . l : p. M I C H E L A Régina

: p. G U I N A R D

A Roura

: p. C H A R N E A U

En congé : p. R E N A U L T ; p. L A M E N D O U R .


— 122 TROUPES

COLONIALES

INFANTERIE Le Bataillon Mixte de la G u y a n e , d o n t la Portion Centrale est à C a y e n n e , fait partie d e s T r o u p e s d u G r o u p e d e s Antilles, d o n t le C o m m a n d e m e n t et les Services sont à F o r t - d e - F r a n c e ( M a r t i n i q u e ) . Colonel C o m m a n d a n t S u p é r i e u r d e s T r o u p e s : C o l o n e l BOURDEAU O .

Etat-Major du Bataillon Chef d e Bataillon : C o m m a n d a n t B O F F O . Officier-Payeur : L i e u t e n a n t GOMBAUD-SAINTONGE

Officier chargé du R e c r u t e m e n t et S o u s - O r d o n n a t e u r d e s D é p e n s e s : L i e u t e n a n t MULLER Sous-Officier adjoint : Adjudant-Chef FREIDEL (M) Ce Bataillon c o m p r e n d deux C o m p a g n i e s : 1°. Compagnie Mixte d u Bataillon de la Guyane. 2°. C o m p a g n i e de Tirailleurs Sénégalais de l'Inini Compagnie Mixte Portion Centrale : Cayenne Capitaine H U E T § j , C o m m a n d a n t la Compagnie Détachement de Saint-Jean L i e u t e n a n t D E CAUNAC D E LANZAC, C o m m a n d a n t

le

Détachement Détachement Crique-Anguille Sergent LANCET, C o m m a n d a n t le Détachement. Compagnie

de Tirailleurs

Sénégalais

de l'Inini

P o r t i o n C e n t r a l e : Saut Tigre Capitaine JOURDAN, C o m m a n d a n t la Compagnie


— 123 —

Détachement de Crique Anguille L i e u t e n a n t FOURNIER, C o m m a n d a n t le D é t a c h e ment. Détachement de Saut Vata L i e u t e n a n t BASSAGNAUD, C o m m a n d a n t le D é t a chement. GENDARMERIE DE LA

GUYANE

Cayenne M M . M I R A N D E - I R É , l i e u t e n a n t c o m m a n d a n t le Détachement CHICORP, M M . , C. D. G., a d j u d a n t c o m p t a b l e en congé. CHABREFY, m a r é c h a l d e s logis chef, secrétaire B A U E R , MM., G. D. H., a d j u d a n t c o m m a n d a n t les brigades, e n congé GUYONET, MM., m a r é c h a l d e s logis chef BATAILLEY, MM., m a r é c h a l d e s logis chef BRESSON, MM., C D. G. BERTRAND SCHOPFER HERVEL, HENRY, LABATUT LACOSTE, POUSTIS., MIQUEL BOISSON ROGER, TRÉPOS, LALLEMAND

gendarme » » » » » » » » » en c o n g é » » » » » »

RATEL, g e n d a r m e c h a r g é d e lu section d e s l i bérés Pointe Macouria

M M . VARLET, MATHELIN

g e n d a r m e c o m m a n d a n t le poste »


— 124 — Kourou M M . BELLOCQ, g e n d a r m e c o m m a n d a n t le p o s t e DUPEYRON

»

Sinnamary MM.

m a r é c h a l des logis chef, c o m m a n d a n t la b r i g a d e CORDONNIER gendarme LÉOTARDI » en congé

MIGNOT,

Mana M M . FRANÇOIS, MM., C. D. G., g e n d a r m e CHAGNEAU » RENOUE, »

Saint-Laurent M M . F A U R I E , Maréchal d e s logis chef, c o m m a n d a n t la b r i g a d e M M . LALANNE MM., gendarme

AMOUROUX, DERIOT,

gendarme »

Régina M M . CARRERE-BORIE, g e n d a r m e c o m m a n d a n t le poste MIGUET

»

Saint-Georges M M . HODOUL, m a r é c h a l des logis chef, c o m m a n d a n t le poste BIENTZ, M M . , m a r é c h a l des logis BOUÉE, gerdarme LAVAUD, » en c o n g é

Territoire de L'Inini Placer P. I M M . RONSIN, M M . , C. D. G . , m a r é c h a l d e s logis chef c o m m a n d a n t le p o s t e e n c o n g é MOREL, M M . , gendarme ROY, MM., C. D. G., »

DESFORGES,

»


— 125 — Sainl-Élte H U M B E R T , M M . , m a r é c h a l des logis chef, c o m m a n d a n t le poste JOLLY, gendarme LONGERAY

» en

congé

SERVICE D E SANTÉ DES T R O U P E S COLONIALES C A Y E N N E

M M . TOURNIER, o. médecin lieutenant-colonel, chef du service de S a n t é , médecin-chef de l'Hôpital c o l o n i a l . AULEZY, médecin capitaine, médecin résident d e l'Hôpital c o l o n i a l . B E R N Y , m é d e c i n c a p i t a i n e , d i r e c t e u r de l ' I n s titut d ' h y g i è n e . NICOLAS, m é d e c i n l i e u t e n a n t , m é d e c i n du P é n i t e n c i e r de C a y e n n e . KERHARO, p h a r m a c i e n l i e u t e n a n t , Hôpital colonial . S A I N T - L A U R E N T - D U - M A R O N I

MM. BERNARDIN, m é d e c i n c o m m a n d a n t , médecinchef de l'Hôpital p é n i t e n t i a i r e . P E U DUVALLON, m é d e c i n c a p i t a i n e , A d m i n i s tration pénitentiaire. PERRO, m é d e c i n c a p i t a i n e , A d m i n i s t r a t i o n p é nitentiaire. TEITGEX, médecin lieutenant, Administration pénitentiaire. D E W W A N N I E U X , p h a r m a c i e n capitaine, P h a r m a cie de l ' A d m i n i s t r a t i o n p é n i t e n t i a i r e . L E BOUDER, p h a r m a c i e n l i e u t e n a n t , P h a r m a c i e de l'Hôpital p é n i t e n t i a i r e . I L E S

M.

D U

S A L U T

FITOUSSI, m é d e c i n c a p i t a i n e , m é d e c i n de l'Administration pénitentiaire.


— 126 — S A I N T - J E A N - D U - M A R O N I

M.

PLANCHARD, m é d e c i n capitaine, médecin-chef de l'Ambulance p é n i t e n t i a i r e .

M.

LE

TERRITOIRE

DE

L'ININI

m é d e c i n l i e u t e n a n t , médecin-chef du Poste du S a u t - T i g r e . MlNOR,

MÉDECINS

CIVILS

C A Y E N N E

M M . le d o c t e u r GIP P E T , E t i e n n e Hospice civil » R I V I É R E Z Maurice, Hospice civil » RIVIÉREZ E t i e n n e , Assistance médicale des c o m m u n e s s u b u r b a i n e s . » BARRAT, Assistance m é d i c a l e des c o m m u n e s de la r o u t e coloniale n° 1 » D E V E Z Gabriel, O . l l , O . O , retraité. PHARMACIENS

CIVILS

C A Y E N N E

MM.

BELBÈZE HUMBERT PAGÉSY

MM.

S A I N T - L A U R E N T

M . MILLIEN

M

BENJAMIN MICHÉLY BACULARD

-DU

-MARONI

PAGÉSY

l l e

DENTISTES C A Y E N N E

M . PACHÉCO

M.

FRESLON


— 127 — ADMINISTRATION

PÉNITENTIAIRE

P e r s o n n e l o r g a n i s é p a r l e s D é c r e t s d e s 7 février 1912, 25 s e p t e m b r e 1920, 5 m a r s 1926, 20 a o û t 1927, 6 juin 1928, 24 n o v e m b r e 1929 et 13 m a r s 1933. M

VALENT-FALANDRY

M.

d i r e c t e u r de l'Administration p é n i t e n t i a i r e . BERNARD Henri, sous-directeur de l'Administration pénitentiaire.

M M . , C. D. G.,

Jean-Louis,

Chefs de Bureau

de 1

classe

re

M M . BOUVIER C l a u d e , C.D.G. SONTAG M é d é r i c ATTULY E t i e n n e .

Chefs de Bureaux

de 2

classe

me

M M . MERCIER René, F O N Q U E R N I E J e a n , M M . , C. D. G.

Chef de bureau M.

de 3

classe

me

M M . , C. D. G.

VINCENT-CUAZ,

Chefs de bureaux

de 4

classe

me

M M . SAUVÉE Adrien, MM. B A R B É Marcel

Sous-Chefs

de Bureau

de 1

classe

re

M M . CHARLES-SERVATS, M a u r i l L O G E R G e o r g e s , C. D. G. DELMAS

Alfred

L U C I A N I Marius L I M O U Z E L u c i e n , M M . , C. D. G. CLÉOSTRATE G e o r g e s

Commis

principaux

de 1

re

classe

M M . MARCANGÉLI D o m i n i q u e A L C I D E J o s e p h , M M . , G. D. G. FALCOZ F e r n a n d , M M . , C. D. G. UBAUD Albert SOLEILLANT A r m a n d , M M . , C. D. G.


— 128 — Commis principaux

de

1

classe

re

M M . V I E U J u s t i n , M M . , C. D. G.

CLERGUES F e r n a n d , M M . , C. D. G. C A L E N D I N I Noël R É A U X A r m a n d , $ s c. n. G. DEYZAC H e n r i , c. D. G.

GUILLAUME E r n e s t , M M . , C. D. G. Commis

principaux

de 2

classe

me

M M . GUIOMAR C h a r l e s , M M . , C. D. G.

REGIMBAUD Victor, M M . , C. D. G.

Commis principal de 3 CARLIER Georges, M M . , C. D. G.

M E

M.

classe

Commis principaux de 4 M M . BERTRAND Ignace, M M . , C. D . G.

m e

classe

D U P U I S F e r n a n d , C. D. G

Commis

de 1

re

classe

M M . D A R C H E D é s i r é , M M . , C. D. G. GÉRARD G e o r g e s , M M . , C. D. G. TRABYS B o n a v e n t u r e , M M . , C. D. G. B O U N I C J o s e p h , M M . , G. D. G. VALÉRY J a c q u e s MICHEL Jules JAFFART O s c a r

VAXELAIRE Marcel MM., c. D. G. MASSE A l p h o n s e A R L I N Sadi, C. D. G.

FINOCCHI Gaston, M M . , C. D. G PARIZE Ernest, MM.

BALASNAM Emile GAUNTLEY W i l l i a m , c. D. G. PÉRALDI Marc

JÉGOUSSE J e a n R E I N E T T E P r o s p e r , M M . , c. D. G, ROUSSEAU E u g è n e , c. D. G. LECARPENTIER Roger, c. D. G.


— 129 — Commis MM.

ANTONIOTTi

de 2

E

classe

Etienne

HENNART JUleS TINQUIER Charles, MM., C. D. G. Commis de 3 classe me

MM. HERBET E u g è n e GALLOIS P i e r r e , Conducteurs

des

Travaux

M M . PERRIN A n s e l m e , c o n d u c t e u r principal de classe conducteur de 2

LHUERRE Camille, Commis

des

1

re

classe

e

Travaux

M M . GAZELLES E d m o n d , c o m m i s de 1 classe LAFON L é o n c e , c o m m i s de 2 classe SOUBIGOU M a u r i c e , c o m m i s d e 4 classe re

E

e

Interprète

M.

DJEBBARI Salah, i n t e r p r è t e principal de 3 c l . e

Ingénieurs

d'agronomie

coloniale

M M . NEME Marcel, i n g é n i e u r adjoint de l classe des T r a v a u x d ' A g r i c u l t u r e des Colonies. BAYLE Charles, i n g é n i e u r adjoint de 3 classe r e

e

DESCRAQUES Max, i n g é n i e u r adjoint de 3

e

cl.


— 130 —

CORPS MILITAIRE DES SURVEILLANTS Ce c o r p s , r é o r g a n i s é par d é c r e t d e s 20 n o v e m b r e 1867, 10 s e p t e m b r e 1918, 13 m a r s 1933 et 20 n o v e m b r e 1934, à p o u r a t t r i b u t i o n la g a r d e et la s u r v e i l l a n c e d e s c o n d a m n é s t r a n s p o r t é s aux c o l o n i e s . Il est p l a c é s o u s l'autorité s u p é r i e u r e d u D i r e c t e u r d e l ' a d m i n i s t r a t i o n p é n i t e n t i a i r e et s o u mis, dans chaque établissement, aux ordres du c o m m a n dant.

Surveillants

principaux

MM. P i e r r e Léonin, Bergeas Orner, MM., Battini J e a n , MM. Pineau Jean Pasqualini Jean, MM. Surveillants chef de 1 classe MM. M a r c h a n d Victor, M M . Bartholi J e a n - P a u l - E m i l e , MM., C. D . G. Coffi Félix. MM. C. D . G . Elie A l e x a n d r e , C. D . G . H o n e l Etienne Cussatlegras A n t o i n e , M M . , C . D . G . Saba Gontrand Goguet Charles, MM. B u c h o n Auguste M a n n o n i .Antoine, C. D. G. Lemarchand André, MM, P a r d i n i Ange, M M . , C. D. G. Surveillants chef de 2 classe MM. Pages Marcel Xambili J o s e p h L o u b é Louis, M M . Flotat Roger E c h a r d Julien,C. D. G. Malfatti J e a n , C. D. G. Battesti D o m i n i q u e , C. D. G. L a b a r r e Charles M a r t i n e a u Georges Geoffroy G é r a r d Texier A l e x a n d r e re

e


— 131 — Surveillants MM. Manceau P i e r r e , M M . Duffau A d o l p h e , MM. Dogliotti Emile, G r a z i a n i Ange. MM. Henry P i e r r e , MM. P i n a r d Emile, M M . , C. D. G. Leca F . - F . MM . c, D . G. Rognoni P i e r r e Oltomani T o b i o l e , MM. Chaigneau H. M M . , C . D.G. d é m e n t i Paul, MM. Le G u e n n e c J e a n Devilléger J-B. MM. C. D. G. Piétri Achille Dassié H u b e r t Le Gras Louis Sardin Léon, c. D G . B r a n d o n Charles. M M , Cyrus Louis, c. D . G . Leca F . M M . , C. D . G. Pinelli Ange, c. n . G . Doncarli Marc MM. Vincent L é o n , c. n. g. Bachetti J o s e p h , e D. G . Chaslrusse J. MM., C. n. G. Marteuill F r a n ç o i s Santoni P e r r i n , MM . Giroud Georges P o u m a r a t E., MM. C. n. c. Naud Roger Genest Sylvain. MM. Gambotti D o m i n i q u e Gay J o s e p h Estorc J e a n Delrez E. M M . , C. D . G . Lafuste Maurice, MM. Mathieu I g n a c s , c . D . G .

de

1 classe re

MM. Bourguet Marie, MM. Fiuocchi M., MM. C. D . G Muglioni P i e r r e B o u t r i n Victor Lastenet J e a n . MM. Chavasse R e n é , MM. Poli N o n c e Simon Jean P a l u s P i e r r e , c. D . G . Vallecalle P i e r r e Giuliani S. C. D . G . Ollivier Léopold Gaspari Camille Mounier H e n r i Gatineau E u g è n e Macari Victor, C. D. G;. Cambotti F r a n ç o i s Bettinelli J e a n - B a p t i s t e Pal mot J e a n L e s p i n e - P a p i n Georges Cariou L é o n Bretin P a u l , c. n. G. Gorde A l e x a n d r e Magnan E u g è n e K e r d e l h u é Louis Bénigni P i e r r e Pochet Cyrille D e r m o n s i r Marie Le Reste Paul C h a r l e s - F r a n ç o i s Yvanès Moreau G é r a r d Bodel Marcel B r a n d a m a n t i Charles Bruzi Louis Orsini Paul, c. D . G. A n d r e w Louis Arrighi J o s e p h


— 132 — MM.

MM.

Nicolnï Joseph Godu Olivier Muzi D o m i n i q u e G a n i è r e Léonce Boëgler E m i l e , c. D. G. Murati Sylvestre B a r r a u d R a p h a ë l , C. D. G . Biondi Louis Le D a u p h i n J o a c h i m Roussel Georges Maldidier Marcel, c. D. G. Nicolas Auguste Le Gal Yvon Morin J u l e s Blache L o u i s , c D. G. Camille Roger Fa ni Camille L a b o r d e Maurice B o u c h e t Louis Péretti Luc Baccelli T h o m a s B u r b a n Louis Olivier R e n é Tilly J o s e p h Roux Léopold, C. D. G. Vincent Charles J e a n Collomp R a o u l P a s q u i e r Adrien Hùchet H e n r i Ouilici Paul Buchon Armand Pagni Eugène D o r i d a n t Albert C h a r t r o n Th._ C. D.G. S i m o n Louis Boyer René Boccheciampe Ange Le Meur Joseph Asope Christian Surveillants MM. L e m a t t e Raoul Derobinson William Violleau Adelin Nau Jean Nicolaï Augustin Rony H e n r i , c. n . G C a r g u e r a y Victor P a p o t Roger M a g n a n t Roger, M M . C.D.G.

Barthélémy F . , c. D. G.

Naireau Vincent Santoni Agstini Muriani

de 2 classe MM. e

G o u r o u Noël Rarrazza J e a n Bartoli Antoine Nicolini Emile Albertini P a u l . c. D. G. Dalissier Marcel Roux R e n é R a m o n François R o c h u t Roger Corlési P h i l i p p e Rillaud J o s e p h T a n g r e Marcel

X., MM., G. D. Louis Joseph Dasuerre Aristide Ange, c. D. G. Lhomme René Mathieu, c. D . G . P e r r o t J e a n


— 133 — MM. Giacinti Mathieu B a r r o n Georges Gesret Maurice G o n d o n Henri Boisseau Louis C o u r d y Alfred Giacometti J o s e p h Ferrand Raymond Bourlot J o s e p h Dorothée René Corleau Vincent, c. D. G. F a l q u e r h o Charles B o u c h e r i e Camille Vincent A n d r é Le N e u r è s L é o n P o z z o - d i - B o r g o Ange Ettori P a u l Le Hen J o s e p h Kerlir Charles Moigno F r a n ç o i s Le F o u l e r P i e r r e Biaggi Mathieu Acquaviva David Guérinet William Duhem H e n r i P a c c i o n i Charles Santoni Titus Senac E t i e n n e Acquatella A n t o i n e Albertini D o n P i e r r e Casablanca P i e r r e Dessant René Noceto P a u l Coratini T a d é e Ruinet Louis Collomb H e n r i David Désiré Nicolaï C h a r l e s , c. D . G .

MM. Laurenzi Dominique Castiglioni Raoul R o l l a n d Louis Cadio P i e r r e Gagne J o s e p h Cristien A d r i e n Duraude Antonin Guillo J e a n Grangnic Léon Contini H e n r i , c. D. G. T h o m a s Louis Le Roy J o s e p h P é r i n e t E u g è n e , c. D . G . B o u r d e t Marcel B o u c h e r i e Marcel Boulaud Roger Le Meste Malhurin Viguier Maurice Lefèvre E d m o n d liaumann Louis F r a n c e s c h i Antoine Guglielmi A n t o i n e François Rémy Albertini Pierre Roy F r é d é r i c Bedel Hilaire C o l o n n a Aurèle Boeta E d o u a r d Guidi A n t o i n e Bartoli T o u s s a i n t Maréchal Camille P a r s e m a i n L é o n a r d , MM. Rebecchi Ours Nuez Henri A u t r e u x Victor B e r t o n c i n i David B o n n e a u Marcel Battini Marc


— 134

-

MM.

MM.

Kulin Robert, c. D. G .

Germain Albert Second! P a u l

Le Discot J e a n Antonini André Tilly F r a n ç o i s Surveillants MM. S a n t i n i J o s e p h , C. D. Muracciole D o n i n i q u e Le M e u d c c J e a n Albertini A m b r o i s e Courdy Guillaume Devauchelle R a y m o n d B a r d i n Michel, c. D. G. Désir Charles P o u p a Gabriel P o u l a n g y Marie L e r q u e m a i n Marcel N a u Auguste Olméta B e r n a r d Camilli J e a n B o c c h e c i a m p e Jean Niénat Justin Pozzo-di Borgo Pierre S a n t o n i Ange P a n t a n a c c e Gustave Convert Georges B a l b u é n o Luis L e Dain J o s e p h Santoni Salomon P i e r s o n Léopold Bartoli Manéta,c.n.G.,MM. M o n d o l o n i Marc P é d i b a t Georges Voglimacci-Stéphanopoli

Bau Marcel Césari Jean Perini Joseph S a n t o n i Antoine Antolini J e a n Filippini Félix de 3

e

classe

MM. Lançon H e n r i Basque P i e r r e Doumeng Marcel Cariotti J e a n Radil Grégoire Poggi Ange S a i n t e m è m e Lucien Louison G a b r i e l , M M . Lastel Z é p h i r i n , M M . Giorgi P i e r r e

Domenger Jean

Duvivier H e n r i , c. D . Labbé Albert Kerdeîhué Eugène Trevidic J o s e p h Guyonvarch François Jaillet Gaston Durepaire René Masson Marie Eigner Ernest Bourdat Louis Couy H e n r i Laroze P a u l Malmassari J o s e p h Busser E u g è n e Luciani Charles Clanet A n d r é A n t o n a Jean-Baptiste


— 135 — M o n t i n é r i Ange Ottavy J e a n R o o s J e a n , C. D. G. F o u b e r t Maurice, MM. D e b i è v e Albert H e d b e r t Aimé Martinet Gaston Piétri A n t o i n e Boursignon Adrien Deduytsche Numa Michels Louis J u d i c k G o n t r a n , MM. P a d o v a n i Ignace Vincent C h a r l e s - F r a n ç o i s Buchaillard Henri

G a r n i e r Jules F l e u r y A n t o i n e , C. D. G. Leclerq P i e r r e Julienne Raymond Rat H e n r i Balcaen F r a n ç o i s Réginensi J o s e p h Sarthe J e a n Pontaillier J o s e p h Sart Octave Comby Roger Morizur P i e r r e M o m a s Roger Vincint-Cuaz F e r n a n d Poggi F r a n ç o i s


— 136 —

LISTE CHRONOLOGIQUE De tons les gouverneurs en titre et par intérim qui te sont succédé depuis l'année 1644 jusqu'à l'année 1922. I BRETIGNY (messire. Charles Poucet, seigneur de), possesseur du quint de toutes les terres situées aux Indes occidentales, entre les rivières des Amazones et de l'Orénoque, gouverneur et lieutenant général, pour le r o i , dans lesdits pays, débarque à Càyènne le 4 mars 1 6 4 4 , et p é r i t , de la main des n a t u r e l s , eu mai on juin

1645.

Les colons, sans chef, abandonnent le pays ou se dispersent. LAFORET, chef D'un détachement venu pour renforcer Bretigny, arrive en novembre, et périt aussi, de la main des Indiens, avec son monde, en

déc. 1 6 4 5 .

La colonie entièrement abandonnée jusqu'au 2 1 mars 1652. NAVARE ( le sieur de ), sergent, expédié par les associés de la compagnie du Cap de Nord, avec un d é t a c h e m e n t , s'établit à Cépérou et s'y maintient jusqu'au 3o sept. 1652. 2 BRAGELONE ( 1 ) ( messire de), un des seigneurs propriétaires du sol et intéressé dans la compagnie dite de Terre-Ferme de l'Amérique ou France équinoxiale, premier directeur dans la colonie, la d i r i g e , de concert avec les autres seigneurs, jusqu'à l'abandon du pays, par suite DES attaques DES Indiens, le 27

DÉC. 1653.

La colonie sans habitants jusque dans les premiers mois de 1654. SPRANGER, chef d'un parti hollandais, chassé DU Brésil vers la fin de 1653, s'établit sans obstacle au fort abandonné de Cépérou, et obtient, de la compagnie D'Ostende, le titre de chef DE la c o l o n i e , qu'il dirige jusqu'À sa CAPITULATION avec MM. de Tracy et de la B a r r e , le 15 Mai

1664.

( l ) l e commandement de cette expédition avait été confié, par le roi et la compagnie an marquis de Royville; mais ses coassociés l'assassinèrent dans la traveraée C'est pour cala qu'on ne le fait point figurer dans cette liste, puisqu'il ne mit point le pied a Cayenne. m. de bragelone y figure parce qu'il était le premier des seigneurs et avait la qualité de premier directeur, mais son autorité était subordonnée à celle d'un conseil des seigneurs associés qui se trouvaient à Cayenne


-

137

-

3 LA BARRE (Antoine Lefébure, seigneur de), fondé

de la procuration générale de MM. de la compagnie de la France équinoxiale, gouverneur de Cayenne et province de Guyane, du j o u r de la capitulation des Hollandais jusqu'à son départ pour la Martinique, en NOEI. (Antoine,

escuyer,

juin 1 6 6 5 .

seigneur de Noël et de la

Trompe-d'Or, messire de), ci-devant mestre de camp , prend possession réelle et actuelle des terres fermes de l'Amérique, accordées p a r S. M. à la compagnie des Indes o c c i d e n t a l , et fait construire un fort à l'embouchure de la rivièr; de Sinnamary , dont il prend le com mandement, jusqu'au 8 sept. 1 6 6 5 . LÉZY (Cyprien

Lefébure,

seigneur de), gouverneur

de Cayenne et province de Guyane , pour i;t compagnie des Indes occidentales, en l'absence 23 de son frère, M . de la Barre, jusqu'au

sept, 1667.

PRISE ET RAVAGE de la colonie, le 23 septembre 1 6 6 7 , par les Anglais, sons les ordres du chevalier H a r m a n , qui l'abandonne le 8 octobre 1 6 6 7 .

Le père MORELLET, jésuite, curé de Cayenne. réfugié dans les bois pendant l'occupation des Anglais, rallie les débris épars de la colonie et la dirige jusqu'au retour de M. de L é z y , qui avait été à Surinam, puis à la Martinique, d'où il revient en LÉZY (Cyprien

en l'absence de M. de la B a r r e , titulaire, commande jusque vers le milieu de LA BARRE (Antoine

Lefébure,

Lefébure,

1668.

seigneur de), con-

seiller du roi en ses conseils, son lieutenant général au gouvernement des îles et t e r r e terme de l'Amérique, fondé de la procuration générale et spéciale de MM. de la compagnie des Indes occidentales, gouverneur de Cayenne et province de Guyane jusqu'en LÉZY (Cyprien

déc. 1 6 6 7 .

Lefébure , seigneur de), gouverneur

seigneur de),

1670.

comman-

dant , pour le roi et la compagnie , jusqu'en 1670, prend alors le titre de gouverneur pour le R o i , jusqu'à la prise de la colonie par les Hollandais en

mai 1676.


— 138 — PRISE

de la colonie

par les Hollandais,

tout les ordres Je

l'amiral

Binkes, le 5 mai 1676. REPRISE

de la colonie,

LÉZY (Cyprien

par l'amiral comte d'Estrée, le 20 décembre

1676 (1).

Lefébure, seigneur de), gouverneur

après la remise, commande jusqu'en FEROLLES (Pierre-Eléonore,

marquis,

mars 1679.

seigneur de la

ville de ) , lieutenant de roi, commandant, pour le r o i , dans l'île de Cayenne et terre ferme de l'Amérique , jusqu'en

oct. 1684.

5 SAINTE-MARTHE (le chevalier de), gouverneur jusque vers le milieu de l'année

1687.

FEROLLES (Pierre-Eléonore,

marquis, seigneur de la

ville de), lieutenant de roi et commandant jusqu'à la fin de 1687 ou le milieu de 6 LA BARRE (François

Lefébure,

chevalier,

de ) , gouverneur , p o u r le r o i , de l'île de Cayenne et terre ferme de l'Amérique, jusqu'en 7 F E R O L L E S (Pierre-Eléonore,

1688.

seigneur

janv. 1691

marquis, seigneur de

la ville de ), gouverneur jusqu'en

1700.

D'ORVILLIERS ( Remi Guillouet, seigneur ) , lieute-

nant de roi et commandant, en l'absence du gouverneur , jusqu'à la fin de

1701.

FEROLLES(Pierre-Éléonore, marquis, seigneur de la

ville de), gouverneur de Cayenne et t e r r e ferme, lieutenant général, pour S. M., des îles et terre ferme de l'Amérique , de retour , commande jusqu'à sa m o r t , le 5 août 1705 RIONVILLE (Antoine de Querci,

chevalier,

seigneur

de), major, commandant, pour le roi, jusqu'au 15 sep. 1706 D'ORVILLIERS (Remi), gouverneur, pour le roi, jusqu'en juill. 1713. GRANDVILLE ( Pierre de Morthon,

seigneur de Lan-

mière et de) , lieutenant de r o i , c o m m a n d a n t , pour le r o i , jusqu'au 7 sept. 1716. (t) Louis XIV, qui consacrait par des m é d a i l l e s évenemeuts glorieux de son règne, en fit frapper une au sujet de cette reprise de Cayenne. On voit, sur cette médaille, Neptune ténant de la main droite son trident levé contre un fort et de la main gauche un stands ni semé de fleurs de lis. Les mots de la légende sontBATAviscaSis; ceux dE l'exergue. Cavanas « a c e m » A T » , 1676. Cette médaille se voit a Paris, à la Monnaie des médaille,, où elle se vend 3 francs ( en cuivre ).


— 139 , D ' O R V I L L I E R S ( i ) , fils du précédent (Claude de Guillouet, seigneur), capitaine de frégate, gouverneur, pour le r o i , jusqu'en LA MOXTK-AIGROIS (François,

déc. 1720.

seigneur de), lieute-

nant de vaisseau, major et commandant, pour le roi ( le gouverneur étant en France ) , jusqu'à la

fin de

1722

D ' O R V I L L I E R S ( Claude, etc. ) , de r e t o u r , gou-

sept. 1 7 2 9 .

verne jusqu'en C H A R A N V I L L E R ( Michel Narschalek

, sieur de ) , en-

seigne de vaisseau , lieutenant de roi et commandant, p o u r S . M . , jusqu'en D'ORVILLIERS (Gilbert

Guillouet,

seigneur),

major,

2 août 1730

commandant, pour le r o i , jusqu'au 10 L A M I R A N D E

( Henri Dussault,

juin 1730.

seigneur

de ) ,

capitaine de frégate, gouverneur, p o u r le r o i , jusqu'à sa m o r t , le 3o août 1736 GRENAY (Henri

de Poilvillain,

baron de),

lieute-

nant de r o i , commandant, p o u r S . M . , jusqu'à sa m o r t , en O'ORVILLIERS (Gilbert,etc.), p o u r S . M . , jusqu'au 11 C H A T E A U G U E ( Antoine

déc. 1736

major, commandant, 9 juill. 1738. Lemoyne,

écurer,

sei-

gneur de ) , gouverneur, p o u r le roi, depuis le y juillet 1738 jusqu'à son départ pour France oit il fouissait

toujours

de son titre ) , qui eut

juin 1743.

lieu en 12 D ' O R V I L L I E R S

(Gilbert),

lieutenant de r o i ,

commande en sa qualité jusqu'au 27 novembre 1749, j o u r où il est reconnu gouverneur; il fait une absence en DUNEZAT (Jean- Baptiste-Hyacinthe de

Saint-Michel),

major , commande , en l'absence du gouvern e u r , jusqu'en D ' O R V I L L I E R S ( Gilbert)

juin 1 7 5 1 .

mai 1 7 5 2 .

, de r e t o u r , gouverne

encore et fait une nouvelle absence en

juill. 1 7 5 3

(I) An commencement de 1716, le roi nomma à la place de gouverneur de la Guyane la chevalier de Béthume, qui se désista de cette place et ne vint pas à Cayenne. C'est pour cette raison qu'on ne l'a pas porte au nombre des gouverneurs, quoique sa nomination se trouve dans les registres de la cour supérieure.


— D U N E Z A T (Jean-Baptiste), c o m m a n d e jusqu'en

140

lieutenant

de roi, a v r i l 1757.

D'ORVILLIERS (Gilbert), d e r e t o u r , g o u v e r n e jusqu'à s o n rappel, e n

m a i 1763.

B É H A G U E ( J e a n - B a p t i s t e Antoine de), c o m m a n dant e n 2 de Guyenne et p r o v i n c e de G u y a n e ; p o u r r e m p l i r c e s f o n c t i o n s s o u s M. d e T u r b o t , n o m m é g o u v e r n e u r , c o m m a n d e e n chef, par intérim, j u s q u ' a u 2 j a n v . 1764. e

FIEDMOND ( L o u i s - T h o m a s Jacan de), c o m m a n d a n t en c h e f par intérim et c o m m a n d a n t p a r t i c u l i e r d e la r i v i è r e d e C a y e n n e à la frontière des Portuguais, jusqu'au 22 d é c . 1761. P R É F O N T A I N E (Bruletout de), commandant particulier d e la p a r t i e n o r d de la G u y a n e , de la r i v i è r e d e C a y e n n e à la f r o n t i è r e d e s H o l l a n d a i s , jusqu'au *22 déc. 1764. 13 T U R G O T ( E t i e n n e François de) c h e v a l i e r n o n p r o f è s d e l'ordre d e Malte, b r i g a d i e r d e s a r m é e s d u roi, g o u v e r n e u r et l i e u t e n a n t g é n é r a l , p o u r S. M., d e C a y e n n e et p r o vince de Guyane, n o m m é à cet emploi d e p u i s le c o m m e n c e m e n t de 1763, n'arrive à C a y e n n e q u e le 22 d é c e m b r e 1764 et part en avril 1765. etc.), commandant 14 B E H A G U E (Jean-Pierre, g é n é r a l , g o u v e r n e u r , p o u r le roi, j u s q u ' a u 28janv.1766. 15 F I E D M O N D (Louis-Théodore, etc ) m a r é c h a l des c a m p s et a r m é e s du roi, g o u v e r n e u r jusqu'au 15 d é c . 1781. 16 B E S S N E R (Ferdinand-Alexandre, brigadier d e s a r m é e s du roi, jusqu'à sa m o r t , le

baron de), gouverneur 13juill. 1785.

L A V A L L I È R E (Louis de), c o l o n e l d ' i n f a n t e r i e , l i e u t e n a n t d e roi. c o m m a n d a n t , par intérim, jusqu'au 16 a o û t 1785. F I T Z - M A U R I C E (Thomas de), c o l o n e l d u régim e n t d e la G u a d e l o u p e , c o m m a n d e en chef, par intérim, jusqu'au 17 mai 1787. 17 VILLEBOI (Pierre-François de Mareuilh, comte de), m a r é c h a l d e s c a m p s e t a r m é e s du roi, g o u v e r n e u r , p o u r S. M. j u s q u ' à sa m o r t , le 22 o c t . 1788.


-

141 -

D'ALAIS ( Charles-Guillaume Vial, chevalier) >$< , major, commandant e n 2 et commandant en chef, par intérim, jusqu'au 19 juin 1789. BOURGON (Jacques-Martin de), colonel d'infanterie, gouverne jusqu'au 5 janv. 1 7 9 1 . BENOIR (Henri) >$« , major, commandant en 2 et commandant en chef, en l'absence du gouverneur, M. de Bourgon (en France), com26 sept. 1 7 9 2 . mande jusqu'au G U I L L O T ( Frédéric), commissaire civil, délégué par l'Assemblée nationale; en lui réside l'autorité suprême, bien qu'il y ait, en même temps que l u i , un gouverneur général, M. d'Alais , et un ordonnateur. Ce commissaire reste à Cayenne jusqu'en mai 1793 JEANNET-OUDIN ( Nicolas-Georges ) , commissaire civil, d é l é g u é par la Convention nationale, jusqu'en nov. 1 7 9 4 . COINTET ( François-Maurice) , lieutenant-colonel, est pourvu, par le commissaire Jeannet, partant, de la commission de gouverneur général; il commande jusqu'en avril 1796. JEANNET-OUDIN (Nicolas-Georges), de retour avec titre d'agent particulier du Directoire, reste jusqu'au 5 nov. 1798 BURNEL ( Etienne-Laurent-Pierre ) , agent p a r ticulier du Directoire, reste jusqu'en nov. 1 7 9 9 . FRANCONIE (Etienne), président de l'administration départementale, agent provisoire jusqu'au 9 janv. 1800 HUGUES (.Jean-Baptiste-Victor) ( O. ifc ) , agent des consuls à son arrivée, prend, en 1804. le titre de commissaire de l ' E m p e r e u r , commandant en chef ; il gouverne jusqu'au 12 janv. 1809. e

18

e

19

20

21

22

CAPITULATION

avec les Portugais et les Anglais,

le 12 janvier 1809.

23 MARQUES (Manuel) , brigadier des armées, commandant eu chef, pour le prince du Brésil; il fait une absence. 24 DA SOUZA ( Petro-Alexandrino-Pinto), colonel du génie, gouverneur jusqu'au retour d e M. Marques. MARQUES ( Manuel ) , de r e t o u r , gouverne jusq ' à la remise de la colonie aux Français, le 8

nov. 1 8 1 7 .


— 142 — REMISE de la colonie aux Français,

le 8 novembre 1 8 1 7 .

25 C A R R A S A I N T - C Y R (Jean-François, comte de), lieutenant général des armées du roi , »J<, G. O. G. C. f, C. G. C. ††, commandant et administrateur, pour le r o i , jusqu'au 25 juill. 1819. , 26 L A U S S A T ( Pierre- Clément, baron de) >J< , commandant et administrateur, pour le r o i , jusqu'au 12 mars 1823. 2 7 M I L I U S ( Pierre-Bernard, baron de) >£, ( C. # ), maître des requêtes, capitaine de vaisseau de i classe, commandant et administrateur, p o u r le r o i , jusqu'au 26 mars 1 8 2 5 . DE MUYSSARD (Charles-Emmanuel) >ft , commissaire de marine, commandant et administrateur par intérim, pour le r o i , jusqu'au 26 mars 1826, BURGUES DE M I S S I E S S Y (Joseph) capitaine de frégate, gouverneur par intérim jusqu'au 15 fév. 1 8 2 7 . 28 D E S A U L S E S DE FREYCTNET ( Louis-Henri, baron) ( C . $£), contre-amiral, gouverneur de la Guyane française jusqu'au 1 juin 1829 J U B E L I N (Jean-Guillaume) >$<, ( O . îfc ) , commissaire général de la m a r i n e , gouverneur de la Guyane française, part en congé pour France le 24 avril 1834 PARISET (André-Aimé) commissaire de marine de 1 classe, gouverneur par intérim jusqu'au retour de M. Jubelin, le 5 mai 1835. r e

er

29

re

J U B E L I N (Jean-Guillaume) ( O . jfc), commissaire général de la marine, reprend ses fonctions de gouverneur, à son retour de France,jusqu'au 11 avril 1836 3o LAURENS DE CHOISY ( François-Dominique ) ( O . ifc ) , capitaine de vaisseau de i classe 27 oct. 1837 gouverneur jusqu'au r e

31 D E N O U R Q U E R DU CAMPER ( Paul) ( O. # ), capitaine de vaisseau de 1 classe, gouverneur jusqu'au 16

nov. 1839

32 G O U R B E Y R E ( Jean-Baptiste-Marie-Augustin ) (O. capitaine de vaisseau de 1 classe, gouverneur jusqu'au 6

juin 1841

33 C H A R M A S S O N (Pons-Guillaume-Basile) ( O. $ ), capitaine de vaisseau de 1 classe, gouverneur jusqu'an 11

mars 1843

re

re

re


-

143

34 L A Y R L E (Marie-Jeau-François)

(O.

capitaine

ao oct. 1845.

de vaisseau de 2 classe, gouverneur jusqu'au E

CADEOT

( Jean - Baptiste - .Armand- Bertrand

)

,

commissaire de lu marine de 1 classe, gouverneur par intérim jusqu'au 18 fév. 1846 35 PARISET (André-Aimé) ( O . contrôleur en chef de la marine de 1 classe, gouverneur de la Guyane française, part en congé pour France le 16 mai 185o. M A I S S I N (Louis-Eugène) ( O. Jfc), capitaine de vaisseau, gouverneur par intérim jusqu'à sa m o r t , le 6 janv. 1 8 5 1 . re

re

VlDAL DE L I N G E N D E S (

Jean-François-Marie-Félix-

Stanislas) ( O. procureur général, gouverneur par intérim jusqu'au au, juin 1851. 36 CHABANNES-CURTON (Octave-Pierre-Antoine, vicomte de) ( O . îfc), capitaine de vaisseau, gouverneur jusqu'au 11 mai 1852. 37 S A R D A - G A R R I G A (Joseph-Napoléon) com25 fév. 1 8 5 3 . missaire général, gouverne jusqu'au 38 FOURICHON (Martin) (C. contre-amiral, 31 janv. 1854. gouverneur jusqu'au 39 BONARD (Louis-Adolphe) (C. capitaine de vaisseau, contre-amiral le 7 juin 1 8 5 5 , part en congé pour France le 3o oct. 1855. MASSET (Antoine-Alphonse) ( O . ifc ) , lieutenantcolonel, gouverneur par intérim jusqu'au 16 fév. i85fi. 40 BAUDIN

(Auguste-

Laurent -Français)

(C. ^ ) ,

confre-amiral, gouverneur jusqu'au 15 mai 1859. 41 TAROY DE. MONTRAVEL (Louis-Marie-François) (C. iflî), commandeur de l'ordre néerlandais de la Couronne de chêne et officier de l'ordre de la T o u r et de l'Épée du Portugal, contreamiral, gouverneur titulaire, part en congé pour France le 1 mai 1 8 6 4 . ER

FAVRE (Antoine) (C. ijfc) et chevalier de 1 classe re

de l'ordre royal et militait e de Saint-Ferdinand d'Espagne, colonel commandant militaire, gouverneur par intérim jusqu'au 10 janv. 1865. 42 HENNIQUE (Privât-François-Agathon) (C. # ), général de brigade d'infanterie de la m a r i n e , gouverneur jusqu'à sa mort, le 6 avril 1870 N O Y E R (Jean-Antoine-Alexandre) (O. ^ ) , commissaire de la marine, ordonnateur, gouverneur par intérim jusqu'au 3o avril 1 8 7 0 .


-

144 -

Loubère (Jean-Louis) ( O . ijfc), colonel d'infant e r i e d e la marine, commandant militaire, gouv e r n e u r par intérim jusqu'au 14 m a r s 1871 43 L O U B È R E (Jean-Louis) (C. O. p ) , colonel d'infanterie de la marine, gouverneur titulaire, part en congé de convalescence pour France le 3 mai 1875. R U I L L I E R (Jacques-Eugène-Barnabé)

(O.

co-

lonel d'infanterie de la marine, commandant militaire, gouverneur par intérim jusqu'au 3o déc. 1875. L O U B È R E (Jean-Louis) (C. O. Q), c o l o n e l d'infanterie de la marine, gouverneur titulaire, d e r e t o u r de congé, reprend ses fonct. jusqu'au i 5 juill. 1877. (Alexandre-Eugène) ^ , colonel d'infant, d e la marine, commandant militaire, gouv e r n e u r par intérim jusqu'au 2 9 sep. ' 8 7 7 .

BOUET

44 H U A R T (Marie-Alfred-Armand) ( O , $> ), capit a i n e de vaisseau , gouverneur titulaire, part e n congé d e convalescence pour France le 3 août . 8 7 9 . (Alexandre-Eugène) (O. îfc |, colonel d'infanterie d e la marine, commandant militaire, gouverneur par intérim jusqu'au 3o déc. 1879.

BOUET

H U A R T ( Marie-Alfred-Armand) (O. capit a i n e de vaisseau, gouverneur titulaire, de retour d e congé, reprend ses fonctions jusqu'au (Paul-Adolphe) ( O . jj^), colonel d'infant e r i e d e la marine, commandant miliraire, gouverneur par intérim jusqu'au 14

3 déc. 1880.

TBÈVE

45 L A C O U T U R E (Charles-Alexandre) ( O. commissaire de la marine,gouverneur titidaire, part en congé <1e convalescence pour F i a n c e le

déc. 183o,

3 juin 1881.

Paul-Adolphe) (O. & ), colonel d'infanterie de la marine, gouverneur pét intciim jo*. qu'au 2 8 fev. 1 8 8 2 .

TRÊVE (

L A C O U T U R E ( Charles - Alexandre ) ( O. # ) , commissaire de la marine, gouverneur titulaire, de retour de congé, reprend ses fonctions jusqu'au 2 8 fév. 1 883. 46 C H E S S É (Isidore-Henry) (O. nomme gouverneur par décret du 9 décembre 1 8 8 9 . part en congé de convalescence pour France le 18 juill. 1884. Jean-Baptiste-Antoine ) &S . directeur de l'intérieur, gouverneur par intérim j u s q u ' a u 14 n o v . 1835.

LOUGNON (


-

145 -

47 L E C A R D I N A L (Léonce) (O. # ,inspcctcur en chef des services administratifs et financiers de la marine, nommé gouverneur par intérim par décret du 23 août 1885 , confirmé pur décret du 16 juin 1886. — Réintégré dans son corps et rentré en France le 2 4 oct. 1887. BLOCK

D E F R I B E R G , directeur de

l'intérieur,

gouverneur par intérim jusqu'au 12 Avril 1888. 48 GERVILLE-RÊACHE ( Anne-Léodor-Philothée Metellus) , nommé gouverneur par décret du 1 5 août 1887, part t a congé le 3 avril 1890. O. . directeur de l'intérieur. gouverneur pur ùuérim jusqu'au 29 GERVILLE-REACHE (Anne- Léodor-PhilothéeMetellus) O. $ t , gouverneur titulaire, reprend ses fonctions le ay juillet 1 8 9 0 . Part en congé le

DACLIS-SIBOUH

juill. 189o.

3 mai 1 8 9 1 .

( Louis-Albert ) O. ijfc, I sousdirecteur honoraire, gouverneur de l classe des colonie», chargé des fonctions de gouverneur de la Guyane française jusqu'au 3 juill. 1893.

GRODRT

re

( P a u l ) , directeur de l'intérieur, gouverneur/jar intérim jusqu'au fi

FAWTIER

juill.

49 CHARVEIN (Camille) O. 1. U, commissaire général des colonies, gouverneur titulaire, nommé par décret du 24 avril 1893, jusqu'au , août I 8 9 5 . (Georges-Emile), directeur de l'intérieur, gouverneur par intérim jusqu'au 3o août i 8 5 . 50 D E L A MOT H F. (Henri) # . gouvernent de 1 classe des colonies, chargé des fonctions de gouverneur de la Guyane française par décret du 6 juillet 1 8 9 Ï , rentre en rauee le 3 Mai 1 8 9 6 . LAWADON. Georges mile),directeurde l'intérieur, gouverneur par intérim jusqu'au juill. 1 8 9 6 , 51 DANEL ( H e n r i ) O. inspecteur, gouverneur de I " classe des colonies, nommé par décret m date du 14 mai 1896 gouverneur de la Guyane française jusqu'au 3 août 1898 LAMADON

y

re

1

R<

(Henri) secretaire verneur par intérim jusqu'au

ROBERDEAU

52 MOUTTET (Louis) de la Guyane jusqu'au

général, gou27 janv. 1899.

gouverneur titulaire 28 janv. 1899


-

146 —

MURwART (Emile) O . iï-, secrétaire général, gouverneur par intérim jusqu'au 3o déc. 1901 53 FRANÇOIS (Joseph) , , gouverneur !

titulaire jusqu'au

1

er

sept. 1902

(Emile) O. i. ' , secrétaire général, gouverneur p r intéiim jusqu'au 29 sept. 1903 GROUET (Albert) O. O. 0 , gouverneur 3 janv. 1 9 0 5 titulaire J e la Guyane jusqu'au MARCHAI. (Charles) secrétaire général, gouverneur par intérim jusqu'au 3o juin 1905 REY (Victor) tf/J, gouverneur titulaire de la Guyane jusqu'au 1 6 janv. 1906 D U B A R R Y (Albert) ïZ, secrétaire général, gouver3 mars 1906 neur /Jflr intérim jusqu'au BONHOURE (Alphonse) O. # , O. gouverneur de la Martinique, envoyé en mission comme Gouverneur de la Guyane jusqu'au 3o mai 1906 PICANON (Edouard) O. ijfc, O . inspecteur général des colonies, gouverneur de la Guyane jusqu'au 5 juil. 1 9 0 7 D U B A R R Y (Albert) sec;étaire général, gouver3o sej t. 1 9 0 7 neur par intérim jusqu'à 1 ROD1ER (François-Pierre) O. gouverneur titulaire de la Guyane jusqu'au 15juin. 1909 F A W T I E R ( William ), secrétaire général, gouverneur par intérim du 17 juin 1909 au 28 janv. 1910

MERVTART

54

55

56 57

58

( F e r n a n d ) ^ , gouverneur des colonie?, gouverneur par intérim du 2 9 janvier 1 9 1 0 au 27 juil. 1910

THÉUOND

59 SAMARY ( P a u l ) O. %jf, gouverneur de 1 classe des colonies, nomme par décret en date du 1 6 juillet 1 9 1 0 gouverneur de la Guyane française, décédé le 3 i niai 1911 GOUJON (Oeuis-Joseph) < . •?'.'. secrétaire général, gouverneur pur intérim jusqa'au 2 8 août 1911 60 LEVECQUE ( Fernand-Ernest), gouverneur de 1 classe des colonies, gouverneur de la Guyane jusqu'au 31 août 1913 re

re

61 DIDELOT ( Pierre-Jean-Henri), O. îQj, secrétaire

général des Colonies, gouverneur par intérim. juspqu'au 31

mai 161 4.


— 147 L E V E C Q U E (Fernand-Ernest), gouverneur titulaire, reprend ses fonctions le 1 juin 1914, part en c o n g é le 30 juin er

1916

D I D E L O T , secrétaire général, g o u v e r n e u r par intérim du 1 'juillet 1916, part en c o n g é le 25 n o v . 1916 er

L É V Y (Georges), p r o c u r e u r général, chargé d e l'expédition des affaires courantes du 26 n o v e m b r e 1916 au 25 janv. 1917 L A U R E T , secrétaire général de 1 colonies, g o u v e r n e u r par intérim vier 1917 au

er

classe des du 26 j a n 22 sept. 1917

B A R R E , directeur de l'administration pénitentiaire, g o u v e r n e u r par intérim j u s q u ' a u 16 fév. 1918 61 L E J E U N E , O. îfc nommé g o u v e r n e u r de la G u y a n e par décret du 17 juillet 1917, prend ses fonctions le 17 février 1918, les cesse le 17 mai 1920 S E R G E N T ALLEAUME, g o u v e r n e u r par intérim

procureur général, du 18 mai 1920 au 23 fév. 1921

L E J E U N E H . , g o u v e r n e u r d e la Guyane, reprend ses fonctions le 21 lévrier I921 jusqu'au 20 mars 1923 C A N T A U , secrétaire général, g o u v e r n e u r p a r intérim du 20 mars 1923 j u s q u ' a u 17 nov. 1923 CHANEL, prend ses fonctions de g o u v e r le 17 n o v e m b r e 1923 neur par intérim 02 C H A N E L , O. $ , n o m m é g o u v e r n e u r par déc r e t du 28 mai !921, g o u v e r n e u r de la Guyane jusqu'au 12 fév. 1926 T H A L Y (Gabriel), secrétaire général gouv e r n e u r par intérim du 13 février 1926 au 8 fév. 1927 63 J U V A N O N (Adrien), O. nommé gouverneur par décret du 6 juillet 1926, prend ses fonctions le 9 février 1927 jusqu'au 23 oct. V. 27 B U H A U T LAUNAY, secrétaire général, gouv e r n e u r par intérim, du 23 o c t o b r e 1927 au 7 fév. 1928 nommé gouverneur 64 M A I L L E T (Camille). O. par d é c r e t d u 12 j a n v i e r 1928, prend ses fonctions le 8 février 1928 j u s q u ' a u 11 janv. 1929 65 S I A D O U S . O. g o u v e r n e u r des colonies en mission, prend ses fonctions le 12 j a n v i e r 1929 j u s q u ' a u 2 avril 1931 G o u v e r n e u r du T e r r i t o i r e d e l'Inini le 6 juin 1939.


— 148

-

L A U B É , s e c r é t a i r e g é n é r a l , g o u v e r n e u r par intérim l e 3 avril 1931 j u s q u ' a u 26 m a i 66 BOUGE, O. gouverneur des colonies en m i s s i o n , p r e n d s e s f o n c t i o n s le 27 mai 1031 et l e s c e s s e le 16 avril G o u v e r n e u r d u T e r r i t o i r e d e l'Inini 6 7 LAMY, O. n o m m é gouverneur d e la G u y a n e et d u T e r r i t o i r e d e l'Inini par d é c r e t d û 20 j a n v i e r 1933. P r e n d s e s f o n c t i o n s le 2'3 a v r i l 1933 j u s q u ' a u 2 juin 6 8 D E SAINT-FELIX, gouverneur des colonies en m i s s i o n ; p r e n d s e s f o n c t i o n s le 2 juin

1031 1933

1935 1935


— 149 —

T E R R I T O I R E D E L'ININI Le décret du 6 j u i n 1930 a d é t a c h é de la c o l o nie de la Guyane t o u t l'arrière pays limité au N o r d p a r u n e ligne c o n v e n t i o n n e l l e fixée c o m m e s u i t : Limite du territoire p é n i t e n t i a i r e ; Confluents des rivières Mana et P o r t a i , S i n n a m a r y et C o u r b a r y l ; R o c h e D i a m a n t sur la rivière C o m t é ; Saut Cafesoca sur l'Oyapoc. Ce pays d é n o m m é « T e r r i t o i r e de l'Inini » a été d o t é de l ' a u t o n o m i e a d m i n i s t r a t i v e et f i n a n c i è r e . U n a r r ê t du Conseil d'Etat du 1 j u i n 1934 rejetant u n p o u r v o i e n a n n u l a t i o n i n t r o d u i t c o n t r e cette création a d o n n é u n e c o n s é c r a t i o n définitive à cette o r g a n i s a t i o n n o u v e l l e . Les limites i n d i q u é e s o n t été modifiées : 1°) P a r l'acquisition d'une parcelle du t e r r i t o i r e pénitentiaire ; 2°) P a r le décret du 14 o c t o b r e 1935 qui. p a r l'échange de deux z o n e s triangulaires e n t r e la G u y a n e et l'Inini, a t t r i b u e à ce d e r n i e r t e r r i t o i r e u n d é b o u c h é s u r la rivière de T o n n é g r a n d e à P o r t I n i n i accessible en toute saison a u x cargos d'un c e r t a i n t o n n a g e . Le P é n i t e n c i e r de Crique Anguille se trouve c o m p r i s d a n s les n o u v e l l e s limites. Au Sud, à l'Est et à l'Ouest, l'Inini est l i m i t r o p h e d u Brésil et de la Guyane h o l l a n d a i s e selon la ligne fixée p a r l'arbitrage du 1 d é c e m b r e 1900 et celui du 25 m a i 1891 et la c o n v e n t i o n du 30 s e p t e m b r e 1915. e r

e r

POPULATION F a u t e d ' o c c u p a t i o n effective les r e n s e i g n e m e n t s à cet égard sont très i m p r é c i s . L e s h a b i t a n t s se p a r t a g e n t en deux é l é m e n t s b i e n distincts ; Créoles G u y a n a i s , G u a d e l o u p é e n s , M a r t i n i q u a i s


— 150 et originaires des Antilles anglaises établis plus ou m o i n s t r a n s i t o i r e m e n t et qui p r a t i q u e n t p r e s q u e e x c l u s i v e m e n t l'exploitation de l'or depuis la crise qui sévit s u r le bois de rose et le b a l a t a . Indigènes Peaux-Rouges massés surtout dans les r é g i o n s de Haut-.Maroni, de l'Itany, des T u m u c H u m a c et de l'Oyapoc. D ' a p r è s d e s r e n s e i g n e m e n t s r é c e n t s , leur n o m b r e s u p é r i e u r à 1.500 unités att e i n d r a i t au m a x i m u m le chiffre de 3.000 r é p a r t i s e n t r e les t r i b u s des E m é r i l l o n s , des R o u c o u y e n n e s et des O y a m p i s . Le r e c e n s e m e n t de 1931 accusait au total 3.511 h a b i t a n t s . Mais les missions qui ont p a r c o u r u d e r n i è r e m e n t le pays p e r m e t t e n t d'affirmer q u e le chiffre réel avoisine 10.000. Les i n d i c a t i o n s suivantes p e u v e n t être provisoirement retenues : Maroûi - A w a - I t a n y - Inini - O u a q u i . 5.000 àmes Moyenne-Mana 1.200 » Ipoucin - Souvenir 2.000 » Moyen-Sinnamary 700 »

ORGANISATION Le G o u v e r n e u r de la G u y a n e est c h a r g é des fonctions de G o u v e r n e u r de l'Inini. Il est assisté d'un conseil d'Administration c o m p o s é de quatre m e m b r e s : d e u x m e m b r e s de droit, le chef du Service Judiciaire et le C o m m a n d a n t Militaire ; deux m e m b r e s choisis p a r m i les notabilités. Les services p o u r la p l u p a r t c o m m u n s a u x deux colonies. Justice, S a n t é , G e n d a r m e r i e , T r é s o r , Dom a i n e s , Postes, o n t l e u r siège à C a y e n n e . Les services propres au Territoire sont, le Cabinet, le Bureau des F i n a n c e s , le B u r e a u des Mines,

les E a u x et Forêts.

Les Etablissements P é n i t e n t i a i r e s Spéciaux ont été insfitués par décret d u 23 janvier 1931 p o u r sup-

i.


— 151

-

p l é e r au m a n q u e de m a i n - d ' œ u v r e avec un c o n t i n gent de 535 t r a n s p o r t é s i n d o c h i n o i s de P o u l o - C o n d o r e r é d u i t s a c t u e l l e m e n t à 494 unités. Les c o n d a m n é s sont e n c a d r é s p a r des militaires des t r o u p e s coloniales et r é p a r t i s e n t r e les deux p é n i t e n c i e r s de la Crique-Auguille et de Saut T i g r e . Cette o r g a n i s a t i o n simple et peu c o û t e u s e a d o n n é d'excellents résultats. La m a i n - d ' œ u v r e est a c t u e l l e m e n t o c c u p é e aux t r a v a u x de la piste qui reliera Crique Anguille au M o y e n - S i n n a m a r y . Le petit n o m b r e des l i b é r a t i o n s n'a p e r m i s j u s q u ' à p r é s e n t a u c u n essai c o n c l u a n t de la c o l o n i sation i n d o c h i n o i s e q u e l'on avait e s c o m p t é e . E n raison de la m e n t a l i t é spéciale des asiatiques qui a s p i r e n t tous à r e n t r e r au pays natal et r e p o s e r d a n s la t e r r e de leurs a n c ê t r e s , il est d'ailleurs t r è s d o u t e u x q u ' u n résultat m ê m e m o d e s t e puisse être o b t e n u de ce côté. Avec des voies de p é n é t r a t i o n c o n v e n a b l e s la colonisation se fera p r o b a b l e m e n t p a r d e s é l é m e n t s antillais et p e u t - ê t r e c a n a d i e n s .

CIRCONSCRIPTIONS L'Inini p r i m i t i v e m e n t divisé e n 3 c i r c o n s c r i p t i o n s n ' e n c o m p r e n d plus q u e deux d e p u i s l'arrêté du 16 a o û t d e r n i e r q u i a s u p p r i m é la C i r c o n s c r i p t i o n de l'Ouest. 1°. Circonscription du Centre. - - Le chef-lieu est à « S a u t - T i g r e » s u r le m o y e n - S i n n a m a r y ; égal e m e n t siège d e la p o r t i o n c e n t r a l e de la C o m p a gnie de Tirailleurs Sénégalais de L'Inini, d ' u n e Agence P o s t a l e et d ' u n p é n i t e n c i e r i n d o c h i n o i s . Le c a p i t a i n e d Infanterie Coloniale c o m m a n d a n t la c o m p a g n i e est chef de C i r c o n s c r i p t i o n , e x e r c e les fonctions de Juge de Paix à c o m p é t e n c e o r d i n a i r e c o n f o r m é m e n t au d é c r e t du 2 j u i n 1931 qui règle l'organisation j u d i c i a i r e . 11 est s e c o n d é p a r u n l i e u t e n a n t c h a r g é des fonctions d'adjoint et des sous-officiers h o r s c a d r e s


— 152

-

Un Médecin Lieutenant d e s Troupes Colonia-

les, assisté d ' u n sous-officier infirmier dirige l'infirm e r i e du p é n i t e n c i e r et s'occupe de l'Assistance Médicale. La C i r c o n s c r i p t i o n c o m p r e n d u n e subdivision dite de P . I. et constituée p a r l ' a n c i e n n e c i r c o n s cription de l'Ouest. Le chef-lieu en est à P l a c e r P . I . T r o i s militaires de la g e n d a r m e r i e o c c u p e n t le p o s t e dont u n est chef de subdivision et j u g e de Paix. A S a i n t - E l i e , c e n t r e p l a c é r i e n i m p o r t a n t , fonct i o n n e n t un poste de contrôle o c c u p é p a r d e u x gend a r m e s , u n e agence postale et u n poste r a d i o t é l é graphique. Un a u t r e poste de c o n t r ô l e est installé s u r le M a r o n i à la F o r e s t i è r e . 2°. Circonscription de l'Est — Elle c e m p r e n d les bassins de l ' A p p r o u a g u e et de l'Oyapoc. Le chef-lieu est à I p o u c i n s u r l ' A p p r o u a g u e . F a u t e de p e r s o n n e l l'Administration n'est r e p r é s e n t é e q u e p a r un d é l é g u é . Celui-ci c o m m e les chefs d e c i r c o n s c r i p t i o n de s u bdivision et de postes do contrôle e x e r c e les fonctions d'Officier d e l'Etal-Civil. Le p e r s o n n e l d e s c i r c o n s c r i p t i o n s est exclusiv e m e n t composé de m i l i t a i r e s et de g e n d a r m e s d e n t la v a l e u r d e m e u r e indiscutable a u point de v u e du m a i n t i e n de l ' o r d r e public, m a i s p e u p r é p a r é s à la besogne a d m i n i s t r a t i v e p r o p r e m e m e n t d i t e . Aussi, des a p p r o b a t i o n s du b u d g e t de l'exercice p r o c h a i n , d e u x a d m i n i s t r a t e u r s d e s colonies p o u r r o n t e n t r e r en fonctions. De p l u s , les Gouvern e m e n t s G é n é r a u x de l'Afrique Occidentale et E q u a t o r i a l e o n t été p r e s s e n t i s p o u r le d é t a c h e m e n t d e six a g e n t s d e s services civils. Deux médecins d'Assistance médicale sont p r é v u s a u budget 1930. Ajoutés à l ' u n i q u e m é d e cin des services p é n i t e n t i a i r e s il c o n s t i t u e r o n t


— 153 — l ' e m b r y o n d'un service médical j u s q u e là inexistant et c e p e n d a n t i n d i s p e n s a b l e à l'œuvre de p é n é t r a tion.

FINANCES Doté de l ' a u t o n o m i e financière, l'Inini a dû trouver des r e c e l t e s . Ses ressources p r o p r e s sont r e s t r e i n t e s . Le d é faut d ' o c c u p a t i o n limite les r e n t r é e s fiscales. Avant tout ce sont les r e d e v a n c e s d o m a n i a l e s , d r o i t s m i n i e r s et forestiers qui d o n n e n t u n r e n d e m e n t c e r t a i n . N é a n m o i n s , q u e l q u e s taxes nouvelles ont été a p p l i q u é e s en 1935 ; licence de c o m m e r c e , droit d ' i m m a t r i c u l a t i o n s u r les é t r a n g e r s , impôt s u r le r e v e n u . Une taxe de c o n s o m m a t i o n s u r les m a r c h a n d euses e n t r a n t d a n s le T e r r i t o i r e se h e u r t e d a n s la p r a t i q u e à de grosses difficultés. Il est i n d i s p e n s a b l e p o u r é q u i l i b r e r les d é p e n s e s d'avoir r e c o u r s à des s u b v e n t i o n s de la m é tropole et des p r é l è v e m e n t s sur la caisse de réserve. A n o t e r é g a l e m e n t q u e toutes les d é p e n s e s d e s Etablissements P é n i t e n t i a i r e s Spéciaux restent à la charge des Colonies de l'Union I n d o c h i n o i s e . Le projet de budget p o u r l'exercice 1936 s'établit de la façon suivante : S u b v e n t i o n de la Métropole 1.710.000,00 P r é l è v e m e n t s u r la caisse de Réserve 783.000,00 R e c e t t e s p r o p r e s au T e r r i toire 716.400,00 soit un total de 3.209.400,00 qui é q u i l i b r e n t les d é p e n s e s i n c o m b a n t à U n i n i . Les d é p e n s e s à la charge de l'Indochine sont évaluées à 1.012.550 francs. C o m p t e t e n u des prévisions p r é c é d e n t e s la situation de la Caisse de R é s e r v e t'ait r e s s o r t i r u n excédent disponible de 522.353,44 s u p é r i e u r au m i -


— 154 — n i m u m de 300.000 francs fixé par l'arrêté i n t e r m i nistériel du 25 O c t o b r e 1935. Un projet d ' e m p r u n t est soumis à l ' a p p r o b a tion du D é p a r t e m e n t dont voici les g r a n d e s lignes : I- Navigation I n t é r i e u r e . . 800.000,00 II- Pistes et Routes 4.700.000,00 III-Postes administratifs... 700.000,00 I V - Missions géologiques et 1.000.000,00 géodésiques Y - Colonisation 4.000.000,00 VI- Matériel 1.350.000,00 Total 12.550.000,00

MINES La réglementation actuellement applicable est celle instituée pour la Guyane par le décret du 16 octobre 1917 et les nombreux textes qui l'ont modifié. Les arrêtés locaux antérieurs à la création du Territoire y ont été rendus provisoirement applicables sous certaines réserves par arrêté du 7 février 1931. Un a r r ê t é du m ê m e jour a reconnu la validité des droits miniers créés dans la partie de l'ancienne Guyane devenue Inini. Le taux des redevances a été rajusté par a r r ê t é du 15 mars 1935. Les gites de substances minérales sont classés mines ou carrières et les substances réparties en cinq catégories. Mais jusqu'à présent la seule matière exploitée est l'or. Le décret de 1917 institue des permis de recherche et des concessions de m i n e . En outre, toute personne ou toute société désireuse de se livrer à l'industrie minière doit être munie d'une licence perssonnelle valable deux ans et délivrée par le Service des mines m o y e n n a n t un droit de 50 francs. L'obtention des permis de recherche et par voie de conséquence, des concessions est subordonnée à l'autorisation personnelle délivrée par le Chef de la colonie. Cette autorisation dénommée licence personnelle de l catégorie (arrêté du 20 juillet 1929) est gratuite. Les concessions sont soumises à une taxe superfir o


— 155 — ciaire annuelle d e 1 fr. 50 par hectare. Cette taxe est ramenée à 0 fr. 75 pour les concessions qui avaient été instituées par application de la loi du 21 avril 1810. Les permis d e recherche et les concessions de mines d'or étaient jusque là accordés par décision du Gouverneur. L'arrèlé N° 165 du 13 août 1932 a y a n t réservé au Territoire le droit de r e c h e r c h e de l'or et des m é t a u x précieux, la d é l i v r a n c e par l'autorité locale des p e r m i s de r e c h e r c h e de ces s u b s t a n c e s et p a r suite des concessions est p r o v i s o i r e m e n t s u s p e n d u . Il ne peut être dérogé à cette règle q u e p a r des décrets pris s u r p r o p o s i t i o n du G o u v e r n e u r . Le d é cret du 5 d é c e m b r e 1034 a créé des p e r m i s individuels d'exploitation valables p o u r les gisements a l l u v i o n n a i r e s et é l u v i o n n a i r e s d ' o r . Ces p e r m i s s'appliquent s e u l e m e n t aux terres v a c a n t e s du D o m a i n e sises d a n s les régions p o u r lesquelles le T e r r i t o i r e s'est r é s e r v é le droit de r e cherche p o u r l'Or. C o n f o r m é m e n t au d é c r e t du 27 août 1908, l'or acquitte un droit de circulation de 1.000 francs p a r k i l o g r a m m e perçu pour le m o m e n t au profit du budget de la Guyane ; c o n t r a i r e m e n t aux règles d ' a u t o n o m i e financière du T e r r i t o i r e . À Càyenne f o n c t i o n n e u n comité consultatif des Mines, a p p e l é suivant la formule m ê m e de l ' a r r ê t é N° 10 du 6 l é v r i e r 1931 qui l'a institué e n Inini « à d o n n e r son avis lorsqu'il y a lieu sur t o u t e s les questions soulevées p a r l'application du d é c r e t du 16 o c t o b r e 1917 et s u r toutes celles p o u r lesquelles son i n t e r v e n t i o n est p r é v u e p a r les r è g l e m e n t s . » Le service des Mines c o m p r e n d sous la direction d u chef du service des T r a v a u x p u b l i c s et des Mines, un chef de b u r e a u c o n t r a c t u e l , un agent contractuel et u n g é o m è t r e d é t a c h é du c a d r e l o cal qui a r e m p l a c é celui des agents d e s Mines. Ces deux d e r n i e r s agents sont plus s p é c i a l e m e n t affectés a u x t r a v a u x e x t é r i e u r s .


156 —

Le d é c r e t de 1917 prévoit q u e dans la p r o p o r tion des 3/4 les m e m b r e s d u conseil d ' a d m i n i s t r a tion d o n t le P r é s i d e n t et les A d m i n i s t r a t e u r s d é l é gués des sociétés formées p o u r la r e c h e r c h e ou l'exploitation des Mines d o i v e n t être n a t i o n a u x , sujets ou protégés français. Il en est de m ê m e du Directeur. La seule société fonctionaant en Inini (Société Nouvelle de Saint-Elie et d'Adieu Vat) est installée dans la région du Moyen S i n u a m a r y . Les intérêts lielges paraissent y prédominer. Jusque là l'exploitation aurifère y cède le pas à une exploitation commerciale qui constitue un quasi monopole en mison de la difficulté des voies de communication. La société a produit 255 kilogs 500 d'or en 1934. La production totale de l'or pour la Guyane et l'Inini s'élève à 1.500 kilogs sur lesquels environ 1.400 proviennent du Territoire de l'Inini. Il existe 196 concessions pour une surface de 177.071 Ha. Environ ±130 licences personnelles et 2:20 permis individuels ont été délivrés. Un nouveau décret minier codifiant tous ces textes épars et les modifiant est actuellement soumis à l'approbation du Ministre des colonies.

EAUX ET FORETS Un décret du 29 septembre 1934 a fixé le régime forestier et deux arrêtés viennent d'en déterminer les conditions d'application. Son application est difficile sinon impossible en raison de l'insuffisance notoire du per.-onnel et du défaut de voies de communication. L'Inspecteur des Eaux et Forêts, chef de service, dispose d'un seul agent détache du c a d r e local des géomètres. Deux j e u n e s contrôleurs sont toutefois attendus à l'expiration d'un stage qu'ils viennent d'effectuer à l'Institut National d'Agronomie de la Franc.: d'Outre Mer. Si les cours des bois de rose et de balata venaient à re-


— 157 — prendre, il est douteux

qu'on

puisse

pratiquement

empêcher le retour de l'exploitation désordonnée qui a

dévasté les peuplements. On a fait le reproche anx bois Guyanais d'être difficiles à travailler. En réalité la dureté relative des bois exige un matériel spécial qui lorsqu'il a été mis en œ u v r e a d o n n é toute satisfaction. Aux fêtes du T r i centenaire un pavillon particulièrement réussi a permis d'admirer à Fort-de-France les belles essences de la forêt guyanaise. En 1935, G permis d'exploitation de 2 catégorie ont été délivrés et 16 renouvelés pour une surface t o tale de 32.587 Ma. 50 ; 24 permis de 3 catégorie (bois de charpente et de menuiserie) ont été accordés et 20 renouvelés pour une surface totale de 22.7G6 ha. 50 On peut évaluer à une trentaine de tonnes la quantité d'essence de rose produite (dont 8 tonnes seulement ont été exportées). Quant aux bois d'oeuvre on peut tabler sur 1.200 m 3 par an en moyenne. e

e

RÉGIME DOMANIAL Le décret du 24 juillet 1934 constitue le texte de base. Un arrêté de 4 avril 1934 a réglementé les c o n cessions gratuites. Réservées aux personnes de nationalité française à l'exclusion des fonctionnaires en service en lnini, elle sont accordées par le Gouverneur en Conseil d'Administration. La suj>: rficie m a t i ma est 200 ha. Le concessionnaire peut devenir propriétaire d é finitif s'il se conforme aux stipulations du cahier des charges annexe à chaque acte de concession. Ces conditions peuvent varier suivant le lieu, la nature des terrains el le gern e d'exploitation; en tout état de Cause elles doivent comporter : 1°) un commencement d'exploitation ou d e t a -


— 158 — blissement dans un délai de six mois à compter de la délivrance du titre provisoire : 2°) la mise en valeur de la moitié de la concession dans un délai fixé ; 3°) La délimitation et le bornage complets de la concession au moment de la demande du titre définitif de propriété. Ce titre définitif est attribué après constatation de l'exécution des clauses du cahier des charges par une Commission. En cas de non exécution des dites clauses, la déchéance du concessionnaire est prononcée par le Gouverneur en Conseil, sauf recours devant les Tribunaux civils. Un projet relatif aux concessions attribuées à titre onéreux est à l'élude. L'application de ce régime comme celle de toute réglementation en Inini est subordonnée à la pénétration par la piste. Les considérations ci-après extraites de l'exposé des motifs du projet de budget de 1930 résument la situation actuelle du T e r r i t o i r e : « D'une manière générale, en dehors des camps de pénitencier, l'occupation administrative n'existe pas. Les règlements sont inappliqués et pratiquement inapplicables. Les agents de l'autorité n'apparaissent de ci d e l à qu'à des intervalles lointains et les impôts ne rentrent qu'à la suite de tournées qui absorbent une grande pariie du produit. Les chiffres de recensement du Territoire sont dépourvus de toute hase sérieuse; les populations autochtones essaimées mais plus nombreuses que ne 1 indiquent les statistiques, nous ignorent. Les voies d'eau, précieuses sur leur parcours guyanais, sont parsemées de sauts dans les biefs navigables du Territoire de l'Inini. En fait, la navigation s'y révèle difficile, incommode, soumise à de nombreux arrêts ou transbordements et à puissance égale la dépense d'un moteur pour un<j embarcation


- 159 est plus élevée que pour une automobile. Seule la piste convenablement aménagée permettra de mettre fin à cette situation par un système d'administration itinérante, adéquate à la faible densité démographique. Les pistes pour automobiles sont relativement faciles à construire, si les tracés s'attachent à suivre les l i gnes de crête, à éviter les bacs, à réduire au minimum les ouvrages d ' a r t , à proscrire les ponceaux en bois d'entretien o n é r e u x . La main-d'œuvre est peu nombreuse mais il peut y êire suppléé par un matériel mécanique spécial et par une organisation rationnelle des équipes. « Il n'existe aucune roule en Inini, et jusqu'en juillet 1935, il n'avait été fait aucun usage des crédits prévus pour en établir. L'Administration a entrepris résolument à partir de celte dernière date, de relier le pénitencier de la crique Anguille avec Cayenne d'une part et les placers du Moyen-Sinnamary d'autre p a r t . Grâce à l'aide de la main-d'œuvre annamite, le premier objectif sera réalisé vraisemblablement en décembre 1935 par l'ouverture à la circulation d'une route de 41 kilomètres environ. « De Porl-luini ont été commencés parallèlement les travaux d'une route de 31 kilomètres environ se dirigeant vers la rivière Kourou qui sera franchie par un pont de 20 mètres. On peut présumer que la trouée sera achevée dans In forêt continue au cours du p r e mier trimestre de 1 année, maigre l'absence de m a t é riel Caterpillar c o m m a n d é depuis plus d'un an. E n t r e la rivière Kourou et la rivière Sinnamary la r o u t e d'une vingtaine de kilomètres sera commencée p a r les effectifs du Saut-Tigre aussitôt que les reconnaissances en c o : r s auront p e r m i s d'établir le tracé définitif e l l e point île passage d u pont de la rivière Sinnamary. Sur les f o n d s ordinaires du budget do 1935 ont été acquis les ponts Eiffel nécessaires pour la traversée des principales rivières, les C l i q u e s étant franchies au moyen de buses qui constituent un travail définitif beaucoup plus favorables que les ponceaux


— 160 — en bois à la circulation automobile. Les crédits prévus au plan de campagne de 1936 permettront non seulement l'achèvement de la route en construction dont le développement total sera approximativement de 90 kilomètres depuis Cayenne, mais la jonction avec le poste de Saut-Tigre et éventuellement avec Saint-Elie. Un programme précis ne sautait être énoncé pour ces deux dernières liaisons, car sa réalisation dépendra du plus ou moins d'avancement des travaux CM cours. « Ainsi sur les fonds ordinaires du budget aura été exécuté la première partie du programme d'accès des grands placers aurifères qui sera achevé s u r fonds d'emprunt p a r la construction d'une route de 120 kilomètres parla;:t de la Roche Diamant et desservant les placers Bief, Matarony, Souvenir et Espoir et d'une section de route joignant P . I. au territoire de l'Administration pénitentiaire en direction de Saint-Jean. Avec ses richesses latentes l'Inini est un pays très pauv r e . L'accès facile des placers peut lui donner d'un seul coup une balance favorable qui se stabilisera ensuite par la mise en valeur progressive du Territoire; avec la richesse viendront les colons qui lui manquent et fa véritable prospérité. « En attendant des communications rapides par route, des dispositions ont été prises pour relier télégraphiquement et téléphoniquement les principaux centres du Territoire avec C a y e n n e . Les postes de T. S. F. rendus disponibles seront installés à P . 1. et à Souvenir. Dès maintenant u n e ligne téléphonique est en construction entre le chef-lieu et Saut-Tigre ainsi que Saint-Elie. Quatre cents kilomètre-, de fil ont été commandés pour poursuivre celte installation, indispensable à l'action administrative dans les régions éloignées. « La Création de postes administratifs est envisagée en p a r t a i t de celte idée que le choix de leur emplacement ne doit, pas seulement tenir compte des commodités administratives passagères mais de: l'intérêt des administrés. P a r leur population assez dense,


-

161

-

les points de Souvenir et de P. I . paraissent, par exemple, devoir être retenus. Enfin les installations prévues seront convenables mais modestes car il est téméraire d'édifier des constructions coûteuses dans un pays neuf, désertique où les courants économiques ne sont pas établis. Pour éviter le retour d'expériences onéreuses les crédits de construction, relativement élevés l'année précédente ont été diminués pour doter plus largement le programme routier. Ce dernier malgré l'emploi de matériel perfectionné ne pourra toutefois être mené à bonne fin que si les effectifs des condamnés annamites sont augmentés au moins dans la proportion de cinq cents unités. L'administration du Territoire ne dispose en effet, actuellement que de 400 travailleurs en moyenne pour l'exécution du programme qu'elle s'est tracé. Il est avéré que les annamites se sont bien adaptés au climat et que la morbidité est très faible parmi eux (3 % environ) grâce à une bonne alimentation. Rien ne parait donc s'opposer à la poursuite de l'expérience qui a été tentée, si ce n'est la question de frais de transport assez onéreuse p o u r les pays de l'Union Indochinoise. Si malgré tout il ne semblait pas possible de diriger un nouveau contingent de condamnés asiatiques vers fini ni. il conviendrait alors de confier à l'administration de ce territoire, une partie des transportés arabes seuls susceptibles de r e n d r e les services attendus. Ces effectifs seraient soumis au régime des condamnés asiatiques qui a fait sa preuve, tant au point de vue du rendement qu'au point de vue des économies réalisées. Le prix de la journée d'entretien du condamné calculée d'abord à raison de huit francs comme à la Pénitentiaire a été progressivement ramené à cinq francs cinquante, et il est possible qu'avec la généralisation de certaines cultures et de l'élevage, on puisse l'abaisser d'ici quelque temps à cinq francs ou même à quatre francs cinquante. »


— PERSONNEL

162 —

D U TERRITOIRE D E

LTNINI

gouverneur de 2 ° classe d e s colonies, e n mission, g o u v e r n e u r d e la G u y a n e et de l'Inini.

DE MASSON D E SAINT-FÉLIX,

M.

DU G O U V E R N E U R E T S E C R E T A R I A T DU C O N S E I L D'ADMINISTRATION

CABINET

M. M M.

1 , E

a d m i n i s t r a t e u r ajoint d e 3 classe des c o l o n i e s , chef du Cabinet et secrétaire archiviste du Conseil d ' A d m i n i s t r a t i o n . Q U I N T R I E - L A M O T H E , s e c r é t a i r e auxiliaire M A M - L A M - F O C K , p l a n t o n auxiliaire

COURTHIADE,

CONSEIL

E

D'ADMINISTRATION

M M . le Chef du Service j u d i c i a i r e le C o m m a n d a n t militaire B E R L A N U , 0, conseiller titulaire C O N R A D , conseiller titulaire L E B A L T , ifa, c o n s e i l l e r s u p p l é a n t ANDRIVON,

»

SERVICE M.

*

JUDICIAIRE

chef du Service judiciaire de la Guyane et de l'Inini. (Voir infra « Circonsc r i p t i o n s » p o u r les Justices d e Paix).

CHAUVET,

SERVICE D E S A N T É M.

O. •:•}}, médecin lieutenant-colonel d e s T r o u p e s c o l o n i a l e s , chef du Service de santé de la G u y a n e et de l'Inini. (Voir infra s Circonscriptions » p o u r le personnel en service d a n s l'intérieur).

TOURNIER,

BUREAU D E S F I N A N C E S E T DU MATÉRIEL MM. V I E , sous-chef de b u r e a u d e l classe des S e c r é t a r i a t s g é n é r a u x , chef d u B u r e a u des finances et d u m a t é r i e l i e


— 163 — MM.

M M

, L E S

m e

MM.

e m p l o y é c o n t r a c t u e l , chef de la s e c tion F i n a n c e s L H U E R R E , c o m p t a b l e auxiliaire

LECANTE,

D E N É E F, TOUTOURY,

» »

» »

SlMONEÀU, TOUTOURY,

»

»

e m p l o y é auxiliaire, chet de la s e c t i o n Matériel V O L M A R , m a g a s i n i e r auxiliaire I L L I D O , c o m p t a b l e auxiliaire TRÉSOR

M.

QUÉNARD,

fâ,

d e lTnini

t r é s o r i e r - p a y e u r d e la G u y a n e et

TRAVAUX P U B L I C S E T MINES M M . M O D O C K , i n g é n i e u r de 3

classe des T r a v a u x p u b l i c s et Mines des c o l o n i e s , chef du Service de la G u y a n e et i n s p e c t e u r des T r a v a u x publics et d e s Mines e n Inini. A M U S A N T , i n g é n i e u r adjoint de 1 classe des T r a v a u x p u b l i c s et Mines, chef du service de l'Inini B A U D I N , chef d u B u r e a u d e s m i n e s , c o n t r a c t u e l L É V E I L L É , agent des Mines, c o n t r a c t u e l Z A B U L O N , géomètre adjoint de 4 classe d u c a dre local. RADJOU, g é o m è t r e a u x i l i a i r e . LARANCE, d a c t y l o g r a p h e auxiliaire e

re

e

M

M E

COMITÉ C O N S U L T A T I F D E S MIMES M M . le chef d u Service J u d i c i a i r e , p r é s i d e n t le chef dû Service d e s .Mines le r e c e v e u r des D o m a i n e s BERLAND, m e m b r e titulaire R A B A N , m e m b r e titulaire DEVEZ, membre suppléant CONRAD, membre suppléant


— EAUX

164 ET

— FORETS

MM. G R É B E R T , i n s p e c t e u r de 3 classe des E a u x et F o r ê t s , chef d u S e c r é t a r i a t de la colonisation, chef du service F o r e s t i e r de l T n i n i Z U N È V E , g é o m è t r e adjoint d e 6 classe d u cadre local e

e

E N R E G I S T R E M E N T - DOMAINES - TIMBRE ET HYPOTHÈQUES M.

chef du Service de la G u y a n e et du T e r r i t o i r e de l'Inini.

MATIS,

POSTES - T É L É G R A P H E S - T É L É P H O N E S MM. L E B O M I N , chef du service des P o s t e s de la G u y a n e et de l'Inini T H É M I R E , c o n t r ô l e u r du C a d r e local de la G u y a n e et de l'Inini, r e c e v e u r comptable du T e r r i t o i r e de l'Inini B O U R G U I G N O N , o p é r a t e u r r a d i o t é l é g r a p h i s t e cont r a c t u e l . (Voir infra « Circonscriptions » p o u r le p e r s o n n e l en service d a n s l'intérieur) SERVICES

M.

B O F F , O. chef de Bataillon d infanterie coloniale, c o m m a n d a n t militaire de la Guyane et de l l n i n i GENDARMERIE

M.

MILITAIRES

COLONIALE

M I R A N D E - I R E . l i e u t e n a n t , c o m m a n d a n t le déta-

c h e m e n t de la G u y a n e et de l T n i n i ETABLISSEMENTS MM.

PENITENTIAIRES

surveillant chef du B u r e a u

LASTEL,

militaire

de

SPECIAUX

3

e

classe,


-

165 —

T R A N T R O N G D A T , i n t e r p r è t e d é t a c h é d u cadre d e s s e c r é t a i r e s des r é s i d e n c e s d u T o n k i n ELI A n t o i n e , caissier auxiliaire g é r a n t de la Caisse de la t r a n s p o r t a t i o n SERVICE FLUVIAL MM. M O U L I N , officier de p o r t , c o n t r a c t u e l , c h a r g é d u Service fluvial d e l'Inini M A G N E , p a t r o n de c h a l o u p e auxiliaire IMPRIMERIE M.

CLAIRE J o s e p h , t y p o g r a p h e auxiliaire SAINT-LAURENT-DU-MARONI

M. R I M A N E , c o m m i s des D o u a n e s , du c a d r e local, délégué de l'Administration de l'Inini CIRCONSCRIPTIONS Circonscription 1°. — P o s t e Services

du

centre

de Saut-Tigre Administratifs

MM. JOURDAN, c a p i t a i n e d'Infanterie c o l o n i a l e , chef de c i r c o n s c r i p t i o n , c h a r g é des f o n c t i o n s de Juge de paix à c o m p é t e n c e o r d i n a i r e CASSAGNEAU, Lieutenant d'Infanterie coloniale, adjoint a u chef de circonscription M. BESSEY D E BOISSY, s e r g e n t d'Infanterie c o l o n i a l e h o r s c a d r e s , agent spécial, huissier et greffier de la Justice d e P a i x L E B R I S , a d j u d a n t d'Infanterie coloniale h o r s c a d r e s , c h a r g é des t r a v a u x . DEVOUCOUX, m a r é c h a l des logis d'Artillerie coloniale h o r s c a d r e s Compagnie MM. JOURDAN,

de Tirailleurs

Sénégalais

de

rinini

c a p i t a i n e d'Infanterie coloniale


-

166 —

lieutenant d'Infanterie coloniale a d j u d a n t - c h e f d'Infanterie coloniale C H A U M E , a d j u d a n t d'Infanterie c o l o n a l e C R Ï S T I A N Ï , s e r g e n t chef d'Infanterie c o l o n i a l e

CASSAGNEAU,

M A YEN,

Services

médicaux

M M . L E M I N O R , m é d e c i n l i e u t e n a n t des T r o u p e s c o l o n i a l e s , h o r s c a d r e s , c h a r g é de l'Assistance médicale M A I L L O T , s e r g e n t des infirmiers coloniaux, hors cadres du

N . B . - - Tout ce personnel concours Pénitencier Spécial de Saut-Tigre T. S. F.

et Agence

au

service

Postale

M . RAMÉE, o p é r a t e u r a u x i l i a i r e c h a r g é de l'Agence Postale

2°. — S u b d i v i s i o n de P . I. Services MM.

Administratifs

g e n d a r m e à p i e d , chef de subdivision, e x e r ç a n t les f o n c t i o n s de j u g e d e paix à compétence ordinaire D E S F O R G E S , g e n d a r m e à pied, MOREL,

ROY

»

»

3°. — P o s t e d e C o n t r ô l e d e Services

Saint-Elie

Administratifs

M M . H U M B E R T , m a r é c h a l des logis chef de Gendar-

merie, chef de p o s t e et agent postal. Y, g e n d a r m e à pied

LONGERA

4°. — S i n n a m a r y M . A . J . KARAM, c h a r g é du transit 5°.

Poste de contrôle de la

M . V A I L L A N T , c o n t r ô l e u r forestier

Forestière

contractuel


— 167 — 6°. — Poste Administratif de Crique Anguille Services

Administratifs

a d m i n i s t r a t e u r adjoint de l classe des colonies, chef du poste administratif d e C r i q u e Anguille, c o m m a n d a n t d u p é n i t e n cier spécial C H A U M O X T , sergent chef d Infanterie c o l o n i a l e h o r s c a d r e s , chargé d e l'entretien d e s transportés LOUVET, sergent d'Infanterie coloniale h o r s c a d r e s , chargé d e l ' a d m i n i s t r a t i o n d e s transportés M O N L O U I S , m a r é c h a l des logis d'Artillerie c o l o niale h o r s c a d r e s , chef d e poste d e P o r t Inini r e

M M . SOUVANT,

Eaux M.

MOISAND,

et Forêts

c o n t r ô l e u r forestier c o n t r a c t u e l Services

médicaux

m é d e c i n lieutenant des T r o u p e s c o l o niales h o r s c a d r e s , chargé d e la visite m é dicale STOLL, sergent des infirmiers des T r o u p e s c o l o niales h o r s c a d r e s , chargé d e l'infirmerie, de l'hygiène d u c a m p .

MM.

NICOLAS,

MV.

Détachement de Tirailleurs Sénégalais l i e u t e n a n t d'Infanterie c o l o n i a l e , c o m m a n d a n t le d é t a c h e m e n t L A N C E T , sergent d'Infanterie coloniale FOURNIER,

CIRCONSCRIPTION M.

D E

L'EST

L e R é v é r e n d P è r e D I D I E R , délégué d e nistration du Territoire

l'admi-


168

-

RENSEIGNEMENTS DIVERS LISTE

ALPHABETIQUE

des m e m b r e s de l'Ordre National de la légion d ' H o n n e u r r é s i d a n t à la Guyane F r a n ç a i s e

OFFICIERS MM.

B O F K , chef de bataillon d'Infanterie c o l o n i a l e . M A N D É Dornéville, secrétaire de mairie, grand

m u t i l é de g u e r r e m é d e c i n l i e u t e n a n t colonel d e s t r o u p e s coloniales

TOURNIER

CHEVALIERS MM.

chef d e b u r e a u de l ' A d m i n i s t r a t i o n p é nitentiaire en retraite B A T T I N I , surveillant p r i n c i p a l de l'Administration P é n i t e n t i a i r e B E A U R O Y , négociant B E R G E A S , s u r v e i l l a n t p r i n c i p a l d e l'Administration P é n i t e n t i a i r e BERLAND, négociant.

AHULY,

B E R N A R D , s o u s directeur de l'A. P . BOUYGUES,

traite

chef du service d e s d o u a n e s e n re-

C A P R I C E vérificateur d e s d o u a n e s C A S T E X , négociant C H A N D O N , industriel CJIARLERY, ingénieur des T . P . en retraite COGNET, lieutenant de port en retraité CUPIDON, ébéniste D A R X A L , avocat avoué DEVEZ, GUIEY, HERVÉ,

m é d e c i n chef de l'hôpital civil e n retraite

magistrat H U E T , c a p i t a i n e d'infanterie c o l o n i a l e L A M E R , d i r e c t e u r d e la B a n q u e d e l a Guyane LIMBOURG, grand mutilé de guerre C . L H U E R R E , c o n d u c t e u r d e s T r a v a u x Pénitentiaires


— 169 — M A S S O N DE S A I N T F É L I X , gouverneur des c o l o -

nies en mission MASSE, sous chef de bureau de l'A. P . M A Y E N , adjudant d'infanterie coloniale M O S T A C H I , industriel M U L L E R , lieutenant d'Infanterie coloniale NOLÉON, chef du cabinet du gouverneur P A I N , chef du bureau de l'A. P . PIERRE, surveillant principal de l'A. P . Q U É V Y , c o m m i s des secrétariats généraux Q U E N A R D , Trésorier-payeur

RÉAUX. c o m m i s principal de l'A. P . S Œ U R U R S U L E , Infirmière de la Léproserie de l'Acarouany T È C L E , Intendant militaire en retraite VALENT, directeur de l'Administration Pénit. V I T A L I E N T , sous chef de bureu de l'A. P . W A C H E N H E I M , industriel CONSULS Consul du Brésil M.

Luiz d e GONZAGUE PACHECO

M.

F . TANON

Consul des

Pays-Bas

Consul de Norvège M.

F TANON

Consul d'Italie M.

M O S T A C C H I David

Consul

d'Angleterre

M. RAMBAUD

Consul des Etats-Unis M.

N

Consul de Belgique M.

De B È V E JASPAR


— 170 — SOCIETES LITTERAIRES E T ARTISTIQUES Association littéraire et artistique L E S A M I S DU L I V R E , fondée le 4 S e p t e m b r e 1 9 0 1 , siège social r u e F r a n ç o i s A r a g o . MM. Charlery Gustave, président L o y e r St Michel, Hilaire Marius, vices p r é sidents Giffard Elisé, s e c r é t a i r e Mambié Georges, t r é s o r i e r Prévôt Pau!, b i b l i o t h é c a i r e Linyon E d o u a r d , c o m m i s s a i r e P a t i e n t Jules, m e m b r e délégué

* LA

LYRE

ORPHÉONIQUE,

* fondée

le

1

ER

Mai

1 9 1 7 , siège social r u e Maissin. MM. J . B . Bouygues président J e a n Vincent Q,vice p r é s i d e n t Paul Prévot, secrétaire, trésorier M . Raoul Tanon, commissaire R o g e r Mesnil, » Courthiade, » Mireille R a n d e l , » MM. Bory, » Hilaire, » Paul Prévôt, » meS

L a J E U N E G A R D E , fondée le 7 Avril 1 9 3 5 , a p p r o u v é e le 25 Mai 1 9 3 5 ( a r r ê t é n° 445) siège social C a y e n n e MM. R o m a i n R o b e r t , i n g é n i e u r d i p l ô m é E. T. P. président P o l y c a r p e V e r m o n , avocat du b a r r e a u de Cay e n n e . licencié en droit, vice président Z é n o b i e Elie, avocat du b a r r e a u d e Cayenne licencié en d r o i t , s e c r é t a i r e Zabulon V i c t o r - E t i e n n e , g é o m è t r e , trésorier P r é v ô t P a u l , clerc de n o t a i r e , commissaire


-

171

-

MM. Gildon, m a i r e de R é m i r e , c o m m i s s a i r e B o u r g u i g n o n Faustin, radiotélégraphiste commissaire F r é d é r i c P a u l E m i l e , hôtelier, g é r a n t du j o u r n a l de l'association ; Société p h i l h a r m o n i q u e L A R E N N A I S S A N C E M U fondée le 20 N o v e m b r e 1935, siège social p r o v i s o i r e Mairie de C a y e n n e MM. P a l m o t J e a n , p r é s i d e n t B o u d o i n J u n o t , vice p r é s i d e n t G o v i n d i n Augustin, s e c r é t a i r e V e r n e t Luc, t r é s o r i e r A d n e t E s t è r e , bibliothécaire Léveillé E t i e n n e , secrétaire adjoint Mausel S a m u e l , bibliothécaire adjoint R o u r a P a u l E m i l e , Cocotier Camille, membres actifs

SICALE,

SOCIETE DE SECOURS MUTUELS Société de S e c o u r s Mutuels L A S O L I D A R I T É , fondée le 8 m a i 1896, a p p r o u v é e le 30 m a i 1896, siège social : augle des r u e s Voltaire et M a d a m e Payé. M M . Gratien Emilio, président Dédèle P a u l , Achille Modeste, v i c e - p r é s i d e n t s M D o m é t h i l e Lisette, secrétaire M Gratien Stéphanie, trésorière M Yo J o s è p h e , t r é s o r i è r e - a d j o i n t e lle

M E

L L E

* * SOCIÉTÉ

SCOLAIRE

DE

* SECOURS

MUTUELS

ET

DE

fondée le 22 n o v e m b r e 1910, a p p r o u v é e p a r a r r ê t é ministériel d u 28 juillet 1911, siège social : Hôtel de Ville, C a y e n n e . M M . le Maire de C a y e n n e , p r é s i d e n t le Chef d u Service de l'Instruction p u p l i q u e , RETRAITE D E LA G U Y A N E FRANÇAISE,


— 172 — MM. le D i r e c t e u r de l'Ecole des G a r ç o n s de C a y e n n e , vice-présidents Ladouézo, secrétaire Joséphine, secrétaire-adjoint Halmus, trésorier M C h a n c e , t r é s o r i è r e adjointe M la Directrice d e l'Ecole des Filles de C a y e n n e , M Maza, MM. G r a t i e n , (£, R a m b a u d , conseillers. l l e

m e

lle

Société de S e c o u r s Mutuels L'UUNION PÉNITENTIAIRE fondée le 3 0 s e p t e m b r e 1911, a p p r o u v é e le 22 juillet 1912 p a r a r r ê t é m i n i s t é r i e l , siège s o cial: Saint-Laurent-du-Maroni. MM. P i n e a u J e a n , s u r v e i l l a n t p r i n c i p a l , p r é s i d e n t W e i m e r t Albert, agent d'affaires, vice-président P o n t a i l l i e r M a u r i c e , s u r v e i l l a n t militaire, secrétaire Magnan Eugène, surveillant militaire, trésorier Leconte L i o n e l , s e c r é t a i r e d e mairie, c o m m i s saire A r d e s Hilaire, auxiliaire de l ' A d m i n i s t r a t i o n pénitentiaire, commissaire. * Société de s e c o u r s m u t u e l s VIEILLARD, siège social r u e F r a n ç o i s - A r a g o MM. E r n e s t P r é v ô t , p r é s i d e n t Mirza Victor, v i c e - p r é s i d e n t N , secrétaire H o r t h Auguste, t r é s o r i e r M Goinet L u c i n a , t r é s o r i è r e - a d j o i n t e . lle

* * **

Société de S e c o u r s Mutuels L A C O N C O R D E , fondée le 12 s e p t e m b r e 1912, a p p r o u v é e le 21 m a r s 1 9 1 3 , siège social : r u e Chaussée Sartines, n° 22. MM. Karaki P a u l , %, c o m p t a b l e , p r é s i d e n t L a m b o u r d e Clément, capitaine au cabotage

en retraite, vice-président


-

173

-

MM. S i r d e r L., surveillant des T r a v a u x Publics, secrétaire Valette P o l y d o r e , c o m m e r ç a n t , A r d o n R e n é , m é c a n i c i e n , Tarinski Auguste, forgeron, Remilien J o s e p h , c o m m i s de voirie, c o m missaires M N a m u r Catherine, Lapiquonne Homère, commissaires m e s

* UNION

NATIONALE

*

DES COMBATTANTS,

section

de la G u y a n e , fondée le 30 j u i n 1920, siège s o c i a l : r u e d e la Liberté. MM. D a r n a l , avocat-avoué, président T h é o d o r e Louis, D r o n Marcel, vice-présidents Achille Modeste, c o m m i s d e s b u r e a u x du Gouvernement Guimaraës Antonin, commissaire hospitalier T a r i n s k i , T h é r é s i n e , Monroc, c o m m i s s a i r e s des fêtes MM. B o r l a n d , Lucile, L a r c h e r , Oastel, c o m m i s s a i r e s au c o m p t e . * * SOLIDARITÉ

MILITAIRE,

section

de

Cayenne

fondée le 20 j u i n 1923, a p p r o u v é e p a r a r r ê t é du 3 août 1923, siège social: angle d e s r u e s Voltaire et Madame Payé. MM. G r a t i e n E m i l i o , Q, p r é s i d e n t R o u r a P a u l , <§) c. n. G . , Louis T h é o d o r e , viceprésidents S t é p h a n t P a u l i n , ^ secrétaire t r é s o r i e r Véro Victor, s e c r é t a i r e trésorier adjoint Achille Modeste, Tarinski Auguste, c o m m i s s a i res.

.* S e c o u r s m u t u e l s l'UNION MARTINIQUAISE ET DES AMIS DE LA MARTINIQUE, f o n d é e le 14 a o û t 1925,

a p p r o u v é e le 5 juillet 1926, siège social: r u e d e la

Liberté.


-

174

-

M M . J o s e p h B., p r é s i d e n t J e a n - L o u i s E., Marbot G., vice-présidents M Etienne Auguste, s e c r é t a i r e MM. Lowinski L , trésorier Ribal E., J a m e R., c o m m i s s a i r e s M Ribal E . , C h i m a m a E u t r o p e , c o m m i s s a i r e s . me

M E S

CERCLES Cercle S A I N T - H U B E R T , fondé en 1889, d é n o m m é cercle e n 1901, a p p r o u v é le 17 février 1 9 0 4 , siège social: angle des r u e s Lallouette et F r a n ç o i s Arago. M M . C h a u m i e r Gabriel, Mécanicien, i n d u s t r i e l , président D Gippet Etienne, vice-président d e S t - Q u e n t i n Hippolyte. s e c r é t a i r e Desvieux Albert, t r é s o r i e r Cognet A n t o n i n , lieutenant de p o r t e n r e t r a i t e , commissaire B e r n a r d i n Raoul, i n d u s t r i e l , c o m m i s s a i r e r

UNION GÉNÉRALE DES CORSES ET DES AMIS DE L A

CORSE, section de C a y e n n e (siège social: Paris), fondée le 1 0 février 1 9 0 9 , a p p r o u v é le 31 octobre 1911 p a r décision de M . le G o u v e r n e u r , siège social de la S e c t i o n : C a y e n n e ( G u y a n e française). MM. Zénobie Raoul c o n t r ô l e u r des D o u a n e s , en retraite, président Gratien Emilio Q, négociant, vice-président Vincent 0 , s e c r é t a i r e de la B a n q u e d e la Guy a n e , en r e t r a i t e , vice p r é s i d e n t Castrien, sergent d'infanterie, s e c r é t a i r e H a r m o i s , e m p l o y é de !a B a n q u e , trésorier. LIGUE DES

DROITS D E L'HOMME

section de la C a y e n n e . M M , B e r l a n d J.-M., p r é s i d e n t

ET D U CITOYEN,


-

175

-

M M . P r é v ô t E . vice-président H o r t h A., s e c r é t a i r e Lhuerre L. trésorier *

* * COMITÉ KUOMINTANF, fondée le 15 août 1929, siège s o c i a l : r u e de Liberté, n° 17, angle de la r u e F r a n ç o i s A r a g o , n° 3 5 . M M , H o - F o n g Choy, p r é s i d e n t Tjon-A-Tsoi, v i c e - p r é s i d e n t H o - T i n n e - N o ë , secrétaire Ho-A-Line, t r é s o r i e r H o - ï h a m - F o u , commissaire * SYNDICAT NATIONAL D E S INSTITUTEURS ET D E S I N S DE FRANCE E T D E S C O L O N I E S , section G u y a n e française, fondée le octobrel927, approuvée le 21 d é c e m b r e 1 9 2 8 (arrêté n° 1.358), siège social: r u e de la L i b e r t é , n° 2 3 . M M . Léonço Dorville, . ' \ s e c r é t a r i a t général L o n y J a c q u e s , secrétaire M F r é d é r i c Angèle, s e c r é t a i r e adjointe M C h a n c e Georgina, t r é s o r i è r e \ j m e Voisin Edith, t r é s o r i è r e adjointe M. C h a m b a u d S a m u e l , g é r a n t du Blletuin TITUTRICES

M E

LLE

* Amicale des I n s t i t u t e u r s - I n s t i t u t r i c e s laïcs d e la G u y a n e française L A F R A T E R N E L L E , fondée le 9 n o v e m b r e 1 9 3 1 , a p p r o u v é e le 28 n o v e m b r e 1931, siège social: place d e l ' E s p l a n a d e , n° 6. M M . H o r t h Auguste, p r é s i d e n t R e m o u x E d o u a r d , vice-président Patient J u l e s , s e c r é t a i r e M Patient Jules, trésorier M R o l a n d Lucile, M B e r t h a Cléry, M E

M E

I l e

UNION D É S PROLÉTAIRES MANUELS E T I N T E L L E C T U E L S ,

f o n d é e le.26 juilet 19 2. a p p r o u v é e le 10 s e p t e m b r e 1932, siège s o c i a l : K o u r o u (bourg).


— 176 MM.

-

Canut Serjus, président

Garçon Jules, vice-président Ringuet Maximilien, secrétaire M Veuve Rimane Just, trésorière MM. N o k o Charles, commissaire Miraca St-Hubert, commissaire m e

*

*

ASSOCIATION D E S PARENTS D'ELÈVES DE CAYENNE,

DU COLLÈGE

fondée le 2 juin 1933, approuvée le

24 juin 1933. MM. Berland J -M., président Thémire A . , vice-président Hort A . , secrétaire Barthélemi P., trésorier Membres du Bureau Bruère-Dawson G., B o n n e t o n A , Edouard J., Mme R o s e m o n * SOCIÉTÉ

COOPÉRATIVE

DE

PRÊTS

D E LA

GUYANE

fondée à Cayenne le 43 mai 1934. MM. Le Baut Louis. président Bonneton Aimé, Gratien E m i l i o , ^ vice-présidents Pagésy Charles, trésorier Charlery Raphaël, trésorier-adjoint Rebel Alexandre, secrétaire Jaffart Oscar, secrétaire-adjoint M Laffont Alice, M. Achille Modeste, administrateurs Commission de surveillance MM. Bruère-Dawson Marcel, Darnal Albert, Sirder Léon FRANÇAISE,

me

SOCIÉTÉS D E

BIENFAISANCE

fondée le 13 décemfévrier 1920, siège so-

ORPHELINAT DE LA GUYANE,

bre 1919, approuvée le 1

re

cial à Cayenne.


— 177 — M M

lle m e s

M. M

1le

G. B o u r g u a i s , p r é s i d e n t e S. W e i s c h a u p t , vice p r é s i d e n t e M. M a r c h a n d » » J.- M. Berland, $ t s e c r é t a i r e T . Gilbert-Pierre, t r é s o r i è r e

COMITÉ D E D A M E S PATRONESSES DE L'ECOLE MAT E R N E L L E , fondée le 14 n o v e m b r e 1920, a p p r o u v é e

le 14. n o v e m b r e 1929, siège social à la Mairie de Cayenne M. Le Maire, p r é s i d e n t M Edgard Château, vice-présidente Auguste H o r t h , directrice de l ' E c o l e Maternelle, fondatrice et a n i m a t r i c e M Claire Varsovie et M m e Léo V o l m a r , secrétair e s adjointes M Paul Barthélemi, trésorière M Ramée, trésorière-adjointe m e s

1le

m e

me

Autres

membres

Mmes, U. B a r t h é l e m i , 0 . Bellevue, Mlle F. B e r l a n d , A. Cognet, A. D a r n a l , A. A d o u a r d , E . G r a t i e n , V. Glennie, Mlles M. L u c a s , E . Prévôt, Mmes M . Riviérez, L. R o s e m o n , F . Saintol, A. T h é m i r e , Melkior, P . Volmar SYNDICATS P R O F E S S I O N N E L SYNDICAT D E S M É T A L L U R G I S T E S , fondée le 1 Mai 1934. a p p r o u v é e e n 1935 p a r le G o u v e r n e u r , siège social à C a y e n n e M.M J e a n F r a n ç o i s , c h a u d r o n n i e r , p r é s i d e n t , Cébret Algénib, m é c a n i c i e n , vice président A n d o c h e Hilaire, m é c a n i c i e n , secrétaire L é o p o l d Clairi, m é c a n i c i e n , t r é s o r i e r Ribal Louis, m é c a n i c i e n , c o m m i s s a i r e G é r a r d Calisse, m é c a n i c i e n , »

er


— SYNDICAT

178

BANANIER

siège

GUYANAÎS,

c h a m b r e d'Agriculture MM. E m m a n u e l Valette, p r é s i d e n t G e o r g e s C o n r a d , vice p r é s i d e n t C h a n d o n ^ , secrétaire A l e x a n d r e Lédi Q, t r é s o r i e r *

social

SYNDICAT DES PETITS PLANTEURS ,

MM. Rutïinel Jules S i m o n président Lony Eugène, secrétaire-trésorier R a b a n Arsène, Gildon Cyprien, St Cyr Augustin, @ Caristan Félix, c o m m i s s a i r e s SOCIÉTÉS S P O R T I V E S fondée le 1 S e p t e m b r e 1 9 1 2 , a p p r o u v é e le 24 O c t o b r e 1912, J . 0 n° 764, siège social à C a y e n n e MM. H . B e r n u s , p r é s i d e n t M. R . H i l a i r e , vice p r é s i d e n t E . Chérica. secrétaire G. L a f o n t a i n e , t r é s o r i e r R a o u l T a n o n , Victor Z é p h i r , Michel Clair Alexandre R e b e l , Victor Cléry, Auguste Bory, c o m m i s s a i r e s LE

SPORT

er

GUYANAIS,

*

* * ECLAIRËURS DE FRANCE section de Cayenne T r o u p e ( S c h œ l c h e r ) fondée le 5 Janvier 1919. app r o u v é e le 20 D é c e m b r e 1923, siège social Ecole des G a r ç o n s MM. S . C h a m b a u d , p r é s i d e n t N , vice président R. Bazile O c t u v o n , s e c r é t a i r e E . Giffard, t r é s o r i e r A. D a m a i M. Riviérez, c o n s e i l l e r s

* * TOIRISME

GUYANAÎS,

fondée

le

16

Décembre


— 179

-

1923, a p p r o u v é e le 16 J a n v i e r 1924, siège social 10, r u e L a l l o u e t t e Cayenne MM. Maurice M a r c h a n d , p r é s i d e n t R a o u l Zénobie, secrétaire Le délégué d u T . C. F. en G u y a n e , t r é s o r i e r Georges Conrad, industriel. B e a u r o y R o l a n d , conseiller p r i v é , c o m m i s s a i r e s *

* *

fondée le 15 J a n v i e r 1926 a p p r o u vée le 2 4 février 1926, p a r a r r ê t é n° 281, siège social 52, r u e de la Liberté M M . Harmois Jules, président Jaffart Oscar, vice p r é s i d e n t T o m e Henri, s e c r é t a i r e Célestin R e n é , t r é s o r i e r E n d e l m o n Valois, Stanislas A r t h u r , c o m m i s saires RED

STAR,

* *

Société T E N N I S , a p p r o u v é e le 23 Août 1935, siège social à C a y e n n e MM. Octave Bellevue, p r é s i d e n t N vice p r é s i d e n t M . M. P o l y c a r p e , s e c r é t a i r e Lydie T h é m i r e , trésorière LLES


— 180 — A G E N C E DE LA COMPAGNIE G E N E R A L E TRANSATLANTIQUE A G A Y E N N E M. H É B E R T , d i r e c t e u r de l'Agence DUCHANCHE, caissière-secrétaire-dactylo M M M . AZUR, e m p l o y é d e s passages ME

BOURQÙIN,

«

en

fret

N...,

comptable GAUMONT, Planton D E L É P I N E . chet des m a n u t e n t i o n s H U - Y E N - T A K , magasinier B O E T U S , pointeur-livreur MILHOMME, contre-maître JOURNAUX ET P U B L I C A T I O N S P É R I O D I Q U E S . Le Journal officiel de la G u y a n e La Voix du Peuple Le Bulletin officiel de la G u y a n e l'Observateur L ' A n n u a i r e de la G u y a n e La Jeune Garde La Guyane R E S T A U R A N T S et Eldorado hôtel Hôtel d'Estrée Hôtel d'Europe

HOTELS

Hôtel des Palmistes Hôtel Xavier

LOGES MAÇONIQUES La F r a n c e é q u i n o x i a l e , n° 93 L'Union G u y a n a i s . La G u y a n e R é p u b l i c a i n e . (Saint-Laurent)


— 181 — ADRESSES VILLE

DE

UTILES CAYENNE

Adenel Estève, bijoutier, 33 Lieutenant Brassé. Amélie Saturnin, boulanger, 54 Christophe Colomb. Anatoe Edouard, boulanger importateur, 43 Liberté. Alexandre Vicior, échoppier, 37 Liberté. Abamon Eugène, marchand importateur, 22 Liberté. Alexandre Zoé, cafetier, 10 Lieutenant Brassé. Alexanire Parfait, marchand, Liberté. Aly-Diaw Vincent, cordonnier, 59 Voltaire. Andèrson Mathurin, horloger, 51 Liberté. Arène Paul, marchand importateur, 12 Lieutenant Brassé Audouin Eugène, marchand importateur, Chanssée Sartines. Augustin Vidal dit Tico, entrepreneur de pêche, au maiché Azor Albert, ébéniste. '22 CInussce Sarlioe*, Alexandre Ed'lh, marchande, 40 Schœlcher. Alciudor Elmire, marchanda, 100 Christophe Colo;nb. Asinoi Alexandre, logeuse en garni, 20 Lieutenant Goinet Athée Bermance, marchande, 27 Liberté. Agenor Eudoxie, logeuse en garni, 5 Place Armes. Assard Antoine Dme, épicière, 46 Damnai. Alexandrins Catherine, charcutière, 9 Lieutenant Bceker. Baculard Joseph I I , pharmacien, 32 Christophe Colomb. Beauroy Roland, importateur, 29 Christophe Colomb. Benjamin Zéphoris, pharmacien importateur, 2I Liberté. Bolivard Romule, chai-pentier de marine, 72 Boulevard Jubclin, Bonneton Aimé) importateur, 17 Lotis Blanc. Bosphore Michel, cal)relier, 16 Mentelle. Briugtown Félix, enirepteneur de pêche. 10 'dentelle. Bruère-Dawson, importateur, 16 Lallouette. Bayley J. John, tailleur, à Chaussée Sartines. Belbèze Charles, pliai tnae'eu, 13 Liberté. Bellevue Octave et C , négociant importateur, 2cî Lieutenaut Brassé, berger Emile, marchand, route Montabo. Bernude Stephen, cordonnier, 44 Christophe Colomb. ie


— 182 — lîiala Fernaod, entrepreneur de maçonnerie. Bojotin Marcel, orfèvre, 44 Liberté. Bontomas Imilien, entrepreneur dépêche, 35 Lieutenant

Goinei prolongée.

Bourdin Edward, tailleur, 24 François Arago. Brando Alexandre, orfèvre, 9 bis Lieutenant tirasse. Briard Gabriel, matelassier, 30 Lieutenant Brassé. Biau Léopod, importateur, 2 1 , Place de l'Esplanade. Bertm Emile, hôtelier importateur, 6, Malouet. Boaujoie Armand, Dame échoppière, 104, Liberté. Benoit Noémie l o g e u s e en garni, 4 3 . Lieutenant Becker. Boisne Jeanne, pâtissière, 9, Lieutenant Braisé prolongée Bourguais Gabriel le, marchande pâtissière, Nationale Beauroy Gabrielte, importatrice, 10, Mole. Belmontèse Pedro, maichand, 48, Madame Payé. Belsujet Angélina, caharetière, 30 Christophe Colomb. Carranza Antonio, marchand de cuir, 12 Daramalh. Catex Louis, importateur, Il Chaussée Sartines. Chaumier Gabriel, entrepreneur de pêche, 22 Voltaire. Chebancc Aimé, hôtelier, 5 Liberté. China ma Louis Eutrope, ébéniste, 2o Voltaire Glavar Leone!, entrepreneur de pêche, au marché. Capet Aristide, bijoutier, 13 Malouet. Coflre liolx'rt, marchand cabaretier, 20 Mentelle. Constantin Joseph, importateur, 20 Chaussé*; Laussat. Cupidon Pierre, ébéniste, 18 Richelieu. Guang-Hing-Wing, mai chaud cabaretier, 23 Chaussée Sartines. Ca lel Joseph, colporteur avec étalage, au marché. Gébrel Algénib, mécanicien, 33 François-Arago Chaia Kail Richard, importateur, 1 Lieutenant Becker. Clion-A-Tam, marchand cabaretier, j l Lallouette. Clo ë Roland, boucher importateur, au marché. Clarck Charles, coiff ur, 14 Mole. Cosnmnd St-l.ouis, marchand mécanicien, 20 Christophe Colomb. Choug-A-Lnng l'an!, marchand, 72 Voltaire. Ghalita B. K. Koad. importateur, 33 (Chaussée Sartines. Coco Cyiéné, entrepeneur de pêche, Canal Laussat r. g.


- 183 — Cocotier Camille, ébéniste, 28 Lallouette. Chong-A-Long Joseph, commerçant, 31 Liberté. Col Victor, échoppier, 3 François Arugo prolongée. Christophe Irène, épicière, 40 Schœlcher. Césaire Eugénia, marchande d'alcool, 8 Lieutenant Becker Chah Kalil Richard, marchande, 10 Lieutenant Becker. Dame Chosrova Jérôme, cabaretière, 4 Lieutenant Brassé. Canon l Astérie, importatrice, 32 François-Arago. Dame Cartel Henri, Logeuse en garni. 05 François-Arago. Charlery Raphaël, marchande, 10 Malouet. Chebance Andrée, marhande importatrice, 5 Liberté. Claudal Isabelle, marchande cabaret., 11 Chaussée Laussât Dame Claire Paul, ma chaude, 40 Liberté. Champlain, marchand d'alcool, 58 Richelieu. Clowes Alice, cabaretière, Rond-point. Didier Henri, agent d'assurance, 23 Maissain. Doumit Georges, importateur, 36 François-Arago. Dufour Maurice, importateur, 2 Lieutenant Becker. Dardet .Maurice, orfèvre, 3 Molé. Darquitain Daniel, entrepreneur de roulage, mécanicien, 42 XIV Juillet. Du-Mokri, marchand cabaretier, 34 Lieutenant Goinet. Désert Amélius, entrepreneur de pêche, au marhé. Dind-Fook dit A Fook marchan I, 28 Nationale. Dippcr Alexandre, cordonnier, 25 Lieutenant Brassé. Doloir Elie, cordonnier, 65 Liberté. Dong-Huv entrepreneur de pêche, au marché. Dornaly Pierre, coiffeur, 40 Lieutenant Brassé. Dolior Joseph Phocius. entrepreneur de pêche au marché Duchaussée Joseph, marchand de cuir, 45 François-Arago Dardet René, mécanicien, 21 Lallouette. Daquin Sébastien, épicier, 91 Canal Laussat. Degard Denise, épicière 23 François Arago Deville Emile, épicier, 20 Chaussée Laussai, Duranty Léocadie, cabaretier, 9 Avenue d'Estrée. Dorothée Julia, marchande importatrice, 31 François Ar.'go Dalphrase J., marchande, 12 Chanssée Sartines. Dipp Elie, Dame, marchande, 63 François-Arago. Dorilas Désirée, bouchère, 16 François-Arago.


— 184 — Dabeedin Cécile, tailleur, rue Molé. Digard Denise, épicière, 21 François Arago. Edwin Etirnond, mai chaud, Lieutenant Becker. Egamos Eugène, charron, 50 Boutev rd Jubelin. Ei epmoc Thomas, cordonnier, 21 Liberté. Eridan Edouard,, orfèvre, 25 Chaussée Sartines. Eif'oit Jean Fernand, armateur. Edon Emcrencieiinc, marchande, 23 bis Lieutenant Goinn Erminice Louise, marchande, 2 2 .Molé. Emmcline Maiie-Rose, échoppière, 30 Voltaire. Eti» -Joseph Elise, épicière, 29 Avenue d'Estrée. Elissée Adèle, échoppière, 56 Christophe Colomb. Fleury Ernest Dîne, maichande, 46 bis François Arago. Figaro Athénodore, ébéniste, 55 Lieutenant Beeker. Fleurv Ernest, forgeron, 14 M en telle. Faiseau-Ducoudray. limonadier, 30 liberté, Ferdinand Adalberi, coidonnier, 14 Sehœtctrer. Floran Léon, photographe, Liberté. Francis llermann, cordonnier,10Christophe Colomb. Frédéiic l'aul-iimile, hôltlier, 53 Liberté Garré Antonio, marchand, 62 Liberté. Georges Richard, négociant importateur, 34 François Arago Gb-nnie Victor, importateur, 12 Louis-Blanc. Grant Edmé (héritiers), distillateurs, 78 Liberté. Graticu Emilio, libraire-imprimeur, 23 Liberté. Guimaraës Anton in, orfèvre, 56 François Arago. Gantier Lucie, tabricàute de bonbons, 23 Liberté. Gaspard Emile, mécanicien, 23 Liberté. Gautier Stanis, marchande, 39 Baramath. Gertiude Laurent, logeur en garni, 17 place de l'Esplanade Gippet Robert, négociant importateur, Christophe Colomb Goinet Paul-Emile, ébéniste» 20 Frnnçois-Arago. Gomès Juli.i. négocianteimportatrice, 1 LieuteuantBrassé Gréen William, logeur eu garni, 16 Lieutenant Brassé. Guidot Uîy>se, entrepreneur de pêche. Harmois And;é, marchan le, 32 Liberté. Henry Char h s, négociant impôt lateur, 2 Chaussée Sartines Bo-A-Ten, marchand cabàretiif, 1- Chaussée Laussat.


— 185

-

Ho-Kong-Fou, négociant, 21 Chaussée Sartines. Humbert Octave, pharmacien-import a leur, 3 3 i.iberté. Ho-Yon, marchand, 6 4 Lallouette. Harris Christophe, tailleur, 15 Lieutenant Becker. Harris Georges, orfèvre. 2 3 Chaussée Sartines. Ho-Fat, marehand-cabarein r, 5 5 Lallouette. Hill James, entrepreneur de peinture, 31 XIV Juillet. Hilaire Marins, importateur, 3 9 Chaussée Sartines. Ho-A Tarn, marchand-cabarelier, Lieutenant Becker. Uo-A-Yine, marehand-cabareiit r, 3 8 Liberté. Ho-Tiug-Noe, commerçant, 17 Liberté, Ho-A-Sang, marchand-cabarelier, G Richelieu. Ho-A-N'Giee marchand, 17 Nationale. Ho-A-Tcbuns, marchand-cabarelier, 7 Boulvd. Jubelin. Ho-A-Ling, marchand, 10 et 19 Chaussée-Sailiues. Ilo-Coui-You, marchand, 2 9 Chaussée Sartines. Hodebard Jean, mécanicien, 3 3 François-Arago. Ho-Man-Fat, marchand, 8 7 I hristophe-Colomb. Honoré René, orfèvre, 6 Lieutenant Becker. Ho-A-Foung, marchand eabaretier, 2 2 Chaussée Sartines Ho-Ta-Yuen, marchand-cabarelier, 51 Richelieu. Ho-Tark-Siou, cousnierçant, i 6 Canat-Laussat. iio-Tong-Sang, marcfaand-cabaretier, 3 3 Boulvd. Jubeiin. Ho-Tau.-Fow-Ket-Yn, marthand-cabafetier. 7 8 Liberté. Uodebard l'amphile, mécanicien, 2 Chaussée-Sartines. Ho-Tiong-Fong, marchand, 4 3 Nationale. Ho-A-Fal, marchande, 11 Lieutenant Becker. H o - T i n g - S - n , importateur, 27 Christophe Colomb. Ho-You'Fat, marchand, 12 Lieutenant Brassé. Ho-Tsi-Sieng, commet çunl, 15 Nationale, No-Gai, commerçant, 9 3 Lallouette. Uenrick Edouard, échoppier, 5 0 Christophe Colomb. Ichonng Toe Saturnin, mécanicien-importateur, 12 Lallte. Iphigenie P.-E. Dme, entrepreneur de bals publics, 17 Scœlcher. Jean-Bapliste Edouard, orfèvre, 2 0 C h a u s é e Sartines. Jean-Baptiste Valeatin, cordonnier, 2 9 Rouget de l'isle. Jaco!) N. Nathaniel, tailleur, Lieutenant Becker. Jean-François M a r t i n , marchand-cabarelier, Av. ;d'Esirée.


— 186 James Robert, tailleur, 14 Molé Jéremie Georges, tailleur, 40 LiewOnant Brassé. Jeannette Raoul, Dame, épicière, 32 Lallouette prolongée. Jeaunius Nicolas, entrepreneur de maçonnerie. Jean-Baptiste Régis Polydore, cordonnier, 8 Molé. Jean-Pierre Emilie, logeuse en garni, 38 Lieutcu. Brassé James Joseph, tailleur, 27 lieutenant Brassé. John Marie-Catherine, marchand, 78 Nationale. Jadin Marcel, charpentier-menuisier, 36 Louis Blanc. Jean-Jeacques Ch., épicier, 67 Voltaire. kong-Sing Fong, épicier, 9 Avenue d'Estrée. Kelguiné Léopold, entrepreneur de pêche, Place Aman I, Kong-Meau, entrepreneur de pêche, 41 Chaussée Laussat Karam Michel Joseph, importateur, 59 François-Arago. Kindou Joseph, boulanger, 47 Lallouette. King Marie, échoppière, Avenue d'Estrée. Karam Riehard, marchand-importateur, 23 Christ. Colomb Karam Nagib Georges, marchand-importateur, 10 Chaussée Sartines. King Jonathan, cordonnier, 3 Molé. Rong-Sylvestre, entrepreneur de pêche, au marche. Leo-A-Fook, entrepreneur rie pêche, 6 Daramath. Kinan Marie, échoppière, 42 Lieutenant Brassé. Lacroix Edgard, entrepreneur des travaux publics, Hôtel des Palmistes. Laianne G. (Béritiers), importateur, Place Victor Mugo. Larance llosang» , négociante, Christophe Colomb. Ling-Tong-Ming, commerçant, 81 Lieutenant Becl. r. Lefebvre et Cie, négociant, 33 Chaussée-Strtines. Léveillé Ernesline, échoppière, 18 Lieutenant Becker. Legrand Etnma, cabarelièie, 21 Richelieu prolongée. Laguerre Gabrielle, marchande-cabaréiière, 15 Piace du Port. Lautone Raoul, menuisier, 20 Christophe Colomb. Lama Gaston, échoppière, 26 Lallouette prolongée. Lambre Joseph, tonnelier, 58 Richelieu. Lam-Han, entrepreneur de pêche, ou marché. Lapiquionne, Dame, logeuse en garni, 20 Louis Blanc. Larcher Isaïe, marchand-cabaretier, 9 Adjudant Piudard. 1


— 187

-

Labade, Dame, cabaretière, 54 François Arago. Laiclimée Éunice, modiste avec magasin, 45 François Arago. Lee-A-Sioe, marchand-importateur, 31 Liberté. Lee-A-Yene, marchand, 14 Lieutenant Becker. Leo-Agnou Victor et Cie , négociant-importateur, 12 Adjudant Pindard. Léoville P.-K., Dame marchande-importateur, 6 1 , Chaussée-Laussat. Léveillé Augusline, bouchère, 28 Nationale, Lingibé Eugène, Dame, bouchère. Li-On-Gien, cordonnier, 33 Nationale. Loi-Van-! ham, entrepreneur de pêche, au marché. Loe-A-Fook, orfèvre, 22 Chaussée-Sirtines. Lony Sl-Albin, marchande, 5 Richelieu. Lucite St-Hilaire, géomètre arpenteur, 97 bis Canal Lauasat. Lynch Aii. restaurateur, 3 Adjudant Pindard. Lamothe R. E., hôtelier-restaurateur, 12 Liberté. Lowinsky Louis, cabaretier, 5 Chaussée Sartines. Laï Kun, marehand-cabarelier, U9 Lallouette. Loupec Ambroise, épicière, 17 Lieutenant Becker. I.épine (de), Dame, marchande-cabarélière, 15 Mole. Monsoro Andréa, entrepreneur de pêche, 66 Daramalh. Moscou Rigobert, entrepreneur de roulage, 55 Christophe Colomb Mini-loque Marie, échoppièrc, 20 Lieutenant Becker. Mathias Auguste, entrepreneur de construction, 52 Richelieu. Mtsqiiila Rudolph, orfèvre, 3 Lieutenant Becker. Millienne Georges, géomètre-arpenteur, 95 Lallouette. Mirza Victor, 35 Laliouette, entrepreneur de construction. Moïse Jean, importateur, 8 Chaussée Sartines. Molza Arius, entrepreneur de pêche, 2 et 4 Malouet prol. Magdeleioe Boniface, ébéniste, 47 Voltaire. Mamon Sylvina, restauratrice, 47 Liberté. Marie-Joseph Joseph, marchand, 21 Daramath. Marie-Pernne, cafetière, 47 François-Arago. Martine Amédée, ébéniste, Lieutenant Goinet.


— 188 — Marie-Joséphine, échoppière, I Riclielicu. Mambié Thérèse, épicière, 47 Scbœlchar. Mennechgy A., négociant-importateur, 24 Christ. Colomb Merlonne Etienne, cafetier, 39 François-Arago. .Yiichelv Léon, pharutacien-imperta., 29 François-Arago. Millienne Dme, modiste., 95 Lallonelte. Itérées Joséphine, échoppière, 37 Rouget de l'Isie. Minfïr Fmile Dme, fabricante debonboài, 15 Lient.Goinet. Mendes d'Ahreu ei Lie, négociant-importateur, 18 Malooet Mita Emmanuel, boulanger, 83 Lallouelle. Moïse Nelson, entrepreneur de pêche, au marché. Moncoq Jeanne., marchande, 26 nationale prolongée. Moravie Ceci lie, logeuse en garni, 20 Christophe Colomb. Matbéos Théodore, orfèvre, 15 Lieutenant Becker. Mosbacb Henri, tailleur, 10 Liberté. Maries Nelson, entrepreneur de pêche. Metton St-Ange, Dépôt tafia, 30 Christophe Colomb. Mirza Nezè-, matelassier, 85 Christophe Colomb. Mariema Fidélia, restauratrice, 19 Lieutenant Beeker. Morin Ange Alphonse, mécanicien. Moustapha Gaston, logeur en garni, 15 Lieutenant brassé. Monstapha Prudenl, entrepreneur de pêche. Marathon Charles, maréchal ferrant, 5 Avenue d'Estrée. Collier Félix (héritier»), iu potlaleui-dislilliteu s, 18 Christophe Colomb. Nouvel Etienne, Marchand de meuble-, 09 Chtistophe Col omb, N'zila Améfiys,fabricant de briques 15 Voltaire. Narolles Constant, limonadier, 97 Christophe Colomb. Negol Valemine, fabricante de bonbons, 11 Lieutenant Brassé prolongée. Ng Wrng Chaw, maichaed, 48 François-Arago. NjK Kong Chou, importateur, 14 Chaussée Sartini s. N'Guven Van Trung, entrepreneur de pêche, au marché* Noël Joseph, ébéniste , Christophe Colomb. Nohal Marie, échoppière, Finale de la Madeleine. N'Guyen an Dot, entrepreneur de pêche, village chinois. Nouvel Roland, bijoutier, 34 bis Christophe Colomb.


189

Noleau Mathurin, bouclier, 12 Lieutenant Becker. Obviera François, tailleur, '12 Lieutenant B r a s s é . Othily Edgard, bijoutier, 18 Lieutenant Becker. Okule, épicier, 3 8 Canal Laussat. Pachcco Lniz de Gonziga, chirurgen dentiste, 14 Liberté. Pagé-y Charles, pharmacien importateur, 17 Christophe Colomb, Partis Frédéric A., marchand de cuir, 17 Lieutenant Brassé. Puîchério Amour, échoppièrc, 70 Christophe Colomb. Polycarpe Paule-Emile, entrepreneur de construction, o7 bis Lieutenant Goinet. Prévôt Ernest, notaire, 10 nationale. Prévôt Ccorg»s, distilla leur, 100 Christophe Colomb. Pamphile Mathieu» entreproeur de pêche, 73 Voltaire. Partis Albert, marchand, 61 Mme Payé. Percin Chéri, entrepreneur de pêche, au marché* Peter Jhon, charpentier de marine, Chaussée Laussat. Philias Félix, marchand, 1S Chaussée Sartines. Patrice Louise, marchand', 44 Richelieu. Pigrée Amélie, entrepreneur de charpente, 31 Boulevard Jubelin. Pessima Maurice, cabaretière. 23 Canal Laussat. Pan-Sao, commerçant, MO Liberté. Plutns J.. échopj.ière, S Lieutenant Becker. Plénet G e o r g e s , mécanicien, oS Liberté. Peïlier i ncien, dentl le, 40 François-Arago. Quibel Bérénice, colporteur avec étalage, an marché. Quintrie A.et J. Sic Claire, négociants importateurs Raban Arsène géomètre arpenteur, 60 -me Payé, Ramée Ste tfarie Dme, marchande, 35 Liberté. Renard Euphrasius, négociant importaiur, 13 chaussée Sartines. Rollus Victor, importateur, 37 Chiussée Sartines. Rusîamd Menuann. tailleur, 21 Malouet. Rolfincl Marguerite, échoppièrc, 72 Lalouetle, Raphaël Henri, ébéniste, 4 Mole.


— 190 — Residon Justin, marchand de cuir, 6 Lieutenant Becker. Robin Paul, logeur en garni, 49 Christophe Colomb. Ruflinel Judes, entrepreneur de construction, 39 Mme Payé. Rogier Paul, tanneur et marchand de cuir, 56 Liberté. Roumi Edouard, marchand, 90 Liberté. Rouvenot André, mécanicien, 69 Liberté. Rouda Sylva, entrepreneur de pêche, au marché. Reboul Auguste, restaurateur, 7 Docteur Si-Rose. Rhuman Jean, Dme, marchande cabaret iere, 35 Lieutenant Goinet. Robo Alexandre échoppier, 8 Lieutenant Brassé. Raphaêlte Edouard, ébéniste. 21 Lieutenant Brassé. Saindreau vSt-Rose, coiffeur 30 Liberté. Sen-Wo Lee, dislilllaleur, François-Arago. Siguier Emile, importateur, 36 Liberté. Socrate Jonas, ébéniste, Christophe Colomb. Sœurs de St-Joseph le Cluny, importatrices, 15 Lalouelte. Solente Rose, logeuse en garni, 13 Lieutenant Brassé. Symphorien Constantin, importateur, 10 MalouetSle Croix Antoine et Cie, négociants importateurs, 26 Liberté. Ste Luce Hippolyte, marchand, 4me km. 500 Hontabo. Segobind Isaïe, ébéniste, 3 Nationale. Sexe A., ébéniste, marchand, 2 2 Lieutenant Brassé. Société de navigation F. Tanon et Cie, Armateur. Soliqa Pablo Garcia, coiffeur, Liberté. Ste-Rose Albert, entrepreneur travaux publics. Sirder Henri, coiffeur, 8 Liberté. Sl'air A, Antonio, Importateur, 53 François-Arago, Sulmy Henni, officier, 61 François-Arago. Société Sucrière et agricole, Importateur exportateur, 2 Louis Blanc. Schiw Bala K. N. P. King, coiffeur, 6 Lieutenant Becker Tardif Stéphane, marchand, horloger, 6 chaussée Sarlines Thamar Aimé, entrepreneur de pêche, 5 François-Arago prolongée. Théodese Dorvilise, marchande d'alcool, 44 bis FrançoisArago.


— 191 — Théolade Romule (héritiers), importateurs, 25 chauesée, Sartines. Tiburce Emile, marchand de cuir, 13 François-Arago, Tavelas Augustine, cabaretière, Chaussée Sartines. Théodore Louis, charron, 27 Lieutenant Brassé, Tarinski, charron, 6 Lieutenant Brassé. Troppeau Aristide, échoppièrc, 15 Richelieu Prolongée. Tsing-Ksiang, marchand, 53 François-Arago. Tam Kine Victor dit Yoyo, entrepreneur de pêche, au marché. Théodore André carossier, 8 Portai. Théresi Joseph, entreprneur de pêche, au marché. Tjono-A-Toi Henri, commerçant. 42 Christhophe Colomb. Ti-A-Yen, bouclier, 50 Daramatlhe. Tien-À-Fat ou Tien-So, marchand, 60 Christophe Colomb. Tjiot.-A-Foung, marchand, 13 Molé. Tien-Chin-Fray, marchand importateur, Chaussée Laussat, Teyssere Paul, cafetier, 27 Avenue d'Estrée. Tioug-Fat, marchand cabaretier, 23 Boulevard Jubelin. Torin Hrctor, cordonnier, 35 François-Arago. Therésie Léouide, épicière, 30 Richelieu. Tramoni, marchande cabaretière, 31 l'Alouette prolongée. Tjon-Tjoe, marchand crbaielier, 2 Mme Payé Prolongée. Troudart Alban, importa leur boucher, au marché. Tetasco Célini, échoppièrc, 27 bis Avenue d'Estrée. Toussaint Julien, ëntrepreneur travaux publics 25 Lieutenant Brassé Prolongée. Valette Ernanuel, Commissire-Priseur, 4K Liberté. Valerwis François, Dme, échoppierOi 41 XIV Juillet. Wagnon Joseph, coiffeur, 20 Liberté. Valette Polydoie, marchand, 20 Schœlcher. Valey Georges, entrepreneur travaux publics, 41 XIV Juillet Valtriue G., mécanicien, 8 Richelieu. Vérin M., boucher, au marché. V'alin Alexandre, cordonnier, 17 Rouget de l'Isle. Viamont Lucien, cordonnier, G4 Voltaire. Vigilan Jeanne, logeuse en garni, 5 L i e u t n a n t Brassé. Varfin Paul, cordonnier, 17 Christophe Colomb.


192 — William Eustache, épicier, 28 Mblé. Webb Lilianne, modisîe avec magasin, 23 Liberté. Wiart J u l e s . coiffeur 43Voltaire. Will Anne, marchand caba relier 15 Chaussée Sartines. Wo-Sang-Tjon, marchand cabareiie , 23 Maissin. Xavier charles hôtelière, Place Victor Hugo. Yong Sonie, marchande, 4 Ajudant Pindard. Zéphyr Eugène, négociant importateur, 12 Christophe Colomb. Zonzon Louise, cabareliure, 34 Louis Blanc Zueève Anna, échoppière, 78 Lalouette. Zaire Anna échoppière, 3 Capitaine Bernard r

COMMUEE DE RÉMIRE Charles Eothebert (Vve) Commerçante. Dinga Raoul (dme) rabareliire. Cossein (Vve) distillerie d'alcool. Lony Georges, maicnand. Lorilon .Malnias, marchand. Léo Agnou V. cabriretier. Piem-Emile Marecellus, Marchand-cabarelier. Si-Louis Léon, cabaretier. Société Ci vile du Rorota, industriel. Tchong-Cnonij;-Kong, cabaretier. COMMUNE DOYAPOC Anpoint Geneviève, cabaretière-bou1angère. C C des Antilles Kr F. T.non &C''dImpôrt. Delloy Mathîas. marchànd. DottoV Eli; lté (dme), cabaretîère. Coude! Htldevert, échoppier. Hitaire Auguste, négociaut-iraportâteur. Ho-A-Chuck Antoine, marchan l-cabaretir. llersil (dme), boulangère: .Miroux Ernest, eégocianl-imporiateur. V.;,do Graziella, marchand. Mandé Uaurictâ, eabaretière. Piron Noël, bijoutier. Zaron Edamour, cab.IR- lier-boulanger, ie

JC

s<?s


-

193

-

COMMUNE DE KAW Bernude Alphonse (dme), marchande. Germont Cécile, marchande. COMMUNE DE MACOURIA. Aupra Agnès, marchande. Acamas (Vve), marchande. Boulin Victor, cabarelier. Gusta Ernest (Vve), cabaretière. Golilin Dorina, marchande. Hornaudes Francisco, marchand, cabarelier. Langlel Henri, Marcand-cabaretier, Perigny Victoria, marchande. COMMUNE DE ROURA Assard La cour, cabarelier. Cor?lie Hildevert, cabarelier. Calbaro Emile, marchand-cabarelier. Eriam Maurice dit Delphonse, marchand-cabaretier. Griffith Annie, cabaretière. Léveillé Gabriel, cabarelier. Mongin cabaretière. Polony Aristide (Vve), marchandc-rabaretière. Yago Èmilien (dme), écnoppière. COMMUNE DE MATOURY Aima Paula, marchande. Société sucrière et agricole-distillatrice. COMMUNE DE TONNÉGRANDE Barthélémy Hermance, marchande-cabaretière. Bichonnet Tibert, marchand-cabarelier. Moogin Ernestine marchand-cabaretier. COMMUNE DE MONTSINÉRY Bacara Sidonise, marchande-cabaretière. Lamastre Adolphe marchande-cabaretière. Robinson François, cabarelier. Société bananière, marchande-cabaretière.


-

194

COMMUNE D'IRACOUBO Àmaranthe Théodose (dame), marchande. Amaranlhe Germain, marchand-cabarelier. Chonpi-Wing, marchand. Kong-Long, marchand-cabaretier. Linguet Rose, échoppière. Levei'lé Rector (dame), marchande. Lohier Lucetle, marchande. Poupon Salomon (dame), échoppière. Quintrie Charles, Marchand. COMMUNE DE KOUROU Claire Slepheu (dame) cabaretiè.ie. Constanl Jean, boulanger. Sanite André, marchand. Yeck Raymond, cabaretier. COMMUNEDEMANA Andrivon Emmanuel, 5, rue Poivre, marchand-importateur. Ayanue Victor 35 V. Golitin, marchand cabaretier. Anatole Iréné (dame) S . Riga, Log. en garni. Aubéry E. (dame) et i.epellelier-Explts scierie mécanique. Ajax Appolius, marchand-cabaretier. Ambroise Eulogo, marchand-cabaretier. Bichara Joseph, marchand-cabaretier, boucher. Berthclot Aristide (dame) cabarelière. Bontantam, boucher. Borie Claude, St-Riga, boulanger. Cité Adrien, 2 G Rue, distillateur. Cie Cie des Antilles Frses F. Tauon et Cie, 4 rue du Quai, marchand. Comptoirs Hesse et Cie, 2, Javonhey, marchand. Clery Moutrose, forgeron. Couezy Philippe, dame. Log. en garni. Dindaine Charles, Log. en garni. Dirence Elias Assad, cordonnier, rue des Frères. Egyptienue Albert, rue de l'Eglise Log. en garni. Faràco Corméla,G rue, marchand-cabaretier. d

d


195

Germanicus Anne, 5, Javouhey, Log. an garni. Hermet Crispin, 2 1 , rue de l'Église, limonadier, Ho you Fat, rue Poivre, marchand-cabarelier. Jorset Emmanuel, 3 St-Joseph, importateur. Jemmaire Marcel, dame, Log. en garni. Kokasson Arsène, 41 bis G rue, marchand-cabarelier. Kokasson Henri, bijoutier. Kalil Marcean, rue Amar Goblin, marchand. Lafleur Madeleine, 8 Javouhey, Log. en garni. Lacheley James, rue Javouhey, tailleur. Mariette Gérard, 2 1 , Si Joaeph, marchand-cabarelier Massé Simon, 5, rue des Frères, Log. en garni. Pavant Antoine, rue Sergent Riga, cabaretière-épicière. Pavant Ludomir, dame, 14, Parisel-bouchère. Prévôt Jules, dame, boulangère. Richard Joseph, G rue, marchand. Radamonlhe Joseph, rue Pariset, entrep. Trx. Publics. Saïd Michel, 14 Javouhey, marchand. SoeurSt-Joseph, 3 P. Bourguignon, distillateur. Saïd Jean 36, Pariset, entrepreneur de pêche. Société Commerciale Guyanaise rue du Quai, marchand. Sud Michel, dame, Log. en garni. Tarcy Aurélien, Vve, 3 1 , sergent Riga, épicière-cabaretière. Tharnar Aimé, sergent Riga, marchand-cabarelier. Théolade R. fils, héritiers, 4, Javouhey, marchands. Tourville Michel 6, Javouhey, importateur. Tourvillle Eugénie, rue Javouhey, marchande-cabarelière. Verneuil Joseph. 3 , Javouhey, entrepreneur de travaux. Weimert (héritiers), rue de l'Eglise, Log. en garni. d

d

COMMUNE DE SINNAMARY Anol Jeau-Baptiste, coiffeur. A-Toun, épicier. Bichara Georges fils, rue de l'Aima, marchand-cabarelier. Bavol Lambert (dame), Logement en garni. Bartholet Maurice, échoppier. Baal Sidoine, boulanger. Chong-Kan Albert, rue de l'Aima, commerçant. Cïë Cle des Antilles Fses F. Tanon, marchands.


196

Caslex Louis, Cayenne, Entrepreneur de roulage. Chong-Ti, rue de l'Aima, marchand-épicier. Chong;-Kong Julien, boulanger, épicier. Clet Sl-Jnsl, Malmanoury, échoppier. Chong-A Poum, rue de Cluny, épicier. Delanon Raoul, épicier, rue de l'Aima. Desormeanx Angélique. Malmanoury, échoppière. Dorillas Thérèse, rue Dinkermann' Log, en garni, Desormeaux Charles, charpentier. Fidol Gérardine, épicière Ho-Foung-Chon, » Ho-A-Fock, marchand-cabaretier John Henri, charpentier Joseph Raoul, matelassier Joseph Franconie, cordonnier Karam Alexandre, rue de l'Ama, marchand Larance Robert, rue de Cluny, charpentier, Lanoix Févry, rue Louvier, épicière Madeleine Lydie, épicière Mine Léon, rue de l'Aima, distillateur Monsigna Fernandi, droguiste Quemon Baptiste, menuisier .Smith Vve, logeuse en garni Stanis Saturnin Vve, logeuse en garni ' Stéphane Faustin, ferblantier Verderosa Constantin (dame), e n t r e p . de roulage William Romain, charpentier de marine COMMUNE D'APPROUAGUE Agénor, distillateur Relus Simon, disillaleur Bordes Jules, marchand Bottius St-Rose Vve, épicière Cliffon Holder dit Sépho, e n t r e p r e n e u r bals publics Cie Gle des Antilles françaises, F. Tanon et Cie m a r chand Castex Louis, distillateur Contout Roger, échoppier Chong P a u i , cabaretier Chong-Chene, acheteur d'or


— 197

-

Daudet Emile (héritiers), distillateurs Desbordes Victor, logement en garni Eugène Léonet, log. en garni Florestan Ste-Luce, log. en garni François Maitina, log. en garni Frédéric Gabriel Luc, coiffeur Ho-Ten-Son, marchand Ho-TemYou, (Guisambourg), marchand Hermann Pascal, boulanger Ho-A-Chuck, cafetier Jean-Pierre Renold, log. en garni Lancias Radney, log. en garni Lapalu Paul, marchand-cabaretier Limarola et Hitier, distiilateurs et marchands Lord Joseph, log. en garni (Régina) Lam-Leong, marchand (Régina) Lee-Wing, acheteur d'or » Ledi Loetitia, commerçante (Régina) Néron Clémencin, disttillateur-marchand(Guisambourg) P e t e r Kong Chou, marchand Prévôt Georges, log. en garni (Régina) Privât Albert, distillateur » Romney Ronny, épicier » Sarkis Michel, marchand » Seen-Wo-Lee, log. en garni » Théolade fils bériliers, marchand » Thomas Théophilus, log. en garni » Zéphir Eugène, distillateur » COMMUNE DU MARONI Barcarel Georges, commerçant Cyrille Vve, logeuse en garni Daniel Vve, patissère Garré Aritonin, commerçant Géronte Léonie, restauratrice Gougis Maurice, commerçant Grenadin Rodolphe, bijoutier Hauslant François, bijoutier liesse (Helleux Joseph), importateur


— 198 —

Hulic Gabrielle, commerçante Latéral Esther, boulangère Léo-Agnou Philippe, c o m m e r ç a n t Léo-Agnou Léon, commerçant Laloupe Rachelle, restauratrice Masgoumiéry F e r n a n d , loueur de livres Milien Edgard, pharmacien Orsini Pierre, commerçant Pagésy Germaine, pharmacienne Péolat Vve, logeuse en garni P i e r r e t Renée, restauratrice Pivaty Clotilde, commerçante Prudent Léonie, commerçante Sooamber Joseph, commerçante Société Forestière, import, march. de bois Symphorien Constantin, commerçant Sydney (dame), logeuse en garni Tanon André, agent commercial Théolade, commerçant W e b b Martin, débitant de bois Yong-Achim, commerçant Zéphir Auxence, commerçant Marie-Joseph Hubert, commerçant Waddy-William, commerçant


— 199 — SOCIÉTÉ BIENFAISANCE U N I O N D E S F E M M E S D E F R A N C E , comité local de la Guyane, œuvre de LA G O U T T E D E L A I T , créée e n octobre 1 9 3 5 , installée 1 7 rue Lallouette

M

m e s

M

m c s

Lamy, fondatrice de l'œuvre présidente d'hon neur Millienne, présidente Fanier, vice-présidente Château, trésorière Gippet, secrétaire Membres Barthélémy Darnal Berny Gratien Horth

M

m e s

M

Médecins

lle

Lamer Le B o m i n Marchand Nicolas St-Claire

consultants

MM. Tournier, O. chef du service de santé Berny, directeur de l'Institut d'Hygiène Nicolas, médecin du pénitencier de Cayenne Gippet Etienne, médecin civil Barrât, » » Riviérez Maurice » » Riviérez Etienne » » Deux M

11e

infirmières

détachées

Hulmann Jeanne Duchange Herminie

de l'hospice


— 200 — LIBRAIRES M

M E

Vve

HARMOIS

André

M.

GRATIEN

Emilio

F A B R I Q U E S DE LIMONADE MM. C o n s t a n t i n H o m è r e Faiseau-Ducoudray Crony

MM. H o - Y o u - F a t N a r o l l e s Constant

F A B R I Q U E S DE RHUM MM. Nollier Félix (Succession) P r é v ô t Georges Saccharin Philippe See-Wo-Lee, Raban Arsène, S œ u r s Saint-Joseph de Cluny, Usine p é n i t e n t i a i r e (Maroni) Bélus S i m o n E m é r a n c i e n n e , P o r t a i (Ilet), Méthon St-Ange, Wackeinhein, Grant, Hilaire Auguste, Mine Léon, Société S u c r i è r e et A g r i c o l e A G E N T S D'ASSURANCES MARITIMES M. F . T a n o n et

C

ie

M . A . Quintrie et J. St-Claire

F A B R I Q U E S DE GLACE G. L a l a n n e , (héritiers)

Narolles C o n s t a n t


— 201 — TABLE

ALPHABETIQUE

DES

MATIERES

A Guyane Inini Pages Pages

Adresses utiles Administration pénitentiaire Agent v o y e r de la ville de C a y e n n e A s s e s s e u r s (liste des) Assistance p u b l i q u e Avocats et a v o u é s

80

181 127 120 90 112 88

B B a n q u e de la G u y a n e B i b l i o t h è q u e et m u s é e B o u r s e s de la colonie Bureaux du gouvernement

117 115 95 74

C

Cabinet du g o u v e r n e u r Calendriers Caisse d ' é p a r g n e Cercles C h a m b r e d'agriculture C h a m b r e de c o m m e r c e Chefs d ' a d m i n i s t r a t i o n et de service Collège de C a y e n n e C o m m i s s i o n coloniale ( m e m b r e s de l a ) . Commission. c h a r g é e de vérifier les m o r u e s C o m m i s s i o n des m e r c u r i a l e s C o m m i s s i o n de s u r v e i l l a n c e des p r i s o n s C o m m i s s i o n d e surveillance de l'hospice C o m m i s s i o n d e la l è p r e Commission sanitaire Conseil colonial d'hygiène Conseil de l ' E n s e i g n e m e n t p r i m a i r e Conseil du c o n t e n t i e u x a d m i n i s t r a t i f . . . .

117 4 115 174 113 114 71 91 73 415 114 106 108 110 110 110 94 72

162


— 202— Guyane Inini Pages Pahes

Conseil général (membres) Conseil privé Comité consultatif des mines Contributions indirectes Consuls Courtiers de commerce Culte (service du)

73 72 99 169 89 121

163

D

Délégué du service local Domaines (service des).. » Douanes (service des)

110 96 164 97

E

Ecoles communales publiques Ecoles libres congrénanistes Enregistrement (service de 1')

91 95 96 164

F Fabriques de glace Fabriques de limanade Fabriques de rhum

200 200 280 G

Gardes sanitaires 109 Gendarmerie coloniale 123 164 Gouvernement de la Guyane Française.. 63 H Hôpital Hospice civile Huissiers

107 89


-

203 Guyane Inini Pages Pages

I Instruction publique en Guyane 64 Immigration (la question d') 61 Introduction à l'histoire et à la géographie de la Guyane Française 17 Imprimerie du gouvernement 109 165 Inspection des pharmacie 114 Instruction publique 91 J Journaux et publications périodiques... Justice (administration de la) Justice de paix

180 87 88

L

Légion d'honneur (membre de la) Léproserie de l'Acarouany Liste chronologique des gouverneurs... Loges maçonniques

160 109 136 189

M Médecins du service local Médecins civils Mémento historique de la G. F Mémento géographie de la G. F Municipalités (membres des)

112 126 21 46 79

N 88

Notaires O

Office du Tourisme

149


—204— Guyane Inini Pages P a g e s

P P e r c e p t i o n ( a g e n t de la) P h a r m a c i e n s civils Police g é n é r a l e Police m u n i c i p a l e P o r t s et r a d e s (services des) P o s t e s et t é l é p h o n e s (services des) P r i s o n (service de la)

119 126 105 105 104 100 106

R Représentation coloniale R e s t a u r a n t s et hôtels R e n s e i g n e m e n t s divers

72 180 168

S Service de s a n t é militaire Service s a n i t a i r e Service de la c o l o n i s a t i o n Service de l ' a g r i c u l t u r e et d'élevage Service v é t é r i n a i r e Sociétés a r t i s t i q u e s et l i t t é r a i r e s Sociétés s p o r t i v e s Sociétés de s e c o u r s m u t u e l s Sociétés de bienfaisance S u r v e i l l a n t s ( c o r p s m i l i t a i r e s des) Syndicats professionnels

125 107 107 67 107 170 178 171 176 130 174

162

T

T e r r i t o i r e de l'Inini T r a v a u x publics (service des) Trésor... T r i b u n a l de 1 i n s t a n c e de C a y e n n e Tribunal supérieur d'appel Troupes coloniales re

169 103 118 87 87 122

163 163


Fin


Annuaire de la Guyane Française et du territoire de l'Inini pour l'année 1936  

Auteur : Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles et de la Guyane...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you