Page 50

20

L'IMPÉRATRICE JOSÉPHINE

cien gouverneur, M. de Bompar. s'embarqua sur le Hardy qui avait amené son successeur à Fort-Royal et retourna en France où l'appelait la confiance royale. C'est vers cette époque que M. et Mme de Beauharnais firent connaissance de la famille de Tascher, qui habitait alors le chef lieu de la colonie. De bonne maison, les Tascher, on l'a vu, étaient originaires de l'Orléanais. Cette province était depuis plusieurs siècles habitée par la famille des Beauharnais. Mme Henriette de Beauharnais, née Pyvart de Chastullé, avait de nombreux parents dans ce pays. Existait-il, comme on l'a avancé une ancienne alliance entre les ascendants de M. de Tascher et ceux de M. de Beauharnais ? C'est possible, mais ce n'est pas démontré. La parenté, dans tous les cas, se produisit par la suite. Au point de vue de la noblesse, les Tascher ne le cèdent en rien aux Beauharnais. Entre eux existent, sinon des alliances, du moins des amis communs et des souvenirs de l'Orléanais. Le gouverneur a. de par ses fonctions une autorité morale de premier ordre. Il est, de plus, très riche. Mais Tascher, inscrit sur les registres du Conseil supérieur de la Martinique est un colon dont l'amitié peut être précieuse dans le maniement des hommes et des affaires de ce pays, que de Beauharnais ne connaît pas. M. Tascher de la Pagerie et sa femme ont. à Fort-Royal avec eux, leur fils aîné. Joseph, lieutenant, et leurs trois filles : l'ainée, Marie-Euphémie-Désirée, dite Edmée, MariePaule et Marie-Françoise-Rose. Une amitié s'établit rapidement entre les deux familles et en particulier entre Mme la marquise de Beauharnais et MarieEuphémie-Désirée

L'Impératrice Joséphine  

Auteur : Roland Pichevin / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antill...

L'Impératrice Joséphine  

Auteur : Roland Pichevin / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antill...

Profile for scduag
Advertisement