Page 93

VICTOR

HUGHES

FRANC-MAÇON

87

çais à peine vêtus, mal nourris, se ruant sur les brillants régiments de l'Autriche et de la Prusse et ces régiments reculant. Sieyès, Mirabeau, Bailly, La Fayette, le Chapelier, dirigent la « Constituante ». Condoreet, Brissot et autres sont à la « Législative »; Vergnaud, Robespierre et' Saint-Just à la « Convention ». Ces chefs intrépides, éloquents, désintéressés, l'ont l'opinion publique aux Cordeliers, aux Jacobins, et aux moments décisifs soulèvent le peuple dans la rue et le conduit à la conquête de ses droits jusqu'alors méconnus. Desmoulins détruit la Bastille, Danton foudroie les Tuileries, Grégoire tue le roi. Le peintre Laurens a immortalisé le rôle de la franc-maçonnerie dans cette épopée populaire en nous léguant son tableau : « La vpûte d'acier ». Sous l'influence de son grand maître, le duc d'Orléans, la franc-maçonnerie était restée fidèle à Louis XVI durant les premières journées révolutionnaires et lorsque le roi rentra dans Paris, au milieu des ruines chaient sur Verdun et que Paris était menacé, il ne partagea pas la consternation publique et s'opposa au transfert de la Convention et du Roi de l'autre côté de la Loire. « Tel est le caractère français qu'il faut dés dangers pour trouver toute son énergie. Le moment est venu de dire au peuple que le peuple en masse doit se précipiter sur ses ennemis. »

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Profile for scduag
Advertisement