Page 86

80

VICTOR

HUGHES

vite abandonnées. Dundas va camper à la Savane Poyen. Le 17 avril, en suivant les hauteurs, il s'empare du Matouba et du pont Nozières; dès lors il domine et prend à revers tous les ouvrages de la rivière des Pères. Bientôt, il encercle la ville de Basse-Terre qui est livrée aux flammes par les révolutionnaires. Dans la nuit du 17 au 18, des pillards brûlent l'hôpital, l'intendance et tout un quartier de la ville; du 18 au 19 nouvel incendie. Dundas somme le gouverneur de se rendre. Le 19, les officiers de la garnison, réunis en Conseil de guerre, au fort Saint-Charles, reconnaissent qu'il y a impossibilité de défendre ce fort avec 120 hommes, alors que 1.000 sont nécessaires, vu l'étendue des remparts, et décident d'adhérer à la réquisition de l'ennemi. Le 20, au matin, l'amiral Jervis envoie un parlementaire auquel Collot remet ses propositions pour la capitulation. Jervis exige la reddition du fort et de la garnison, à discrétion. « Plutôt le faire sauter et m'ensevelir sous ses décombres », répond Collot. L'amiral anglais lui accorde enfin les mêmes conditions qu'au général Rochambeau. Le 22 avril, le pavillon britannique est hissé sur le fort et les Anglais en prennent possession.

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Profile for scduag
Advertisement