Page 81

LA

GUADELOUPE

75

gousses, mais qu'elle poserait les armes à un endroit indiqué et ne pourrait servir contre Sa Majesté Britannique et ses alliés pendant toute la guerre. » Il ne restait que 250 hommes des 600 qui s'étaient enfermés dans le fort avec Rochambeau. On peut s'imaginer l'impression produite sur les vainqueurs par la vue d'une si petite troupe. Sortie par la grande porte, la garnison défila devant les rangs de ses nombreux ennemis qui, étonnés de sa belle et longue défense, lui rendirent les honneurs de la guerre, avec les égards que l'on doit au courage malheureux. Le journal du siège, tenu par Rochambeau, donne au jour le jour les détails des événements. Le 7 mars, il écrivait : « Enfin, le jour de l'attaque générale est venu! Le feu commença au soleil levant par les quatre batteries qui étaient en avant du front d'attaque du Fort de la Convention et celle du côté de l'habitation Larcher; les chaloupes-canonnières et les bombardes agirent aussi en même temps sur le Fort de la République et la ville : il fut assez bien dirigé pour abattre et cribler tous les bâtiments qui étaient dans le fort de la Convention; aucun des postes, aucun des bastions n'étaient à l'abri de cette artillerie redoutable et les efforts que nous ferons pour la soutenir et

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Profile for scduag
Advertisement