Page 77

LA

GUADELOUPE

71

bombes et les transports pour les troupes sous le commandement de sir Grey. L'expédition arriva à Barbade le 6 janvier 1794 et y fut renforcé par les unités de la station navale. Un mois s'écoula en préparatifs et enfin elle fit voile pour la Martinique le 4 février. Arrivé au sud-est de la Martinique, Jervis divisa son escadre en trois divisions : la première aux ordres du général Prescott,accompagné du général en chef Grey; la deuxième aux ordres du major-général Dundas remonta au nord, près de la Trinité, dans la baie du Galion, tandis que la troisième, commandée par le colonel Gordon, se portait devant Case-Navire, près de la capitale de l'île. Le général Prescott put débarquer sans difficulté le 6 février à Sainte-Luce. En vain Rochambeau se porta dans la direction du Marin, en passant par Rivière-Salée, le Trou au Chat et Rivière-Pilote, pour tenter de s'opposer, avec les milices, au débarquement et à la marche de la colonne anglaise; il ne put parvenir à rassembler ses gardes nationales qui s'étaient dispersées et dont une partie se rendit immédiatement aux Anglais. Le général Dundas débarquait en même temps aussi facilement à la Trinité, car le mulâtre Bellegarde, que Rochambeau avait fait lieutenant-colonel et qu'il avait chargé, avec son bataillon de chasseurs noirs, de

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Profile for scduag
Advertisement