Page 76

70

VICTOR

HUGHES

d'Europe une douzaine de vaisseaux de ligne et laissez-moi agir. Comptez ensuite qu'il faut être un sot ou un traître pour ne pas avoir quelque succès. » Malheureusement la République avait assez à faire en Europe contre la coalition formée par l'Angleterre, l'Autriche, la Prusse et le Piémont. Elle se trouvait dans l'impuissance d'envoyer des secours à ses colonies des Antilles. Il fallut donc se borner à faire le possible avec les ressources locales. L'Assemblée extraordinaire arrêta que tous les citoyens domiciliés dans la colonie, depuis l'âge de seize ans jusqu'à celui de cinquante-cinq ans, seraient, pendant le cours de la guerre, tenus à faire le service militaire dans les citadelles et dans les camps, outre leur service ordinaire dans les quartiers. Tous les forts furent mis en état de défense, autant que le permettaient les faibles moyens de la colonie. Tous ces préparatifs ne furent que trop justifiés. Le 5 février 1794, l'amiral Jervis (depuis Lord Saint-Vincent) et le général sir Charles Grey se présentèrent devant la Martinique. L'amiral Jervis avait quitté Portsmouth le 26 novembre 1793 pour les Antilles. Son escadre comprenait quatre vaisseaux, neuf frégates, plusieurs corvettes et galiotes à

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Profile for scduag
Advertisement