Page 72

66

VICTOR

HUGHES

Lacrosse prêche ouvertement l'écrasement et la ruine des planteurs qui lui ont résisté, fait confisquer les biens du clergé et des royalistes émigrés. Il se proclame «commandant légitime des forces de la République aux Isles du Vent » et envoie des émissaires dans toutes les îles voisines pour annoncer le nouveau régime. Il nomme une « Commission générale extraordinaire », composée bien entendu des patriotes les plus exaltés, aux idées les plus

avancées. Dès que l'on apprit, dans la Métropole, que la Guadeloupe et la Martinique acceptaient dorénavant le régime républicain, les gouverneurs, nommés par la Convention, furent invités à rejoindre leurs postes mais Lacrosse ne l'entendait pas de cette oreille, il voulait garder sa proie. Il fallut parlementer longuement et ce n'est qu'après beaucoup d'hésitations que Rochambeau put prendre les rènes du gouvernement à la Martinique. Lacrosse essaie alors de garder la Guadeloupe. Collot fait valoir ses droits. Lacrosse refuse de les admettre et le conflit paraît insurmontable quand, sur les instances de Rochambeau, Lacrosse décide de rentrer en France. « Je suis satisfait, dit-il en s'embarquant, d'emporter la haine éternelle de l'aristocratie plantoriale ».

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Profile for scduag
Advertisement