Page 69

LA

que

63

GUADELOUPE

le Gouvernement de la République leur

offre. Pour appuyer ses arguments il annonce

d'une prochaine flotte, puissante, chargée de réduire les colonies rebelles. Ces tracts,font naître des dissenssions dans les Assemblées locales et un parti républicain l'arrivée

se forme qui menace de t roubler les deux colo-

restées jusqu'alors fidèles au roi, grace à l'expulsion des chefs patriotes. Les deux gouverneurs, en parfaite harmonie, décident,

nies

l'envoi de députés aux Puissances coalisées

pour leur demander de les aider à conserver à la Royauté les deux îles. Mais à la Guadeloupe l'Assemblée coloniale

perd de plus en plus son influence et petit à petit tous les hommes de couleur

qui en faiparticiper

saient partie se retirent pour mieux

prépare. 20 décembre 1792, le mot d'ordre est donné. Les ateliers sont abandonnés. Un rassemblement considérable d'hommes de couleur et de noirs se forme à Pointe-à-Pitre, s ur la place Sartines1, et tout à coup une fanau mouvement qui se Le

fare éclate. De la caserne, les soldats sortent

en faisant claquer au vent les plis du drapeau tricolore et la foule surexcitée, grossie des matelots des navires sur rade, parcourt les rues en réclamant, avec cris et menaces, la 1. Plus tard place de la Victoire.

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Profile for scduag
Advertisement