Page 62

56

VICTOR

HUGHES

à Capesterre. L'Assemblée coloniale jure fidélité au roi, lui vote une adresse et décide l'envoi du Calypso à la Martinique pour annoncer à l'île sœur la bonne nouvelle. Hélas, il y avait déjà plus d'un mois que Louis XVI était prisonnier au Temple. Le 14 juillet 1792, l'Assemblée coloniale arrête 1 : « Les maires des paroisses sont requis de prendre les informations nécessaires relativement aux gens de couleur qui sont dans le cas d'être affranchis à cause de leur service dans la milice et d'en rendre compte à leurs bureaux intermédiaires, en envoyant un tableau de leurs noms, de leurs services et de leur conduite. » L'Assemblée arrête encore que : « Les gens de couleur qui, étant esclaves sous la domination française ont obtenu des libertés chez l'étranger et qui voudront en jouir dans la colonie, seront tenus, dans le délai de huitaine du jour de la publication du présent arrêté, de représenter leurs titres aux municipalités de leur domicile, qui les communiqueront au bureau intermédiaire pour être rendu compte par ledit bureau à l'Assemblée, tant de la conduite des gens de 1. Extrait des registres des délibérations de l'Assemblée, séante à Basse Terre.

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Profile for scduag
Advertisement