Page 59

LA

GUADELOUPE

53

jugés, la force de l'habitude et le mépris l'emportaient sur la raison.

La situation paraissait vouloir néanmoins s'améliorer lorsque la nouvelle de l'arrestation du roi, à Varennes, parvint dans la colonie le 22 juin 1791. Cette nouvelle relève le courage des « patriotes ». La municipalité de Basse-Terre lance des proclamations enflammées contre l'Assemblée coloniale. Celle-ci prononce sa dissolution. Tout le pays s'agite. A Sainte-Anne, Jean Louis, homme de couleur, esclave du sieur Coquille Valoncourt, prêche la révolte à ses frères d'infortune. On convient de mettre le feu au bourg et de massacrer les blancs. Le lieu de rendez-vous était l'habitation Poirier, mais le complot fut dénoncé et le maire de Sainte-Anne, M. Wachter-Delaire, ayant pris des mesures énergiques, la plupart des malheureux furent arrêtés et mis à mort. A Marie-Galante, un mouvement identique se manifeste, sous la direction du mulâtre Bonhomme. Il est également réprimé. Le 28 mars 1792, l'Assemblée législative ne pouvant plus hésiter, fail le premier pas vers l'émancipation des esclaves. Elle décide d'appliquer le décret sanctionné précédem-

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Profile for scduag
Advertisement