Page 58

52

VICTOR HUGHES

leur, nés de pères et de mères libres seraient admis à voter comme les blancs et seraient considérés citoyens comme eux », mais quant aux noirs esclaves « il ne fallait pas brusquer leur émancipation mais les emmener graduellement aux avantages de l'état social ». C'est lors de la discussion de ce projet de loi âprement défendu par Petion, Grégoire, Rederer et Moreau Saint-Méry, que Robespierre s'écria : « Périssent les colonies s'il doit en coûter votre bonheur, votre gloire, votre liberté. Je le répète, périssent les colonies si les colons veulent par leurs propres menaces nous forcer à décréter ce qui convient le plus à leurs intérêts. Nous ne leur sacrifierons ni la nation, ni les colonies, ni l'humanité entière. » Discours que l'on a résumé par ce mot fameux : « Périssent les colonies plutôt qu'un principe ». Les blancs qui regardaient les gens de couleur comme des enfants illégitimes, indignes de jouir d'un aussi grand bienfait, manifestaient leur mécontentement et une sourde hostilité contre le Comité général. Rien pourtant n'était plus naturel et plus juste que d'accorder des droits politiques à ceux qui étaient nés de parents libres et dans la situation troublée de la colonie, ils auraient dû rechercher là un élément de force pour maintenir les noirs dans le respect, mais les pré-

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Profile for scduag
Advertisement