Page 53

LA

GUADELOUPE

47

comme nuls les arrêtés du gouverneur. Un incident faillit alors mettre le feu aux poudres dans la colonie. À Pointe-à-Pitre des matelots de commerce, esprits exaltés, imbus des idées révolutionnaires, faisaient l'effroi des habitants qui les appelaient « les RoyalGoudrons ». Profitant de l'agitation qui régnait, ils s'emparèrent, par surprise, du fort Louis qui dominait la rade de Pointeà-Pitre et de là menacèrent de couler tous les navires sortant du port, chargés de munitions pour la Martinique qui était en pleine révolte. Quatre cents colons s'étaient groupés pour chasser ces énergumènes et les choses allaient tourner mal lorsque le gouverneur de Clugny, averti, arriva à temps pour éviter la violence. Afin d'empêcher toute effusion de sang, il parlementa avec les « Royal-Goudrons », fit décharger les navires et ramena l'ordre dans la ville. Le gouverneur est à peine de retour à Basse-Terre que les planteurs des environs, qui voyaient diminuer de jour en jour l'autorité de l'administration, décident de se défendre eux-mêmes. Ils rassemblent leurs esclaves et marchent sur la ville. Campés au champ d'Arbaud ils essaient par intimidation d'obtenir la démission de la municipalité. Celle-ci fait appel aux « chasseurs de la Garde nationale », les groupe sur la place

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Profile for scduag
Advertisement