Page 49

LA

GUADELOUPE

43

faveur de la journée du Jeu de Paume, s'étaient introduits dans l'Assemblée constituante comme députés des colonies, sans mandats. Les négrophiles tenaient leurs conférences chez Brissot, puis chez le duc de la Rochefoucault. Mirabeau, La Fayette, Grégoire, Pétion y assistaient régulièrement et y convenaient de soutenir le principe que les mulâtres et les nègres libres devaient être assimilés aux blancs par les droits civils et politiques. Quant aux esclaves, il ne fallait pas brusquer leur émancipation mais les emmener graduellement aux avantages de l'état social. Mirabeau se chargea de dénoncer le faux libéralisme des colons qui ne cherchaient qu'à conserver leur oligarchie coloniale et comme ceux-ci s'appuyaient sur le nombre de leurs esclaves pour réclamer une plus grande représentation dans l'Assemblée, il leur demanda « s'ils rangeaient leurs nègres dans la classe des hommes ou dans celle des bêtes de somme? Dans le premier cas, ils devaient être affranchis et il était convenables qu'ils devinssent des électeurs et éligibles; dans le second cas il n'était pas plus juste de baser le nombre des députés coloniaux sur le leur, qu'il ne le serait de prendre le nombre de chevaux et de mulets pour base de la députation des provinces de la Métropole. »

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Profile for scduag
Advertisement