Page 34

28

VICTOR

HUGHES

blancs, se mêlant, à leurs jeux, eurent de la peine plus tard à se plier à l'infériorité qui leur était assignée par la loi en les privant du droit de citoyen et, comme leur nombre augmentait sans cesse, ils furent enfin reconnus libres, jouissant des droits de propriété et d'égalité devant la justice, mais ils ne participaient à aucun droit politique. Cette différence sociale entre des hommes, nés sous le même climat, devait faire naître chez les hommes de couleur, susceptibles du plus grand amour propre et jaloux de leur condition, des dispositions dangereuses dont nous verrons par la suite les conséquences.

Les nègres, esclaves importés d'Afrique ou nés dans la colonie, avaient un sort misérable. Ils vivaient comme des animaux et les souffrances qui furent leur sort nous inspirent une grande pitié. De gré ou de force, on les poussait au travail avec la même brutalité que la bête de somme. Jusqu'à la mort, ils devaient peiner pour le maître. La couleur de leur épiderme était le caractère indélébile de leur servitude. Comment ne pas excuser la paresse et l'oisiveté dont on les accuse aujourd'hui lorsque l'on pense à l'esclavage qui fut pour eux l'ennemi de leur liberté?

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Profile for scduag
Advertisement