Page 330

312

VICTOR

HUGHES

« c'est le général Pélardy qui avait reconquis la Guadeloupe et non Victor Hughes; que ce dernier, voulait se parer des plumes du paon et que le « Nouveau Robespierre » voulait en recueillir le fruit ». Un grand nombre de lettres, adressées au ministre depuis le départ de Hughes de la Guadeloupe 1 exposaient les « forfaits et les crimes du tyran » et remerciaient le gouvernement « d'avoir délivré la colonie du monstre »; faisaient remarquer que « pour mieux perpétrer ses crimes il avait chassé tous les généraux qui ne se pliaient pas sous ses exigences et que c'est ainsi que le général Girod 2, qui avait pourtant trente-sept ans de bons et loyaux services, avait été destitué pour avoir osé critiquer les actes du dictateur ». Hughes réfuta, avec dédain, toutes ces accusations. Questionné sur les « dilapidations de fonds publics » signalées au Ministre, il répondit que pour avoir des ressources en hommes e1 en munitions de guerre, agrandir les forts, élever des batteries, acheter des habillements, des fusils et de la poudre, il fallait créer des ressources en argent; qu'il avait entretenu, à ses frais, une flotte de corsaires qui avait causé de grands dommages 1. Archives des colonies. Registre 50. 2. Il avait été nommé pour remplacer Rouyer.

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Profile for scduag
Advertisement