Page 33

LES

ANTILLES

AVANT

1789

27

aux idées nouvelles qui avaient fait passer dans leurs esprits comme une soif de liberté. Ils faisaient des vœux ardents pour un changement de régime et souhaitaient les grandes réformes sociales que les grands philosophes du XVIIIe siècle, tout particulièrement JeanJacques Rousseau et Voltaire, avaient laissé entrevoir. A l'origine, il n'y avait que planteurs et esclaves, mais, petit à petit, pour reconnaître un acte de dévouement ou par philantropie, des esclaves de couleur avaient été libérés. Puis les abus vinrent. Pour les réprimer une amende proportionnée à la faculté du père blanc avait été imposée lorsqu'il abusait d'une négresse. Il fut, en outre, obligé de nourrir l'enfant et de l'entretenir jusqu'à l'âge de douze ans. La licence et l'immoralité augmentant avec les richesses, les abus devinrent la règle et le concubinage se généralisa. Le gouvernement ne trouva alors d'autre moyen de remédier à cette situation qu'en décrétant que « les enfants de couleur seraient la conséquence de l'état de la mère et non de celui du père ». Les liaisons néanmoins se multiplièrent puis s'affermirent par les liens de la paternité. Le concubinage devint général et les règlements caduques. Les enfants de couleur,élevés dans leur basâge dans les principes d'égalité avec les petits

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Profile for scduag
Advertisement