Page 287

LES CORSAIRES

DE

LA GUADELOUPE

271

* *

Saint Aurèle nous dit que les Corsaires avaient des mots consacrés et un signe pour se reconnaître. En effet, tous les capitaines des Corsaires étaient des francs-maçons et fréquentaient les loges des Colonies qui avaient repris « force et vigueur » après la tourmente. Victor Hughes, lui-même donnait l'exemple et était très assidu aux réunions. La tradition maçonnique se maintint parmi les pirates de la mer des Antilles, même après la disparition des Corsaires. Ces hommes qui pillaient, brûlaient et massacraient tout le monde, sans distinction de croyances religieuses, respectaient les francs-maçons dès que ceux-ci se faisaient connaître. Le récit suivant en fait foi. A. Levasseur, qui remplit les fonctions de trésorier particulier près du général Lafayette, lors de la visite que fit ce général aux Etats-Unis, en 1824 et 1825, sur l'invitation du Congrès des Etats- Unis, a raconté dans son journal de voyage que, parmi les fêtes magnifiques que les citoyens de Richemond offrirent à leur hôte national, il en est une qui fût particulièrement brillante : la réception maçonnique dans le temple où s'étaient réunis tous tes frères des diverses loges de la

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Profile for scduag
Advertisement