Page 28

22

VICTOR

HUGHES

13.712 blancs, 3.058 hommes de couleur et 89.823 nègres esclaves. Les blancs, pour la plupart nobles, étaient propriétaires de la terre et riches. Aristocrates, cadets de familles nobles de France attirés aux colonies par l'appât du gain, ils nourrissaient, comme aujourd'hui, le désir impérieux de retourner dans la Métropole dès que la fortune les favorisait. Cet état d'esprit les rendait avides, remuants, recherchant sans cesse le moyen d'accélérer leur fortune et d'aller jouir agréablement en France de leur titre et du fruit de leur labeur. Ils ne regardaient leurs maisons que comme un lieu de passage, ne l'ornaient que du strict nécessaire. Il en est toujours de même. Les nobles avaient une prééminence absolue que les lois et les préjugés consacraient. Les alliances contractées entre familles leur accordaient des privilèges excessifs. Environnés, dès l'enfance, d'esclaves destinés à deviner et à prévenir leurs volontés; de parents qui caressaient jusqu'à leurs défauts; ils étaient portés à une grande générosité et à une impétueuse conception du point d'honneur. Les vieux créoles se souviennent des duels célèbres qui ont laissé trace dans les Annales coloniales. Ils prodiguaient l'hospitalité, au point que des aventuriers ont souvent abusé de leur confiante bienveillance

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Profile for scduag
Advertisement