Page 266

252

VICTOR

HUGHES

au risque de leur vie. Le sang parfois coulait à flots. Il existait à l'époque qui nous occupe, dans le quartier du « Morne à Cail », un café qui était le grand rendez-vous des corsaires, après chaque expédition, lorsqu'ils revenaient chargés de dépouilles et de prisonniers et qui s'appelait « Le Rendez-vous des Sans-Culottes ». L'on y entendait toute la nuit le bruit assourdissant des chants, des rires et le fracas de la vaisselle brisée, car, lorsque le tafia avait mis la folie dans toutes les têtes et l'éclair dans tous les yeux, ils prenaient un extrême plaisir à casser, en guise de plaisanterie, les verres et les assiettes et à jeter à la tête des pauvres nègres qui servaient les bouteilles vides. Sur les tables en Courbaril ou en Mahogany, ils jouaient et gaspillaient leurs gains en de folles orgies. Victor Hughes visitait souvent ce bouge, surtout à la veille des grandes expéditions lorsqu'il fallait choisir ses hommes et les préparer au danger. Il n'avait aucune répugnance à se mêler au jeu. Un soir qu'il avait gagné gros et qu'il se retirait, un homme lui dit : « Ne crains-tu pas de sortir seul, dans la nuit sombre? » Hughes se contenta de lui répondre : « Je ne crains que la honte de craindre. Qui oserait m'attaquer?»

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Profile for scduag
Advertisement