Page 26

20

VICTOR

HUGHES

Le gouvernement français qui comprenait l'utilité des colonies en temps de guerre était résolu à les utiliser aux premières hostilités. Il avait également reconnu la nécessité, pour encourager les colons dans leurs sentiments patriotiques, de leur faire quelques concessions politiques. On venait ainsi d'instituer des Assemblées coloniales, investies de pouvoirs assez étendus et jouissant du privilège de prendre certaines mesures d'intérêt local et même de rendre des décrets, sauf approbation du Gouverneur, lorsque la Révolution éclata. La Convention nationale, généreuse et libérale dans ses aspirations, mais imprudente par sa précipitation 1, rendit coup sur coup une série de décrets qui furent funestes aux Antilles. Les mêmes passions, les mêmes violences qui ont marqué cette période troublée dans la Métropole allaient bouleverser le monde colonial. Ce grand mouvement social qui changea les institutions de la France, y consacrant les principes de liberté et d'égalité civiles, des droits et de la souveraineté du peuple, devait irrévocablement avoir sa répercussion dans les Antilles, et les profondes modifications apportées à la Constitution, 1. On fait des lois avec maturité, on no fait bien la guerre qu'avec enthousiasme », disait Danton.

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Profile for scduag
Advertisement